L'art de l'expression musicale

La voce

Claudio Pasceri ,violoncelliste,

Filippo Zapponi ,compositeur,

Christine Musset , praticienne Feldenkrais ,

vous convient aux rencontres musicales "la voce" pendant les quatre jours du W-E de l'Ascension du 30 mai au 2 juin 2019

Stage organisé par l'Association bièvroise "Cordes au Cœur"

Sur cette page vous trouverez :

  • Les informations pratiques
  • L'esprit du stage
  • La plaquette du stage
  • Un interview de Claudio Pasceri sur sa venue à Bièvres
  • Un interview de Filippo Zapponi
  • La biographie des musiciens italiens

Informations pratiques :

Plaquette du stage disponible ci-dessous en fichier PDF

Horaires : Du jeudi 30 mai 9h30 au dimanche 2 juin 2019 20h, de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h

Cours Feldenkrais ouvert à tous vers 16h salle vittoz

Tarifs : Adhésion à l’Association Cordes au Cœur 50€ Frais pédagogiques : 350€

Pour les étudiants en CRD et CRR tarif adaptable en fonction du nombre de jours de présence ... idem pour les ensembles constitués.

Auditeurs : 20€ par journée, 50€ pour les 4 jours.


Hébergement organisé par vos soins sur www.bievres.fr/hebergement. Un petit hôtel Biévrois, l'hôtel de Paris Tél : 01 69 41 99 93.

Quelques places sont disponibles chez l’habitant. Les élèves mineurs sont prioritaires.


Claudio Pasceri en concert "De Bach à Sciarrino" Hommage à l'Italie jeudi de l'ascension (férié) 30 mai à 20h30, Domaine de Ratel Bièvres

Audition avec les stagiaires et les professeurs, dimanche 2 juin 2019, 11h Domaine de Ratel Bièvres

Informations et inscriptions : 06 18 41 05 45 / christine.musset@free.fr ou directement sur Fiche d'inscription en ligne !

Prenez contact sans hésiter avec Christine Musset ou avec l'association : Cordesaucoeur@gmail.com

L'esprit du stage
Travailler avec une équipe artistique et pédagogique expérimentée.  
Rencontrer un artiste italien, Claudio Pasceri, qui mène une carrière de violoncelliste, de directeur artistique (Festival EstOvest et Festival d'Asiago) et de pédagogue dans toute l'Europe: 
Rencontrer un compositeur italien,Filippo Zapponi (titulaire du certificat d'aptitude) avec qui oser faire les premiers pas pour composer et découvrir avec son expertise, le bonheur d'écrire pour son instrument.  
  
Chaque instrumentiste recevra des leçons données en français, sous forme de master class.   

Tous pourront suivre les leçons collectives Feldenkrais adaptées à leur instrument, avec Christine Musset, qui enseigne au CRR de Versailles les pratiques mentales et corporelles pour les élèves-musiciens au niveau licence.
 Claudio Pasceri nous confie sa vision pour ces quatre journées :

"Les éléments privilégiés des rencontres musicales de Bièvres seront la capacité d'être expressifs à travers le chant et le parcours qui porte un exécutant à se sentir artistiquement représenté par la VOIX de son propre instrument, n'importe quel il soit.

Les activités vocales et les pratiques instrumentales viennent trop souvent associées aux particularités respectives instrumentales, timbre, difficultés techniques, traditions interprétatives.Ces rencontres se proposent d'affronter ce qu'il y a de commun. Un violoncelle, une flûte, une guitare, un piano, une voix humaine respectera un certain numéro de règles des semblables tout, les règles à travers lesquelles le chant coule plus de la pensée d'un individu que de l'instrument qu'il serre entre les mains."

Eclairage sur le le titre du stage

À Leonidas Kavakos à qui un journaliste demandait quelle relation il a avec son violon stradivarius

le journaliste: "Avez-vous tendance à considérer le violon, tout bien considéré, comme un ami ? un compagnon ? ou plus comme un outil ? "

Leonidas Kavakos : Ni l'un ni l'autre. C'est ma voix !


Où se trouve Bièvres ? carte Bièvres accès Ratel

Vous souhaitez voir le lieu du stage, cliquez sur le lien Domaine de ratel

Pour joindre Bièvres c'est facile par le RER C, gare à 12 minutes à pied de notre lieu de travail (et le matin on peut passer vous prendre en voiture).

http://www.bievres.fr/Bievres-pratique/Transports-et-stationnement/Transport

le petit + : dans la plaquette il y a un mot savant : l'agogique. c'est la fluctuation impondérable du volume, de la hauteur, de la durée, des timbres,se produisant sous l'influence de la vie à travers le son !


Biographie de Claudio Pasceri et Filippo Zapponi

Claudio Pasceri

Parmi les violoncellistes italiens les plus appréciés de sa génération, Claudio Pasceri mène une carrière musicale intense.

Son répertoire avec orchestre va des concertos de Vivaldi aux œuvres de Schnittke. Il joue avec des orchestres réputés, entre autres l’Orchestre de Chambre de Toulouse, la Camerata Royal Concertgebouw Orchestra de Amsterdam, l’Arpeggione Kammerorchester. Une interprétation du concerto de Schumann a été enregistrée par le Bayerische Rundfunk de Munich.

En musique de chambre, il collabore avec des musiciens comme Salvatore Accardo, Pavel Gililov, Ilya Grubert, Dora Schwarzberg, Bruno Giuranna, Rohan De Saram, Rocco Filippini et Gilles Apap.

Claudio Pasceri donne régulièrement des masterclasses pour (beaucoup) de nombreuses institutions européennes (comme) telles que : Leopold Mozart Universität Augsburg, Musicalta à Rouffach, Conservatori Superior de Música del Liceu de Barcellona.

Il est professeur de violoncelle à l’Accademia di Musica di Pinerolo en Italie.

Claudio Pasceri est directeur artistique du Festival de musique contemporaine Estovest et codirecteur artistique de Asiagofestival.

Filippo Zapponi

Le compositeur Filippo Zapponi (Milan, 1976) a étudié avec Ivan Fedele à Milan, Côme et Strasbourg. Il s’est ensuite spécialisé avec Brian Ferneyhough (Fondation Royaumont et Centre Acanthes), ainsi qu’avec Yan Maresz, Philippe Hurel, Philippe Manoury et Marco Stroppa à l’Ircam de Paris (Stage d'été et Cursus I). Après avoir travaillé au Centro Tempo Reale de Luciano Berio, il a étudié, de 2004 à 2007, la composition et l’analyse avec Karlheinz Stockhausen (Stockhausen Courses Kürten, Stockhausen-Stiftung für Musik, Allemagne).

Titulaire de deux diplômes de composition (conservatoires de Côme et Strasbourg) et d’un Master II-Recherche en Musicologie (Université de Strasbourg), Filippo Zapponi a été chargé de cours au CFMI (Centre de Formation de Musiciens Intervenants) à l'Université de Strasbourg et il est actuellement professeur d’enseignement artistique titulaire de composition, analyse et orchestration au Conservatoire à Rayonnement Régional « Gabriel Pierné » de Metz Métropole.

Lauréat de plusieurs concours : « Castello di Belveglio » (1er prix deux années de suite), Fondation de France, « Feeding Music - Compositions from the world for the Italian Pavilion at EXPO Milano 2015 », il a notamment remporté le 1er prix du prestigieux Concours International de Composition « Festival Pablo Casals » à Prades, en 2015.

Ses œuvres sont interprétées en Europe, États-Unis, Amérique du Sud et Asie où il collabore avec de nombreux ensembles, solistes et festivals, entre autres : Biennale Musica de Venise, Festival Pablo Casals, University of Michigan, Soochow University School of Music (Chine), Pomona College (Claremont, California, USA), Ircam-Centre Pompidou, Expo Milan 2015, Arsenal Cité Musicale-Metz, Festival Musica, Arditti Quartet, Sentieri Selvaggi, Jeffrey Lyman et Claudio Pasceri.

Interview Claudio Pasceri : La Voce ou l'art de l'expression musicale

Monsieur Pasceri, les bièvrois vous connaissent bien car depuis cinq ans vous venez enseigner le violoncelle au domaine de Ratel, dans des master classes ouvertes à tous. Cette année une association Cordes au Cœur s’est créée pour soutenir votre venue : que nous vaut la chance dans notre village de Bièvres d’un maestro de votre renommée ?

Tout d'abord, je suis très content de venir car je me sens très à l'aise dans ce lieu et avec les équipes qui nous accueillent.

Le parc et les gens qui nous visitent lors des masterclasses forment un ensemble très agréable et très convivial : à taille humaine. Et c'est sympathique aussi que le stage soit fin mai début juin, car quand on a de la chance, il fait un très beau temps et le parc est magnifique ! Je sors de la salle de concert et je suis déjà dans la nature : et c'est très beau ! Et puis les biévrois qui font une promenade avec les enfants pour voir les animaux viennent librement écouter un moment d’enseignement, un moment de musique…

Une autre chose qui me tient à cœur, c'est qu'avec Christine Musset et Filippo Zapponi, je peux vraiment développer des idées. Et de stage en stage notre vision pédagogique et musicale se densifie encore. Cela me plaît vraiment d'approfondir des idées, avec et dans le temps ! C'est pour cela qu'il est important pour moi de rester fidèle aux gens et au lieu pour construire les choses et pas seulement être consommateur ! D'accueillir pour nous-mêmes et pour les autres le potentiel et ensuite de l'enrichir ! Le contraire d'une attitude consumériste : je vois quelque chose que j'aime bien, je le prends, je l'achète, et après je le jette ! Et donc dans ce cadre-là du stage de Bièvres se développent l'idée musicale, et conjointement des relations humaines : c'est très stimulant !


Pierro della Francesca

C 'est le cinquième stage à Bièvres :

Ces rencontres ne pourraient avoir lieu sans le soutien de

Madame Anne Pelletier-le Barbier, Maire de Bièvres

l'équipe de Ratel et de Stéphane Puy, de Joëlle et Anne-Marie de l'Elsb,

Pierre Garat et son équipe de professeurs de l’École de musique de Bièvres

l'Association l'Abeille

Des habitants de la ville de Bièvres qui accueillent nos étudiants : Elisabeth Berling,

A tous un immense merci !

Interview Claudio Pasceri

La Voce ou l'art de l'expression musicale

Monsieur Pasceri, les bièvrois vous connaissent bien car depuis cinq ans vous venez enseigner le violoncelle au domaine de Ratel, dans des master classes ouvertes à tous. Cette année une association Cordes au Cœur s’est créée pour soutenir votre venue : que nous vaut la chance dans notre village de Bièvres d’un maestro de votre renommée ?

Tout d'abord, je suis très content de venir car je me sens très à l'aise dans ce lieu et avec les équipes qui nous accueillent.

Le parc et les gens qui nous visitent lors des masterclasses forment un ensemble très agréable et très convivial : à taille humaine. Et c'est sympathique aussi que le stage soit fin mai début juin, car quand on a de la chance, il fait un très beau temps et le parc est magnifique ! Je sors de la salle de concert et je suis déjà dans la nature : et c'est très beau ! Et puis les biévrois qui font une promenade avec les enfants pour voir les animaux viennent librement écouter un moment d’enseignement, un moment de musique…

Une autre chose qui me tient à coeur, c'est qu'avec Christine Musset et Filippo Zapponi, je peux vraiment développer des idées. Et de stage en stage notre vision pédagogique et musicale se densifie encore. Cela me plaît vraiment d'approfondir des idées, avec et dans le temps ! C'est pour cela qu'il est important pour moi de rester fidèle aux gens et au lieu pour construire les choses et pas seulement être consommateur ! D'accueillir pour nous-mêmes et pour les autres le potentiel et ensuite de l'enrichir ! Le contraire d'une attitude consumériste : je vois quelque chose que j'aime bien, je le prends, je l'achète, et après je le jette ! Et donc dans ce cadre-là du stage de Bièvres se développent l'idée musicale, et conjointement des relations humaines : c'est très stimulant !

Peinture de Pierro della Francesca

Cette année votre projet musical pour le stage est différent pourriez-vous nous l'expliquer ?

Oui ! Comme je disais c'est d'abord quelque chose qui se développe ! J'ai toujours eu l'intérêt en général, pas seulement en tant qu'enseignant, en tant que musicien, d'observer que tout le monde peut être plus musical que ce qu'il pense. Souvent nous sommes empêchés par des problématiques secondaires mais techniques qui entravent l'expression. C'est vraiment très rare de rencontrer quelqu'un qui n'est pas musical. C'est très intéressant de voir qu'un grand nombre de personnes sont à l'aise avec la musique. Ce n'est pas du tout élitiste d'être musicien, j'observe que c'est le plus ample possible. C'est vraiment cela le but de ce stage, c'est qu'un plus grand nombre de musiciens puisse s'exprimer pleinement à travers leur pratique instrumentale !

C'est clair que le cœur du projet - pas seulement l'organisation mais bien le cœur du projet -c'est Christine Musset. C'est grâce à elle, et à l'association Cordes au Cœur, qu'elle a su constituer d'amis biévrois, qu'on peut construire des projets, imaginer pour chacun d'entre eux une certaine évolution ... À partir de là, avec Filippo Zapponi, compositeur et professeur de composition, d'analyse et d'orchestration au Conservatoire de Metz, à Bièvres, l'an dernier, il s'est passé quelque chose d'extraordinaire. C'est-à-dire que chaque instrumentiste (et dans ce cas-là, l'an dernier, c'étaient des violoncellistes ; mais cette année tous les instrumentistes sont conviés) ils ont en même temps joué des œuvres de Bach ou d'autres grands compositeurs, et eux-mêmes ont inventé et écrit avec Filippo un morceau pour leur instrument. Et il a été presque un miracle que chacun, en quatre jours, puisse jouer son propre morceau et l'ait construit dans une architecture précise dans laquelle tous les musiciens présents ont pu s'identifier !

Le concert final a été quelque chose de très étonnant, et qui m'a beaucoup gratifié car c'était mon but de montrer à chacun qu'on a beaucoup de marge, des marges bien plus grandes que ce qu'on pense dans notre évolution musicale et dans nos possibilités. Pour chaque stagiaire c'était beau de l'aider à découvrir son instrument pas seulement comme quelque chose qui est 100 % au service de la musique écrite par quelqu'un d'autre, mais aussi que nous, on peut produire une sonorité qui est la nôtre. La nôtre dans le sens qu'on produit le son qu'exprime notre idée musicale ; et cela je trouve que c'est une porte qui s'ouvre complètement ! C'est pour cela que cette année on veut agrandir cette idée ensemble, et se rapprocher des musiciens français : c'est un parcours à vivre ensemble.

Le projet de cette année s'étoffe : "Je ne suis pas très juste…" va dire celui qui joue. Et il en oublie la musique… Comment peut-on la remettre au centre de notre expérience musicale ? Souvent quand j'écoute des amateurs, je me dis qu'il y a des directions musicales beaucoup plus intéressantes que parfois celles que font des professionnels. Souvent on devient professionnel parce qu'on connaît la technique tellement complexe de l’instrument, et donc on peut devenir professionnel en n'étant pas obligatoirement un bon musicien mais un très bon technicien ! Et souvent cet objectif ne permet pas nécessairement à la musique de s'exprimer …

Il est intéressant de voir que si un "professionnel" est attentif, il peut beaucoup apprendre des amateurs ; et ce que je dis n'est pas naïf : c'est je crois sincèrement la réalité ! Le fait de pouvoir partager ce sens musical, pas forcément sur le plan humain mais vraiment au niveau de la compréhension, c'est très stimulant.






Interview Filippo Zapponi raconte…

Quelle est votre motivation pour revenir à Bièvres ?

L'expérience de l'an dernier était très positive et c'est pour moi un honneur d'être dans cette équipe et de se sentir libre en dehors de toute structure pour créer un projet ouvert ! La qualité des personnes et leur motivation est un plaisir, c'est très agréable de profiter de ce beau lieu. J'ai été surpris de voir comment les jeunes musiciens ont répondu et ont joués le jeu et sont arrivés à un résultat vraiment satisfaisant.

Comment arrivez-vous à amener les stagiaires à un tel niveau de composition ?

La chose importante c'est de les amener à une connaissance différente de leur instrument et à l’aborder en tant que créateurs. Souvent quand on joue d'un instrument, surtout au début, on se limite à des choses relativement classiques, au contraire, lors du stage à Bièvre, on cherche à découvrir les ressources cachées de l'instrument, à tirer des sonorités différentes que celles que l'on produit d'habitude et surtout à être soi-même acteur et découvreur de modes de jeu qui ouvrent à la fantaisie ! Souvent on pense que la musique passe à travers les notes, mais non ! La musique passe à travers le son ! Une note est un symbole graphique, tandis que le son c'est un phénomène physique, que l'on ressent. Et, dans certains cas, abandonner la partition et produire du son permet d'entrer autrement dans la musique !

Dans le premier stage, vous avez pour vous-même suivi les séances Feldenkrais

Je n'ai suivi que quelques cours et évidemment je suis loin d'être un expert, mais j'ai retenu que c'est une manière d'apprendre à mieux utiliser la force et le poids. D'apprendre à utiliser des appuis naturels pour mieux contrôler la force, le poids et les positions du corps. Je pense que pour un musicien cette conscience est très importante, car elle permet de ne pas créer des déséquilibres, mais d'utiliser l'énergie de manière plus naturelle.

En concert Claudio va jouer une de vos œuvres, dont il est le dédicataire…

Coding Cloud è scritto per Claudio Pasceri in segno di grande stima e affetto

Coding cloud est écrit pour Claudio Pasceri en signe de grande estime et affection

Quand j'ai rencontré Claudio, pendant les masterclass de Rouffach, je lui ai demandé de passer dans ma classe de composition pour présenter le violoncelle. Il est venu et a joué simplement quelques pièces contemporaines pour violoncelle seul ; dès le début, j’ai entendu la profondeur de sa musicalité. Je lui ai dit : " tu n’as joué que quelques notes mais cela été suffisant pour moi pour ressentir que tu es un grand musicien !" Un tel sens de la phrase m'a immédiatement parlé, et j'ai eu envie tout de suite de composer quelque chose pour lui. Notre rencontre a pendant cette semaine évolué vers l’amitié. L'une des pièces que je préfère dans le répertoire pour violoncelle est la Sarabande de la suite en do mineur de Bach : une pièce à l’apparence dépouillée, mais d'une telle concentration musicale… C'est vraiment la quintessence de la musique pour moi. En quelques notes, il y a un tel niveau de concentration, de lyrisme… Et ma pièce est une sorte de ‟recodage” de cette composition de Bach ; elle n'est jamais citée de manière directe, mais elle est en quelques sorte transfigurée. C'est comme si on avait pris un code génétique et qu'on avait, avec ce même code génétique, fabriqué un être différent. Deux êtres qui sont apparemment différents sont générés à partir du même code génétique ! Claudio va jouer Coding Cloud pour la première fois en France à Bièvres.…

Je pense que c'est peut-être impossible, ou presque, de deviner cette filiation avec la Sarabande de Bach. Mais j’avais évoqué à Claudio l’idée d’une référence secrète dans ma composition. Après réflexion… il a trouvé !

silence

Donc j'ai "très hâte" de l'entendre !!! rires

Dans la pièce il y a également l’idée des temporalités différentes : chaque émanation du code génétique possède sa propre temporalité, soit extrêmement étirée soit extrêmement compressée, et cela influe profondément sur la morphologie et le caractère des figures musicales.

Je suis très curieux de rencontrer les élèves de ce nouveau projet et de retrouver les anciens !

Filippo Zapponi

FZ Filippo Zapponi