Biographie de

Moshé Feldenkrais



La nature exceptionnelle de son enseignement tient à la juxtaposition d'une personnalité fascinante et d'une vie féconde.

Né en Russie en 1904, il gagne la Palestine par ses propres moyens à l’âge de 14 ans...Il développera pendant ce voyage une grande conscience des conditions nécessaires à la survie et se passionnera pour le Jiu-jitsu en tant que technique d'auto-défense.

A partir de 1928, il étudie à Paris obtient son diplôme d'’ingénieur à l’ESTP, et travaille dans un laboratoire sous la direction de Frédéric Joliot-Curie et Irène Curie (prix Nobel de Chimie en 1935), et de Paul Langevin et devient docteur ès Sciences Physiques.

en 1933, Il rencontre maître Jigoro Kano le fondateur japonais du Judo, et participe à l’introduction du Judo en Europe, en faisant le pont entre ces pratiques japonaises et le milieu associatif français. Il fonde le Jiu Jitsu Club de France, écrit plusieurs ouvrages. Il est l’un des premiers européens à avoir une ceinture noire de Judo.

De sa formation de physicien, il tire une conception du corps comme réalité physique, des poids et des masses organisées dans l’espace, un jeu de forces pour être debout et se mouvoir. De sa formation au Judo, il tire une conception du mouvement efficace et harmonieux, utilisant l’énergie minimale. De ses racines juives hassidiques, il garde le goût de poser des questions et de réfléchir à un problème sous tous les angles.

Une blessure au genou déterminera l’orientation de son travail : face à l’incapacité du corps médical (vers 1940) à lui assurer un fonctionnement normal de son articulation blessée, il se tourne vers lui-même et ses propres possibilités. Il se penche sur la mécanique interne de son corps. Il y découvre un monde qu’il n’aura de cesse de parcourir en tous sens, toute sa vie, en nourrissant sa recherche de toute les connaissances en neurosciences de son époque. Il se consacrer entièrement à la recherche de sa méthode, et l' enseigne en Europe, aux États-Unis et en Australie et en Israël où il meurt en 1984.

Ses découvertes viennent corroborer les théories les plus récentes développées par la neurobiologie, la neurophysiologie ou encore la philosophie contemporaine, sur la plasticité du système nerveux et son rôle dans les réseaux cognitifs d’adaptation et d’apprentissage.

« Le Feldenkrais ne vise pas à étirer les muscles ici ou là, mais à impulser le changement au niveau même du cerveau.  La Méthode Feldenkrais ne consiste pas simplement à faire bouger ses muscles à droite et à gauche, mais à changer des choses dans le cerveau lui-même pour que la personne puisse s’ajuster graduellement […] [et] atteindre, ce que nous appelons, une image normale d’accomplissement. » »
Karl Pibram, neuroscientifique MD-PhD, Université de Standford et pionnier de la recherche sur le cortex cérébral,

Il laisse un héritage matériel et humain : des écrits, des enregistrements et surtout des hommes et des femmes riches de ses découvertes.


Moshé Feldenkrais

Ses élèves les plus célèbres : Yéhudi Menuhin, Narciso Yepes, Igor Markevitch, J.F.Kennedy, Ariane Mnouchkine, David ben Gourion, Léonard Bernstein, Peter Brook...