Jacques Thorel et Bernard Rambaud

Oh! Quelle belle matinée! Disons-le franchement… Nous, au Festival de la Gastronomie, nous avons passé une bien jolie matinée en compagnie, tenez-vous bien, de Bernard Rambaud et Jacques Thorel.

Ces deux chefs sont des copains, de vrais amis d'une amitié sincère ancrée au plus profond d'eux-mêmes.

Nous nous sommes retrouvés au Café de la Poissonnerie, au pied des halles de Vannes, dans ce bistrot populaire, resté dans son jus, le troisième bureau de Messieurs Rambaud et Thorel. Tant de souvenirs dans ce lieu si pittoresque, tenu par une patronne charmante, reine des croque-monsieur, Madame Marie-Paule. C'est ici que Bernard et Jacques faisaient leur émission avec Jean-Luc Petitrenaud mais également en duplex avec Paris et Robuchon. Alors évidemment ça marque…

Jacques Thorel, qui possède toute la collection des Guides Michelin (118 années) nous livre quelques anecdotes croustillantes : "Il n'y a qu'en 1921, et pour des raisons inconnues, que le Guide n'édite pas (…) Un Michelin "spécial Américain" est imprimé pendant la seconde guerre mondiale."

Et Bernard Rambaud de répondre : "A l'époque, on apprenait l'obtention d'une étoile par un simple fax, et ce jour est arrivé en 1990…" Il avoue en avoir pleuré de bonheur.

Ces deux chefs bretons, membres fondateurs de Tables et saveurs de Bretagne, nous ont ensuite donné rendez-vous sur le marché de Vannes, car c'est bien là, au milieu des producteurs, pêcheurs, artisans, que leur amitié est née et s'est soudée.

Citons au hasard de nos rencontres les coquillages et poissons de Michel Pierre, les huîtres de Gwenaël Le Labourier, le beurre de baratte de Josiane Guillouche (qui fournit Jean-François Piège à Paris).

Pour toutes ces raisons, nous sommes très fiers au Festival de la Gastronomie de Quintin d'accueillir Bernard RAMBAUD, notre président de concours et Jacques THOREL qui a accepté de parrainer l'édition 2018.

Jacques Thorel, Portrait

Natif de Saint-Nazaire, Jacques Thorel passe par le Lycée hôtelier Sainte-Anne de la même ville. Un petit tour de France, au départ sur les îles d'Oléron, Noirmoutier et Arz, puis la Maison Ricordeau à Loué. De belles Maisons étoilées.

En 1980, à 25 ans, il s'installe à l'Auberge bretonne de la Roche-Bernard, qui était un bistrot crêperie. En ces lieux, il est un des premiers chefs de Bretagne à revisiter la cuisine du terroir, épurant et limitant le nombre de saveurs.

En 1988, arrive la première étoile, en 1993, la seconde, qu'il gardera pendant dix-huit ans.

Chef érudit, il possède une bibliothèque de 7000 ouvrages, lui-même est auteur de nombreux livres sur la cuisine bretonne.

De grands chefs bretons tels qu'Olivier Bellin, Jean-Yves Guého, Sylvain Guillemot, Philippe Lelay, ont été ses élèves et parlent de lui avec un grand respect.

Plats signature :

Crème d'avoine caramélisée

Homard au citron et au poivre

Sole panée aux noisettes et romarin

Côte de veau en cocotte et son ragoût de champignons

Bernard Rambaud, portrait

Le parcours de Bernard est atypique. En 1967, il obtient un CAP de cuisinier tout en poursuivant sa formation technique à l'Hôtel Beaurivage des Sables-d'Olonne. Un petit tour de France et il pose ses bagages à Conleau (port de Vannes) au Roof où il reste 10 ans.

A 31 ans, lors d'une vente aux enchères à la bougie, il devient propriétaire d'un café de gare, qu'il transforme en un très bel établissement qui est aujourd'hui Le Pressoir.

L'étoile Michelin arrive en 1990 et le Gault et Millau note 15/20.

Plats signature :

Homard à la tête de veau

Kouign patatez à l'andouille et au pied de porc

Galette de rouget aux pommes de terre et romarin

En 2010, âgé de 60 ans, il passe la main et vend son Pressoir à Vincent david.