Le financement par l'extrême-droite

Suite à la fermeture de leurs comptes par PayPal, Sparkasse Steiermark, Poste Italiane et Crédit Mutuel, les identitaires crient au scandale et se rabattent sur BITCOIN.

Mais... s'y prenant particulièrement mal, les dons n'arrivent qu'au compte-goutte et ne financeront même pas un billet d'avion A/R Vienne-Catane.

Le fait que Bitcoin soit utilisé par des criminels, notamment les vrais trafiquants d'humains, ne semble pas les déranger.

C'est alors que wesearchr devient leur plateforme de prédilection pour récolter les fonds perdus suite aux blocages des comptes.



Wesearchr appartient au suprémaciste Chuck Johnson, qui a été notamment banni de Twitter après d'avoir appelé au meurtre de Deray McKesson (mouvement "Black Lives Matter"). Il est considéré comme troll, violent, source de fake news. Sur son site, vous trouverez notamment une récompense pour celui qui peut prouver que Macron est homosexuel ou pour payer les frais d'avocat de fascistes violents.

Mais Johnson n'est pas uniquement guidé par une motivation idéologique, Wesearchr conservant 15% de tous les dons passant par la plateforme.

"Je voudrais tant que la police fasse comme Darren Wilson et tire et tue davantage de Michael Browns potentiels à Ferguson ce soir."

"Je soutiens la candidature de Dr. David Duke (ndlr: ancien chef du Ku Klux Klan) au Sénat, surtout parce que je veux voir ses collègues devoir l'appeler 'l'honorable'."

"Je dirige une armée de trolls à faire pâlir celle de Poutine. C'est moi, l'ennemi que vous cherchez, pas les russes"

1à

"Nous veillons à Dallas, Mr.Trump. Si d'autres candidats ne défendent pas le 1er amendement nous allons faire usage du deuxième. Nous n'allons pas être intimidés par des voyous. Ted Cruz, que je soutiens comme futur président, doit en tenir compte."

"les femmes asiatiques sont préférables, et perdent plus lentement en valeur que les féministes blanches."

Le principe de wesearchr est de lever des fonds pour payer des récompenses. Une tâche est proposée, et lorsque quelqu'un parvient à l'accomplir, il touche l'ensemble des dons (-15%).

Defend Europe, comme quelques autres projets, a probablement obtenu une dérogation, pour fonctionner en mode de crowdfunding "classique" et pouvoir retirer les dons au fur et à mesure.

Exemples de crowdfunding sur wesearchr:

  • trouver une faute professionnelle d'une politicienne de gauche
  • prouver que Macron est homosexuel
  • payer les frais d'avocat d'un suprémaciste inculpé de 6 crimes violents
  • financer des affiches "Starbucks = Sharia = Rapefugees bienvenus"
  • payer les frais d'avocat d'un homme qui a brandi un drapeau confédéré et refusé d'obtempérer
  • payer les frais d'avocat du Daily Stormer (journal suprémaciste néonazi américain)

Mais OUPS...le 12 juillet, le site wesearchr rencontre des soucis...se plaint du hacking subi à cause de la récolte de fonds de Defend Europe.

Tout est bon pour tenter de financer la haine et l'obscurantisme, par exemple grâce à la boutique en ligne Phalanx de Sellner et Lenart (Identitäre Bewegung Österreich) qui vend des t-shirts COAST GUARD

De l'extrême-droite flamande en passant par l'ancien chef du Ku Klux Klan Duke, altright.com de Spencer (qui se décrit lui-même comme "identitaire") et Charles Zeiger (sa photo de profil est un sigle SS) du Daily Stomer, les extrémistes, conspirationnistes et xénophobes de tout poil - y compris Sellner, qui n'arrête pas de clamer dans ses interviews qu'ils ne sont pas "de droite" mais juste "patriotes" - apportent leur soutien au projet abject Defend Europe.

Le groupuscule EinProzent recolte également de l'argent pour le projet.

Il y a beaucoup à dire sur EinProzent... cet article sera complété bientôt.