Chantier

Notre vision

Voici la première version de la vision :

« Avec le Christ, construisons une communauté de disciples-missionnaires joyeux et fraternels qui s’engagent dans l’accueil et ont le désir de se former. »


La visions pastorale

L'équipe vision s'est réunie pour la première le mardi 1er octobre, jour de la Ste Thérèse de l'Enfant Jésus, patronne des missions. Elle a mis en place son plan d'action pour l'élaboration de notre vision pastorale, dont voici les grandes lignes.

Définition de la vision :

La vision pastorale est une image de ce que le Christ nous appelle à devenir comme communauté pour poursuivre sa mission de salut, dans l’environnement qui est le nôtre. Elle présente un avenir durable qui suscite passion et force dans le coeur des fidèles. Comme la foi, elle donne à voir les choses avant qu’elles ne se réalisent (He 11,1). Elle répond à la question : « où allons-nous ? ». Elle nous donne un objectif à moyen terme (5 ans environ).

La vision pastorale devant être partagée par tous les paroissiens, nous avons décidé d'en consulter le maximum, notamment à travers les célébrations dominicales. C'est pourquoi, nous allons proposer dans les 5 paroisses des assemblées après les offices des dimanches où vous pourrez rencontrer les membres de l'équipe vision, poser des questions, mais surtout donner votre avis à partir des deux questions suivantes :

  • Quand je ne dors pas, qu’est-ce qui, dans ma Communauté de Paroisses, m’empêche de dormir ? m’est insupportable ? ne me satisfait pas ?

  • Quand je dors, de quoi est-ce que je rêve pour ma Communauté de Paroisses ? Comment est-ce que je voudrais la voir dans 5 ans ?

Les membres de l'équipe seront disponibles pour vous écouter, et rassembler vos réponses.

A partir d'une synthèse de l'ensemble des réponses, l'équipe va élaborer une première version de la vision qui sera soumise à échanges et débats au cours d'une soirée. Ce travail permettra alors la rédaction d'une seconde (et définitive) version.

Calendrier

Voici le calendrier de ces assemblées paroissiales :

  • Dimanche 27 octobre à Sausheim

  • Dimanche 10 novembre à Battenheim et Illzach

  • Dimanche 17 novembre à Baldersheim

  • Dimanche 24 novembre à Modenheim

La prière de notre chantier de transformation pastorale et missionnaire

Notre Père,

Ton Fils Unique Jésus-Christ

ressuscité d’entre les morts

a confié à Ses disciples le mandat

d’« aller et de faire de toutes les nations des disciples». (Mt 28,19)

Tu nous rappelles que par le baptême

nous participons tous à la mission de l’Église.

Par les dons de Ton Esprit Saint,

accorde-nous la grâce d’être des témoins

de l’Évangile, courageux et ardents,

pour que la mission confiée à l’Église,

encore bien loin d’être réalisée,

puisse trouver des expressions nouvelles et efficaces

qui apportent au monde la vie et la lumière.

Nous te confions tout particulièrement

notre chantier de transformation pastorale et missionnaire

de notre Communauté de Paroisses du Quatelbach.

Donne-nous le courage et l’audace

d’avancer « au large »,

de quitter le rivage de nos habitudes et de nos sécurités,

de prendre le risque de l’innovation et de la créativité,

car nous savons que c’est Toi qui nous conduis

et que « si le Seigneur ne bâtit la maison,

les bâtisseurs travaillent en vain » (Psaume 126,1)

Aide-nous à faire en sorte

que tout homme puisse découvrir un jour

ton visage d’amour et de miséricorde

par la rencontre avec ton Fils, Jésus le Christ.

Amen.

où en sommes-nous ?

suite à la réunion du vendredi 13 septembre où étaient présents une trentaine de personnes, nous avons constitué un petit groupe de réflexion qui va travailler à l'élaboration de la VISION PASTORALE de notre Communauté de Paroisses.

la première réunion de ce groupe aura lieu le mardi 1er octobre 2019


Autre étape

Le samedi 26 octobre 2019 de 9h à 17h au caveau St Bernard aura lieu une formation pour les membres de l’équipe « alpha-classic »

Cela permettra aux anciens de se rafraîchir la mémoire et aux nouveaux de prendre pied dans le fonctionnement et la dynamique alpha.

Pour en savoir plus, c'est ici

Pour mieux comprendre ce chantier, voici l'homélie du P. Eric, curé, pour la Pentecôte 2019.


« Accueillir l’Esprit de Force pour la conversion pastorale »

Dans l’Évangile, les paroles de Jésus sont introduites ainsi : « En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples » Ce temps dont il question, c’est celui de la dernière Cène. Jésus est encore le maître qui enseigne ses disciples, ces hommes qui tout quitté pour le suivre et s’attacher à sa Personne. Avec l’épisode de la Pentecôte, nous voyons ces disciples devenir des Apôtres, i.e. des envoyés pour proclamer la Bonne Nouvelle suivant ainsi le commandement du Maître avant son départ : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. » (Mt 28, 19-20)

Dans la première lecture, nous les voyons, ayant dépassé leurs peurs, et, sous l’impulsion de l’Esprit Saint, se mettre à parler en plusieurs langues pour se faire comprendre de tous ceux présent à Jérusalem pour la fête, et pour proclamer les merveilles de Dieu. Dans les versets qui suivent, se sera le discours de Pierre qui annoncera la mort et la résurrection du Christ, et qui, en conclusion, baptisera environ 3.000 personnes. Ce jour de Pentecôte est l’acte de naissance de l’Église, une Église qui s’ouvre aux nations, une Église qui annonce le Ressuscité, une Église qui proclame la Bonne Nouvelle, une Église qui évangélise, une Église en sortie, en mission.

Année après année, nous célébrons cette naissance de l’Église, une fête qui devrait donner une nouvelle impulsion aux baptisés, renouvelés dans leur baptême par l’Esprit Saint, et à notre communauté, fortifiée dans sa mission. Cependant, année après année, la naissance n’est pas toujours suivie de croissance et bien souvent, la torpeur de l’été vient engourdir toute bonne résolution, et la rentrée voit reprendre les activités habituelles.

L’an passé, souvenez-nous, nous avons pris les moyens de nous préparer à la Pentecôte en vivant de façon communautaire une retraite de 10 jours, faite d’enseignements et de prière, et qui a culminé dans une grande célébration, témoin de notre diversité, et appel à être renouvelé par le don de l’Esprit.

Au terme de cette retraite, l’EAP a pris une décision et fait un choix, celui d’organiser un parcours alpha-classic sur notre Communauté de Paroisses. C’est un outil parmi d’autres, mais qui a déjà porté des fruits dans le monde, et qui possède d’indéniables qualités. Un an après, nous sentons bien que l’Esprit nous appelle encore plus loin, et que nous aussi nous devons devenir individuellement et collectivement (communautairement) des apôtres et donc missionnaires. Nous voyons que nous plions sous le poids de la routine, de l’habitude, du confort, de l’immobilisme. Et comme l’a dit St Paul dans la seconde lecture : « Si vous vivez selon la chair, vous allez mourir. » Et pour éviter la mort, l’épuisement et le découragement, il faut vivre selon l’Esprit. Et en cela, il y aujourd'hui urgence et nécessité, voire même devoir pour être fidèle à notre baptême, fidèle à l’enseignement de l’Église.

En effet, dans un de ces premier grands textes, l’exhortation apostolique « Evangelii gaudium » sur l'annonce de l'Évangile dans le monde d'aujourd'hui du 24 novembre 2013, le pape François nous dit au n° 25 :

« Je n’ignore pas qu’aujourd’hui les documents ne provoquent pas le même intérêt qu’à d’autres époques, et qu’ils sont vite oubliés. Cependant, je souligne que, ce que je veux exprimer ici, a une signification programmatique et des conséquences importantes. J’espère que toutes les communautés feront en sorte de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour avancer sur le chemin d’une conversion pastorale et missionnaire, qui ne peut laisser les choses comme elles sont. »

Le texte se poursuit avec une partie intitulée « Un renouveau ecclésial qu’on ne peut différer » En EAP aussi, nous avons décidé que nous ne pouvions plus différer cette « conversion pastorale et missionnaire. » Avec le pape François nous voulons

« [imaginer] un choix missionnaire capable de transformer toute chose, afin que les habitudes, les styles, les horaires, le langage et toute structure ecclésiale devienne un canal adéquat pour l’évangélisation du monde actuel, plus que pour l’auto-préservation. La réforme des structures, qui exige la conversion pastorale, ne peut se comprendre qu’en ce sens : faire en sorte qu’elles deviennent toutes plus missionnaires, que la pastorale ordinaire en toutes ses instances soit plus expansive et ouverte, qu’elle mette les agents pastoraux en constante attitude de “sortie” et favorise ainsi la réponse positive de tous ceux auxquels Jésus offre son amitié. » (n° 27)

Mais le pape souligne aussi un peu plus loin que « la paroisse n’est pas une structure caduque ; précisément parce qu’elle a une grande plasticité, elle peut prendre des formes très diverses qui demandent la docilité et la créativité missionnaire du pasteur et de la communauté. » (n° 28) Pour ma part de pasteur, j’en suis convaincu. D’autres avec moi le sont aussi. Il ne reste plus que la Communauté ! Il ne reste plus que vous !

Comme les disciples le jour de le Pentecôte, je comprends que vous ayez peur ou inquiet, que vous envie de vous replier dans votre paroisse, et de rester au chand dans votre église. Mais en ce jour de la Pentecôte, l’Esprit vient souffler pour abattre les murs et faire du neuf. Et comme l’a dit Jésus « À vin nouveau, outres neuves ! » Alors en ce jour de Pentecôte, accueillons avec confiance cet Esprit, car il est aussi l’Esprit de Force, et nous aurons tous besoin, chacun à notre niveau. Il est l’Esprit qui nous libère de nos chaînes, qui secoue nos certitudes, qui nous dégage de nos paralysies.

Le 14 mai 2014, le pape François l’a formulé ainsi : « Avec le don de la force, (…) le Saint-Esprit libère le terrain de notre cœur, il le libère de la torpeur, des incertitudes et de toutes les craintes qui peuvent le freiner, de manière que la Parole du Seigneur soit mise en pratique, de façon authentique et joyeuse. C’est un vrai secours ce don de la force, il nous rend plus forts, il nous libère aussi de nombreuses entraves. »