Chasse

20190903 AP OUV-FERM chasse 2019-2020.pdf


Ouverture de la chasse pour la saison 2019-2020 :

L'arrêté préfectoral définissant les dates d'ouverture de la chasse en Côte d'Or est consultable ci-joint.

Jours de chasse en battue :

Pour connaitre les jours de chasses en battue par territoire de chasse, vous pouvez consulter la carte du département mis en ligne sur le site de la DDT 21. Pour rappel, deux jours par semaine peuvent être consacrée à la chasse en battue pour le grand gibier. Ce sont par défaut : samedi et dimanche, plus les jours fériés, néanmoins des dérogations sont possibles.

Attention les autres espèces de gibier peuvent être chassées tous les jours de la semaine.

La chasse dans la Réserve Naturelle Régionale du Val Suzon - Forêt d'Exception

Ci-dessous, vous trouverez une carte des jours de chasse sur ce territoire pour la saison 2019-2020:

Les forêts du Pays Seine-et-Tilles se caractérisent par une population importante de grand gibier : cerfs, chevreuils et sangliers.

Des populations de grand gibier importantes


Depuis vingt ans, les populations n’ont cessé de progresser suivant une courbe exponentielle bien connue dans les dynamiques des populations. En France, on constate la même évolution. Dans le Pays Seine-et-Tilles, les populations de chevreuil auraient quadruplé et celles de cerf auraient doublé. Par conséquent, les prélèvements pour ces deux espèces ont également augmenté.

Organisation de la chasse


La Côte-d’Or est découpée en 13 unités de gestion cynégétique. Ces unités de gestion cynégétique ont été créées afin de proposer une gestion adaptée à la dynamique locale des populations de gibier. Le territoire du Pays Seine-et-Tilles ne se juxtapose pas avec ces unités de gestion. La plupart des communes du Pays appartiennent soit à l'unité de gestion 8 "deux Vallées" et l'unité de gestion 9 "Montagne et Grolles". (Dans ces deux unités, on trouve aussi des communes ne faisant pas partie du Pays). Du côté Est du Pays, c'est l'unité 10 Vingeanne qui nous concerne pour les communes de Chazeuil, Lux, Orville, Sacquenay, Selongey, Spoy et Veronnes. Au Sud-Ouest du Pays (soit les communes de Bligny-le Sec, Turcey et Villote-Saint-Seine), nous sommes concernés par l'unité de gestion 7 "Vallée de la Salmaise et de l'Ozerain".

Dans chacune de ces unités de gestion cynégétique se trouvent différents territoires de chasse. Le droit de chasse peut être loué par les propriétaires forestiers. C’est le cas en forêt publique et dans beaucoup de forêts privées. En comparaison avec d’autres régions, la pression de chasse en Bourgogne est plus faible qu’ailleurs : 1,6 chasseur au km². Ceci est inférieur à la moyenne nationale (2,9 chasseurs au km²).

Les territoires de chasse peuvent se regrouper en groupement d’intérêt cynégétique « GIC ». Les membres s’engagent à effectuer des actions en communs.

Le plan de chasse établit le nombre d’animaux à abattre pour chaque saison de chasse. En Côte-d’Or, des commissions techniques locales (CTL) se réunissent chaque année pour mettre en place ce plan de chasse pour le chevreuil et le sanglier. L’établissement du plan de chasse pour le cerf ne repose pas sur une CTL, mais possède la particularité d’être qualitatif c’est-à-dire de prendre en compte le sexe et l’âge des animaux à prélever. Contrairement à d’autres départements, il n’y a pas de minima à atteindre pour les plans de chasse côte d’oriens.

Enjeux économiques de la chasse

Le territoire du Pays Seine-et-Tilles est ainsi très attractif de par la présence importante de gibier d'une part et d’autre part par des plans de chasse conséquents

Le chasseur est un des utilisateurs de l’espace forestier, mais qui, à la différence d’autres utilisateurs, s’acquitte d’un loyer pour exercer son activité. Les montants des loyers de chasse atteignent des niveaux importants. Le revenu direct de la chasse est important et a été estimé dans la charte forestière précédente à un minimum de 700 000 €/an sur le territoire. Il reste souvent prioritaire pour les propriétaires, par rapport aux revenus de la production forestière.


Impact des populations de grand gibier

Les populations de gibier sont assez concentrées et importantes sur le territoire ; elles peuvent avoir un impact négatif : dégâts aux peuplements forestiers, dégâts agricoles, dégradation des propriétés privées et de friches industrielles dans les secteurs urbanisés, collisions avec des véhicules automobiles, risques sanitaires… Les dégâts forestiers sont de trois types : abroutissement, frottis et écorçage. Contrairement aux dégâts agricoles, ces dégâts ne font pas l'objet d'une indemnisation.

Abroutissement

Frottis

Ecorçage


Les essences d'arbres sont plus ou moins sensibles à ces différents dégâts. A titre d'exemple, le chêne est très sensible à l'abroutissement alors que le hêtre est moins sensible. Parmi les essences sensibles à l'écorçage, on retrouve le frêne, l'épicéa ainsi que les érables tandis que le chêne est peu sensible à ce type de dégât.

Équilibre agro-sylvo-cynégétique

Le terme équilibre sylvo-cynégétique ou équilibre forêt-gibier est un concept subjectif et difficile à définir. Différents textes de lois mentionnent cette notion et le définissent de façon plus ou moins précise.

D'après l’article L.425-4 du code de l’environnement et l’article L.121.4 du code forestier, l'équilibre agro-sylvo-cynégétique « consiste à rendre compatibles, d’une part la présence d’une faune sauvage riche et variée et d’autre part, la pérennité et la rentabilité des activités agricoles et sylvicoles ».

La loi forêt de 2001 (Loi n° 2001-602 du 9 juillet 2001 d'orientation sur la forêt) stipule que « Le développement durable des forêts implique un équilibre sylvo- cynégétique harmonieux permettant la régénération des peuplements forestiers dans des conditions économiques satisfaisantes pour le propriétaire ».

Une opération agro-sylvo-cynégétique : les prairies temporaires

L’ensemble du périmètre du Pays Seine-et-Tilles en Bourgogne est fortement giboyeux. La présence de cette faune sauvage et la forte activité cynégétique sur le secteur motive le Pays – via la charte forestière à s’impliquer plus concrètement et durablement auprès de ces acteurs.

C’est pourquoi, elle accompagne l’initiative de mise en place de prairies temporaires sur le territoire du Groupement d’Intérêt Cynégétique (GIC) de la Montagne en partenariat avec la Fédération Départementale des Chasseurs de Côte-d’Or (FDC 21).

La situation cynégétique sur le territoire du GIC de la Montagne montre une disparité dans la répartition du grand gibier (cervidés). Au vu des dégâts causés par le gibier (sangliers et cervidés), des clôtures de protection ont été installées en limite de cultures, empêchant l’accès aux gibiers mais limitant également son déplacement et l’accès à des zones de gagnage. Ainsi, le territoire du GIC de la Montagne observe une baisse de la population de cervidés qui s’est déplacée en périphérie du périmètre et y opérant d’autres dégâts : le problème agro-cynégétique n’a donc été que déplacé.

La mise en place de 31 ha de Cultures Intermédiaires Pièges à Nitrates (CIPAN) répartie sur le territoire du GIC est une première solution. Ce couvert végétal entre deux cultures rentre dans le cadre de la directive nitrate qui vise à fixer l’azote dans le sol, propice à la culture suivante. Les agriculteurs volontaires sont alors subventionnés par la FDC 21, le GIC de la Montagne et les sociétés de chasse impliquées, pour l’implantation de CIPAN qui produiront de la matière verte appétante pour les grands cervidés.

A contrario des CIPAN, ressemées tous les ans et présentes que 6 mois de l’année, une initiative est lancée sur l’implantation de 19 ha en prairies temporaires. Les parcelles engagées dans la mesure le seront pour une durée de 4 années avec un semis unique, année N. Le semis sera composé d’un mélange de deux variétés de graminées et de légumineuses, appétant pour le grand gibier. La fauche aura lieu annuellement après le 15 juin et les résidus seront récoltés. La localisation de la parcelle en bordure de forêt est une obligation afin que cette zone serve de tampon entre la culture agricole et l’exploitation forestière à préserver des dégâts.

La réalisation de ces actions rentre dans le cadre d’un travail multi-partenarial qui s’est élargi avec l’implication de l’Office national des forêts, le Centre Régional de la Propriété Forestière de Bourgogne-Franche-Comté et la Chambre d’Agriculture de Côte-d’Or.

Des suivis de conformité seront effectués tout au long de la convention et porteront sur la qualité du semis, le respect du mélange implanté, ainsi que sur le respect du calendrier des interventions (date d’implantation, de fauche, technique de fauche…). Lors des opérations de comptage annuelles, la présence du grand gibier sur ces parcelles pourra été dénombrées.

12 juin 2019: Journée de formation autour de l'équilibre forêt-gibier.


Depuis 2 ans, l'Association Départementale des Chasseurs de Grand Gibier de Côte-d'Or (ADCGG 21) organise en partenariat avec le Centre Régional de la Propriété Forestière de Bourgogne-Franche-Comté (CRPF) une journée de formation autour du grand gibier, de l'activité cynégétique et sylvicole et de l'équilibre sylvo-cynégétique.

Une quinzaine de personnes (adhérents et diplômés de l'ADCGG, fédération départementale des chasseurs 21, coopérative forestière et autres institutionnels) ont assisté à la formation. Un premier temps en salle a permis de poser des données chiffrées sur l'évolution du gibier en Côte d'Or et de présenter la sylviculture. En après-midi, le groupe s'est retrouvée en forêt publique et privée afin d'observer les types de dégâts forestiers, ici en peuplerais ou en plantations et les moyens de protection.

Vous trouverez ici le diaporama de cette réunion.

Visite d'une plantation

Abroutissement sur chêne

Écorçage

2017: Une journée de formation pour les chasseurs


Le 10 mai 2017 a eu lieu à Selongey, sur le territoire de la charte forestière, une journée de formation à destination des chasseurs sur l'équilibre forêt-gibier.

Cette journée était organisée dans le cadre d'une convention nationale entre le Centre Nationale de la Propriété Forestière et l'Association Nationale des Chasseurs de Grand Gibier et était la première programmée en Bourgogne. Ouverte à une quinzaine de personnes, la formation s'est déroulé en deux temps. La matinée en salle avec une présentation théorique a permis d'aborder l'identification des différents dégâts de gibier en forêt, l'appréciation de ces dégâts, la recherche des causes d'un éventuel déséquilibre ainsi que les moyens d'actions possibles. L'après-midi s'est tenu en forêt pour découvrir des cas concrets de dégâts de gibier, d'enclos-exclos ainsi que de plantation dans le recrû.

Une journée d'informations sur l'équilibre sylvo-cynégétique - 2014


Le 13 novembre 2014, la charte forestière a organisé une journée d'information sur l'équilibre sylvo-cynégétique avec la présence de Jean-Pierre Hamard, chercheur à l'IRSTEA ainsi que du CRPF, de la FDC 21, de l'ONCFS et de l'ONF.

Plus d'information dans l'article ci-dessous

Article CFT_Forêt et Cervidés.pdf