Biodiversité en forêt

L'Indice de Biodiversité en forêt (IBP)

L'IBP est un outil simple et rapide qui permet aux gestionnaires forestiers (publiques et privés):

  • d'estimer la biodiversité d'un peuplement pour l'intégrer dans la gestion;
  • identifier les facteurs améliorables par la gestion.

Il ne s'agit pas d'une norme de gestion, mais un outil d'aide à la décision. Pour plus d'informations, n'hésitez pas à consulter la plaquette de présentation ci-dessous et à visiter la page internet suivante.

Journée de formation IBP_23_mai_2019_Morvan

2017_01_18_ibp_presentation_v2_9.pdf

Focus sur l'ambroisie: plante invasive et nuisible pour la santé.

Parmi la multitude de plantes introduites hors de leur aire de répartition naturelle, certaines espèces n'ont pas de concurrentes et peuvent se répandre rapidement puis avoir des impacts écologiques, sanitaires et économiques négatifs ou jugés indésirables. Il faut savoir que ces plantes qualifiées d'espèces invasives, prolifèrent d'autant plus facilement dans les milieux dégradés par les activités humaines (bords de route, canalisation des cours d'eau, décaissement de sols ...).

L'ambroisie à feuilles d'armoise

Ambrosia artemisiifolia L., est originaire d'Amérique du Nod. Elle colonise les espaces agricoles, les bords de voiries, les chantiers de construction, les berges et les terres à l'abandon. On peut la trouver également en forêt, en bord de route forestière. Elle présente un problème majeur de santé publique: son pollen est très allergisant (rhinite, conjonctivite, asthme, eczéma). Les pollens sont libérés d’août à septembre avec généralement un pic vers la mi-août.

Par ailleurs, elle compromet le développement agricole, en colonisant les cultures et en provoquant une baisse de rendement. Elle pousse préférentiellement dans les cultures de printemps et plus particulièrement le tournesol.

Tout le monde peut agir pour limiter son expansion: signaler sa présence en contactant directement la plateforme interactive Signalement Ambroisie. De plus, les chambres d'agriculture accompagnent aussi les agriculteurs pour éviter la propagation de cette plante.

Plaquette_ambroisie.pdf

Crise des scolytes en Bourgogne-Franche-Comté.

Les attaques de scolytes sur épicéas ont été nombreuses en 2018. Le bois d’épicéa touché par le coléoptère en 2018 et début 2019 dépasse 1,1 million de m3 dans le Grand Est et en Bourgogne-Franche-Comté.

De plus, les conditions climatiques 2018-2019 particulièrement défavorables à la résistance des arbres et ayant permis le développement précoce d'un nombre exceptionnel de générations de scolytes génèrent une prolifération de grande ampleur en 2019.

C'est pourquoi, le 26 juillet 2019 le Préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté a signé un arrêté relatif à la lutte contre les scolytes de l'Epicéa commun dans les peuplements atteints. Une zone de lutte obligatoire a été instaurée et oblige l'ensemble des propriétaires forestiers à prendre des mesures concernant les épicéas sur pied attaqués et toutes les grumes abattues ou à abattre.

Actuellement, les deux interprofessions FIBOIS Grand-Est et Bourgogne-Franche-Comté (regroupant l'ensemble de la filière bois) rédige un plan interrégional. Ce dernier prévoit un chapelet d’actions, dont le suivi des attaques de scolytes (notamment avec un outil de l’IGN), la récolte rapide des arbres malades, la priorité donnée aux arbres scolytés lors des achats de bois, la promotion de ces bois bleuis par les attaques d’insectes mais ayant conservé leurs qualités mécaniques, le renouvellement des forêts. Les deux interprofessions centralisent le suivi de la commercialisation des bois infestés, à partir des données que s’engagent à fournir propriétaires, gestionnaires, exploitants forestiers et scieurs.