La pêche à la Dorade

À partir de la causerie d’Isidore TIRILLY, à Arradon le jeudi 16 février 2006 (conférence BOULINE).

Fait par Jack Le Cunff -Arradon –avril 2011, avec la complicité de René Ménager pour les croquis.

Actualisations « ponctuelles » par Jean-Claude Briens -Septembre 2019.

La pêche à la dorade grise.

Sparidé le plus commun de nos côtes, la dorade grise fait le bonheur de nombreux pêcheurs, il n’est que voir tous ces bateaux dans les courants du Golfe, au flot, où s’agitent cannes et lancers de toute nature…Ce poisson nerveux, vif, un peu fantasque, fait le bonheur du pêcheur amateur.

Comment se présente elle ?

Un corps haut et trapu de forme elliptique sur lequel se greffent des nageoires pectorales longues, une caudale échancrée ourlée d’une bande sombre et une longue dorsale.

La taille varie entre 20 et 35 centimètres.

C’est un poisson à l’instinct grégaire, qui évolue en bancs et en pleine eau à des profondeurs comprises entre 10 et 200 mètres. Durant l’été il se rapproche des côtes.

Dans le Golfe il affectionne particulièrement les fonds sablonneux, les gravières, les couverts d’algues ainsi que les failles recouvertes de coquillages.

Sa nourriture se compose essentiellement, d’algues, de vers et de petits crustacés, elle ne dédaigne pas alevins et mollusques.

Comme beaucoup de poissons elle est hermaphrodite, d’abord femelle jusqu’à l’âge d’environ 7 ans, elle deviendra ensuite mâle.

En fonction de la température de l’eau la fraie se produit entre février et mai.

Une femelle peut pondre jusqu’à 100 000 oeufs dans un nid creusé par le mâle avec sa queue ; c’est lui qui veillera sur sa progéniture.

Au bout de trois ans toute la petite famille se disperse.

Sa bouche, souvent petite est équipée de dents solides dont la forme varie avec

le régime alimentaire.

Le montage de la ligne.

  • Le fil : prendre de préférence du nylon cristal ou de la tresse, 25 à 35/100éme.
  • Un bas de ligne de 25 à 30/100, d’une longueur d’environ 1m50 après le plomb ou le « pater-noster », voir montage.
  • L’hameçon : droit du 20 au 10 ou renversé (octopus), en inox ou avec revêtement. Une seule règle il doit bien piquer et bien tenir.

C’est une pêche de fond qui se pratique souvent à la dérive, en fin de jusant et au flot, dans les courants. Prévoyez des plombs ! ! !

À marée descendante vous la trouverez dans les trous. La pêche se fait alors au mouillage et vous pouvez appâter avec des têtes de sardines que vous mettrez dans un filet lesté.


Les appâts.

  • Les coques, fraîches ou congelées dans de l’eau de mer.
  • Les couteaux, eux aussi peuvent être légèrement salés et congelés.
  • Les vers de vase, arénicoles à conserver dans un récipient en bois si possible, gravettes…
  • De petits morceaux de seiche, calmar…

N’oubliez pas qu’elle grignote, ne ferrez pas trop vite !

La dorade grise est peu méfiante.

La période de pêche.

Présente dans le Golfe du printemps à l’automne, d’avril à mai, elle se réfugie dans les trous à marée basse et remonte avec le flot et le courant.


La pêche à la dorade royale.

Comme la dorade grise elle fait partie de la famille des sparidés : Sparus auratus ou dorade royale

La Sparus auratus a fière allure, son corps ovale, assez haut et comprimé latéralement est nettement arqué. C’est un poisson souvent de belle taille pouvant atteindre 40cm vers 5 ans, 60cm à 10 ans, au dos gris bleuté, aux flancs jaunes argentés. Sa tête massive porte une bande dorée entre les yeux, qu’on assimile à une couronne, d’où son nom.

Ce poisson est capable de supporter de grandes variations de salinité, mais craint les refroidissements brusques. Dans le Golfe, elle arrive en fin de printemps et nous quitte vers début novembre pour établir ses quartiers d’hiver dans des eaux plus profondes de la « Mor braz ».

Elle vit en solitaire ou en petits groupes. Elle est craintive et méfiante, si vous voulez la pêcher ne faites surtout pas de bruit.

« Pour pêcher la Royale, le silence est d’Or…(dit) Ade ! »

Le matériel les appâts seront préparés à la maison, le muscadet débouché surle quai de départ, on préfèrera la sieste au bavardage…



La reproduction a lieu en avril-mai dans le Golfe de Gascogne sur des fonds de 30 à 50m. Comme la grise elle est hermaphrodite, mais elle est d’abord mâle, ensuite femelle vers 3 ans.

Sa croissance est variable selon les températures, à 1 an environ 10cm pour quelques dizaines de grammes, à 9 ans 50-60cm et quelques kilos…

Son espérance de vie est supérieure à 9 ans.

La mâchoire supérieure est plus longue que l’inférieure, ses lèvres sont épaisses.

Sa mâchoire est puissante, un véritable étau, faite pour broyer. Sa bouche est très dentée, six incisives côniques et cinq rangées de molaires arrondies sur la mâchoire supérieure, d’où son surnom : « gueule pavée » !

Elle se nourrit de mollusques bivalves (un couteau,solen, ne l’impressionne nullement), de crustacés, de naissain, de poissons et parfois d’algues.

Elle peut, très facilement, broyer les coquillages et les crustacés.

C’est un redoutable prédateur pour l’huître élevée sur sol, les ostréiculteurs de la baie de Quiberon en savent quelque chose...

Lorsque vous retirerez l’hameçon de la gueule de votre prise souvenez vous de ces images !!!

Attention ! contrairement au bar elle n’avale pas ses proies, disons qu’elle goûte, suçote, mâchouille, recrache, regoûte…, il vous faudra en tenir compte.

L’été, dans le Golfe, elle affectionne les gravières et les fonds sableux à proximité des parcs, vous pouvez commencer votre pêche à mi-flot.


Le montage de la ligne.

  • Le corps de ligne : tresse ou mono-brin 80/100
  • Un bas de ligne d’une longueur de 30 à 40m après le plomb ou le « paternoster », voir montage. Le fil du bas de ligne sera du 40 ou 45/100.
  • L’hameçon : droit de 40 ou renversé (octopus), en inox ou avec revêtement. Une seule règle il doit bien piquer et bien tenir. Corps de ligne. longueur : en fonction du fond

C’est une pêche de fond, recherchez les fonds sableux, les gravières, entre les parcs, les îles et îlots.

Les appâts.

  • Les coques, fraîches ou congelées dans de l’eau de mer.
  • Les couteaux, eux aussi peuvent être légèrement salés et congelés.
  • Les bulots.
  • Les myes.
  • « Pisse en l’air » ou « pissous ».
  • De petits morceaux de seiche, calmar…la moule tient mal sauf si on pique dans le byssus.

Dès qu’elle est ferrée gardez la ligne tendue, ne donnez surtout pas de « mou ».

Cette pêche peut s’effectuer au « bao », il suffit de remplacer le bateau par une bouée identifiée, le nom du bateau et son numéro d'immatriculation, ce qui permet de traquer le bar en attendant…

Appâts: Gravettes par exemple.

Pour plus de renseignements concernant la dorade consultez un des nombreux sites que vous pouvez atteindre à partir d’un moteur de recherches sur « Internet ».

N’oubliez pas de consulter le site d’IFREMER.

Les recettes de Tante Christiane : Daurade boulangère

Pour 4 personnes : 20 mn de préparation – 50 mn de cuisson

Ingrédients :

1 daurade d'1,2kg, 1 gousse d'ail, 1kg de pommes de terre à chair ferme, 2 citrons, 150g de petites olives noires, 2 branches de thym, 3 feuilles de laurier,

1cuillère à soupe de fumet de poisson, 5cl d'huile d'olive, 15cl de vin blanc sec, sel, poivre.

Préchauffez le four sur 180°C (th.6). Pelez la gousse d'ail et frottez-en l'intérieur d'un plat en terre si possible. Versez ensuite une cuillère à soupe d'huile d'olive dans le plat. Pelez les pommes de terre, lavez-les et coupez-les en fines rondelles. Disposez les couches de pommes de terre. Parsemez de

thym effeuillé. Ajoutez les feuilles de laurier dessus.

Faites bouillir 25cl d'eau avec le vin blanc et le fumet de poisson, puis arrosez en les pommes de terre..

Enfournez le plat et laissez cuire pendant 20 minutes.

Incisez la peau de la daurade, salez et poivrez-la, intérieur et extérieur.

Glissez une branche de thym et trois rondelles de citron à l'intérieur.

Versez le reste d'huile dans un plat creux, passez-y la daurade de chaque côté.

Sortez le plat du four et posez la daurade sur les pommes de terre.

Parsemez le tout de thym et de rondelles de citron. Remettez à cuire au four 30 à 35 minutes.

Au bout de 15 minutes de cuisson, ajoutez les olives. Vérifiez l'assaisonnement et servez directement dans le plat.


Christiane Guarc'h