L'origine du projet

L’envie de deux frères Jérôme et Jean-François DUPLAIX, qui ont grandi à Toulouse avant de partir pour l’étranger.

L’un à Montréal au Canada, et l’autre à Bordeaux. Pour y étudier, y travailler et fonder leur famille.

La volonté de vivre une aventure humaine au sein de la nature où ils ont leurs racines.

L’envie de construire la première édition d’un projet inspirant pour toutes celles et ceux qui souhaiteraient le reprendre.


POURQUOI LA GARONNE ?


La Garonne s’est imposée comme une évidence.

L’appel de la nature pour le Canadien se manifeste naturellement par l’eau dont le pays détient les plus grandes réserves mondiales.

Pour "l’étranger" de Bordeaux, spectateur des derbies à onze ou à quinze mais toujours de la Garonne, le lien est tout trouvé.

C’est la liaison naturelle, qui des Pyrénées à l’océan a façonné le paysage de sa vallée son histoire et son économie.

La ville rose lui doit la couleur de ses murs fabriqués à partir du limon et des galets de son lit.

Le Sud-Ouest lui doit sa douceur et un terroir dont la diversité et la qualité des cultures contribuent à la richesse du patrimoine culinaire et culturel français : la gastronomie.

Le plus grand vignoble du monde lui doit son climat sur le plus vaste des départements de métropole : la Gironde.

La Garonne offre le terrain idéal pour une aventure, accessible, un espace sauvage, des paysages, « un peu viril parfois, mais toujours correct ».


DANS QUEL SENS ?


Naturellement, en descendant le cours de l’eau.

A 50 et 46 ans, si des frères peuvent avoir besoin de se prouver qu’ils peuvent se donner quelques sensations à relever un défi physique et humain, ils ont la maturité pour rechercher à vouloir donner du sens à leur aventure.

Enfin pour rejoindre deux villes sœurs, il fallait bien deux frères.


Pas besoin d’aller chercher bien loin !

L’état d’esprit est de se dire que pour réaliser un beau projet aventure accessible à la plupart d’entre nous, car le but est que le plus grand nombre, se l’approprie, il n’est pas nécessaire d’aller très loin.

La Garonne a toujours été là pour nous. Nous avons pensé à elle et à tous ceux qui vivent et travaillent auprès d’elle.


COMMENT ? EN KAYAK !


Le kayak offre un énorme avantage, depuis plus de 4 000 ans : maniable, il permet d'aller partout. En randonnée il offre stabilité et confort.

Nous naviguerons sur 2 kayaks de mer, jusqu'aux portes de l'estuaire de la Gironde.

Le Lot-et-Garonne compte le premier fabricant européen de kayaks rotomoulés. Nous naviguerons avec des bateaux "Made in Garonne", de notre partenaire ROTOMOD, qui porte haut le savoir faire français.

2 frères Duplaix, 2 kayaks en duplex de la Garonne.


DEPART : PLACE DU CAPITOLE !


Nous souhaitons partir du centre de Toulouse pour sentir battre son cœur, nous qui allons naviguer sur une de ses artères. Départ donc à pied, kayaks sur chariots, place du Capitole pour une mise à l’eau sous le pont des Catalans, au plus près de l’obstacle formé par le barrage EDF du Bazacle. La berge est accessible, par un escalier, depuis l’avenue de l’ancien Vélodrome.

Nous souhaitons symboliquement poser nos kayaks à l'arrivée sur le magique miroir d'eau des quais de Bordeaux, symbole pour avoir rallier sur la Garonne le coeur des centres des 2 villes soeurs du sud-ouest.


Les 2 frères

Jérôme DUPLAIX


Toulouse ou Bordeaux ?

Toulouse. J’y suis tombé dedans quand j’étais petit. Son coeur m’a forgé et le mien battra toujours à son rythme.

Un carnet de Voyage ?

Bien sûr ! Déjà rempli de belles rencontres. Très touché par les cultures japonaises et Maori, tout en respect et gentillesse.

Ton spot préféré à Toulouse ?

Oh, il y en a beaucoup. Peut-être place Sainte-Scarbes, un îlot de calme au milieu de l’effervescence du centre-ville.

Ton spot préféré à Bordeaux ?

La Bastide. L’atmosphère plus sobre de la rive droite me convient mieux.

Une devise ?

Vivre par ses rêves, non par ses peurs.

Jean-François DUPLAIX


Toulouse ou Bordeaux ?

Les 2 ! Et au milieu coule plus qu’une rivière. Il faut bien connaître l’une pour mieux apprécier l’autre, et vice versa. Le désarroi des toulousains et des bordelais face à mon cas m’amuse toujours.

Un carnet de Voyage ?

Toujours le prochain ! Pas forcément besoin d'aller chercher loin.

Ton spot préféré à Toulouse ?

Le marché Victor Hugo tôt le matin, ou courir sur les berges du canal, je m’y sens un peu chez moi.

Ton spot préféré à Bordeaux ?

La place du marché des Chartrons, dans le quartier Notre Dame, je m’y sens un peu chez moi.

Une devise ?

L’aventure, est au coin de la rue.


LE CANADIEN

Marié à une albigeoise, père de deux filles et un garçon, cet informaticien s’envole en 1991 avec sa jeune famille pour se poser quelques étapes plus tard à Montréal au Canada où il est impliqué dans le développement de startups technologiques.

LE BORDELAIS

Marié à une auvergnate, père de deux garçons dont l’aîné étudie à... Toulouse, il arrive pour la première fois à Bordeaux en 1989, pour intégrer l’INSEEC, et ne l’a plus quitté. Il prend du plaisir à manager des équipes commerciales dans le Sud-Ouest.