J5

Bourdelles - Langoiran

45 km

J5 : L'étape

Départ de Bourdelles : 10 h

Pauses à Saint-Macaire, Cadillac, Lestiac sur Garonne

Arrivée Langoiran : 17 h

En bivouac ou en gîte, la nuit a été bonne et tranquille. Ce matin la Garonne est toujours haute, mais pas plus qu'hier.

Pour cette 5° journée nous allons pour la première fois devoir composer avec l'horaire de la marée. Inutile de partir aux aurores, l'étale haute est prévue vers midi à Langon. Le ciel est nuageux mais pas menaçant, quelques éclaircies sont même possibles pour la journée. Un rayon de soleil accompagne le départ des aventuriers, qui compte tenu de la température et de l'état du courant, enfilent volontiers leur gilet. Au revoir Bourdelles et Merci !

Nous passons le pont de La Réole et rejoignons d'un bon rythme Port Naval à St Macaire pour le casse croute. Une nouvelle fois les passionnés de Garonne qui oeuvrent aux seins d'associations locales à entretenir le patrimoine des infrastructures fluviales sont là pour nous accueillir et nous encourager. C'est un plaisir de faire ces rencontres !

La Garonne ne monte plus, c'est le signal pour nous de nous remettre à l'eau, direction Langon, Cadillac, Lestiac pour arriver à Langoiran avant la renverse de 18h. Un nouveau paysage se dessine sur les berges. Les vignes et les carrelets ont remplacé les haies de peupliers de l'amont. Un vent d'ouest régulier nous fait sortir les bras et nous sommes bien contents de nous pauser quelques minutes à Cadillac, sous le pont, sur la cale près du ponton.

La crème de Garonne charrie toujours autant de troncs. Nous nous en rendrons compte en regardant les impressionnantes images prises par un drone sur la cale de Lestiac qui nous attend pour le goûter ! Des animations et des ballades sont organisées par l'association à la belle saison, pour profiter d'un coin de Garonne particulièrement agréable. Un coup de compresseur pour écrémer la cale, et nous arrivons ! Les nuages et le vent sont eux aussi à l'heure...

Les quelques kilomètres qui nous séparent de Langoiran notre point d'arrivée pour cette avant dernière étape, passent vite, toujours portés par une Garonne forte. Le niveau d'eau ne nous permettra pas d'y observer le traditionnel mascaret qui se produit à la renverse en cette saison. Le débit des eaux du fleuve et leur niveau sont trop élevés pour qu'une onde se forme à la remontée de la marée. Nous prenons soin à l'arrivée d'amarrer la miole et les voiles avirons qui nous accompagnent pour qu'ils ne s'abîment pas. Avec un coéficient de plus de 100, les locaux savent que les berges auront les pieds dans l'eau encore ce soir. Nos efforts sont une nouvelle fois récompensés par la Mairie de Langoiran qui nous accueille avec un apéritif réconfortant. Les habitants proposent d'héberger les aventuriers et un repas se prépare à l'auberge espagnole des Chantiers Tramasset. Nos vins du Haut-Pays y seront dégustés une nouvelle fois dans un esprit de convivialité et de partage.

Mathieu Verdier, du Château Bessan dont le tonnelet rejoindra plus tard le Belem et Lisbonne, accueille les aventuriers dans sa Cabane dans les Vignes. Un endroit magique pour déguster un crémant en contemplant près de 20 km de méandres de Garonne, au coucher du soleil.