Le scientifique et le philosophe

 

Le Philosophe, qui est-il donc sinon Φιλόσοφος, l’Ami de la Sagesse - non pas le Sage mais, plus modestement, l’apprenti qui s’efforce d’accéder à la sagesse ? Et qu’est la Sagesse sinon σοφία, ce savoir-être reposant avant tout sur la connaissance pratique, l’idéal d’une vie humaine tournée vers le Bonheur ? Les grands Sages de la tradition antique et orientale, Bouddha, Socrate, Confucius, Lao-Tseu ou Marc-Aurèle, ne suscitent-ils pas notre admiration, non pour un savoir abstrait inaccessible au commun des mortels, mais pour l’exemple de leurs vies tournées vers la Sérénité (serenus, « temps clair, pur, ensoleillé ») ?

A l’origine, la Philosophie est un Eudémonisme (εὐδαιμονία, « bonheur ») qui se confond avec la Physique (φυσικη, « connaissance de la nature »). Le Philosophe est un Scientifique, un Savant (scientia, « connaissance ») qui recherche dans la compréhension du Cosmos les règles d’une vie heureuse. Jusqu'aux Lumières, la plupart des grands philosophes furent aussi de grands scientifiques, mathématiciens, astronomes ou physiciens (Pythagore, Thalès, Aristote, Avicenne, Descartes, Pascal, Leibniz, Bacon…), mais aussi de grands politiques, hommes d’état ou législateurs (Solon, Platon, Marc-Aurèle, Locke, Rousseau, Montesquieu…).

Le dualisme moderne a rompu cette unité originelle en cloisonnant les disciplines du savoir : au Philosophe la Métaphysique, connaissance des lois du monde immatériel ; au Scientifique la Physique, connaissance des mécanismes du monde matériel ; et au Politicien l’Economique (οἰκονομία, « administration d'un foyer »), connaissance des affaires de la Cité humaine. Science et Philosophie se sont séparées l’une de l’autre, mais se sont aussi éloignées ensemble de nos vies quotidiennes, matière initiale que travaillait le Sage antique et désormais laissée au seul démagogisme de la Politique... Egarées l’une et l’autre dans un formalisme de plus en plus abstrait et déconnecté de nos existences vécues, Philosophie et Science ne sont plus au service de la Sagesse, inaptes désormais à donner un sens à nos vies, c’est-à-dire à nous montrer un chemin vers la sérénité individuelle et collective...

Renouer les liens entre Science et Philosophie, c’est rétablir ce lien qu’avait à l’origine la Philosophie avec notre expérience vécue, développer un véritable art de vivre visant à l’harmonie avec le monde et les autres, retrouver une sagesse pratique ancrée dans notre réalité commune.

De par sa double appartenance - à une école d’ingénieurs à laquelle il doit sa formation, et à une discipline qui constitue son domaine d’intérêt intellectuel - le groupe X-philo s’attache à intégrer la méthode du scientifique dans la Philosophie et, à l’inverse, à adopter un recul philosophique sur la Science. De cette complémentarité émerge une pluralité de regards fidèle à l’approche de la philosophie voulue par les Grecs : la liberté de pensée…