46jours avant
la fin de la saison

SAISON 2013-14

Historique

Fondé en 1912, le FC Xamax fusionne avec Neuchâtel-Sports (FC Cantonal Neuchâtel) en 1970. Sous la houlette du président Gilbert Facchinetti et l'impulsion de l'entraîneur Gilbert Gress, NE Xamax va conquérir deux titres de champion de Suisse et vivre d'incroyables aventures sur la scène européenne. Mis en faillite en janvier 2012, le club renaît quelques mois plus tard sous un nouveau nom et avec une nouvelle direction. Retour sur 100 ans d'histoire d'un club de légende.

1912 - 1945 Le Xamax d'Abegglen

l
C'est dans les années 1910 que tout commence. Une bande de gamins joue alors régulièrement au foot dans la cour du Collège Latin (photo), puis sur le terrain du Mail. 
Un beau jour, ces footballeurs du dimanche décident de structurer leur équipe sous l'impulsion d'un des leurs, Max Abegglen (voir encadré). Encore en culottes courtes, le jeune homme donnera son nom au club.
l
Si l'histoire retiendra la date de 1912 (le centenaire du club a été célébré en 2012), c'est le mardi 17 mai 1916 qu'a lieu la première assemblée générale du FC Xamax. Un mois plus tard, le 16 juin 1916, le FC Xamax, joue et gagne son tout premier match "officiel". Et neuf jours après, son grand frère d'alors, le FC Cantonal, devient le premier club neuchâtelois sacré champion suisse.
l

1902-1970: MAX "XAM" ABEGGLEN

Prénommé "Max", surnommé "Xam" à Neuchâtel, Abegglen (photo) est à l'origine du nom du club. A 20 ans, ses débuts en équipe nationale étaient éblouissants. 

En 1924, ce garçon timide, introverti, s'imposait néanmoins comme le véritable "patron" de l'équipe suisse au Tournoi olympique de Paris. Petit gabarit d'une extrême vivacité, Abegglen échappait à tout marquage. Constructeur inspiré, il témoignait d'une rare efficacité à la finition. Aux Grasshoppers, où il joua en première équipe durant dix-huit ans, le Neuchâtelois accumula les trophées.

l
Dans les années 1920, le départ d'Abegglen à Lausanne provoque indirectement la chute du club, qui n'a du reste pu trouver un terrain qu'à Marin. Malgré une fusion avec le FC Colombier, lui permettant de profiter de ses infrastructures, la situation matérielle du club devient telle qu'il doit arrêter la compétition jusqu'en 1927.
l
En 1934, l'équipe retrouve la 2ème ligue. Mais durant la Seconde Guerre mondiale, elle doit à nouveau cesser son activité. Faute de footballeurs cette fois, tous partis sous les drapeaux.
l
1945 - 1970 Les grandes ambitions de "Galette"

l
Quand Xamax repend la compétition, les règlements l'obligent à repartir tout au bas de l'échelle, à savoir en 4ème ligue. 
C'est Roger Facchinetti, plus connu sous le nom de "Galette", qui reprend alors le club. Et le bonhomme a de grandes ambitions !
l
Le FC Xamax se hisse en 2ème ligue lors de la saison 1954-55 puis, onze ans plus tard, atteint la Ligue nationale B. Mais hélas, malgré les succès sportifs, les problèmes matériels subsistent, notamment celui du terrain. De son côté, le FC Cantonal (photo), devenu entre temps Neuchâtel-Sports, connaît lui aussi son lot de soucis...
l
ANNES 1960: LES ANNEES CHAUX-DE-FONDS

Neuchâtel Xamax na pas été le premier club neuchâtelois à remporter le titre de champion suisse. Après Cantonal en 1916. le FC La Chaux-de-Fonds est couronné champion en 1954. Au terme de la saison 1953-54, le FCC signe même le premier doublé de son histoire en s’adjugeant également la Coupe de Suisse. Un exploit que les joueurs de La Charrière renouvelèront l’année suivante.

En tout, le club chaux-de-fonnier a triomphé six fois en finale de la Coupe de Suisse (1948, 1951, 1954, 1955, 1957 et 1961) et trois fois en championnat (1954, 1955 et 1964). C'est la période faste des "Meuqueux", qui participent également à deux compétitions européennes (1961 et 1964). Après avoir éliminé Saint-Etienne, les coéquipiers du célèbre Antenen reçoivent le fameux Benfica Lisbonne le 4 novembre 1964, pour un match qui restera le plus grand de l’histoire du club.

l

1970 - 1980 De la fusion à la promotion


C'était dans l'air: en 1970, les deux clubs de la Ville  (Neuchâtel-Sports et le FC Xamax) décident de fusionner. Neuchâtel Xamax est né ! Gabriel Monachon est nommé président et Gilbert Facchinetti (photo), qui deviendra plus tard le président charismatique et emblématique du club, endosse la casquette de directeur sportif. La mayonnaise prend très vite: au terme de la saison 1972-73, le club accède pour la première fois à la Ligue Nationale A (LNA).
l
Durant cette décennie de grands noms deviennent xamaxiens. Citons Gilbert Gress, Michel Decastel, Hans-Peter Zaugg, Christian Gross ou encore Christian Constantin.

l

1980 - 1989 L'heure de gloire xamaxienne


Les années 1980 débutent sur les chapeaux de roue. Sous la conduite de l'entraîneur Gress. l'équipe décroche la 3e place dès la saison 1980-81 et se qualifie par la même occasion en Coupe de l'UEFA. 
 
Xamax, que personne n'attendait, élimine Sparta Prague, Malmö et le Sporting Lisbonne... avant de s'incliner en quart de finale contre le SV Hambourg. En championnat, le club s'approche de plus en plus du sommet, effectue une saison 1984-85 pleine d'espoirs... mais termine à la 3e place.
l
Lors de sa troisième participation à la Coupe de l'UEFA (1985-86)le club récidive son exploit de la saison 1980-81. Cette fois, contre la prestigieuse équipe du Real Madrid. C'est l'époque des Engel, Hermann, Don Givens, Perret, Mottiez, Ryf ou encore Lüthi. Quant au titre, il échappe à nouveau aux "rouge et noir" pour deux petits points...
l
La patience étant la meilleure des vertus, la consécration arrive peu de temps après. Xamax est en effet sacré champion de Suisse en 1987 (photo) ; plus de 20'000 spectateurs assistent à la victoire finale contre Aarau, le titre étant déjà acquis depuis le 1-1 à Lausanne de la journée précédente.
l
Le parcours européen qui suivra sera court mais mémorable: après s'être imposé contre le Bayern Munich 2-1 à domicile, Neuchâtel Xamax n'a pas été loin d'éliminer le club bavarois sur son terrain (saison 1987-88)!
l
1987: PREMIER SACRE POUR NEUCHÂTEL XAMAX

Le 3 juin 1987, Neuchâtel Xamax se rend au stade de la Pontaise, pour y affronter Lausanne. L’objectif? Obtenir un point, afin de décrocher le premier titre de champion de Suisse de son histoire. Mission accomplie, grâce à une réussite de Heinz Hermann (1-1). La fête est belle pour les Stielike, Beat Sutter et autre Jacobacci, qui finissentent le championnat avec cinq points d’avance sur leur dauphin, Grasshopper. Après le coup de sifflet Le 13 juin, Don Givens (photo) peut,ainsi faire ses adieux en soulevant le trophée de champion. alors que Gilbert Facchinetti cherchera  son fils, qui évoluait sous les couleurs... lausannoises! Et le président des "rouge et noir" de s’exclamer, devant les caméras de la télévision romande: "Il est où, mon gamin?". 

l
L’équipe des "deux Gilbert" confirmera son titre l’année suivante en battant Saint-Gall à à la Maladière, lors de la dernière journée de championnat. 
ll

1989 - 1992 Les succès d'Hodgson


Après ces deux titres Gilbert Gress quitte le navire. L'Anglais Roy Hodgson lui succède. A son actif, des résultats plutôt corrects en championnat, une troisième finale de coupe (perdue face à Grasshopper), un match pour le moins animé en Coupe d'Europe des Champions contre Galatasaray (saison 1988-89), et surtout une nouvelle épopée européenne lors de la saison 1991-92.  Pour mémoire, le Celtic Glasgow est étrillé 5-1 à la Maladière. Et le huitième de finale qui s'ensuit voit Xamax retrouver sur son chemin le Real Madrid. Victoire 1-0 à domicile, mais défaite 4-0 au match retour...
l
Roy Hodgson étant appelé à entraîner l'équipe nationale suisse, on procède en 1992, à l'amiable, à un échange d'entraîneurs avec l'Allemand Ueli Stielike. Mais ce sera hélas deux saisons de disette...
l
1994 - 199Le retour gagnant de Gress

l
En 1994 Gilbert Gress effectue son grand retour à la Maladière. Sous son commandement Xamax gagne à nouveau. Il rate le titre de peu en 1996-97, et, retrouvant quand même l'Europe, élimine l'Etoile Rouge Belgrade (saison 1995-96) et le Dynamo Kiev (1996-97). En 1997, Xamax doit concéder sa première défaite européenne à domicile (0-2). Contre quel adversaire?  L'Inter de Milan d'un certain Ronaldo ! Pas de quoi rougir donc. L'Alsacien quittera son poste l'année suivante.
ll
1998 - 2003 Le début des doutes

l

Alain Geiger prend la tête de l'équipe en 1998 et, face à la détérioration croissante des finances du club, s’attelle à un long travail de formation. En coulisses, les rumeurs de reprise se multiplient. Citons le feuilleton Gian-Paolo Bonora... qui a duré des mois !

l
En juillet 2002, Alain Geiger, qui n'a sans surprise guère convaincu, est remplacé par Claude Ryf. Le bilan de cet autre "ancien Xamaxien" est positif:  l'équipe termine 3ème et accède à la finale de la Coupe de Suisse (saison 2002/03).
l
La saison 2003-2004 sera plus difficile : une sortie honorable en Coupe de l'UEFA face à l'AJ Auxerre précède une série de mauvais résultats, de caisses résolument vides, de nouvelles rumeurs quant à une reprise du club. Sans parler du stade qui ne répond bientôt plus aux normes suisses et européennes. 
l
En 2003, sous l'impulsion du Conseiller communal Didier Burkhalter, la ville de Neuchâtel, propriétaire du stade, parvient à un accord avec une entreprise générale afin d'obtenir la construction d'un nouveau stade à la Maladière.
l
2003 - 2005 La guerre des clans

l
Fin 2003 : le décrié Alain Pedretti devient le nouveau président du conseil d’administration. Le Français veut apporter une touche tricolore aux «rouge et noir», profitant des accords bilatéraux pour faire transiter de nombreux Français à la Maladière... puis à la Charrière : dès juillet 2004, Neuchâtel Xamax doit en effet s'exiler à la Chaux-de-Fonds pour permettre la construction de son nouveau stade.
l
L'équipe subissant une grave baisse de régime, Pedretti écarte Ryf et place à sa tête René Lobello et Christophe Moulin, puis René Lobello et Gianni Dellacasa. La mayonnaise prend et un redressement sportif inespéré permet à Neuchâtel Xamax de sauver sa place parmi l'élite lors de barrages gagnés contre le FC Vaduz.
l
Mais de nouvelles dissensions viennent diviser le conseil d'administration du club en deux clans. Fin 2004: malgré une assemblée général e extraordinaire de réconciliation, la tension est à son comble. Résultat: Gianni Dellacasa s'en va à Sion...

l

2005 - 2011 Les promesses de Sylvio


l
En 2005, un nouveau conseil d'administration est nommé autour de Sylvio Bernasconi. "Notre objectif est de faire en sorte que Xamax joue les premiers rôles", déclarera-t-il lors de cette journée. Mais, hélas, René Lobello jetant l'éponge à son tour, Alain Geiger fait son grand retour à la Maladière. Grâce aux résultats obtenus auparavant par Lobello, l'équipe termine la saison sur un correct 6ème rang et se qualifie pour la Coupe Intertoto.
l
Se rendant vite compte des qualités limitées du Valaisan, le club le remplace par le charismatique Miroslav Blazevic. Mais le changement arrive trop tard:  le club connaît sa première relégation en Challenge League  (barrages lors de la saison 2005-2006).
l

La saison suivante  c'est au tour de Gérard Castella d'être intronisé entraîneur. Seule la moitié du contingent précédent est alors conservée. Dans le même temps,de nombreux renforts arrivent pour atteindre l'unique objectif de la saison: rejoindre l'élite. Le 18 février 2007 cette équipe est la première à fouler la pelouse du nouveau stade de la Maladière...

l
Février 2007: INAUGURATION DU NOUVEAU STADE

Douze milles places assises, des sièges aux couleurs de Neuchâtel Xamax, des espaces privilégiés pour les partenaires, un gazon synthétique homologué par la FIFA: les amateurs de football sont comblés ! Situé au coeur de la ville, le stade est intégré dans un complexe multifonctionnel. Son terrain placé à 6 mètres du niveau de la route lui donne un caractère unique en Suisse.

Deux ans et demi auront été nécessaires pour l'édification de ce bâtiment.Outre le stade, qui appartient à la Ville, il abrite un centre commercial, une caserne pour le service d'intervention et de secours, six salles de sport et un parking souterrain de 930 places.

L'équipe des "rouge et noir" y a pris ses quartiers au début du 2ème tour de la saison 2006-07. Les festivités de l'inauguration officielle ont eu lieu les 22, 23, 24 juin 2007.

l
Trois mois plus tard, Xamax bat 5-0 le FC Baulmes devant plus de 8'300 spectateurs. C'est (déjà) le grand retour de Xamax en Super League. Mais la ferveur sera vite stoppée par... le limogeage de Castella.. 
l
En 2009/10, le renouveau xamaxien se nomme Pierre-André Schürmann. Derrière Bâle et Zurich, Xamax s'affirme comme troisième force du pays! Hélas, les cessions par Bernasconi des deux terreurs offensives Gavranovic (Schalke 04) et Ideye Brown (Sochaux) couleront leur mentor...
l
Apparemment, l'entrepreneur Bernasconi n'a vraiment pas envie de construire. En 6 ans, il aura «usé» de 7 entraîneurs (voir ci-contre). Gérard Castella, avec 22 mois, est celui qui aura tenu le plus longtemps... Miroslav Blazevic a fait une saison entière ; Nestor Clausen 10 mois, tout comme Pierre-André Schürmann...  
l
Le 10 avril 2011, Sylvio Bernasconi annonce à la TSR qu'il y aura bientôt "un nouveau président". Les rumeurs enflent: un milliardaire russe s'intéresserait à Xamax...
l
2011 - 2012 Le monde selon Bulat

l
Début mai, Sylvio Bernasconi vend ses actions à l'homme d'affaires tchétchène Bulat Chagaev. Auparavant Bernasconi sera parvenu à contrôler 60% des actions du club (rachat de parts via son groupe de construction ou pour le compte de proches), alors qu’il en détenait entre 30 et 40% auparavant. Par cette manœuvre Chagaev devient le premier président de Xamax à détenir plus de 50% du club.
l
Licenciements à la pelle, manquements administratifs, soupçons de faux dans les titres… Les méthodes autoritaires du nouveau propriétaire sèment très vite le chaos et le club neuchâtelois occupe régulièrement la une des médias. Il perd également la confiance des supporters et des sponsors.
l
Les débuts du Xamax "tchétchène" sont aussi chaotiques sur le terrain. Mais, bien aidés par un effectif de rêve (Victor Sanchez, David Navarro, Kalu Uche notamment), les coachings successifs des Espagnols Joaquin Caparros et Victor Munoz lui permettent de pointer au 4ème rang de la Super League en décembre.
l
Cependant en coulisses les choses s'accélèrent. Après plusieurs mois d’incertitude, le club se voit retirer sa licence par la Swiss Football League le 18 janvier 2012, ce qui entraîne son exclusion immédiate de la Super League...La faillite sera prononcée une semaine plus tard.
l
l
l
l
Janvier 2012: LA FIN D'UN MYTHE

La licence de Neuchâtel Xamax FC a été retiré avec effet immédiat le 18 janvier 2012 par la Swiss Football League (SFL).Dans sa décision, la Commission de discipline conclut que les conditions pour la licence ne sont plus remplies à cause de la non-présentation de documents financiers.

Une semaine plus tard, le 26 janvier, le juge de la cour civile du Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers prononce la faillite du club. Il tire les conséquences d'un avis de surendettement déposé le jour même par le club. Le même jour Bulat Chagaev est inculpé de gestion déloyale et placé en détention provisoire.

l

Retour sur l'histoire de Xamax (RTS)

l
2012 - ???? La renaissance

l
Quelques semaines après sa disparition le club renaît sous un nouveau nom: Neuchâtel Xamax 1912. Il est présidé par Christian Bingelli, lui-même appuyé par un directoire de huit membres. Le "1912" fait naturellement référence à la date de création du FC Xamax, lequel avait fusionné avec le FC Cantonal Neuchâtel, devenu Neuchâtel-Sports, en 1970 pour former le Neuchâtel Xamax. Un retour aux sources en quelque sorte ! 
l
La question est désormais de savoir dans quelle catégorie de jeu va évoluer Xamax 1912.
1 9 1 2

Fondation du FC Xamax
1 9 6 6

Promotion en
Ligue nationale B
1 9 7 0

Fusion avec Neuchâtel-Sports
 
1 9 7 3
Promotion en
Ligue Nationale A
1 9 8 1
1/4 de finales de la Coupe de l'UEFA
1 9 8 6
1/4 de finales de la Coupe de l'UEFA
1 9 8 7 
Premier titre de champion de Suisse
1 9 8 8
Second titre de champion de Suisse
1 9 9 2
1/8 de finales de la Coupe de l'UEFA
1 9 9 7
UEFA: 1ère défaite à domicile  
2 0 0 3
Annonce par la ville du projet de nouveau stade
2 0 0 6
Relégation en Challenge League
2 0 0 7
Inauguration du nouveau stade
2 0 0 7
Retour en Super League
2 0 1 2
Retrait de licence et mise en faillite