Vie Municipale‎ > ‎

Finances


Budget 2016.

publié le 4 avr. 2016 à 08:07 par Mairie GUERMANTES

Afficher l'image d'origineFonctionnement :

A Guermantes, les dépenses de fonctionnement se divisent en 3 grands chapitres.

Il y a d'abord les charges à caractère général, c'est à dire tout ce qui concerne le fonctionnement courant du village (depuis les factures d'eau, d’électricité, gaz, téléphone, l’achat de fournitures administratives et techniques, les contrats d’assurances et de maintenance, jusqu'aux taxes diverses à payer, en passant par les frais d'entretien des bâtiments, de la voirie, des espaces verts ou encore les frais liés aux manifestations communales et réceptions). Montant : 262 000 € (soit près d’1/3 du budget)

Le second chapitre (241 000 €) couvre les charges de personnel (salaires, toutes les cotisations URSSAF, caisses de retraite et autres, les contrats d’assurance du personnel…).

Enfin, le 3ème chapitre est dédié aux autres charges de gestion courante pour 225 000 €, telles que les indemnités des élus, leurs cotisations URSSAF et retraite, les contributions aux syndicats intercommunaux comme le SIVOM, gestionnaire de l'école du Val Guermantes (132 300 €), mais aussi le SDIS (secours et incendie), les subventions aux associations et au CCAS (liste non exhaustive).

Face à ces dépenses, les recettes de fonctionnement.

Une majeure partie des recettes provient des taxes foncières et d'habitation (+ 70 %). Les autres recettes qui contribuent au fonctionnement du budget sont l’attribution de compensation versée par Marne et Gondoire, la taxe sur les droits de mutation versée par le département (montant aléatoire puisqu’il est fonction des ventes immobilières). Par ailleurs, l'Etat verse aux communes une dotation globale de fonctionnement (DGF) dont le montant diminue au fil des ans : 110 000 € (perte de plus de 50 000 € en 4 ans). Guermantes, en tant que petite commune rurale reçoit également la DSR dotation de solidarité rurale (12 000 €).

A cela s'ajoutent divers produits de gestion courante (les revenus des immeubles comme les locations de l'EMP, mais aussi les droits de place du troc & puces) ou divers produits exceptionnels (divers remboursements, sponsoring pour les manifestations communales...).

Investissement :

Les dépenses d'investissement concernent en majeure partie des travaux et aménagements (plantations, rénovation des trottoirs, travaux de voirie, aménagement d'espaces publics, équipement du cimetière).

Le reste des dépenses concerne les achats de véhicules ou de gros outillage technique, de mobilier, de matériel informatique ou des frais liés aux études de dossier comme la modification du PLU (Plan Local d'Urbanisme).

Les recettes d’investissement : ces dépenses sont presque en totalité liées à l'octroi de subventions et d'emprunts. Une partie des recettes provient donc des subventions allouées par la région, le département ou l’Etat. Le reste provient du FCTVA (fonds de compensation de la TVA). Ce montant étant basé sur les dépenses d’investissement réalisées l’année précédente, il varie chaque année. Une autre recette essentielle, l’excédent de fonctionnement reporté (résultat de l'année antérieure) et affecté en recettes d’investissement afin de pouvoir couvrir, notamment le déficit sur les dépenses. Et en dernier lieu, la commune peut être amenée à recourir à l’emprunt, ce qui est le cas cette année.

1-1 of 1