LA LETTRE MENSUELLE

PAQUE

(Singulier : Sans S a la fin)
La Pâque dans l'ancien Israël

Heb : Pessar (Deut 16,1-8 ; Exo 12,1-36)
Pâque, est une des trois fêtes de pèlerinage obligatoire du calendrier hébreux. Elle débutait le soir du 14ème jour du mois de Nisan et se poursuit sept jours durant.
Pâque commémore l'exode des Hébreux hors d’Egypte, la fin de leur l'esclavage et célèbre l'apparition du printemps, et le début de la moisson de l'orge.

Les Israélites avaient été esclaves de l'Egypte pendant quatre cent trente années (Exo 12,41). Refusant obstinément de relâcher le peuple malgré les prodiges opérés par Moïse, les Egyptiens furent frappés de dix plaies par la main puissante de Dieu avant de libérer les Israélites. Ces dernières sont devenues une garantie de la protection et de la faveur que Dieu manifeste à son peuple.
Guidés par Moïse, les israélites sortirent du pays en traversant la mer Rouge que Dieu assécha afin qu’ils puissent la franchir à pied sec, et se referma avec violence sur la armées de pharaon, finissant de dévaster totalement le pays.

Pâque est désignée par différents noms qui reflètent la pluralité de ses aspects

1°) Pessar (ou Pessah) provient du récit biblique du “passage” de l'Ange de la mort “par-dessus” les maisons des enfants d'Israël, qui mit à mort tous les premiers-nés égyptiens (Ex 12,27).

2°) Fête des azymes : obligation de manger du pain sans levain en commémoration de la nuit de l'Exode où n'avaient pas eu le temps de faire lever le pain.

Selon le récit biblique, l'ordre divin leur avait été donné de sacrifier un agneau la veille de l'exode et de répandre un peu de son sang sur les portes de leur maison, l'Ange de la mort ne devant pas frapper les maisons portant ce signe distinctif.

Deux aspects miroir

La Pâque juive rappelait d'année en année deux aspects 'miroir' opposés, la nuit et le jour, et c'est pourquoi la fête débutait tard dans la nuit du 14 pour se poursuivre en réjouissances tout au long de la journée du lendemain.

La nuit

Elle débutait par le repas pascal (Heb. Seder, ordre)

Il s’agit d’un repas rituel pris en famille, le premier soir de Pessah. Il s’agit d’un des rituels festifs les plus observés au sein du peuple juif et, du point de vue symbolique l’un des plus importants.

Le plateau de Séder était composé de 7 éléments qui symbolisaient chacun un des aspect de l'esclavage des Israélites en Egypte

- Un rôti d'agneau qui évoque l'agneau pascal (Betsa, remplacé après la déportation par un os)

- Une herbe amère (persil, des radis ou autre) qui rappelait l'amertume de la servitude en Egypte

- De l'eau salée qui symbolisait les larmes versées par les Israélites en Egypte

- Un mélange de noix, de fruits, de vin et d'épices qui caractérisait le mortier dont les Israélites firent usage pour construire les villes du Pharaon

- Du pain azyme, (Matsa : le « pain de la misère) qui rappelait l'empressement et l'angoisse de cette nuit

- Du vin mêlé d'eau (3 verres) fut rajouté plus tardivement

La lecture de la loi était l'élément déterminant de la fête. le récit lu retraçait l’histoire de l’exode, et au cours de cette lecture, le benjamin de l’assistance posait au père de famille, quatre questions relatives à l’Exode.

Le peuple consommait le pain azyme tout au long des 7 jours de la fête, une galette de pain non levé, fait de farine et d’eau, car il était interdit de détenir ou de consommer du levain. La veille de Pessah, on passait la maison au peigne fin pour éliminer la moindre miette de levain qui pourrait s'y trouver. Ce pain azyme rappelait encore la servitude des Hébreux en Egypte.

Le jour

La fête de Pâque rappelait cependant d'année en année une autre facette heureuse et miroir de la précédente

- L'offrande future du véritable "Agneau de Dieu qui effacerait tous les péchés du monde"

- La libération du peuple d’Israël de la servitude d’Egypte

- La venue prochaine du Libérateur plus grand que Moïse, (Messie)

- La naissance en un seul jour d'une nation auparavant inexistante.

- L'entrée dans un paradis où coulait le lait et le miel

- Le retour du printemps et de la vie véritable

- Le début de l'année dans un monde nouveau et juste

- Le début des abondantes moissons (l'orge).

- Le bonheur et les réjouissances qui s'ensuivraient

D'autres éléments fondamentaux participaient en filigrane au réconfort et à la survivance du peuple Israélite

- La nécessité de se garder exempt de toute tâche du monde

- La certitude de la protection divine sur son peuple, d'un Dieu qui n'hésite pas a frapper Lui-même les ennemis de son peuple fidèle

- La certitude que les anges de Dieu campent autour de ceux qui le craignent,

- La force de ne plus jamais avoir peur d'un ennemi humain ou diabolique quel qu'il soit

- La nécessité vitale de demeurer au sein de la maison de Dieu sous le sang de l'agneau protecteur.

La Pâque Chrétienne

"Toutes choses ayant été écrites pour nous servir d'exemple, à nous sur qui sont arrivés les fins des choses", il est fondamental pour le Chrétien fidèle d'analyser et de comprendre les symboles présents dans la célébration de la Pâque de l'ancien Israël pour en détacher les éléments de la Pâque Chrétienne.

La différence entre la Pâque juive et la Pâque Chrétienne est infime. Elle est aussi infime que la différence génétique entre un homme et un grand singe évolué -1% seulement- comme disent les scientifiques. Mais de même que pour la différence homme/singe, ces 1%, sont un univers entre la Pâque Chrétienne et celle des juifs. Cette différence, c'est la différence de l'Esprit-Saint.

- Les juifs d'aujourd'hui attendent toujours un Messie sauveur, qui pour les Chrétiens est déjà venu.

- Les juifs raisonnent de façon terrestre sur la célébration de la Pâque alors que les Chrétiens en perçoivent toute la porté spirituelle (Esprit-Saint), comme ce fut le cas pour cette Samaritaine à qui Jésus proposait de l'eau qui lui donnerait la vie éternelle (Jea 4,4-26), et comme Nicodème, cet enseignant juif qui interrogeait Jésus sur la seconde naissance (Jea 3,1-13).

- La Pâque juive, bien que porteuse d'un message hautement spirituel n'était qu'un modèle des choses célestes et non la substance même de ces choses.

- La Pâque Chrétienne présente elle, les arrhes même de l'essence des choses spirituelles.

- Tout ce qui s'applique de façon littérale dans la Pâque juive s'applique donc, mais de façon spirituelle à la Pâque Chrétienne. Eg.

La nuit

- Les Chrétiens se souviennent de leur servitude dans l'Egypte spirituelle (le monde)

Le pain azyme, est une vie absente de péché

- 1Co 5,7-8 Purifiez-vous du vieux levain pour être une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain. Car le Christ, notre pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non pas avec du vieux levain, ni du levain 

 de méchanceté et de perversité, mais avec des pains sans levain : dans la pureté et la vérité »

- Manger l'agneau avec "La tête, les pieds, et les entrailles", c'est accepter les deux venues de Jésus, la 1er (tête) et la 2eme (pieds) et en comprendre le sens profond (entrailles)

- Les herbes amères, les tribulations et les persécutions que subissent les Chrétiens

- L'eau salée, les larmes qu'ils versent dans ce monde au service du Christ. - mat 10

- Etc...

Le jour

La fête de Pâque rappelle d'année en année aux Chrétiens une autre facette heureuse et miroir de la précédente

- L'offrande future du véritable "Agneau de Dieu qui a effacé tous les péchés du monde"

- La libération du peuple Chrétien de la servitude d’Egypte

- Pharaon (le diable) à du relâcher le peuple de Dieu à la suite de 10 plaies qui se sont abattues sur lui lors de la 1ere venue de Christ

- Le retour prochain de Christ pour délivrer son peuple de ced monde méchant et esclavagiste

- La naissance en un seul jour de la nation Chrétienne auparavant inexistante.

- L'entrée dans un paradis spirituel où coule le lait et le miel de la parole de Dieu

- Le printemps et la vie véritable que nous connaissons en Christ

- Le début de l'année dans un monde nouveau et juste, même si aujourd'hui nous traversons le désert dans ce monde et vivons comme des pèlerins sous des tentes spirituelles.

- Le début des abondantes moissons spirituelles de blé et d' orge accompagnées de réjouissance, de cris de joie, de vin et de cantiques nouveaux.

 D'autres éléments fondamentaux participent en filigrane au réconfort et à la survivance du peuple Chrétien

- La nécessité de se garder exempt de toute tâche du monde

- La certitude de la protection divine sur son peuple, d'un Dieu qui n'hésite pas a frapper Lui-même les ennemis de son peuple fidèle

- La certitude que les anges de Dieu campent autour de ceux qui le craignent,

- La force de ne plus jamais avoir peur d'un ennemi humain ou diabolique quel qu'il soit

- La nécessité vitale de demeurer au sein de la maison de Dieu sous le sang de l'agneau protecteur

Maranatha, Jésus revient bientôt !

Quelques textes sur la Pâque

Exo 12,11.27.48 "C'est la P de Iahweh"

Lev 23,5, Nom 9,5, Jea 2,13, Jea 6,4, Jea 13,1, Mar 14,1, Luc 2,41, Luc 22, 17-18

Heb 11,28 "C'est par la foi qu'il fit la Pâque et l'aspersion du sang, afin que l'exterminateur ne touche pas aux premiers-nés des Israélites".

Comment les Chrétiens devraient-ils célébrer la Pâque ?

Avec O. Perler, on peut reconstituer le schéma suivant : «Pendant la vigile du 14 au 15 nisan, on lisait et on commentait le douzième chapitre de l'Exode. Au chant du coq, vers 3 heures du matin, le jeûne était
rompu par une agape suivie de l'Eucharistie. Entre la lecture commentée et l'agape suivie de l'Eucharistie, on a dû administrer le baptême 4. » Le lien entre le repas de l'Exode (Ex 12) et l'eucharistie paraît
manifeste. A noter que ce n'est plus la traversée de la mer Rouge qui est lue, mais le repas de l'agneau pascal."
"Restez éveillés, jusqu'à ce que commence à luire le jour, depuis le soir jusqu'au chant du coq, et, rassemblés dans l'église, veillez, en priant et en invoquant Dieu pendant votre veille, en lisant la Loi, les
Prophètes et les Psaumes jusqu'au chant du coq; puis après avoir baptisé vos catéchumènes, lu l'Évangile avec crainte et tremblement et prêché au peuple le salut, mettez fin à votre deuil et priez Dieu qu'Israël
se convertisse et que lui soient donnés une occasion de conversion et le pardon de son impiété." -- La Didascalie des douze apôtres
"Déjà les deux aspects de Pâques sont présents : souffrance avec le Christ, exprimée par le jeûne qui précède la fête, mais liée à l'heure de la mort de Jésus, et passage vers la pentecôte, les cinquante jours
qui suivent l'entrée dans la joie de Pâques, prélude du temps eschatologique" - Dominique GONNET, La Pâque des Pères de l'Eglise
"Aussi a-t-il été maintenu comme une tradition apostolique qu'au moment de la veillée pascale il n'était pas permis de renvoyer avant le milieu de la nuit le peuple qui attendait la Parousie. Et quand cette heure
était passée, tous célébraient la fête dans une sécurité retrouvée. -- Jerome, Commentaire sur l'évangile de Matthieu IV, 25

Les quartodécimans

"Une querelle éclate : parmi les chrétientés de toute l'Asie, la tradition était de garder la date du 14 nisan selon la tradition juive, car c'était le jour de l'immolation des agneaux. Pour certains chrétiens, il fallait donc arrêter le jeûne ce jour-là. Mais d'autres mettaient fin au jeûne le dimanche suivant. Beaucoup d'évêques écrivent alors aux autres Églises en leur demandant de célébrer le dimanche. Polycrate, un évêque d'Asie, se défend en arguant de l'ancienneté de la tradition qui remonte aux apôtres Philippe et Jean, ainsi qu'à leurs disciples comme Polycarpe. Parmi eux se trouve Méliton de Sardes dont nous avons conservé une lettre sur la Pâque. « Là-dessus, le chef de l'Église des Romains, Victor, [...] proclame que sont excommuniés tous les frères de ces pays-là sans exception » ! - Eusebe de Casarée, Histoire de l'Eglise

Irénée intervient à son tour en rappelant un événement du temps où Anicet était évêque de Rome : Polycarpe de Smyrne semble déjà être venu à Rome pour une question semblable, vers le milieu du IIe siècle. Anicet et Polycarpe avaient décidé de garder les coutumes observées par les presbytres qui les précédaient, et ils se séparèrent en paix.

Le critère donné par Irénée est important : à quelle date célébrer Pâque : à la date de la Pâque juive, ou le dimanche qui suit, sachant que le dimanche est devenu le « jour du Seigneur», et qu'il est lié à la résurrection du fait même que Jésus est apparu ce jour-là ? Contrairement à ce que pense certains, ce n'est pas l'unité de la date de Pâque qui montre aux yeux d'Irénée la communion dans la foi, mais bien la capacité à maintenir des pratiques différentes tout en gardant l'unité de l'Église : «La différence dans le jeûne met en valeur l'accord dans la foi »

Ce texte nous parle du déplacement de la célébration vers le dimanche. On pourrait en déduire que l'accent est mis de la part des Romains sur la Résurrection du Christ plutôt que sur la Passion, d'autant que les quartodécimans semblent s'accorder avec 'la tradition johannique'.

Origène sur la Pâque
"Si l'on nous objecte ce qui se passe chez nous les dimanches ou les parascèves, ou le jour de Pâques ou à la Pentecôte, nous répondrons à cela que le chrétien parfait qui, par ses paroles, ses actions, ses pensées est constam­ment uni au Seigneur, au Verbe de Dieu, voit dans chaque jour un jour du Seigneur et célèbre un dimanche sans fin. Comme il se prépare sans cesse à la vie véritable et qu'il s'abstient des agréments de cette vie qui séduisent la multitude, comme il ne se nourrit pas de la prudence de la chair mais qu'il châtie son corps et le réduit en servitude, il célèbre une perpétuelle parascève. Et encore, comme il se souvient que “ notre Pâque a été immolée, le Christ (I Cor., V , 7) ”, et qu'il faut célébrer la fête en se nourrissant de la chair du Verbe, il n'est pas de jour où il ne fasse pas la Pâque, ce qui veut dire le passage, puisque par toutes ses pensées, toutes ses actions, toutes ses paroles, il sort des affaires de cette vie pour passer à Dieu et pour se hâter vers sa cité. De plus, celui qui peut dire avec vérité : “ Nous sommes ressuscites avec le Christ (Colos., II, 12) ” et encore : “ Dieu nous a ressuscites et nous a fait asseoir dans les lieux célestes, dans le Christ (Ephes.,II, 6) ”, celui-là est toujours dans les jours de la Pentecôte, surtout lorsque, montant à l'étage supérieur comme les apôtres de Jésus, il s'applique à l'oraison et à la prière pour devenir digne du souffle impétueux qui descend du ciel, et qui, par sa violence, détruit la méchanceté des hommes avec tous ses fruits et pour mériter d'avoir quelque part aux langues de feu qui viennent de Dieu.D'ailleurs, la plupart de ceux qui semblent croire ne sont pas aussi parfaits : ils ne veulent pas ou ne peuvent pas célébrer tous les jours de cette manière, et ils ont besoin, pour exciter leur mémoire, de modèles sensibles, qui empê­chent leur souvenir de s'effacer. C'est à cela, j'imagine, que songeait Paul lorsqu'il appelle partie de fête (Colos. II, 10) la fête célébrée en des jours déterminés : il signifie par là que la vie qui est sans tourment selon le Verbe divin ne se passe pas dans une partie de fête, mais dans une fête ininterrompue et perpétuelle. Remar­que d'ailleurs, à propos de nos fêles, que si on les compare aux fêtes publiques et aux cérémo­nies païennes, elles sont infiniment plus respec­tables que les fêtes publiques où la prudence de la chair se met en fête et excite les hommes à l'ébriété et à l'impudeur". - Origene, Contre Celse.

Les hérétiques et la Pâque

Les Ebionites

Les Ebionites « célébraient la Pâque avec du pain azyme et de l'eau" - Dominique GONNET, La Pâque des Pères de l'Eglise
Un apocryphe : "La Lettre des apôtres" : Ce texte, que l'on peut dater de la seconde moitié du IIe siècle, entre 160 et 170, est précieux, car il parle non seulement de la célébration de la Pâque qui pouvait encore se célébrer comme la Pâque juive, mais encore d'une vigile qui se poursuit jusqu'au chant du coq, elle-même suivie du « mémorial que [les apôtres] faisaient du Christ ainsi que de l'Agape », du repas fraternel. L'allusion à la coupe (voir Luc 22,17-18) qui suit fait très directement écho à l'eucharistie.

Les Témoins de Jéhovah

Les Témoins de Jéhovah ne célèbrent pas la Pâque car l'Apôtre Paul dit bien : "Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne". 1 Cor 11,26   Ils célèbrent à une date qui leur est personnelle, un 'Mémorial' qu'il n'est pas permis à l'adepte de toucher. Seuls ceux qui ont le courage de prétendre faire parties des 144000 et donc être 'fils de Dieu', peuvent y participer, les autres se contentant d'une assistance passive. Leurs dates de célébration ne respectent ni le calendrier millénaire hébreux, ni celui des Chrétiens traditionalistes, et se trouvent en conséquence la plupart du temps en désaccord avec ces derniers.

Eg. date du Mémorial 2016

Les Mormons

- " Les membres de l’Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours célèbrent la plupart des fêtes religieuses occidentales comme Noël ou Pâques, même s’ils ne croient pas que ces dates correspondent réellement à l’anniversaire de la naissance de Jésus Christ et de sa résurrection." - eglisemormone.net
- "Selon la théologie mormone, Pâques est également une fête importante, bien qu’elle diffère légèrement, dans sa célébration, de celle de nos amis catholiques. Les Mormons n’intègrent tout simplement pas la croix dans leur culte à Jésus-Christ." - Paques selon le mormonisme
- "Les Mormons croient aussi qu’après la crucifixion et la résurrection qui l’a succédés, le Christ est allé aux Amériques et il y a enseigné Son Évangile à ses enfants. Le Christ a déclaré au peuple du vieux continent : “J’ai d’autres brebis qui ne sont pas ont de cette bergerie”. Les Mormons croient qu’Il se référait aux descendants de la tribu de Joseph dont le récit se trouve dans le Livre de Mormon, tandis que l’Ancien Testament nous relate l’histoire des descendants de Juda. " - Paques selon le mormonisme

Nouvelle du Bénin


Nous avons le plaisir de vous faire savoir que notre chère soeur Mariam, épouse du pasteur Sétamou du Bénin, est maintenant remise des suites d'une crise de paludisme particulièrement sévère qui l'a frappée durant près de trois semaines au cours du mois de Mars. Le Seigneur a entendu les prières des frères et soeurs qui ensemble ont prié pour sa santé.

Mon âme bénis l'Eternel ! C'est lui qui rassasie de biens ta vieillesse.

-  Psaume 103
Jusqu'à votre vieillesse , je serai le même … je vous soutiendrai Esaie 46,4

Voilà des textes qui nous encouragent alors que nous sommes entrés dans la vieillesse , chez les seniors. Le 24 mai nous retournons à Pujo (65) après 26 ans à Nice : la famille nous attend , je suis le plus jeune de la fratrie , j'aurais sûrement à prendre soin de mes aînés dans les années qui viennent
Ayant travaillé et cotisé à temps partiel j'ai pu demander une retraite , mais je sais qu'elle sera petite ! Nous cessons la charge d'une église locale , mais je me mets à la disposition des églises pour aider , prêcher , enseigner , conseiller : en effet , de plus en plus d'églises se retrouvent sans pasteur et les besoins sont grands .
Renée va bien , elle a été opérée de la vésicule en février (pour la Saint Valentin!) , l'intervention a été longue mais c'est maintenant derrière nous , merci Seigneur !
Moi je suis des séances de kiné pour ma hanche touchée lors d'une chute à vélo.
Nous nous préparons au déménagement , l'appartement se vide de quelques meubles donnés et se remplit de cartons. Merci de vos prières , c'est beaucoup de travail !
Eglise : depuis un an j'ai commencé à déléguer les responsabilités pour préparer l'église à fonctionner sans pasteur ( en effet , à ce jour nous n'avons pas trouvé de successeur) : plusieurs hommes peuvent prêcher et enseigner (Ando qui s'occupe déjà d'une cellule de maison , du groupe de jeunes et des pré ados , mais aussi Fabrice qui assure la réunion de couples et reprendra l'étude du jeudi ) Priez également pour Hugo , Eddy ou Nathan qui pensent à se former pour servir le Seigneur.
En mars nous avons profité de l'enseignement à la prédication avec André Barnés.
Ruth s'occupe des jeunes femmes pour un suivi spirituel , Véronique dirige toujours l'enseignement des enfants (école du dimanche et club d’évangélisation Bible Aventures mensuel) entourée d'une bonne équipe .
L'évangélisation est assidue avec 2 stands hebdos , beaucoup de Bibles emportées !
L'assistance au culte approche la soixantaine .
45 ans de stands bibliques 1974- 2019 :
l'an passé je partageais que j'avais fait environ 35 camps chrétiens , cette fois je reviens sur une période de 45 ans de stands bibliques (Même s' il n'y en a pas eu chaque année )
ma vie spirituelle a commencé avec un stand biblique au restaurant universitaire de Pau en 1973 , depuis plusieurs mois je prenais chaque mardi midi des traités avant d'acheter ma première Bible en mai . Converti en juin , c'est à la rentrée 1974 que je prends la charge du stand . Un grand sac de voyage suffisait pour transporter Bibles , livres et traités , une table était disponible dans le hall du RU et entre 11 h 30 et 13 h j'évangélisais avec parfois des heurts dus aux jeunes gauchistes.
Ensuite ce fut à Reims en 1977 durant quelques mois , toujours au RU , nous avions une grande liberté à cette époque.
Limoges : dès 1980 sur le marché le samedi matin Renée et moi tenions un stand , il fallait du courage , c'était difficile et le cœur des gens était souvent aussi froid que le climat : nous avions des contacts avec les autres commerçants , une marchande de beignets venue à l'église, un volailler qui a fait profession de foi lors d'une visite.
La foire exposition pendant 10 jours en mai fut un grand moyen de toucher du monde , nous avions un box à aménager , une équipe de l'Institut de Mantes venait nous aider car il fallait se relayer de 10 h à 20 h ! beaucoup de Bibles vendues et environ 300 contacts à visiter suite à des sondages .
Nous utilisions aussi des supports modernes : vidéos chrétiennes sur téléviseur !
Nice , années 2000 , nous utilisons Onésiphore le stand d'Une BIBLE PAR FOYER pour des sorties spéciales : Noël , Pâques , fête de la musique .
Il faut attendre 2006 et notre retour à Pujo pour que nous reprenions un stand au marché de Vic en Bigorre : surtout des clients gitans .Nous allions aussi sur d'autres marchés avec Grace en 2007.
Merci Seigneur pour ta fidélité et ta force durant ces années à ton service !
Que sa grâce soit avec vous chaque jour !
En Lui , Alain et Renée Maurino

Lors d'une pastorale en mars à Larodde (63) nous avons évoqué ce ministère de pasteurs seniors et/ ou disponibles.

Comments