Wifi - Ondes et Santé - Danger ???

Le Criirem (Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques), association qui s’intéresse aux effets des ondes électromagnétiques sur le vivant,

 pense que les téléphones bi-mode GSM/Wi-Fi doivent être utilisés modérément. Les freephones, unik, twin et autres téléphones VoIP seraient-ils dangereux pour notre santé ?

Les études faites jusqu’à présent ne permettent pas de connaître les effets à long terme. Mais est-il sérieux de comparer le GSM à plusieurs watts et le Wi-Fi à quelques milliwatts ?

 De plus, les stations de diffusion de radio et de télévision fonctionnent depuis au moins 50 ans sans qu’on ait constaté d’effets indésirables sur la santé.

Rafraîchissons-nous la mémoire. Voici quelques données sur les puissances d’émission de certains appareils :

  • un relais de télévision: 1000 Watts
  • un émetteur de radio FM: 1000 Watts
  • un satellite: 1000 Watts
  • un four à micro-ondes: 1000 Watts
  • un émetteur WiMAX : 200 à 1000 Watts
  • un relais de téléphone portable GSM: 100 Watts
  • un récepteur WiMax: 20 Watts
  • un téléphone portable GSM: 2 Watts
  • un appareil Wi-Fi: 0,1 Watt

Santé : une année de Wifi contre 20 minutes de mobile ?
 Tremblez pauvres mortels !

WiFiLe London Times plonge dans la polémique murmurée que constitue l’impact sur la santé par le Wifi. Il y a longtemps que l’effet des ondes en tous genres sur le corps humain est étudié. Le cas du téléphone mobile est simplement le porte-parole d’un plus vaste échantillon d’inquiétudes liées à toutes ces choses invisibles qui nous traversent.

Le docteur Michael Clark de la Health Protection Agency indique que des études ont été réalisées sur les effets des ondes émises par les appareils Wifi. Des mesures ont été prises dans des écoles anglaises, où le taux de radiation ambiant était en fait vingt millions de fois moins élevé que la norme en vigueur. Par comparaison, le docteur Clark explique qu’un enfant utilisant un téléphone portable se situe déjà à la moitié de la norme.

La conclusion de l’étude faite par la Health Protection Agency est qu’une année entière passée à côté d’une borne Wifi revient à passer environ vingt minutes sur un téléphone portable. Côté santé, il y a de quoi pousser un soupir de soulagement devant le faible niveau de radiation produit par les appareils sans-fil. Le docteur Clark indique ainsi que si l’on devait supprimer le Wifi des écoles, il faudrait également enlever les télévisions, qui ont un niveau de radiation comparable (pour les tubes cathodiques).

Il y a bien entendu des dissonances dans l’histoire. Ainsi, Alasdair Philips, directeur de PowerWatch, qui vend des équipements de détection et de blocage des ondes, indique que les normes en vigueur au Royaume-Uni ne sont pas nécessairement à prendre au pied de la lettre. Elles servent principalement à définir un niveau de radiation électromagnétique acceptable, mais de manière ponctuelle. A contrario, elles ne prennent pas en compte la durée d’exposition.

Il faudra donc d’autres études basées sur l’influence à long terme de ces radiations. D’autant que toutes les personnes ne sont pas égales au regard de la sensibilité à ces ondes.

Rédigée par Vincent Hermann le mercredi 13 décembre 2006 à 18h03 (36571 lectures)
Source de l'INformation : Times Online

L’argument que les ondes du Wi-Fi utilisent la même fréquence que les micro-ondes n’indique rien d’effrayant. Le micro-onde a une puissance 10 000 fois supérieure à un réseau Wi-Fi !

 De plus, le micro-onde est une véritable cage de faraday, empêchant les ondes de s’échapper de l’intérieur.

Le Supélec avait publié en décembre 2006 une étude sur les champs électromagnétiques générés par l’équipement Wi-Fi dans la bande 2,4 GHz en indiquant que les limites sont loins d’être atteints.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) indique que l’exposition prolongée aux ondes peu puissantes du Wi-Fi ne présente aucun risque de santé. 

L’OMS a publié un aide-mémoire sur les risques liés à l’exposition aux ondes générées par les stations de base et les technologies sans fil.

Le Journal of Health Physics a effectué 356 mesures dans plus de 55 sites à travers 4 pays (France, Etats-Unis, Allemagne, Suède). Dans tous les cas, les niveaux de signal Wi-Fi détectés

 sont bien en déça des valeurs limites d’exposition internationales (IEEE C95.1-2005 et ICNIRP) et bien loin des autres champs électromagnétiques présents dans le même environnement.

La Fondation Santé et Radiofréquences organise ses 1ères rencontres scientifiques en octobre pour faire le point sur les connaissances actuelles, 

sur les dernières avancées de la recherche et leurs implications pour la société.

L’AFSSET (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) propose une foire aux questions concernant les ondes électromagnétiques sur son site.

L’Union Européenne finance un programme scientifique se déroulant sur 4 ans (2004 à 2008) afin de connaître les effets de l’exposition aux ondes électromagnétiques.

Le programme Panorama de la BBC diffusé le 21 mai 2007 démontrait les dangers du Wi-Fi sur la santé. Le débat a fait grand bruit outre-manche où plusieurs écoles ont démonté leurs stations Wi-Fi.

 Les résultats biaisés et faussés présentés par le documentaire sensationnel ont été depuis dénoncés par la communauté scientifique.

L’Agence de protection de la santé au Royaume-Uni indique qu’une personne assise à proximité d’un hotspot Wi-Fi pendant un an reçoit la même dose d’ondes

 qu’une personne qui utilise son téléphone portable pendant 20 mn.

Comme l’explique l’OMS, “compte tenu des très faibles niveaux d’exposition et des résultats des travaux de recherche obtenus à ce jour,

 il n’existe aucun élément scientifique probant confirmant d’éventuels effets nocifs des stations de base et des réseaux sans fil pour la santé”.

Catégorie : Santé

A lire également...

  • Grenelle de l’environnement
  • Le CRIIREM (Centre de recherche indépendant sur les rayonnements électro-magnétiques)
  •  exige 5 dispositions au sein du grenelle de l’environnement :
  • Déconseiller l’usage du téléphone mobile pour les moins de 15 ans (dur.. dur)
  • Pas de Wi-Fi dans les écoles, les collèges, les lycées
  • Limiter le rayonnement des antennes-relais à 0,6 V/m
  • Appliquer les servitudes légales en matière de lignes THT
  • Moratoire sur le WiMAX et promotion du Ultra Haut Débit par fibre optique

L’association mélange un peu trop les genres : la téléphonie mobile, le Wi-Fi, le WiMAX, la fibre optique et même les lignes THT.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire mes articles sur ce sujet ici et 

via Criirem


Le Wi-Fi, dangereux pour la santé ?I

Cette question est beaucoup posée depuis quelques mois, depuis les alertes émises par de nombreuses associations ou gouvernements.

Mais qu’en est-il vraiment ? Toutes les sources électromagnétiques sont-elles mauvaises pour la santé de l’homme ?

Il faut déjà comprendre l’électromagnétisme : tout courant électrique produit un champ magnétique, et inversement.

Le spectre électromagnétique est composé de rayons gamma, rayons X, ultraviolets, lumière visible, infrarouge, micro-ondes, ondes radar et ondes radio.

Les micro-ondes, dont fait partie le Wi-Fi, ne contiennent pas suffisamment d’énergie pour modifier chimiquement les substances par ionisation, donc on les considère comme une source radioactive rayonnante non ionisante, contrairement aux ultraviolets provenant du soleil qui sont ionisants et dangereux pour la santé (UVA, UVB, …).
Ainsi, les fours à micro-ondes utilisés pour chauffer la nourriture sont très puissants mais les ondes sont confinées dans un espace clos et hermétique, ce qui réduit d’autant plus leur dangerosité pour l’homme.

La controverse autour des effets des micro-ondes sur la santé bat son plein. De nombreuses études ont été entreprises depuis une vingtaine d’années, certaines concluant que les micro-ondes posent des problèmes de santé, et d’autres concluant qu’elles sont inoffensives.

La téléphonie mobile, comme le Wi-Fi, utilise également les micro-ondes, mais contrairement au Wi-Fi, sa puissance est beaucoup plus élevée, notamment pour couvrir des distances importantes. Les stations de base des opérateurs sont encore plus puissantes, toujours dans un souci d’améliorer la portée et ainsi réduire le nombre d’équipements à déployer.

Quelques personnes décrivent des symptômes liés aux ondes électromagnétiques. Le trouble, appelé sensibilité électromagnétique, est reconnu depuis 2004 par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Pourtant, plus d’une trentaine d’études sur ce trouble n’ont pas trouvé de lien entre les champs électromagnétiques et les symptômes.

Les émetteurs de télévision et radio utilisent les ondes depuis au moins 50 ans sans qu’il n’y ait eu de problèmes réels sur la santé.

L’Agence de protection de la santé au Royaume-Uni indique qu’une personne assise à proximité d’un hotspot Wi-Fi pendant un an reçoit la même dose d’ondes qu’une personne qui utilise son téléphone portable pendant 20 mn.

Cela n’empêche pas de respecter le principe de précaution, étant donné que les risques ne sont pas totalement connus aujourd’hui.

Malheureusement, le Wi-Fi, technologie à la mode, est une cible facile pour ceux qui manquent de reconnaissance et aiment faire dans le sensationnel.

Attention à ne pas mélanger téléphones portables, lignes à haute tension et Wi-Fi …

Comment se faire une opinion objective dans un tel imbroglio médiatique et scientifique ?

En tout cas, le sujet fait couler beaucoup d’encre !



interdire le Wi-Fi dans les écoles françaises ?

Selon ZDNet, les associations Priartem (”Pour une réglementation des implantations d’antennes relais de téléphonie mobile”) et Agir pour l’Environnement s’en prennent au Wi-Fi dans les écoles.

Depuis le documentaire Panorama diffusé en mai cette année sur la BBC mettant en cause le Wi-Fi, les alertes à la dangerosité se multiplient. Pourtant, les faits présentés par le scientifique étaient biaisés. Cela n’a pas empêché plusieurs écoles de démonter leurs réseaux Wi-Fi sous la pression des parents d’élèves.

Fin juin, le Criirem (”Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques”) avait également estimé que les téléphones GSM/Wi-Fi étaient nocifs pour la santé, et qu’il fallait en conséquence limiter leur utilisation. Selon l’association, “en mode Wi-Fi, le terminal émet des ondes pulsées à 2450 Mhz, la fréquence optimum pour agiter les molécules d’eau – c’est-à-dire exactement celle utilisée par un four à micro-ondes”. Mais ils oublient d’indiquer que le Wi-Fi est 10 000 fois moins puissant qu’un micro-ondes !

Le Wi-Fi, technologie à la mode, serait-elle une cible facile pour les associations en mal de reconnaissance ?

Vous pouvez lire à ce sujet mon article sur la santé et le Wi-Fi.

..................................................................................................                                                 .......................................................................................................


Comments