Ateliers‎ > ‎

HISTORIQUE

    LA VIOLENCE !

Introduction
En réponse* aux formes de HARCÈLEMENT, de VIOLENCE ou d’AGRESSION auxquelles doivent trop souvent faire face les filles et les femmes, la Méthode du WENDO a été conçue dans les années 60-70 au CANADA, à Toronto, grâce au couple Ann et Ned PAIGE, formés aux arts martiaux, entourés d'une équipe de professionnel-le-s en prévention et gestion des conflits et de la violence. 

Le WENDO est enseigné dès 1975, dans la province francophone du Canada, au Québec.                À Montréal, puis à Québec : par Lucie Dextras ; les Associations Wen-do Québec inc. et  Émergence Québec. Cette méthode d'autodéfense a ensuite essaimé dans le monde entier grâce à des instructrices québécoises féministes dûment formées.   Au Québec, les Wendokas ont été impliquées dans maints projets féministes, sociaux et citoyens :  8 mars, Marche Mondiale des Femmes, Démocratie citoyenne et participative, Comités de Citoyen-ne-s, Comités d'Écoles et de Quartiers, Pédagogie de l'Équité, Recherche-Action féministe universitaire, Marches exploratoires urbaines, Maisons d'hébergement pour les femmes et leurs enfants victimes de violence, Viol-Secours, Calacs, Projets coopératifs (garderies, logements, autocom), etc. .

 Le Wendo
(de Wen, contraction de women, femmes en anglais, et de Do, “chemin”, “voie” en japonais), c'est le chemin, la voie (voix aussi !) des femmes.                                                       

Le Wendo n'est NI un « sport », NI un « art martial », NI un « sport de combat », mais une méthode canadienne d'autodéfense globale au féminin : confiance en soi, prévention, autodéfense.     Au Québec, un cours de prévention et d'autodéfense est proposé aux filles, au Secondaire et au Collégial (Cégep).  Et en France ?...            N'achetez ni gadgets anti-agression ni gants de boxe : votre tête et votre corps suffisent !          Devise : « Soyez Wendo pour demeurer Zendo ! »    
Objectifs                                                                                                                                      Destiné aux adolescentes et aux femmes, le Wendo allie physique et mental, afin                            o   de renforcer l’estime de soi et la confiance en soi                                                                         o  de mieux prendre conscience de son corps et de ses forces                                                         o  d’affirmer ses droits, ses valeurs, sa dignité, sa liberté                                                              ---- Les techniques du wendo servent dans toutes les situations de la vie quotidienne, personnelle et professionnelle : elles renforcent la confiance en soi et facilitent la gestion du stress et des conflits ---
. Le Wendo favorise le dialogue, le respect et l'égalité entre les sexes et les personnes.    
. Le Wendo enseigne la vigilance et la prévention, des réflexes et des techniques de dissuasion et d’autodéfense : des ripostes appropriées et graduelles en cas de légitime défense.
. Le Wendo permet aux filles et aux femmes, conscientisées et sororales : de se libérer des préjugés et des stéréotypes de genre pour mieux vivre, étudier, travailler, voyager ; d'assimiler des techniques simples et efficaces pour faire face à différentes formes de stress, de conflit, de violence, d'agression (verbales, psychologiques, physiques, sexuelles).                                                          Réservé en priorité aux adolescentes et aux femmes et enseigné par des femmes,  le Wendo n'est pas anti hommes, mais bien anti agresseurs, harceleurs, sexistes.                                                                         
__________________________________________________________________________________________
* En réaction, plus précisément, au meurtre de Catherine (Kitty) Genovese, poignardée et violée le 13 mars 1964 à New York,  
à portée de voix de nombreux voisins, chacun comptant sur l’autre pour mieux mesurer la gravité de la situation et alerter la police...     Cf. Film :  38 témoins de Lucas Belvaux (2012) ; livres :  Est-ce ainsi que les femmes meurent ? de Didier Decoin. De bons voisins, de Ryan David Jahn. Voir sur Wikipédia : « Effet du témoin » ; « Meurtre de Kitty Genovese ».