Origines


Kia Ora.

C'est de Nouvelle Zélande ( Aotearoa ) que les pagaies Waka Ama tiennent leurs origines. 
Tout a commencé lors de mon deuxième voyage en Aotearoa, où je restais une année ramant avec mon club le Tarawera Outrigger Canoe Club de Whakatane ainsi qu'avec d'autres personnes rencontrées sur ma route. Durant cette saison de rame et de courses aux quatre coins du pays, je découvrais la pratique de l'OC6 et de la V1, la Nouvelle Zélande étant un endroit rêvé où la pirogue tahitienne et la pirogue hawaïenne cohabitent tout à fait équitablement, sans sectarisme de la part des rameurs. Et ils sont nombreux...
A cela s'ajoute la pirogue de tradition maori qui se rame à plusieurs et ne posséde pas de balancier.

J'eûs donc le temps de tout essayer et d'apprendre. 
Ce qui me fascina le plus fut toutes les possibilités de shape d'une pagaie. J'en ramais des dizaines de différents shapes, de différents fabricants, en bois, hybride ou carbone, et chacune présentait ses avantages en fonction des conditions. Pour quelques millimètres de largeur en plus, pour quelques centimètres de longueur en moins ou pour quelques degrés d'angle en plus, cela changeait tout... Le confort de rame se trouve dans les détails.
Je compris avec la pratique que les dimensions d'une bonne pagaie découlaient du compromis gabarit du rameur-style de rame-type de pirogue-conditions de mer.
Il existe de part et d'autre de la NZ plusieurs fabricants de pirogues (OC ou Va'a) et de nombreux fabricants de pagaies. J'en rencontrai plusieurs à leur atelier, notamment Kris Kjeldsen (décédé en 2011), créateur de Moana Nui Canoes, que j'ai eu la chance de rencontrer à trois reprises à Ngunguru. On me montra les essences utilisées, les méthodes de fabrication... J'étais fasciné.

Ma préférence allait au travail du bois plutôt qu'aux pagaies en carbone. En NZ, les fabricants ont pour habitude de mettre des renforts en bois dur sur les extérieurs de la pelle et de les stratifier légèrement, contrairement aux pagaies tahitiennes mais identiquement aux pagaies australiennes, le tout pour un poids final similaire. C'est une bonne chose, je pense.

Après ces expériences, il ne fallut pas longtemps pour que je commence à dessiner mes templates et des plans de conception pour cinq modèles de pagaies, en m'inspirant des pagaies que j'avais eu le loisir d'essayer au long de cette année.
Ceci fait, mon visa touchait déjà à sa fin... Après une dernière rame avec le team Pineula (champion NZ) à Takapuna,... il était temps de rentrer au pays.
Une fois en France, je me mis à la réalisation de mes plans...






Waka Ama.

En maori, waka ama signifie pirogue à balancier. C'est l'alternative à outrigger canoe dans ce pays anglophone à culture polynésienne. La culture de la rame y est très vivante, en particulier depuis 1987, date à laquelle Moana Nui commença à fabriquer des pirogues W6 puis des W1 s'inspirant autant des OC d'Hawaii que des Va'a de Tahiti. Ceci marqua le début de la pirogue moderne en Aotearoa.

Aujourd'hui, des clubs existent tout autour du pays, à la campagne comme dans les villes, et la plupart des rameurs sont maoris. Les pratiques avec ou sans safran sont aussi populaires l'une que l'autre.
Les mots maoris pour les composants d'une pirogue sont waka, kiato, ama et hoe pour une rame.





                                                                                                                                                                                                                          
                                                                                                                                                                                                                                                                                                   
                                                                
                                                                                                                                                                                                                                                                                  
                                                                                                                                                                                                  
Courses.

De 1998 à 2005, la NZ fit figure honorable sur les courses internationales 6men. Le team New Zealand/Hawaii rafla deux Molokai (2001 et 2003), trois seconde place et une troisième place, ainsi que de nombreux titres dans le Pacifique. 
Cette équipe, qui marchait bien, était composée d'amis proches des deux îles. Constituée les trois premières années de 7 kiwis et 2 hawaïens, elle le fut ensuite de 4 kiwis et 5 hawaïens, dont entre autres Bo Herbert (ancien champion du monde et figure de la pirogue en NZ, décédé en mars 2005), Maui Kjeldsen, et Karel Tresnak Jr à la barre. (photo)
La Molokai 2005 fut courue en mémoire de Bo par 6 rameurs kiwis (dont Conan et Chase, ses fils, pour leur première participation) et 3 rameurs hawaïens. Ils terminèrent à une magnifique cinquième place.
Depuis, les frères et cousins du team Herberts on Tour se sont illustrés avec une douzième place à la Molokai 2008...

Chaque année en NZ sont disputés les NZ Nationals Champs en Sprint et Long Distance rassemblant les rameurs de tout le pays en toutes catégories (même en W12), ainsi qu'une multitude de courses organisées par les clubs de tout le pays, chaque semaine. A cela s'ajoute la Takapuna Beach Cup, course internationale de 42 km autour de l'île volcanique de Rangitoto en W6 (9), qui reçoit des équipes hawaïennes, australiennes, des Cook Islands...


Les meilleures équipes néo-zélandaises sont le team Pineula, le team Good Year, les Herberts on Tour, le team Manukau...







Amis.

Ceux qui m'ont enrichi de cette culture et de leur partage se nomment Bevan Roozendaal et Raanj Rapana, Kris Dale, Kris Kjeldsen, John Papalii, Hemi Wahapango, John Marks et la famille Roozendaal.
Merci. Cheers. Kia ora.