VIVE LAFAYETTE !
 



Home page

Editorial (English) / Newsletter

Short biography of Lafayette

Recent US press articles

 
Rapports Evènements France

28 mai 2011: Escadrille Lafayette / Jour du souvenir



Compte rendu et photos par Myriam Wazé (voir photos en fin d'article).

Samedi 28 mai 2011 a eu lieu au Mémorial de l’Escadrille Lafayette, à Marnes la Coquette près de Versailles, la célébration du Memorial Day ou Jour du Souvenir américain sous l’égide de Monsieur Van Kirk REEVES, président de la Fondation du même nom.

Dès 10h45 des musiques des armées de l’Air française et américaine résonnaient dans ce lieu dédié à la mémoire des pilotes de l’Escadrille Lafayette et aux soldats qui s’engagèrent dans la Première Guerre mondiale aux côtés des Français.

L’ouverture de la cérémonie a été présidée par le Commandant C.C. M. MASOTTI , attaché de l’air adjoint à l’Ambassade américaine.Différents moments forts rythmèrent cette émouvante cérémonie.

Tout d’abord, les hymnes nationaux français et américains joués par une fanfare militaire. Puis le survol du Mémorial par le 22e Escadron de chasse des Forces aériennes des Etats-Unis en Europe, basé à Spangdalhem, en Allemagne ainsi qu’une escadrille de l’armée française. Survol du Memorial par un N3N biplan de la Naval Air Factory.

Enfin les discours en français et en anglais des différentes personnalités.

Le Révérend Jonathan HUICK, de la Cathédrale américaine de Paris rendit louange dans sa bénédiction aux qualités de générosité humaine et au courage de ces jeunes gens qui donnèrent leur vie pour la paix et la non violence rappelant que seul Dieu était l’auteur de la vie et de la mort. » Il conclut son homélie en par ces paroles des Béatitudes« Heureux ceux qui pleurent car Dieu les consolera »

Le Président REEVES exprima son hommage à ceux qui ont servi leur nation mais tout particulièrement aux pilotes du De Castries Lafayettes en adressant une pensée plus personnelle au pilote Harper Bluethental dont le corps repose dans la crypte du Mémorial. Il servit dans l’Ambulance Corps puis dans l’aviation. Il combattit sous l’uniforme français. Sa petite nièce avait fait spécialement le déplacement pour honorer sa mémoire. S’adressant aux membres des familles de « ces héros » enterrés ici il loua le dévouement et l’allégeance sincère de ces jeunes hommes qui ont donné leur vie pour assurer la vie des nations et celle des libertés ainsi de tous ceux qui aujourd’hui dans le monde entier.

Madame Christiane-BARODY-WEISS, Maire de Marnes la- Coquette et Conseiller général des Hauts de Seine rappela que le site des sépultures de ces jeunes héros était sur sa commune et que les fondateurs du Mémorial avaient ainsi confié à Marnes la mission de « gardien et messager du souvenir » qu’il était de notre rôle de l’enseigner aux enfants dans un devoir de mémoire pour tenter de faire connaître l’esprit qui animait ces jeunes hommes., francophiles, liés à la France. Liens d’affection qui unissent la France et les Etats-Unis. Elle rendit hommage à ces jeunes gens mais aussi à travers eux à toutes les victimes des guerres. Appelant à la gratitude et à la reconnaissance pour le courage et l’esprit de sacrifice pour tous ceux qui combattent aujourd’hui pour la défense des libertés.

Monsieur le Général Roger A. BRADY, Commandant des forces aériennes des Etats-Unis en Europe, a remercié pour tout ce qui a été fait pour ces soldats. « Morts, vous les avez honorés, leur donnant le droit de reposer en paix, vous les avez protégés. Dette que nous n’oublierons jamais. Ces cinquante et un soldats qui reposent là, nous marcherons à côté d’eux aujourd’hui. lls ne sont pas morts seuls et en visitant la crypte, je pleurerai.» Concluant par ces mots « Vive la France, God bless America »

Monsieur le Général de corps aérien Paul FOUILLAND, Commandant des Forces aériennes stratégiques. Retraçant la fin d’un conflit mondial meurtrier et dévastateur, en novembre 1918, avec ses 1.3 millions de morts qui a permis de sauvegarder l’intégrité du territoire , il évoque l’engagement des soldats américains qui devancent l’appel pour venir combattre et défendre la liberté., puis la mise en place de l’ossature de l’Escadrille par sept Américains, les premières victoires de l’unité le 18 mai 1916. L’Escadrille Lafayette qui était de tous les combats : Verdun, Somme, Chemin des Dames, soit cent quatre vingt dix neuf victoires au total, qu’ils paient de leur sang avec cinquante et un soldats tombés au combat, dix neuf invalides, et quinze prisonniers de guerre. Le Mémorial fut inauguré en juillet 1928 par Alexandre Marcel. L’exemple et l’esprit de ces hommes demeurent vivants, tout comme leur sens de l’engagement, l’esprit de fraternité, la prise de risques qui les animaient.Cet escadron de Castries intervient aujourd’hui sur des champs de conflits comme en Afghanistan, en Libye pour la défense de la liberté. Les sacrifices de ces hommes ne sont pas oubliés car le flambeau a été repris par d’autres. Fougue et détermination au service des valeurs défendues par la France et les Etats Unis

Son Excellence Charles H. RIVKIN, Ambassadeur des Etats-Unis en France. « Rien n’obligeait ces soldats à s’engager sauf cette soif insatiable de liberté. Démocratie, liberté sonnent parfois comme des mots galvaudés... » Charles Rivkin rappela l’engagement du premier soldat noir américain au service de la France, tout comme l’alliance indéfectible entre la France et les Etats-Unis, et « rendre un tel hommage c’est poursuivre les efforts de ceux qui nous ont précédés pour rester unis côte à côte » dit il. Cet engagement pour défendre la France n’était que le juste retour de celui des Français deux siècles plus tôt comme le général Pershing le clama à Paris « Lafayette, nous voici » Citant Chapman,  Rockwell et Lufberry entre autre, il évoqua la naissance de. l’Airforce. Il évoqua ensuite J.F. Kennedy selon lequel une nation s’honore par la commémoration du souvenir de ceux qui ont combattu.Telle était la signification de cette journée du souvenir. Puis ponctuant son discours d’un vivat communicatif « Vive la France, vive les Etats-Unis !» il conclut en célébrant l’amitié entre la France et les Etats-Unis, nos deux pays.

Monsieur Patrick STRZODA, Préfet des Hauts de Seine. Rendre hommage aux soldats de ce Mémorial, c’est témoigner de la reconnaissance de la France aux Etats-Unis. L’Histoire est porteuse de sens et de valeurs. Se souvenir des gestes d’honneur et de courage de ces jeunes Américains constitue un devoir de mémoire. Citant les deux cent neuf aviateurs engagés dans la Première guerre mondiale, et les soixante huit pilotes qui reposent dans la crypte avec leurs deux commandants français, il loua l’héroïsme de leur engagement.

Dépôt de gerbes de :
Ambassade des Etats-Unis
Le président de la Fondation du Mémorial
L’United States Air Forces
Association des pilotes de chasse
Sergent Harper Bluethental
Le Chapitre Rochambeau DAR France
Le Président du Conseil général des Hauts de Seine
La Mairie de Marnes-la-Coquette
La Mairie de Ville d’Avray
L’Escadrille Lafayette

Tirs de salves par la Garde américaine.
Sonnerie aux morts française et américaine
Remerciements de Monsieur Van Kirk REEVES
Prière par le Révérend Jonathan HUICK
Musiques militaires française et américaine

La crypte était exceptionnellement ouverte, permettant à l’assistance d’aller la visiter et se recueillir. Le souvenir inscrit dans le marbre l’est tout autant dans les cœurs.

Myriam Wazé


 











 

 
 




 

 
 

 


22 mars 2011: The lost hero / France Amériques


 
Sabine Renaud La Sablonière, Anne Colfady (animatrice du débat),
Oren Jacoby
 

Stand de vente du DVD LaFayette "
The lost hero" et du livre Les Mémoires imaginaires d’Adrienne de La Fayette

Le mardi 22 mars l’Association France Amériques , Avenue Franklin Roosevelt à Paris, avait invité Oren Jacoby , réalisateur du film LaFayette,The lost hero, LaFayette, un héros inconnu. Ce documentaire a été diffusé aux Etats-Unis en septembre 2010 sur la chaîne PBS et en décembre en France sur la chaîne Arte. La projection privée fut suivie d’une discussion avec le producteur et d’un débat autour du livre "Mémoires imaginaires d'Adrienne de La Fayette" publié par Sabine Renault-Sablonière.

Dans la discussion Oren Jacoby a expliqué ce que Lafayette représentait pour les Américains. La Fayette est l’image de l’étranger. Les vrais héros sont américains, ils ont une représentation très égocentrique de la notion de héros. La vision profonde de La Fayette pour le réalisateur Oren Jacoby, est celle d’un idéaliste, ni pragmatique, ni politicien, mu par l’idée de démocratie.

Le film est-il un documentaire ou une fiction ? C'est un documentaire, mais si les documentaires sont avant tout des reconstitutions, ils ont aussi des aspects fictionnels. Il n’aime pas les documentaires historiques, souvent biaisés. Dans le film Oren Jacoby a voulu proposer des points de vue multiples tout comme les techniques. Il a eu recours à des archives, s’est inspiré des films de fiction, des représentations de la Guerre d’Indépendance présentes dans les films tournés aux Etats-Unis.

Le DVD est en vente (en langue anglaise seulement) dans plusieurs librairies en ligne. Voir bande annonce ci-dessous.

Myriam Wazé