Neurofeedback

Qu'est-ce que le neurofeedback ?

Le neurofeedback s’est développé progressivement à partir des années 60 aux Etats-Unis. Il permet d’aider le cerveau à s’autoréguler.

En plaçant des capteurs sur la tête, on peut mesurer l’activité électrique du cerveau. Un logiciel analyse cette activité électrique et informe le cerveau en retour (feedback) sur son fonctionnement, de façon auditive ou visuelle, pour qu’il puisse se corriger (se réorganiser).

Historique

La première application thérapeutique du concept de neurofeedback a eu lieu il y a maintenant plus de 40 ans. Elle a été pratiquée avec succès en 1971 par Barry Sterman, directeur de recherche à l’université UCLA de Los Angeles, sur une de ses collaboratrices atteinte d’épilepsie.

D’autres recherches ont eu lieu pendant dix ans dans d’autres laboratoires. Ce n’est qu’après l’arrivée sur le marché des micro-ordinateurs PC d’IBM, au début des années 1980, que les premiers systèmes de neurofeedback ont été commercialisés. Certains le sont encore.

Val et Sue Brown, tous deux psychologues cliniciens, ont utilisé en institution ces systèmes. Ils ont constaté leurs qualités et leurs défauts, et ont proposé des modifications aux fabricants. Devant leur refus, ils ont décidé, au milieu des années 1990, de créer leur propre entreprise, l’Institut Zengar, et de concevoir et de développer leur propre système de neurofeedback dynamique, NEUROPTIMAL, efficace et sans danger.

La première version est apparue en 1999. Après dix ans de mise au point, la méthode est devenue entièrement automatique (c’est la version 2.0).

 

Le Neurofeedback dynamique

Le neurofeedback dynamique est donc une technique particulière de neurofeedback. Le logiciel NeurOptimal analyse en permanence l’activité électrique dans 8 bandes de fréquences pour chaque hémisphère cérébral. Le logiciel s’intéresse avant tout aux variations brutales d’amplitude du signal, ou turbulences, quels que soit la bande de fréquence ou l’hémisphère dans lesquels cette turbulence apparaît.

Dès que le logiciel détecte un début de turbulence, il interrompt brièvement le son ou le défilement de l’image. Cette microcoupure, qui crée un effet de surprise, permet au cerveau de revenir au présent. Elle déclenche un réflexe d’orientation qui entraîne une interruption du développement de la turbulence. La répétition de ces brèves microcoupures aide le cerveau à retrouver un fonctionnement plus harmonieux et à optimiser son potentiel, ce qui a pour conséquence des améliorations fonctionnelles, par exemple au niveau émotionnel ou comportemental.

Nous ne faisons pas de diagnostic, le neurofeedback dynamique n’est pas un traitement médical, mais une technique qui apprend au cerveau à optimiser son fonctionnement et peut venir en complément à un traitement médical ou à un suivi psychothérapeutique.

Cette technique se distingue des précédentes essentiellement par le fait qu’elle ne s’intéresse qu’à la variabilité du cerveau, c’est-à-dire aux caractéristiques de ses fluctuations, alors que les autres méthodes détectent des écarts de niveaux par rapport à un cerveau « standard ».

Les praticiens de NeurOptimal n’ont nul besoin de procéder à un diagnostic préalable car l’application de la méthode lors d’une séance est totalement indépendante des changements attendus.

Vous n'avez rien à faire pendant une séance. Le principe de feedback qui se fait grâce à l'interruption de la musique, agit au niveau non conscient du cerveau.

Que l'on souffre de troubles du sommeil, de stress, de phobie, d’angoisse, de TOC, de manque de confiance en soi, de manque de concentration ou d’attention, d’hyperactivité, de mémoire, de dépendance, ou dans le cas d’enfants plus lourdement handicapés, d’épilepsie, d’autisme, de troubles du comportement, de problèmes moteurs, de rigidité, le principe de NeurOptimal reste le même pour tous.

Une information est donnée à votre cerveau sur son propre fonctionnement, Et votre cerveau se réorganise et ses capacités d’auto-réparation et d’auto-régulation sont améliorées.

Le cerveau, grâce à sa plasticité et à son mécanisme d'apprentissage, se réorganise et se régule.

LES PRINCIPES

L’équipement matériel est composé de cinq capteurs, d’un boîtier appelé encodeur, d’un écran pour le client et d’un ordinateur portable. La partie logicielle est installée dans cet ordinateur et c’est elle qui contient toute l’expertise de la méthode.

Les capteurs sont posés sur le crâne du client, un sur chaque hémisphère. Ils mesurent l’activité électrique du cerveau. Ils sont reliés à l’encodeur qui amplifie le signal et le transforme en signal digital pour le rendre analysable par le logiciel sur l’ordinateur, ceci 256 fois par seconde.

Pendant la séance, le client écoute de la musique ou regarde un film de son choix. De temps en temps, au moment opportun, une brève interruption du son est déclenchée par le logiciel. C’est cette interruption qui constitue le feedback.

Cette interruption du son n’a en elle-même aucune signification. Le praticien qui écoute la même musique ou regarde le même film entend aussi les interruptions mais son cerveau ne perçoit en fait que des parasites qui n’ont aucune conséquence sur son propre cerveau. Mais pour le client, cette interruption acquiert une signification car elle se produit systématiquement juste après le début de l’apparition, dans une région quelconque de son cerveau, d’un changement brutal et rapide dans l’activité électrique.

Cette activité électrique importante provient en général d’une population de neurones trop faibles pour jouer leur rôle de régulateur.

Un mécanisme de base présent dans tout cerveau, appelé « renforcement hebbien », rétablit l’activité normale de cette population déficiente lorsque les deux événements (forte activité électrique et perception d’une interruption du son) se produisent systématiquement en même temps. Pour seulement ce cerveau et seulement pour cette population de neurones trop faibles, l’interruption du son a une signification et donc une conséquence sur le fonctionnement des neurones.

Tout se passe à l’intérieur de cerveau du client. C’est son propre fonctionnement, détecté par les capteurs, qui déclenche, par l’intermédiaire des calculs du logiciel, l’interruption du son que perçoit son système auditif.

Depuis l’année 2010, le système est totalement automatique. Le praticien n’a pas à intervenir sur le logiciel pour faire la séance. La durée et le déroulement de la séance standard (Regular) sont les mêmes pour tous, quels que soient l’âge ou les problèmes de la personne. Aussi, aucun diagnostic préalable n’est nécessaire pour adapter un protocole. C’est le cerveau du client qui est l’expert de son propre changement.

La méthode NeurOptimal utilisée dans le cadre de l’association est une méthode radicalement différente de toutes les autres méthodes de neurofeedback, dit « classique ».

Le neurofeedback classique ne s’intéresse pas à la manière dont l’activité électrique du cerveau varie, mais seulement à son niveau – fort ou faible – par rapport à un cerveau moyen de référence considéré comme normal.

De plus, ces méthodes classiques sont délicates à utiliser. Elles nécessitent une grande expertise de la part du praticien. Elles sont réglementées aux Etats-Unis, en étant réservées aux professionnels de santé ayant suivi une longue formation complémentaire.
C'est la méthode de neurofeedback la plus simple, la plus fiable (car entièrement automatique), la plus efficace et sans danger.


Le déroulement d’une séance
C’est très simple. Vous êtes installé confortablement. Le praticien pose des capteurs sur votre tête, puis vous demande de choisir une musique ou un film. Et la séance commence.
Vous pouvez entendre de temps à autre de brèves coupures du son mais la majorité du feedback se fait à un niveau subliminal, c’est-à-dire non conscient. Comme c’est le cerveau non conscient qui se réorganise de lui-même sans qu’on lui dise ce qu’il doit faire, vous n’avez rien à contrôler, rien à faire. Vous pouvez simplement passer un bon moment à regarder un film ou à écouter de la musique. Vous n’avez pas à vous concentrer sur le film ou la musique, ni sur les interruptions. Vous pouvez vous laisser aller, fermer les yeux et même somnoler.

Il n’est demandé au client aucune activité spécifique. Il peut rêvasser, s’assoupir. La méthode NeurOptimal est efficace aussi bien sur un bébé que sur une personne incapable de diriger son attention.
L’effet de l’existence d’une simultanéité entre les deux événements - importante variation de l’activité électrique et interruption du son - se produit dans le cerveau à un niveau non conscient très basique.

Vous n’avez rien à faire. Vous n’avez pas à évoquer vos souffrances, à vous mettre dans la situation qui est problématique pour vous. Vous n’avez pas à rechercher les causes de vos souffrances. Vous n’avez pas non plus à chercher à faire le vide, à ne plus penser. Vous pouvez bien sûr attendre des effets positifs pour vous mais sans vous mettre une pression de résultats car on ne peut pas savoir à l’avance dans quels domaines vous allez constater des changements.

Ces effets, en ayant lieu au niveau le plus basique du mode non conscient, permettent de faire revenir rapidement le cerveau dans sa zone de bon fonctionnement de base. Les autres fonctions supérieures, cognitives, émotionnelles, sont de facto améliorées. Et comme le système nerveux communique avec tous les autres systèmes du corps (hormonal, immunitaire…), c’est tout le corps qui fonctionne mieux et on constate des effets positifs dans de très nombreux domaines.

La séance est tout simplement un moment agréable que vous pouvez partager avec le praticien ou avec votre famille ou un ami.

Fréquence des séances et nombre de séances
La fréquence des séances recommandée est de une à deux par semaine. Une fois les premiers changements constatés qui permettent de moins souffrir, c’est à vous de ressentir à quelle fréquence vous avez envie ou besoin de faire des séances.
C’est également à vous de décider de l’arrêt des séances. Une personne peut faire des séances jusqu’à la disparition de son problème mais elle peut aussi sentir qu’un déclic a eu lieu et qu'il est suffisant pour que sa vie change.
Il est aussi possible d’arrêter les séances et éventuellement de reprendre à tout moment.

Par son caractère non-invasif et progressif, le neurofeedback dynamique est adapté à tous les âges, des jeunes enfants aux personnes âgées, ainsi qu’aux personnes présentant un handicap.

Il n’y a pas de nombre préétabli de séances. C’est au fil des séances que chacun pourra constater les améliorations obtenues et voir celles qu’il souhaite encore obtenir.


Le rôle du praticien
Avec le logiciel NeurOptimal, le praticien utilise une technologie de pointe. Toute l’expertise est dans le logiciel qui analyse l’activité électrique 256 fois par seconde. Il fait des calculs extrêmement complexes et rapides, pour détecter des événements qui permettent ensuite au cerveau, grâce au feedback, de se réorganiser et de se réguler.
Son rôle est de vous accueillir et de vous accompagner, en créant un espace où vous vous sentez libre, autonome, responsable et en confiance. Le praticien crée avec vous cette relation de confiance. Vous la construisez à deux.
Il vous aide par sa présence, son écoute et sa disponibilité.
Il vous accompagne dans ce processus de changement qui n’est pas linéaire et qui peut être fait de hauts et de bas, de variations qui sont tout à fait normales dans la vie et aussi dans le changement.

Les systèmes NeurOptimal

Deux systèmes sont disponibles, l’un dit Professionnel, livré avec un nombre illimité de séances, l’autre dit Personnel, moins cher et utilisable avec un principe de recharges de séances.


Les études En France

Le neurofeedback  (logiciel NeuroCARE® aujourd’hui rebaptisé NeurOptimal™) a fait l’objet d’une étude pour le traitement du Trouble du Déficit de l’Attention et Hyperactivité (TDAH) au Laboratoire de Neurosciences Fonctionnelles et Pathologies du CHU d’Amiens (UMR 8160, unité du CNRS).
http://www.adnf.org/neurofeedback_France_TDAH.htm

Impact du neurofeedback NeurOptimal sur des patients atteints de Pathologies fronto-temporale, sur  le stress, l’anxiété du conjoint-aidant et la relation de couple (2013)
Effectuée par 
Nathalie Gunther & Noëlle Duforest psychologues cliniciens
Étude de La Pitié Salpêtrière

Durée d'une séance: 50 mn

Durée du traitement: une à deux fois par semaine de quelques semaines à quelques mois


Les sites:

http://www.adnf.org/index.htm

http://www.neurofeedback-france.fr

http://www.zengar.com/

http://www.forum-neurofeedback.fr/

Comments