Divorce au Québec - Survol



J'ai divorcé au Québec. Ce divorce a produit 1822 mensonges, dont 646 sont graves. 1077 de ces mensonges sont flagrants (preuves publiées sur le web ou mensonges auto-évidents). Ça change votre vie, un divorce comme ça. 

Pour la première fois, vous avez accès à tous les documents d'un divorce à la québecoise: plainte pour violence conjugale, plainte pour abus sexuels faite par mon ex-fils, transcriptions de comparutions en cour, etc. Avec des enregistrements audio et vidéo. Et tous les documents supports qui prouvent les mensonges. Et tous les noms y sont. Censure ? connais pas.

J'ai préféré compter les mensonges que de rentrer dans une polémique stérile. On ne rentre pas dans la logique des menteurs, on ne discute pas avec des dogmatiques. Ils vous ramènent vite à leur niveau de minablerie. Compter les mensonges, c'est plus scientifique. Malgré tous les enculages de mouches (en joli language: discussions méthodologiques), personne ne pourra effacer 1822 mensonges. En plus, c'est rigolo, et on apprend des choses.

Mon ex-femme, la soi-disant victime, est la plus grosse menteuse (985 mensonges), suivie par son fils (mon ex-fils, 231 mensonges). Moi aussi j'ai fait des mensonges (mais beaucoup moins!). Des travailleuses sociales et des "psychologues", des procureures de la couronne et des juges ont menti et triché. 

Compte de mensonges par clan. Bleus: le Monstre, Rouge: les soi-disant victimes. 
Mauve: les protecteurs des soi-disant victimes.

Cette fois, ces gens là ont été pris la main dans le sac. Mais mentir, c'est apparemment une pratique généralisée en matière de violence familiale.Quand on analyse les statistiques officielles (voir plus bas) on réalise que c'est tout un système qui commet des injustices flagrantes, au nom de la Défense des Personnes Vulnérables. Et qui pratique le mensonge et l'intoxication. Pour commettre ces injustices, puis pour les cacher.

Ce système, ça s'appelle la victimacie. On en parle plus bas. La victimacie, ce sont des milliers de petites injustices minables qui ne méritent pas les grand titres des journaux. Une injustice minable, ça ne tue pas, mais ça pourrit ce qui vous reste de vie. Pire qu'un crime, en somme. En 1822 mensonges, ce site montre comment fonctionne la victimacie.