Le monstre contre la Victimacie



Dès que j'ai quitté le Québec, je me suis senti libre. Petit à petit, j'ai pu dormir et arrêter de ruminer sur cette injustice ( les monstres aussi ont un sens de l'injustice). Mais je n'ai rien oublié. 


Un an après avoir reçu les derniers papiers, tout est publié. Après un travail long et pénible.


Pendant cette période, plusieurs personnes m'ont conseillé d'attendre pour "avoir un point de vue plus détaché". 

On m'a aussi dit que les histoires de divorces ça n'intéresse personne. Ma fille adoptive m'a demandé à quoi ça servait de raconter les mensonges des autres. 

Mais d'autres personnes m'ont encouragé, et m'ont raconté des histoires similaires.

J'ai soigneusement pesé mes propres motivations. Écrire ce site, ça va au delà du défoulement personnel. 

Ce site, c'est une mise en garde contre la victimacie


La victimacie  c'est une société où le système judiciaire donne le pouvoir à ceux qui jouent les victimes.


En victimacie, protéger de soi-disant victimes est devenu la raison d'exister du système judiciaire. On est dans la logique de la plainte, et plus dans la logique des faits.


Comme la victimacie n'est plus dans la logique des faits, dénoncer suffit. Et les fausses dénonciations sont quasi-toujours impunies. 

Le résultat est une éclosion de victimasses (victimes dégueulasses) et de protectasses (protecteurs dégueulasses). Ni justes, ni honnêtes, mais avec la justice derrière elles/eux.

La victimacie est une dictature molle. Les soi-disant oppresseurs (typiquement les mâles adultes) sont culpabilisés en permanence, sous la menace des plaintes des soi-disant opprimés (typiquement, les femelles et les petits).

Pour exister, la victimacie a besoin de mensonges. Parce qu'on n'est plus dans la logique des faits, parce qu'il faut diaboliser les soi-disant oppresseurs et sanctifier les soi-disant victimes, parce qu'il faut cacher les injustices.

En victimacie, les soi-disant oppresseurs n'ont pas de recours légal: les fausses dénonciations sont presque toujours impunies, et surtout, les saloperies et les mensonges des juges et des procureurs sont presque toujours impunis. 


Il n'y a pas d'affirmations gratuites dans ce qui précède. 

J'ai vécu 8 ans en victimacie. Pendant 5 ans j'ai été un observateur extérieur. Pendant 3 ans j'ai été broyé par la machine. Et pendant 1 an, j'ai analysé des documents et des statistiques. 

Voyez les tranches de vie canadiennes et québecoises, ci-dessous.

2013 10. Note de l'auteur. En 2007, Ce site a dénoncé une petite injustice et publié des preuves. J'ai eu l'honneur de me faire censurer (videos retirés de youtube).

Wow, je me sens comme une version miniature des grands démolisseurs de mensonges, Assange Snowden... et ceux qui viendront.