Né dans une famille juive modeste (son père est marchand de bois et sa mère petite employée), il est déporté à Auschwitz en 1944, à l'âge de 15 ans, puis transféré à Buchenwald. Cette expérience douloureuse le marque profondément et nourrit toute son œuvre, intimement liée à l'exorcisation de ce traumatisme et à l'édification d'une patrie littéraire pour un être condamné à constater l'absurdité du monde car on lui a, un jour, « refusé le statut d'être humain ».

Revenu à Budapest en Hongrie, en 1945, il se retrouve seul, tous les membres de sa famille ayant disparu. En 1948, il commence à travailler comme journaliste. Mais le journal dans lequel il travaille devient l'organe officiel du Parti communiste en 1951, et Kertész est licencié. Il travaille alors quelque temps dans une usine, puis au service de presse du Ministère de l'Industrie.

Congédié à nouveau en 1953, il se consacre dès lors à l'écriture et à la traduction. C'est la découverte d'Albert Camus (avec la lecture de L'Étranger) qui lui révèle, à 25 ans, sa vocation. La philosophie de l'absurde sera par ailleurs un modèle fondateur pour son œuvre. À partir de la fin des années 1950 et tout au long des années 1960, il écrit des comédies musicales pour gagner sa vie. Il traduit de nombreux auteurs de langue allemande, tels que Nietzsche, Hofmannsthal, Schnitzler, Freud, Roth, Wittgenstein et Canetti, qui ont eu une influence sur sa création littéraire. Dans les années 1960, il commence à écrire Être sans Destin, récit d'inspiration autobiographique, sobre, distancié et parfois ironique sur la vie d'un jeune déporté hongrois. Ce roman évoque notamment le point de vue de la victime dans l'histoire et son conditionnement occasionnel, voire banal, à l'entreprise de déshumanisation menée par l'Allemagne nazie. Cette acceptation passive et ordinaire de l'univers concentrationnaire peut être distinguée du témoignage de Primo Levi dans Si c'est un homme. L'ouvrage ne peut paraître qu'en 1975, pour un accueil assez modeste. C'est seulement après sa réédition, en 1985, qu'il connaît le succès.

Tenu à l'écart par le régime communiste, Kertész ne commence à être reconnu comme un grand écrivain qu'à la fin des années 1980. Il obtient en 2002 le prix Nobel de littérature, « pour une œuvre qui dresse l'expérience fragile de l'individu contre l'arbitraire barbare de l'histoire ».

Il est élu membre de l'Académie des arts de Berlin en 2002 et reçoit en 2004 la croix de grand officier de l'Ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne (Großen Bundesverdienstkreuz mit Stern).


  • Sorstalanság (1975), Être sans destin, Paris, Actes Sud, 1998.
  • A nyomkereső (1977), Le chercheur de traces, Paris, Actes Sud, 2003.
  • Detektívtörténet (1977), Roman policier, Paris, Actes Sud, 2006.
  • A kudarc (1988), Le Refus, Paris, Actes Sud, 2001.
  • Kaddis a meg nem született gyermekért (1990), Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas, Paris, Actes Sud, 1995.
  • Az angol lobogó (1991), Le Drapeau anglais, Paris, Actes Sud, 2005.
  • Gályanapló, 1992.
  • Jegyzőkönyv, 1993.
  • A holocaust mint kultúra (1993), L'Holocauste comme culture : discours et essais, Paris, Actes Sud, 2009.
  • Valaki más: a változás krónikája (1997), Un autre, chronique d'une métamorphose, Paris, Actes Sud, 1999.
  • A gondolatnyi csend, amíg a kivégzőosztag újratölt, 1998.
  • A száműzött nyelv, 2001.
  • Felszámolás, (2003), Liquidation, Paris, Actes Sud, 2004.
  • A K. dosszié (2006), Dossier K, Paris, Actes Sud, 2008.
  • Journal de galère, Paris, Actes Sud, 2010.
  • Sauvegarde. Journal 2001-2003, Paris, Actes Sud, 2012.
"Etre sans destin" a été porté au cinéma par Lajos Koltai avec Péter Fancsikai, Bela Dora, Bálint Penték. Le film est sorti le 3 mai 2006.