Résidence d'auteur à BORDEAUX


 

[ Accueil | Formations | Actualites | Liens | Archives | Cours en ligne : initiation]

 

Résidence d'auteur

L’iddac avec le concours de l'association Franco-Vietnamienne Bordeaux-Aquitaine, accueillent 3 auteurs vietnamiens dans le cadre du programme Ecritures étrangères 2004/05 et à l’occasion de l’opération Souffles francophones organisée par le GPV, Grand Projet des Villes.

Nguyên Quang Thân - Phan Huy Duong - Trân Nhut Thanh Van

La résidence en images :
Musée d'Aquitaine - Boulevard des Potes - Sainte Livrade Sur Lot - La Machine A Lire - 
Point Presse

Nguyên Quang Thân
Romancier
En résidence d’auteur en Gironde
du 7 au 30 novembre 2004 et en avril/mai 2005

Samedi 13 novembre - 17 h
Conférence/lecture
Biliothèque du Musée d'Aquitaine- Bordeaux

Jeudi 18 novembre - 19 h
Rencontre/lecture
Boulevard des Potes, rue Bergeret - Bordeaux

Vendredi 19 novembre - 18 h
Espace Culturel Leclerc
Saint Medard en Jalles

Dimanche 21 novembre - 
Rencontre avec l'association Mémoire d'Indochine
Centre socio-culturel - Sainte Livrade sur Lot - Lot et Garonne

Mercredi 24 novembre - 18 h
Rencontre/lecture
Librairie La Machine à Lire, place du Parlement - Bordeaux

Sélectionné pour le prix RFI-Témoin du Monde en 1997 avec « Au large de la terre promise »,Nguyên Quang Thân est un des premiers écrivains à avoir apporté un souffle nouveau à la littérature vietnamienne au début des années 90. Né en 1936 à Son Lê, engagé dans la résistance anticoloniale en 1950, il a commencé sa carrière d’écrivain et de journaliste en 1956. Ses écrits comprennent des centaines d’articles, des nouvelles et romans, des scénarios de films et des œuvres traduites des langues étrangères. Il vit aujourd’hui à Hanoï.
Egalement auteur pour l’enfance, Nguyên Quang Thân est membre de l’Association des Ecrivains Vietnamiens et travaille comme journaliste dans plusieurs journaux, dont Famille et Société. En août 2004, il terminera un projet de scénario de film, « Histoire de Thang Long », destiné à la grande cérémonie d’anniversaire des 1000 ans de Hanoï en 2010.
Bibliographie française (non exhaustive)

« Au large de la terre promise », éd. Philippe Picquier, 1997

Au Viêtnam, dans l'ombre et sous la houlette du vieux système totalitaire agonisant, un monde nouveau s'installe qui ne reconnaît q'une mesure : l'argent. Pris en tenaille entre ces deux univers, des personnages égarés, à la recherche d'un sens à donner à leur existence, se jettent les uns sur les autres, s'embrassent, s'entre-déchirent, se rient au nez et se dépouille réciproquement avec avidité.
Il y a Tuân, l'ingénieur qui rêve en vain de mettre son savoir au service du pays ; Thao, l'écrivain qui s'interroge sur la nécessité d'écrire dans un monde de corruption qui méprise la science, l'art et la culture ; Huy, le petit trafiquant digne et sans états d'âmes ; Chi, la rebelle, prise dans un chassé-croisé amoureux et des faux-semblants ; Tuc, l'homme "moderne" intelligent et cynique, qui se prépare consciencieusement à sa propre ascension sociale.
Le monde change. Interprètes de la folie d'une époque, ils applaudissent à leurs ambitions, à leurs défis et à leurs nouveaux appétits. d'autres, désenchantés, apprennent le désarroi ou la résignation avant que la bourrasque d'un monde nouveau ne les emporte. 
Au large de la terre promise.

Phan Huy Duong
Traducteur-Ecrivain-Editeur

Vendredi 19 novembre - 18 h
Espace Culturel Leclerc - Saint Medard en Jalles

Samedi 20 novembre - 15 h
Biliothèque municipale - Cenon

Phan Huy Duong est né en 1945 à Hanoï juste avant la révolution et la guerre. Il vit en France depuis 1963. Il est responsable de la collection « Vietnam » chez l’éditeur Philippe Picquier. Il a traduit de nombreux romans et recueils de nouvelles vietnamiens en français, et notamment l’anthologie Terre des éphémères dans laquelle on peut trouver une nouvelle de Nguyên Quang Thân « La Danse du pot ». 
Phan Huy Duong est aussi écrivain, auteur en particulier du roman « Un Amour métèque ». Il connaît sur le bout des doigts la littérature vietnamienne contemporaine. Sa présence permettra d’effectuer un large tour d’horizon des écritures vietnamiennes issues tant du pays que de la diaspora, qui, si elle est peu connue en France, fait preuve d’une grande richesse et d’un engagement politique évident. L’occasion également d’évoquer la traduction dans une langue particulièrement riche.

Bibliographie française (non exhaustive)

« Un Amour métèque » - éd. de l'Harmattan, 1994
Pour retrouver les restes de son fils disparu pendant la guerre du Viêtnam, un américain surnommé le Milliardaire lance une OPA sur tous les squelettes abandonnés dans la terre vietnamienne.
Un homme mûr revient dans sons pays natal. La guerre est finie. Il comprend qu'avec son enfance, il a aussi perdu le courage de croire et d'aimer.
Une voix se livre, à travers une fuite échevelée, à la vaine recherche d'elle-même. Mais à ceux qui vivent un monde métèque, il n'est pas donné d'aimer. En trois nouvelles, l'auteur donne à voir une existence sans issue dans un monde sans valeurs.
L'espoir quand même, en forme d'humour, et de mots.

« Penser librement », éd. Chronique Sociale, 2000
"Je pars du cadre classique de notre culture. J’examine le problème fondamental de toute philosophie que je reformule dans notre parler d’aujourd’hui : nos rapports au monde matériel, vivant, pensant sont-ils intelligibles ? Si oui, pourquoi et comment ? Je souhaite partager cet exercice de réflexion avec tout un chacun, notamment les jeunes qui affrontent ce monde chaotique, menaçant, de plus en plus dénué de sens et de valeurs. Pour ce faire, sans rien sacrifier sur le fond, j’ai choisi de m’exprimer dans le langage commun. Ce choix a eu deux conséquences heureuses :
* Il m’a libéré des cadres conceptuels qui paralysaient ma pensée chaque fois que j’ai tenté d’écrire ce livre. Il m’a forcé à illustrer mes idées avec des expériences banales de notre existence quotidienne. Du coup, il m’a donné une grande liberté de parole, donc de pensée.
* J’ai soumis le manuscrit à des étudiants qui n’ont guère le temps de s’intéresser à la philosophie. Ils l’ont trouvé digeste, passionnant, parfois déstabilisant.
On peut sortir la philosophie de ses ghettos. Fondement ultime de toutes les valeurs dans toutes les civilisations, elle doit et elle peut réintégrer le débat civique total si nécessaire à notre société". 
Phan Huy Duong

Trân Nhut Thanh Van
Romancière

Jeudi 18 novembre - 15 h 30
Rencontre/Lecture - Médiation 
"l'Ours Polar"
Lycée des Iris - Lormont

Vendredi 19 novembre - 19 h 30
Rencontre/Lecture - Médiation 
"l'Ours Polar"
Bibliothèque - Saint Loubès

Vendredi 19 novembre - 16 h
Rencontre/Lecture
Bibliothèque - Gironde sur Dropt

Thanh Van et Kim naissent respectivement en 1962 et 1963 à Huê, au Viêt-Nam. Leurs parents, professeurs de mathématiques et de sciences naturelles partent s’installer aux Etats-Unis en 1968 dans le Michigan, au cœur de la région des Grands Lacs. En 1971, la famille arrive en France dans une petite ville de Haute-Saône : c’est une nouvelle vie qui commence pour les deux sœurs avec nouvelle langue. 
Après le baccalauréat, Kim fait des études scientifiques en France, elle sera physicienne, tandis que Thanh Van repart aux Etats-Unis. Quelques années plus tard, Thanh Van revient en France avec un diplôme d’ingénieur du California Institute of Technology et commence à travailler dans l’informatique.
En 1999, sur une idée de Kim, les deux sœurs se lancent dans l’écriture à quatre mains d’une série policière située dans le Viêt-Nam du XVIIe siècle. L’arrière grand-père maternel, figure mythique de la famille pour avoir accédé très jeune aux fonctions de mandarin, servira de modèle au héros du roman. Il prête ainsi son intelligence et sa sagacité à un jeune magistrat, Tân, qui affiche des traits virils et promène un physique de guerrier. 
La première enquête, Le Temple de la grue écarlate, est publiée aux éditions Philippe Picquier. L’aventure se poursuit avec la parution en 2000 de L’Ombre du prince, où l’on voit le mandarin Tân résoudre une affaire de meurtres en série dans la capitale Thang Long, l’actuelle Hanoi. Le troisième volet des enquêtes, La Poudre noire de Maître Hou (2001), repose sur un scénario établi en commun par les deux sœurs. L’accent est mis sur l’ouverture du pays sur le monde, avec l’arrivée de marchands européens et de jésuites français. Sur un fond historique qu’elle refont vivre avec beaucoup de brio et de subtilité, Thanh Van et Kim nous livrent des enquêtes policières riches d’humour et d’enseignements sur la culture vietnamienne.
En 2002, Thanh Van embarque pour un vieux rêve : faire le tour du monde. A son retour, elle signe seule la quatrième aventure du mandarin Tân. Le jeune magistrat retourne au village de son enfance, où de vieux démons reviennent à la vie : L’Aile d’airain est publié en 2003.

Bibliographie :

De Trân Nhut Thanh Van et Trân Nhut Kim


« Le Temple de la grue écarlate » - éditions Philippe Picquier, 1999 
Lorsqu'il rejoint son poste, aux confins de l'empire vietnamien du 17ème siècle, le madarin Tân ne sait pas encore que les familles de notables n'ont qu'une idée en tête : le marier à leurs filles nubiles. Cependant le jeune homme, préférant le poisson séhé des gargotes aux phénix farcis des banquets, n'a guère le temps de se prêter à ces jeux sociaux, car il se voit bientôt confronté à sa première affaire de magistrat. Une succession de meurtres aussi cruels qu'inexplicables le conduit à s'intéresser de près à un ordre de moines plus férus d'arts martiaux que soucieux de la loi de Bouddha.
Aidé de son ami le lettré Dinh, à l'esprit fin et sarcastique, il lui faudra parcourir les montagnes embrumées du Nord, utiliser ses bottes les plus secrètes et déployer toute son ingéniosité pour mener à bout son enquête, dont la solution au goût amer est un défit à son sens inné de la justice.

« L'Ombre du prince » - éditions Philippe Picquier, 2000 
Un an après sa nomination dans une région reculée et désuète au nord du Viêt Nam, le mandarin Tân se rend à Thang Long, la capitale de l'Empire, à la recherche de livres qui font défaut à sa province. Mais au lieu de manuscrits, il découvre une série de corps délicatement incisés par une lame artiste, meurtres sanglants qu'il lui faut élucider au plus vite en ce 17ème troublé par des luttes d'influences entre princes et seigneurs. Curieux voyage à la capitale, où le jeune magistrat est confronté non seulement à la toute-puissance des nobles et à un vol singulier chez les eunuques, mais aussi aux ombres surgies de son passé. Le sang versé hier appellerait-il les crimes d'aujourd'hui ? Pour percer à jour les motifs étranges d'un assassin sans pitié, le madarin Tân devra pousser jusqu'au bout une effroyable logique qui, cette fois-ci, ne le laissera pas intact.

« La Poudre noire de Maître Hou » - éditions Philippe Picquier, 2002 
A l'ombre de l'échine minérale du dragon qui sommeille dans la baie de Ha Long, des cadavres décomposés semblent refuser leur mort et vouloir prendre part aux affaires des vivants. Un naufrage ressuscite les héros mythiques de batailles révolues, tandis que des cimetières subissent des pillages aussi mystérieux que profanateurs. A l'aube de ce XVIIe siècle qui voit le Vietnam accueillir comptoir portugais et missions jésuites, le mandarin Tân, épaulé par le fantasque lettré Dinh, doit élucider non seulement ces actes ténébreux mêlant élixirs et poudres taoïstes, mais aussi un meurtre dont les raisons se trouvent cristallisées dans une quête immémoriale.
Magistrat de ce pays sur lequel soufflent les esprits d'anciennes traditions et les nouveaux vents du changement, le mandarin Tân saura-t-il déchiffrer à temps le message prémonitoire d'une femme aimée ?

De Trân Nhut Thanh Van :
« L’Aile d’airain » - éditions Philippe Picquier, 2003.
C'est sans sa soeur Kim que Thanh Van signe ce quatrième volet des aventures du mandarin Tân, qui n'a rien à envier en qualité aux précédents. On retrouve dans un Vietnam du XVIIe les ingrédients qui ont fait le succès des productions jusqu'ici à quatre mains des deux sœurs : légère grivoiserie poétisée, humour permanent et subtiles références aux mythes et aux différents courants de pensée. 
Le mandarin Tân, qui officie dans un greffe du nord s'est en effet décidé, accompagné de son ami, le lettré Dinh, à revenir dans son village au sud du pays, lequel est en proie à des conflits politiques et guerriers sans précédent. 
Sur place, ce n'est pourtant pas la quiétude qui l'attend puisqu'une mystérieuse "con thinh", une vierge fantôme qui se venge de son assassinat en tuant " sexuellement " les hommes sème la zizanie dans le village. Qui plus est, sa mère a perdu la mémoire et le confond avec son propre père, dont Tân n'a qu'un souvenir confus et douloureux. Il se lancera donc dans une double enquête, policière d'une part et généalogique d'autre part, afin de faire toute la lumière sur les ténèbres qui sévissent dans son village et dans son âme.


Copyright © 1997- 2011 , Association Franco-Vietnamienne Bordeaux-Aquitaine.
Tous droits réservés.
Dernière modification le 21 mars 2011

 

Comments