Production et partage d'images prisent avec un smartphone

Les smartphones sont de fantastiques appareils photographiques capable également de saisir des vidéos. Vous trouverez dans la page Microscopie et smartphone des informations et conseils techniques pour la capture d'images. En ce qui concerne le partage d'image, il y a deux solutions simple à portée d'un enseignant pour partager des images avec ses élèves.


Beekee.ch est une petite plateforme WEB développée par Vincent Widmer, dans le cadre de sa thèse à TECFA. Cette plateforme permet à un enseignant de créer rapidement et configurer un espace partagé par sa classe pour déposer et partager des images prises par les élèves lors de TP, sorties d'observations etc... avec leur smartphone personnel.


Il suffit de créer un espace enseignant, puis dans cet espace créé un espace pour sa classe.

accueil beekee


Chaque photo est identifiée par son auteur, par un ou plusieurs mots clefs et être placé dans une catégorie (unique)

un exemple plus étoffé (  observation de tissus animaux et végétaux en cours)--- >code d'accès W16T   connectez-vous en invité. 


Une seconde solution est de partager les images via EDUGE  ( Google apps pour l'éducation). Pour cela, les élèves doivent déposer les images capturées dans un dossier partagé par tous. les élèves doivent également installé l'application Google Drive pour pouvoir envoyé facilement leur image


PS: Il est possible de saisir le mouvement brownien avec un smartphone

IMG_2202RF.mp4



Ces images sont prises avec un smartphone sur un microscope (particules de Toner dans de l'eau chaude) . La vidéo est ensuite déposée dans Google Drive.



   avis de Olivier  avis de Naïm avis de Donik
 1. Premières impressions sur l'artefact (affordance) L'artefact m'intéresse particulièrement car il offre un espace de partage d'images pour la classe gratuit, facile à utiliser, qui permet d'organiser les images (titre, auteur, ...). La difficulté que je vois est la nécessité d'avoir accès au réseau wifi, ce qui n'est pas le cas dans beaucoup d'écoles.  - Cet artefact est intéressant car il permet de partager différentes photos de manière simple et accessible pour tout le monde.
- Il s'inscrit très bien dans la société actuelle car les élèves sont très souvent avec leur smartphone et cela leur permet de voir que ce dernier peut également être utiliser comme outil pédagogique.
Aspect communautaire où chacun partage ce qu'il obtient avec les autres. Permet une première approche du monde de la recherche.
  2. Usage(s) possible(s)  : ce que le prof fait / l'élève fait / le cyberprof fait  L'élève peut photographier avec son smartphone son observation au MO et la partager. Le prof peut trier les images et les projeter pour que toute la classe ne profite. - Cela est utile pour les travaux de groupe des élèves où ils doivent photographier par exemple différentes espèces animales qu'ils doivent par la suite incorporer dans un rapport. Grâce à cet artefact tous les élèves auraient donc accès au différentes photos pour mieux identifier les différentes espèces.L'élève ou le groupe peut partager une photo/vidéo de l'expérience et y apporter des commentaires. Par la suite, les résultats+commentaires sont partagés avec le reste des élèves afin de créer un débat scientifique. Suite à ce débat, la classe pourra décider de rejeter certaines hypothèses et/ou mettre en œuvre une expérience pour valider/invalider certains résultats.
 3  En quoi l'usage projeté va-t-il  aider les élèves à mieux apprendre / moins bien apprendre ? Au lieu que la microscopie reste une activité individuelle, ce dispositif permet à ce que chaque élève puisse bénéficier du travail de son voisin.  - Faire des liens entre ce qu'ils voient réellement et ce que l'on leur montre comme modèle.
- les élèves pourraient basculer dans la paresse de ne plus faire de dessin d'observation (ce qui est important en biologie) et se contenteraient de faire des photos.
L'aspect communautaire permet de réellement mettre en place, à l'échelle de la classe, une démarche scientifique, savoir-faire important en science.



Comments