Accueil‎ > ‎

Accueil

 
 "Ceux qui vivent sont ceux qui luttent" (Victor Hugo)
 
 
Bonjour,
 
Sur ce site, vous trouverez des informations pratiques sur la mobilisation des personnels et des étudiants de l’Université de Franche-Comté (grève, Fac alternative, actions diverses), ainsi que sur les actions entreprises au plan national face à la LRU, en particulier sur la masterisation des concours de l'enseignement, le statut des enseignants-chercheurs mastérisation" des concours, le contrat doctoral, la précarisation et la suppression de postes.
 
Y figureront, au fil des jours, compte-rendus des assemblées générales de l'UFC et des coordinations nationales, des appels, des articles de presse locale et nationale, des motions, des prises de position, des informations sur les positions du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, des analyses du projet et de la situation des humanités en France et en Europe, etc.
 
Ce site est le vôtre. Pour y contribuer et afin d'assurer une bonne coordination des informations, merci d'adresser vos documents à Michel Savaric, Nathalie Pavec et Pascale Smorag (voir contacts)
 
Merci à tous et haut les coeurs!
 

 
 Pour clore cette page et ouvrir le débat, voici une citation de Walter Benjamin, « La vie des étudiants », Oeuvres I, [1915]
Comme les vagues confuses du peuple autour du palais d'un prince, les étudiants devraient entourer l'Université qui transmet le fonds méthodique du savoir, y compris les essais prudents, hardis et néanmoins exacts, de méthodes nouvelles, comme le haut lieu d'une permanente révolution de l'esprit, l'endroit où se préparent les nouvelles interrogations d'un obscur pressentiment, inexact mais, en bien des cas, plus profond que les questionnements scientifiques. Dans sa fonction créatrice, le monde estudiantin devrait être considéré comme le grand transformateur qui, en les situant dans une perspective philosophique, aurait à transformer en questions scientifiques ces idées neuves qui généralement surgissent plus tôt dans l'art et dans la vie sociale que dans la science.
La domination secrète de l'idée de métier n'est pas la plus profonde de ces falsifications dont l'effet est terrible parce que toutes atteignent le centre de la vie créatrice. En échange de vains succédanés, une banale conception de la vie brade l'esprit. Elle réussit à dissimuler sous un voile toujours plus épais le caractère périlleux de la vie de l'esprit et à moquer comme fantasque ce qui subsiste de force visionnaire.
 
 
 



Comments