Médecine, handicap et société

"Le débat n’est pas : ou la protection ou l’opportunité, mais l’intégration des deux modèles en France. Ce qui suppose une réflexion sur leurs limites réciproques. " 
Alain Erhenberg en réponse à Robert Castel (il fait référence au 2 modèles d'autonomie présentés dans cette page).

 

Deux-modèles-d-autonomie-Ehrenberg.ppt


 La société du malaise
Analyse du livre d'Alain Erhenberg par Pierre Fraser
(autonomie condition ou autonomie aspiration?)

3 modèles de politiques publiques du handicap
Didier Wranken et Claude Bartholomé

L'autonomie aux deux visages 
Welfare et workfare

Modèles du handicap et de la santé

Réadaptation et participation: repenser l'action publique en faveur des personnes handicapées

La notion d'accompagnement social et ses limites

Action publique et handicap

Modèles clinique, protectionnel et de l'activation

Clinique

Michel Foucault

"La clinique s’est d’abord constituée comme une méthode, une façon de penser : c’est la force de Naissance de la clinique [1] d’avoir démontré ce statut premier qui s’est perdu au fil du temps, au point d’être aujourd’hui le plus souvent ignoré comme tel par le clinicien ; la clinique est devenue pour le médecin sa pratique, et non plus la construction discursive du savoir qui la sous-tend. Ce malentendu tient peut-être justement au fait que, dans sa généalogie même, comme l’a montré Foucault, la clinique associe le savoir, le malade et l’institution : les fondements de la clinique sont aussi conjoncturels, institutionnels et politiques. Du coup, quand la conjoncture change, son savoir se modifie ou même se perd. Le déclin de la clinique. François Ansermet. (source)"

« (…) Au centre, la clinique, qui constitue à titre d’accumulation empirique, raisonnée et cohérente, l’essentiel durable et perfectible de la psychiatrie ; le savoir-faire de la clinique, c’est la sémiologie, c'est-à-dire l’ensemble des pratiques qui permettent de déterminer comment tel patient au singulier correspond à telle partie du savoir clinique, plutôt qu’à telle autre ; mais à chaque moment de son histoire, la clinique se développe en utilisant des modèles qu’elle emprunte à diverses disciplines, aussi bien la psychanalyse[, que la neurochimie, aussi bien la psychologie génétique que l’anatomie pathologique, aussi bien l’éthologie que la neurophysiologie : ce savoir de la clinique constitue la pathologie (en l’espèce, la pathologie mentale) » 8. Georges Lanteri Laura Lien wiki sur la psychiatrie

Politiques sociales concernant le handicap

Volume 17, numéro 1, Automne 2004, p. 98-111 La participation publique et démocratique
L’accompagnement des personnes handicapées en Belgique Un concept au coeur des nouvelles politiques sociales Didier Vrancken Département de sciences sociales Université de Liège Christophe Bartholomé Département de sciences sociales Université de Liège

Cet article tente de démontrer l’émergence de nouvelles politiques sociales concernant les personnes handicapées en Belgique. Nous nous attarderons sur des pratiques spécifiques appelées « accompagnement de personnes handicapées ». Il vise principalement à démontrer la présence de trois modèles de politiques du handicap. Ces trois modèles sont : le « modèle aliéniste », le « modèle protectionnel » et le « modèle de l’activation ». Nous expliquerons pourquoi le modèle de l’activation est important pour comprendre la redéfinition des politiques sociales de nos jours.

Développement de l'auto-contrôle et injonction à l'autonomie  - un horizon normatif porté par un imaginaire "connexioninste"
"Contrairement à la strate précédente qui valorisait un idéal adaptatif (adapter la personne aux structures offertes), cette nouvelle configuration valorise un idéal actif. Un effort particulier est exigé de la part du bénéficiaire afin qu’il se prenne progressivement en main et développe son propre réseau relationnel. La personne handicapée est donc investie de la responsabilité de ses choix et de ses actes."
"L’injonction à l’autonomie est nécessairement paradoxale : S’il te plaît, ne m’aide pas !, écrivaient Hardy et ses collaborateurs (2001). On ne peut contraindre quelqu’un à devenir autonome, on peut, par contre, veiller à mettre les conditions en place afin de lui faciliter l’accès à cette autonomie." ...
"Il semble annoncer, à tout le moins dans le secteur de l’aide sociale spécialisée,émergence d’une nouvelle strate socioéducative au sein de l’État, cette strate qui viendrait s’ajouter à celles de l’éducation classique et de la formation professionnelle. Elle se distinguerait par l’exercice de réflexivité..."

Pourquoi penser le renouvellement démocratique des pratiques d’intervention sociale ?

"Dans le même esprit, on peut douter de la viabilité démocratique d’une « codification démocratique » de la vie sociale qui viendrait « d’en haut » (de l’État ou de militants avertis), où les citoyens devraient obéir aveuglément à l’injonction de participation citoyenne au nom de la démocratie. Le piège : le désir de totaliser la compréhension du réel non seulement dans les représentations que nous nous en faisons, mais dans l’espoir de contrôler les actes humains : « À y voir des explications prétendument complètes et sans reste, on rabat le travail social sur le tout-psychique ou sur le tout-politique : or, dès qu’on croit accéder au “ tout ”, penser devient superflu. Danger mortifère qui guette toute problématique, si subversive soit-elle » (Karsz, 2004 : 4-5)."

Alain Ehrenberg et l'autonomie comme catégorie sociale

"Les gens ne soufrent plus comme avant."

Vidéo: la société du malaise

Les matins de France Culture

La fatigue d'être soi

"La société du malaise" sur le site de Pierre Fraser

La critique de Robert  Robert CASTEL : L’autonomie, aspiration ou condition ? +++ il est indispensable de la lire en complément des analyses d'Erhenberg

"En France, c’est l’État qui a été, comme le dit Durkheim cité par Ehrenberg, « le libérateur de l’individu. C’est l’État qui, à mesure qu’il a pris de la force, a affranchi l’individu des groupes particuliers et locaux qui tendaient à absorber, famille, cité, corporation, etc. L’individualisme a marché dans l’histoire du même pas que l’étatisme » (p. 189)."

"De fait, 
ces opérateurs qui affrontent au quotidien la souffrance sociale demeurent attachés à l’idée de 
protection (qui, jusqu’à preuve du contraire, en appelle à l’État et aux institutions) car ils 
savent bien que leur clientèle est trop fragile pour pouvoir réaliser par elle-même et sans 
supports objectifs cette autonomie à laquelle ils s’efforcent en même temps de les faire 
accéder. Est-ce une raison suffisante pour en faire des déclinologues ? J’aurais au contraire 
tendance à penser qu’ils tentent, dans des conditions très difficiles, de développer des 
pratiques innovantes et en phase avec les caractéristiques les plus nouvelles de la conjoncture 
sociale actuelle."

Lire aussi la réponse d'Erhenberg à Robert Castel
"Le débat n’est pas : ou la protection ou l’opportunité, mais l’intégration des deux modèles en France. Ce qui suppose une réflexion sur leurs limites réciproques. "

Mettre en lien avec 
« Le workfare et l’activation de la protection sociale, vingt ans après : beaucoup de bruit pour rien ? Contribution à un bilan qui reste à faire » Jean-Claude Barbier. Lien social et Politiques, n° 61, 2009, p. 23-36.
http://id.erudit.org/iderudit/038463ar


La vulnérabilité comme catégorie de l’action publique Auteur Marc-Henry Soulet

Du welfare au workfare?

Workfare, empowerment et activation: attention au retour du "Quand on veut on peut"

Du Welfare au workfare?

Les traductions de l’« activation » La douce européanisation des systèmes nationaux de protection sociale

Les nouvelles tendances en matière  de régulation de la pratique psychotrope:  Trente ans de politique québécoise  sur l’usage de drogues et la toxicomanie  (1976-2006)
http://www.drogues-sante-societe.org/vol9no1/DSS_v9n1_art6.pdf

Le Nouvel Ordre Protectionnel. De la protection sociale à la sollicitude publique- Didier Wrancken - Voir aussi social barbare

L’État social face aux nouvelles attentes compassionnelles Le cas de la Belgique Didier Vrancken Université de Liège
http://www.erudit.org/revue/nps/2002/v15/n2/008914ar.html

La réduction progressive des politiques sociales à la lutte contre l'exclusion et la discrimination
http://sans-abri.typepad.fr/conference_de_consensus/files/10_30_ans_dintervention_publique.pdf

L’exercice des droits humains, les politiques sociales et le Processus de Production du Handicap (PPH)
http://www.ripph.qc.ca/?rub2=12&rub=40&lang=fr

Cadre de référence


Autonomie, les multiples visages de l'activation


Modèles du handicap


Modèle bio-médical versus modèles sociaux du handicap - Etre handicapé: une question de point de vue - Laure Gayraud - Pages 35 à 44

La notion de handicap: métaphore politique et point de ralliement des corporatismes
 
Joëlle Canton, “La « Classification québécoise » dite « Processus de production du handicap » peut-elle contribuer à la production de connaissances et aider à la prise de décisions ?.”

Editorial Impairments, Dysfunctions and Handicaps:  For an Operational Terminology and Concepts
http://www.revue-interactions.fr/revue/pagint_en/revue/article.php?cidarticle=69

THE FRENCH CONCEPT OF “HANDICAP”:  Political metaphor and rallying point of professional protectionisms.  Christian Rossignol 


Mettre en lien avec:
L’évolution conceptuelle internationale dans le champ du handicap : Enjeux socio-politiques et contributions québécoises - Patrick Fougeyrollas
http://www.pistes.uqam.ca/v4n2/pdf/v4n2a12.pdf

Complexité bio-psychosociologique


Qu'est ce que la "dépendance"?

Dépendance fonctionnelle - dépendance aux professionnels

Jean-Pierre Escaffre "Le contrôle de gestion des unités de soins hospitaliers"

De la dépendance à l'autonomie: de la théorie à la pratique. JP Escaffre et coll.
"On sait que les dépendances peuvent être déclinées selon  trois types non corrélés : les aides à la vie courante, les 
actes techniques somatiques, les actes techniques relationnels. Quelle est la mission fondamentale du soin ? 
Rétablir autant que possible l’autonomie du patient par  une dépendance momentanée. La variation de l’autonomie (positivement, ou en sens inverse freinage de la  dégradation) est un gage d’efficacité, le « volume » de  dépendance correspond à l’efficience des soins."

L’asphyxie programmée de la psychiatrie publique. Bernard Odier* et Jean-Pierre Escaffre
"Le secteur peut servir de modèle organisationnel pour l’ensemble de la médecine, à commencer par les spécialités qui impliquent une mobilisation conjointe durable des soignants, des partenaires sociaux et des proches"
http://www.passant-ordinaire.com/revue/49-638.asp

Du PMSI à la T2A - la grande peur de la VAP (valorisation de l'activité en psychiatrie) - Bernard Odier
http://www.john-libbey-eurotext.fr/e-docs/00/04/35/73/vers_alt/VersionPDF.pdf

Tentative d'analyse structurale et politique du rapport Piel / Roelandt et du projet Kouchner
http://psycause.pagesperso-orange.fr/028_029/028_029_tentative_d.htm

"L'échec relatif du secteur, mis en exergue de nos jours pour justifier les renoncements et la remise en cause de certains pans de la psychiatrie publique, est dû au manque de moyens des relais dans la cité plus qu'à une faille technique; Le travail en réseau vanté par les technocrates nécessite des partenaires structurés et forts ; s'il ne sert qu'à agiter des structures fragilisées et floues dans leurs attributions, il reste un dangereux trompe-l'œil."

Sur la psychiatrie voir aussi le livre blanc de la psychiatrie

Santé et société Le handicap comme nouvel enjeu de santé publique Jean-François Ravaud ; Isabelle Ville
http://ifr-handicap.inserm.fr/CAHFR2005.pdf

Vieillissement, dépendance, handicap : du bon usage des concepts. Alain Colvez lien
http://www.bdsp.ehesp.fr/Base/Scripts/ShowA.bs?bqRef=347844

POUR UNE PRISE EN CHARGE COLLECTIVE, QUEL QUE SOIT LEUR ÂGE, DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 
Cliquer ici

Répondre à la dépendance et aux handicaps : allocations spécifiques, 5e risque ou 5e branche de sécurité sociale ? Jean-Claude Henrard
Site -  Une société pour tous les âges  - http://une-societe-pour-tous-les-ages.over-blog.com 

Autonomie et dépendance

Regard sur la vieillesse et la dépendance


Cinquième risque - handicap et dépendance

Répondre à la dépendance et aux handicaps : allocations spécifiques, 5e risque ou 5e branche de sécurité sociale ? Jean-Claude Henrard
Site -  Une société pour tous les âges  - http://une-societe-pour-tous-les-ages.over-blog.com 

L’État-providence en débat L’État providence : quel équilibre entre assurance et assistance ? Robert Lafore. Professeur de droit public. Université de bordeaux - Les cahiers de la documentation française

Les réformes en matière de handicap et de dépendance : peut-on parler de « cinquième risque » ? par Mireille ELBAUM Professeure au CNAM

L'alliance du soin et du social, premier impératif de la lutte contre la précarité et l'exclusion
Note: une approche intéressante mais qui centre la fragmentation sur ses conséquences en terme d'exclusion. L'alliance retrouvée ne doit pas négliger question de la perte de fonction et de l'articulation étroitement intriquée d'interventions médicales et sociales qu'elle implique. La réadaptation associe dans le cadre d'équipes et d'institutions décloisonnées la médicalisation du gain d'autonomie fonctionnelle possible et les interventions sociales favorisant simultanément la meilleure intégration sociale. Cette intégration sociale s'entend, au delà des soins et de l'accompagnement de la dépendance éventuelle comme respect de la subjectivité et activation de la personne comme membre de la collectivité à part entière. Elle a comme perspective " l’appropriation par l’ex-patient de sa citoyenneté" (Baillon).

Les lois de 1970 et 75 vus par Guy Baillon - Extraits: impact des lois de 70 et 75 Cliquer ici
"Un évènement a eu lieu avant que nous mettions en place le secteur, ce fut la loi du 30 décembre 1970. L’Etat avait critiqué sévèrement l’Hôpital Général de l’époque, et avait conclu ainsi : « Vous ne savez pas, Messieurs de l’hôpital, vous occuper des enfants, des personnes âgées et des handicapés. Pour cette raison nous allons confier cette mission par décrets dans les deux ans aux acteurs du social et nous en déchargeons l’hôpital. L’hôpital va se recentrer sur les soins !" 
...
"De ce fait nous avons vu au fil des années que les Directeurs nous ont aidés à travailler dans le champ du soin, mais nous ont empêché dans le champ de la vie quotidienne ; nous n’avons pas trouvé dans le social les appuis nécessaires pour avancer (car ce n’était plus dans nos attributions). Ce qu’il est intéressant de remarquer, comme le font dans leur livre, Bauduret et Jaeger, c’est qu’en réalité l’Etat n’a pas cessé de tenter de réparer l’erreur de cette fracture..." 

A confronter aux notions d'autonomie selon Escaffre et de handicap social selon Castiel
"Pourquoi va t'on à l'hôpital ? Pour rétablir une autonomie entamée, et ce par une dépendance momentanée aux soignants, quelle que soit la maladie. Dès lors, le paramètre essentiel de l'efficacité des soins est la variation de l'autonomie, et celui de l'efficience la dépendance. Ceci relativise la maladie comme critère utile au management des unités de soins."

Site de la FHF: compensation du handicap - APA - cinquième risque

Organisation et financement de la réadaptation


Organisation et financement - Dépendance et handicap



Soins de suite et de réadaptation: faut-il tordre le cou au PMSI-SSR?

SSR: quel modèle de tarification? Nathalie Sanchez, Marie Houssel, Vincent Leroux
http://www.sngc.org/4DMETHOD/SNGCpdf/SNGC585/%23%231877747326.0

Organisation des soins de suite et mode de rémunération des hôpitaux Pierre-Yves Geoffard
http://economiepublique.revues.org/266?file=1

La tarification à la pathologie en SSR. Marie Houssel. Mémoire ENSP  - Modèle de Fetter

Le MPSI en gériatrie. Josiane Holstein
« Une autre particularité de l’outil PMSI-SSR est qu’il s’agit d’un outil unique pour l’ensemble du secteur de SSR, qui comprend environ 80 disciplines d’équipement différentes. Ainsi, l’outil est censé pouvoir décrire aussi bien des séjours de gériatrie que de pédiatrie, ou encore les séjours effectués dans des centres de post-cure pour toxicomanes ou certains établissements thermaux. Dans ces conditions, il apparaît clairement qu’il est illusoire, pour chacune des disciplines concernées, de penser pouvoir mettre en évidence de façon pertinente ses spécificités de prise en charge au sein du secteur. »

Description en gériatrie


PMSI et gériatrie - Josiane Hosltein

Gériatrie hospitalière et PMSI - Olivier Saint-Jean

Quelle performance pour les SSR?

Autonomie et dépendance ne sont pas de concepts stabilisés. Ils déterminent pourtant les questions d'adéquation des hospitalisations en SSR

J. Holstein et al. « Évolution de l'autonomie fonctionnelle en soins de suite gériatriques : un indicateur de performance ? »
Santé Publique 2/2006 (Vol. 18), p. 235-244.

http://www.cairn.info/revue-sante-publique-2006-2-page-235.htm

JP Escaffre et al. « De la dépendance à l'autonomie, de la théorie à la pratique »

JP Escaffe. Qu’est-ce que l’autonomie et la dépendance ? Éléments d’une théorie générale en stratégie, Congrès de 
l’Association latine pour l’analyse des systèmes de santé,  Bruxelles ; 2008.

Un autre champ à problèmes, la psychiatrie


De la dépendance à l'autonomie: de la théorie à la pratique. JP Escaffre et coll.

L’asphyxie programmée de la psychiatrie publique. Bernard Odier* et Jean-Pierre Escaffre
"Le secteur peut servir de modèle organisationnel pour l’ensemble de la médecine, à commencer par les spécialités qui impliquent une mobilisation conjointe durable des soignants, des partenaires sociaux et des proches"
http://www.passant-ordinaire.com/revue/49-638.asp

Du PMSI à la T2A - la grande peur de la VAP (valorisation de l'activité en psychiatrie) - Bernard Odier
http://www.john-libbey-eurotext.fr/e-docs/00/04/35/73/vers_alt/VersionPDF.pdf

La question de l'organisation et du financement de la réadaptation

Accès aux soins de réadaptation et handicap - Jean-Pascal Devailly – Laurence Josse CHU Avicenne Bobigny - (manuscrit accepté des auteurs) En pdf liens de webographie directement cliquables
Manuscrit accepté des auteurs - Paru dans gestions hospitalières  n° 492 - janvier 2010

Réformes de l’organisation et du financement des SSR : la gestion des paradoxes en réadaptation J-P Devailly - L. Josse (manuscrit accepté des auteurs)En pdf liens de webographie directement cliquables
Paru dans: Journal de réadaptation médicale Volume 28, numéro 2 pages 72-80 (juillet 2008) Doi : 10.1016/j.jmr.2008.07.017

Organisation territoriale des SSR : au carrefour de l’intégration des soins J-P Devailly - L. Josse  (manuscrit accepté des auteurs)
Paru dans Soins Cadres Vol 17, N° 68  - novembre 2008 pp. 36-38 Doi : SCAD-11-2008-17-68-0183-2980-101019-200811169

De l'absence de logique médicale dans la description et la valorisation des séjours


La T2A en SSR (free)
 
ATIH enquête précarité (free)
 
 
 
T2A et handicap social (Castiel et coll.)(free)
 
Solidarités, précarité et handicap social. Sous la direction de Didier Castiel, Pierre henri bréchat. préface de Didier Tabuteau
Couverture - Commande - Plan de l''ouvrage

Soins de longue durée et EHPAD

Quand la gériatrie se rebiffe contre les groupes inhomogènes de malades et les groupes aniso-ressources

SOSLD (gériatrie Albi)

Communiqué du président du syndicat de gériatrie des hôpitaux de Paris du 3 juin 2011 : pourquoi l’outil Pathos ne reflète pas l’état de santé des malades âgés.

La présentation sur le thème de la "réforme" des Soins de Longue Durée en France (Ivry-sur-Seine le 18 juin 2011)Soins de longue durée: le coup de grâce?

Soins , accompagnement, solidarité

Page dédiée aux modèles de la protection sociale

Peut-on se dispenser du paradigme de réadaptation? 


ou faut-il en faire une thématique prioritaire des politiques de santé publique? 

Ville Isabelle. Traitement social des déficiences et expérience du handicap en France. In: Santé, Société et Solidarité, n°2, 2005. Handicaps et personnes handicapées. pp. 135-143.
 
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/oss_1634-8176_2005_num_4_2_1064

Ravaud Jean-François, Fougeyrollas Patrick. La convergence progressive des positions franco-québécoises. In: Santé, Société et Solidarité, n°2, 2005. Handicaps et personnes handicapées. pp. 13-27.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/oss_1634-8176_2005_num_4_2_1047

Blais François, Gardner Daniel, Lareau André. Un système de compensation plus équitable pour les personnes handicapées. In: Santé, Société et Solidarité, n°2, 2005. Handicaps et personnes handicapées. pp. 105-114.

Coyer Xavier, Meunier Éric. Évolution des politiques publiques sur la population handicapée : enjeux actuels. In: Santé, Société et Solidarité, n°2, 2005. Handicaps et personnes handicapées. pp. 56-60. 
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/oss_1634-8176_2005_num_4_2_1051

Boucher Normand. La régulation sociopolitique du handicap au Québec. In: Santé, Société et Solidarité, n°2, 2005. Handicaps et personnes handicapées. pp. 145-154. 

Gautheron Vincent. De l'autonomie-liberté protégée aux risques de désillusion (Commentaire). In:Sciences sociales et santé. Volume 20, n°2, 2002. pp. 61-63. 

Le système de santé québécois. In: Santé, Société et Solidarité, n°1, 2002. L'avenir des systèmes de santé en question : France et Québec. pp. 26-27.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/oss_1634-8176_2002_num_1_1_864

Gagnon Eric. L'avènement médical du sujet. Les avatars de l'autonomie en santé. In: Sciences sociales et santé. Volume 16, n°1, 1998. pp. 49-74. 
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/sosan_0294-0337_1998_num_16_1_1418

Barbot Janine, Dodier Nicolas. L'émergence d'un tiers public dans la relation malade-médecin. L'exemple de l'épidémie à VIH. In: Sciences sociales et santé. Volume 18, n°1, 2000. pp. 75-119.

Lascoumes Pierre. L'usager dans le système de santé : réformateur social ou fiction utile ?. In:Politiques et management public, vol. 25 n° 2, 2007. pp. 129-144. 

Letourmy Alain. La santé rendue aux usagers ?. In: Santé, Société et Solidarité, n°2, 2009. pp. 5-9.

Gusmano Michael. Les associations de consommateurs de santé aux États-Unis. In: Santé, Société et Solidarité, n°2, 2009. pp. 137-147.

Mayeux D., Patris A., Métais P., Dumay J.-M., Jeandel C., Kohler François. Le PMSI en gériatrie de court séjour adaptation et adéquation. In: Sciences sociales et santé. Volume 10, n°2, 1992. Ici et ailleurs : la prise en charge des personnes âgées. Évaluations et comparaisons. pp. 79-110. 


Amartya Sen et la notion de capabilité


Dans un conférence donnée à Lisbonne en 2004, Sen établissait que "le principal impératif éthique auquel s’affrontait la société européenne était l’abandon du paternalisme et l’adoption d’une philosophie de politique sociale orientée vers l’élimination de la dépendance et vers l’obtention de la pleine autonomie individuelle par l’emploi."

Une capabilité est, suivant la définition qu’en propose Amartya Sen, la possibilité effective qu’un individu a de choisir diverses combinaisons de fonctionnements1, autrement dit une évaluation de la liberté dont il jouit effectivement. L’approche des capabilités a par la suite connu d’importants développements, notamment dans les travaux de la philosophe Martha Nussbaum, qui relie l’approche des capabilités et la politique du care proposée par Joan Tronto, et souligne l’ancrage de cette approche dans la tradition de pensée libérale en même temps que son inspiration marxiste2. 

John Rawls, auteur de la Théorie de la justice, prône l’égalité des « biens sociaux premiers ». Amartya Sen, tout en situant dans la lignée de Rawls, critique cette approche en soulignant son inadéquation, du fait que l’égalité des biens sociaux premiers ne suffit pas à garantir que les individus jouiront de la même liberté effective3, et que, dans certaines situations, la même quantité de biens sociaux premiers ne permettrait pas à deux personnes différentes d’effectuer les mêmes actes.

Afin de corriger ce qu’il considère comme une approche inadéquate, Amartya Sen défend l’approche des capabilités, qui modifie l’évaluation de la justice en la fondant, non pas sur les biens sociaux premiers, mais sur les capabilités. Il souligne en particulier que l’approche rawlsienne ne permet pas, par exemple, de résoudre adéquatement le « problème » posé par un invalide4, ni de faire face aux différences dans les besoins de deux individus aux besoins ou au métabolisme différent. L’approche des capabilités vise essentiellement à corriger l’approche rawlsienne de la justice, en ne défendant plus simplement l’égalité des moyens (les biens sociaux premiers), mais l’égalité des possibilités effectives d’accomplir divers fonctionnements et d’effectuer certains actes.

La première formulation de l’approche des capabilités, dans les travaux d’Amartya Sen, est conçue comme une correction de l’approche rawlsienne de la justice. La modification intervient au niveau de l’évaluation de la justice: tout en demeurant critique de l’utilitarisme, Sen considère que la justice exige que les individus soient effectivement capables d’accomplir divers fonctionnements. Partant de là, il remarque que l’approche en termes de « biens premiers » développée par Rawls est inadéquate, car la même combinaison de « biens premiers » ne permettra pas à deux individus différents (par leur travail, leur métabolisme, leur état physique) d’accomplir les mêmes fonctionnements. Les « biens sociaux », dont Rawls considère qu’ils sont centraux dans l’idée de justice, sont insuffisants selon Sen, car les individus n’ont pas forcément besoin de la même combinaison de bien pour être en mesure d’accomplir des actes identiques.



ĉ
Jean-Pascal Devailly,
20 févr. 2011 à 21:58
Comments