TVC Audio - Home‎ > ‎Vintage etc...‎ > ‎300B‎ > ‎

Chinese connexion ?


“J’ai acheté cet amplificateur à base de tubes 300B à un vendeur chinois qui a disparu depuis. Je l’ai écouté une fois, puis je l’ai mis hors tension. Quand je l’ai rallumé, il a brûlé.”

L’histoire de Jean François est une histoire avec un début classique. En général la part du rêve est importante. La troide 300B, la “reine des triodes”, est un objet, si ce n’est de fantasme, au moins de grande curiosité.

Le parcours classique est le suivant : l’audiophile débutant saute sur l’occasion ebay pour un amplificateur à tubes - ha, la magie du tube - équipé d’une paire de 300B “la reine des triodes” ne l’oublions pas. Ce pauvre Monsieur reçoit son appareil après un délai variable et en plus ou moins bon état. Avec un peu de chance, après la première mise à feu l’amplificateur fonctionne quelques temps. Ensuite l’appareil aura le bon sens de s’auto-purifier par le feu et c’est dans cet acte d’immolation que l’on sait enfin que “les objets inanimés ont donc une âme”.

A ce moment là, après avoir pu profiter d’une heure ou deux d’une écoute intrigante, l’audiophile en désarroi va comprendre la locution anglaise “There is no free lunch”. Son appareil en panne, il va dépenser son temps et son argent à se rendre compte que tout a été fait à l’économie, si ce n’est en dépit du bon sens.

Après avoir dépensé en réparation cinq fois la mise initiale, voila l’amplificateur à nouveau sur une étagère. L’audiophile moyen va s’apercevoir que ses enceintes ne sont pas adaptées. Avec un seul tube de puissance, certes l’appareil fonctionne en classe A, les 7 W dispensés à 10% de distorsion ne parviennent pas à gérer correctement les enceintes dont le rendement de 90dB est correct pour un amplificateur moderne, mais inadapté pour les 300B.

Notre audiophile, compulsant maladivement le ouebe, décidera alors de passer à la solution du haut rendement : des enceintes à pavillon, afin de compenser la faible puissance de l’amplificateur par le rendement élevé des enceintes.

Avec le rendement élevé va apparaître un dommage collatéral : les enceintes vont révéler un petit défaut : désormais le système à haut rendement met en évidence la ronflette de l’amplificateur. Il faut remettre l’appareil sur la table du salon, sortir le fer à souder et chercher sans garantie de trouver d’où vient cette satanée ronflette.

Après toutes ces péripéties, le temps consacré au 300B plutôt qu’à la famille, le salon envahit par différentes enceintes pour finir pas ces horreurs à pavillon, et puis encore la table du salon accueillant les machins électriques, la compagne de notra ami audiophile décide que trop c’est trop, et le quitte pour aller rejoindre un bel hidalgo adepte du Home Cinema.

Fort heureusement l'expérience de Jean-Francois est beaucoup plus intéressante et vous pouvez lire "300B La légende" sur TVC Audio !
Comments