interviews‎ > ‎

interview Christian Smets

accueil- les faits - l'enquête - affaires connexesle forum de discussion - Interviews - bibliographie - liens -contacts

 



Remarques préalables de Monsieur Christian Smets :

Je voudrais rappeler d’emblée qu’il existe en Belgique ce qu’on appelle « le secret de l’instruction » et que le transgresser constitue une infraction. Faute de repartir dans une série d’ennuis judiciaires, ce dont je me passe aisément, il ne m’est donc pas permis de répondre à quelques-unes des questions posées. En outre, je ne veux faire aucune déclaration qui pourrait être interprétée comme une façon de perturber l’enquête qu’on dit « relancée ». Tel n’est pas mon souhait.

 

Même retraité, je suis toujours tenu au secret professionnel et je respecterai cet engagement, quoi qu’on en pense. Question d’éthique pour moi. Cela m’empêchera d’apporter certaines précisions. Fort peu, qu’on se rassure.

 

Je voudrais enfin rappeler que bien des questions portent sur des points précis remontant à 30 ou 35 ans, sur un sujet qui, quelle que soit sa gravité, n’était pas à l’époque l’épicentre de mon travail et que  dès le printemps 1983 j’ai été affecté à des matières totalement autres.

Un seul exemple pour resituer les choses : comme vous tous j’ai appris qu’un meurtre avait été commis à l’Auberge du Chevalier à Beersel. Pour vous comme pour moi, c’était un fait-divers sanglant. N’étant pas policier, ce fait, aussi grave soit-il, ne me concernait nullement sur le plan professionnel. Tout comme d’autres, il n’a donc A L’EPOQUE pas retenu particulièrement mon attention. Il faut veiller à ne pas regarder des faits de 1980 avec des yeux de 2010 : ceci fausse totalement la perspective.

 

S’il plaît à certains de considérer ces remarques préalables comme des dérobades, c’est leur liberté. Ce n’est toutefois pas ce qui me motive. J’ai accepté de me soumettre à l’exercice de mon plein gré. Rien ni personne ne m’y forçait. Même si pour des motifs personnels, le n’aime guère me replonger dans tout cela, je tenterai de répondre avec le maximum de sincérité, dans les limites, obligées, que j’ai définies ci-dessus.

Enfin une précision de vocabulaire : j’invite chacun  à relire son Larousse, je n’appelle « tueries » QUE les faits survenus dans trois DELHAIZE. Le reste est constitué de crimes et délits , aussi graves soient-ils et, enfin, le plus mauvais agent de renseignement de n’importe quel service démocratique européen peut affirmer que l’ensemble de ces FAITS ne correspond nullement à un schéma terroriste. Les actions des C.C.C. d’une bien moindre gravité (tout est relatif et n’enlève rien à ma compassion pour les deux pompiers de la rue des Sols) l’étaient bien davantage.

__________________________________________________________________________________________________________

Interview Christian Smets

 

- Pourriez-vous surtout à l'intention surtout de ceux qui ne vous connaissent pas vous présenter et récapituler votre carrière à la Sûreté de l'Etat.

Né en 1944, j’ai fait des études de philologie romane à Louvain. J’y ai fait du syndicalisme étudiant et été actif en mai 68. Après quelques intérims dans l’enseignement d secondaire, j’ai ensuite fait mon service militaire obligatoire comme officier à la Force aérienne et prolongé quelque temps mon engagement. Puis j’ai à nouveau enseigné comme intérimaire et me suis inscrit au concours d’admission à la Sûreté où je suis entré en 1972 comme inspecteur. J’ai été promu commissaire, par concours en 1979, commissaire principal en 1987. Suspendu en 1990 par le Ministre Wathelet, j’ai été immédiatement réintégré dès que son successeur a pris ses fonctions, le tout assorti de mesures rétroactives. En 1997, toujours par concours interne, j’ai été nommé commissaire divisionnaire. Peu après, dès la mise en place du nouveau statut, j’ai obtenu un « mandat ». Dans ce cadre et jusqu’à ma retraite en 2009, j’ai dirigé le « pilier opérationnel », la région wallonne et été le remplaçant attitré du Directeur des Opérations, à chacune de ses absences.

- "L'extrême-droite en Belgique, c'est 50 zozos plus folkloriques que dangereux" dixit Albert Raes, l'administrateur général de la Sûreté. Vous partagez cet avis?

A replacer dans le contexte des années 70 et visant exclusivement l’extrême-droite francophone, la flamande étant globalement d’une autre nature. Vers 79 la principale organisation, le F.J., était en pleine débâcle et je n’étais pas loin de partager cet avis. Avec un peu de recul, j’ai bien été forcé de constater que quelques  extrémistes peuvent représenter un danger bien plus grand qu’une organisation structurée, plus facilement contrôlable. Cependant, il s’agissait davantage ici de criminalité sauvage que d’idéologie.

- Quelle est la section qui s'occupait plus particulièrement de l'extrême-droite ? Combien d'agents y travaillaient-ils?

Il ne m’est pas permis de donner des chiffres précis. Il y avait UNE section s’occupant d’extrémisme idéologique EN GÉNÉRAL, pas exclusivement l’extrême-droite. À l’époque le contre-espionnage, puis le contre-terrorisme étaient considérés comme plus prioritaires.

- Pourquoi vous a-t-on demandé d'infiltrer le WNP pour la Sûreté?  D'autres agents vous ont-ils prêté main forte? Ce mouvement représentait-il un danger dès sa création? Le Ministre Gol couvrait-il la mission? Au départ quelle était votre mission exacte? A qui deviez-vous rendre des comptes?


C’est moi qui ai suggéré cette sotte idée à ma hiérarchie. J’ai quasi travaillé en solo, trop. Nous savions simplement qu’un certain nombre d’éléments radicaux désertaient le F.J. et que Latinus laissait entendre qu’existait une vaste structure internationale dont nous ne savions RIEN. Le but initial était d’ALLER VOIR : ça existe ? c’est qui ? où ? combien ?

Au début  de ces faits  M. Gol n’était pas ministre. Quand l’affaire a éclaté, il a demandé, dans son bureau,  en présence de 2 de ses proches collaborateurs, à mes TROIS supérieurs hiérarchiques de l’époque s’ils étaient au courant. Tous 3 lui ont répondu par l’affirmative.  À noter que des mois avant que cela ne devienne public, j’en avais informé – dans les grandes lignes – mon nouveau Ministre de tutelle. Il faut aussi remarquer que cette fameuse « infiltration » a duré au total 7 heures, réparties sur plusieurs mois, compte tenu des deux cours élémentaires et du pseudo exercice. Pour une infiltration en profondeur qui fait couler tant d’encre, c’est tout de même fort bref.

- Quelle fut votre première impression en rencontrant Paul Latinus?

Au premier contact, mais nous étions  4, il faisait sérieux : « propre sur lui », cravate, structuré et modéré dans ses propos. Globalement positif. Comme nous savions le contenu de son dossier, un collègue et moi étions hostiles à son recrutement comme informateur. Mon patron d’alors, M. Massart, dont nous reparlerons, présent à l’entretien, en a décidé autrement. L’inspecteur, candidat commissaire, que j’étais à l’époque a obtempéré. Très vite au fil des rencontres Latinus m’a paru affabulateur, mytho, manipulateur, intrusif et invasif. Pot de colle, limite harcèlement. Après peu, je n’avais plus qu’un souhait : m’en débarrasser, au sens non criminel du terme, bien sûr.

- Combien de membres le WNP a-t-il compté?

De 12 à 20, plus éventuellement quelques sympathisants.

- Qui finançait le WNP et comment se procurait il des armes et munitions?

Contrairement au FRONT, le W.N.P. n’avait ni local, ni véhicule, ni secrétariat. Dès lors QUEL financement ? Pour les armes, au magasin je suppose. (La 22 long rifle se vendait alors en super marché, et, que je sache, il n’ont jamais possédé de fusils d’assaut comme tous les truands d’aujourd’hui qui arrivent à les trouver)

 

- Des individus comme Beijer, Delperdange ou surtout Bouhouche furent-ils membres du WNP ou auraient-ils pu servir d'auxiliaires?

Je crois savoir SANS POUVOIR LE PROUVER que Bouhouche était en contact avec 1 ou 2 d’entre eux. Pour Beijer, jamais entendu un mot. Le 3e j’ignore qui c’est.

- La rivalité entre le FJ et le WNP fut-elle réelle?

Il ne fait pas de doute que Latinus a été exclu du F.J. après y avoir exercé des responsabilités. Le Front était alors dans le collimateur de la justice et Latinus multipliait les provocations, cause réelle de son éviction,  Les mobiles de son attitude posent question. Je n’ai pas la réponse.

- Quel est votre avis sur un personnage comme Michel Libert et quelle était la valeur de ses cours philosophiques?

Q.I. fort bas, ayant chez lui les photos de tous les fachos de la planète. Un bon fasciste basique. Ayant quelque formation en philo je dirais qu’enseigner cela à Libert, c’est pareil qu’enseigner la mécanique fine à Smets, qui a deux mains gauches.

- Le Baron de Bonvoisin était-il le trésorier occulte de l'extrême-droite en général?

Ceux qui suivent les infos auront vu la décision rendue par la Justice  ce 21 janvier 2013 à son propos. Il en ressort que s’il est baron, il n’est pas noir. La vérité judiciaire étant ce qu’elle est, j’aurais mauvaise grâce à déclarer quoi que ce soit au sujet de cette belle figure de la noblesse de notre pays.

- Le Français Calmette était-il un homme dangereux capable de participer à des attaques telles les tueries du Brabant?

Selon mon intime conviction, mes  sentiments personnels : NON

- Etes-vous sorti du cadre légal lors de votre infiltration au sein du WNP? De manière plus générale, la Sûreté a-t-elle commis des fautes durant cette mission?

L’affaire a été classée sans suite au judiciaire. J’ai ensuite été sanctionné au plan disciplinaire : à la 1e parie de la question la réponse est donc NON, à la seconde elle est OUI, j’ai commis des fautes.

 

- La mort de Latinus : suicide ou assassinat?

Comme aurait dit VDB, si je le savais… Beaucoup glosent, mais en fait n’en savent rien. Dossier mal ficelé et étrangetés.

- Est-il exact qu'un "officier traitant" de l'Otan donnait des ordres à Latinus?

Il disait parfois ce genre de choses… allez savoir

- Le WNP fut-il l'une des composantes du réseau Stay-Behind?

Évidemment non. C’est un gag cette question ? Si Monsieur Raes les considèrait comme des zozos, il n’allait tout de même pas les engager. Faudrait savoir là.

- Le rôle de la SE est de rassembler via ces agents tous renseignements ou informations afin d’éviter des actes (ou la préparation à ces actes) qui pourraient nuire le bon fonctionnement de l’Etat démocratique (actes terroristes, coup d’état, …) ou qui mettraient la vie de civil ou d’hommes politiques en danger. Comment se fait-il que la SE n’a pas pu éviter les raids des TBW de 1985, ni les attentats des CCC?

Comme la C.I.A n’a pas évité le 11 septembre, les Britanniques le métro de Londres, les français le métro saint-Michel, les Espagnols Atocha, etc. Question assez saugrenue. Pour les C.C.C. nous avions des infos pertinentes transmises aux autorités bien avant les attentats.

 - Avez-vous a été chercher des documents dans la maison du fils de Vanden Eynde (après le meurtre)?

Comme j’ignore de qui il s‘agit, je ne sais où il habite.

- - On a parlé de chantage sur Raes pour le "tenir": mythe ou réalité?

Je me demanderais bien par quel bout et ne vois franchement pas

- Avez-vous a été approché par le Mossad (vu qu'il a travaillé sur l'OLP et vu le lien avec Gol)? Est-ce qu'il l'estime possible que Bouhouche/Buslik/Beijer/Mendez/Lekeu travaillaient pour le Mossad? Est-ce que le Mossad a essayé d'utiliser le WNP (comme l'affirme Ostrovsky)?

Ils n’avaient nul besoin de m’approcher vu que, comme avec des dizaines d’autres services, dont l’Autorité palestinienne, j’ai souvent travaillé avec eux. Nous nous connaissions donc bien. Je sais par ailleurs que le gendarme Vos est friand des « révélations » d’Ostrovky. C’est sa liberté constitutionnelle. Je ne partage guère ses points de vues. Ce n’est pas un secret d’Etat.

 

- Etes-vous l'auteur de "La Sûreté de l'Etat prépare-t-elle un coup d'Etat?", comme l'affirmait Michel Libert?

J’ai aussi écrit « J’ai fait pencher la Tour de Pise » et « Comment j’ai volé Manneke- Pis ». Pourrait-on rester sérieux ?

- Avez-vous déclarer ceci à votre collègue Robert Chevalier : "Latinus n’osera pas parler, je le tiens".

Je n’aurais sûrement jamais confié quoi que ce soit à M. Chevalier en qui je n’ai aucune confiance.

- Avez-vous des contacts avec Dessart et est-ce qu'il aurait investigué l'implication du WNP dans des trafiques d'armes (Bierset ou autres)?

 

J’ai connu ce monsieur autrefois. Je ne lui sais aucun contact avec l’extrême-droite.

 - Etes-vous au courant de symbioses entre le WNP et des mercenaires (est-ce que le nom de Jean-Claude Darville vous dit quelque chose? ou Vogeleer, Bob Goossens, Charles Mazy, Usuwiel, Christian Tavernier, Alain Van den Hove, Swaelens, ...?)

Je ne connais que dal au milieu des Mercenaires. Jamais bossé  là-dessus.

- Qu'est-ce que quelqu'un comme Marc Menassa avait à gagner par ses liens avec le WNP? et Faez Al Ajjaz?

Ai en effet connu le nom Menassa. Je ne  situe plus. Je suis par contre certain qu’ Al-Ajjaz et Latinus se voyaient.

- Le nom de deux mouvements d'extrême droite "le groupe des 20" et "la Sainte-Vehme" vous sont-ils connus?

Aucune idée

- Est-il exact que Michel Cocu ait servi de garde du corps à Paul Latinus?

Jamais entendu parler. Je me demande comment il l’aurait rémunéré.

 

- Avec le recul, pensez-vous que certains membres du WNP auraient pu tremper dans les tueries du Brabant?

- Depuis un an vous êtes dans la ligne de mire de la cellule d’enquête TBW. Suite à la perquisition vous avez réagi dans les médias et avec une lettre ouverte sur le forum. Avez-vous subi une nouvelle perquisition en novembre/décembre 2012?

- Après cette perquisition, vous avez dû être auditionné. Que voulait savoir la CBW?

- Savez-vous qui d'autres à été l'objet d'une perquisition?

Instruction en cours interdit pour moi de répondre.

- Ne trouvez-vous pas étrange que vous êtes quasiment le seul agent de la SE dont le nom apparait régulièrement dans divers grosses affaires nébuleuse (WNP, dossier Pinon, meurtres rue de la Pastorale, suicide Paul Latinus, TBW, incendie POUR, …).

Que non que je ne trouve pas cela étrange : cela m’indique simplement qu’il y a un seul et même chef d’orchestre depuis 1983.

-  Avez-vous reçu une copie de (ou avez-vous lu) la lettre de Nicolas de Kerckhove sur l’entretien avec Albert Raes dans les semaines suivant l’écriture de la lettre? D’après Guy Bouten, Mr. X décrit dans la lettre serait le Major Bougerol? Est-ce vrai? De quoi s’agit-il exactement ?

Non, j’ai lu cela sur VOTRE forum

- Etiez-vous fin ’70 - début ’80 au courant de l’existence de cellules Stay Behind ou Gladio?

Cessons ces amalgames avec GLADIO qui est un truc italien (je sais que ça fait vendre de la copie). La Sûreté n’est pas le SISMI et la situation belge étant autre, nous n’avions pas les mêmes phobies anti-communistes. Je savais comme chacun qu’il y avait une section Stay Behind. Une commission d’enquête parlementaire a été consacrée au sujet et a rendu un rapport. Elle n’a pas cru utile de m’interroger (Ouf ! pour une fois !)

Guy Weber a-t-il joué un rôle dans les années de plomb? Guy Weber était "un ami de toujours" de Yves du Monceau de Bergendael (de la brigade Piron) qui était aussi le patron du groupe GB-Inno-BM ... épargné par les Tueurs du Brabant.

Est-ce le Général qui a écrit un bouquin il y a longtemps ? Je sais simplement que quand j’ose prononcer le mot DELHAIZE, je ne recueille pas un gros succès auprès des magistrats enquêteurs… Comme si j’avais dit un gros mot.

- L'implication éventuelle d'Argenteuil (famille princière) dans certains dossiers a-t-elle été une difficulté dans les enquêtes ?

Je n’ai pas l’honneur de les connaître. Voyez les enquêteurs.

- Un conflit entre la sûreté de l'Etat et les renseignements militaires (et la gendarmerie) n'a-t-il pas existé dans le passé ? Les renseignements militaires étant assez logiquement proches de l'OTAN.

S’il est vrai que les renseignements militaires sont logiquement plus proches de l’O.T.A.N. que nous, je n’ai pas souvenir de mauvaises relations avec eux. Par contre elles furent souvent infectes avec l’état-major de la gendarmerie.

- Pouvez-vous nous en dire plus sur le rôle de la SE dans la location de boxes de garages/appartements employés par Bouhouche et Beijer?

 

Beaucoup  plus oui : AUCUN.

- Est-ce que Léon Finné était un informateur de la SE?

On publie rarement la liste, mais à ma connaissance NON, mais s’il l’avait été je ne le dirais pas.

- Robert Chevalier a quitté la SE dans des circonstances obscures. D’après lui, il fouillait trop loin et on lui rendait sa vie impossible. Partagez-vous son avis?

Vous avez dit obscures ? Il a trouvé un emploi bien mieux rémunéré dans un machin international aux Pays-Bas. Obscur ??? Pour le reste, je lui reprochais surtout de fréquenter assidûment, à titre privé, le bar d’un mouvement facho, proche de son domicile, mais il est vrai que lui et moi avons rarement la même opinion, question sans doute d’orientation politique personnelle.

- Durant sa periode à Charleroi (et après), quelle est votre opinion sur le rôle de Bougerol en son reseau Inforep/PIO/EIM/NEM/... concernant les années de plomb? Au service de qui (Gladio, américains, Cercle Pinay, Aginter Press, Cercle des Nations, ...)?

PIO et INFOREP ont effectivement été créés et ont fonctionné au sein du Ministère de la Défense lorsque VDB était ministre. À une date que je ne sais plus vers  1980  la dissolution de cette organisme a été décidée pour des motifs que j’ignore. Mais le bidule a continué à fonctionner comme avant, et là,  cela suppose un budget. J’ai bien une idée personnelle mais la dire publiquement me vaudrait certes des ennuis judiciaires puisque, quoi qu’en étant certain, je ne peux le prouver …et comme j’ai déjà beaucoup donné…

- Est-ce que Mr. Smets est au courant de liens entre le WNP (et/ou le MSN) et des bandes de jeunes extrême-droite/racistes à Nivelles, Braine-l'alleud, Waterloo?

En aucune manière. Il faut préciser que je n’ai jamais travaillé sur le Brabant wallon, hormis sur 2 ou 3 cas ponctuels liés à l’U.C.L. à Louvain-la-Neuve. C’est une région que je ne connais pas.

 

- Quel est finalement l'histoire derrière l'affaire POUR, il y a-t-il oui ou non un lien avec le dossier Pinon?  Les ballets roses furent-ils une affaire d'Etat couverte par la Sûreté ou la gendarmerie? Concernant l'incendie, est-ce que Flupke Van Engeland a été mis sous pression pour ne pas parler? Quelle est votre opinion sur les ballets roses et le réseau Fortunato/Montaricourt (et si oui ou non des hauts placés ont été filmés, et par qui?). Avez-vous été impliqué dans l'affaire Pinon (via Josianne Jeuniau)?

Pour ce serpent de mer qu’on a agité durant un quart de siècle en le remettant régulièrement « au goût du jour » en « modernisant »  les noms des soi-disant protagonistes, j’invite chacun à revoir les émissions de  AU NOM DE LA LOI consacrées à ces montages. Le regretté Walter de Bock possédait énormément d’informations sur ces réseaux de prostitution et ses archives doivent bien se trouver quelque part : j’ignore évidemment où. Concernant POUR, j’ai bien une opinion qui ne va pas dans le sens général, mais faute de preuves matérielles, je me vois une fois encore contraint de garder le silence. De mon point de vue, il n’y a PAS d’affaire Pinon et mes relations passées avec Josiane ne concernent qu’elle et moi.

- Pouvez-vous nous donner votre avis sur les deux articles suivants :


http://www.michelcollon.info/Le-terrorisme-non-revendique-de-l.html

http://www.michelcollon.info/IMG/article_PDF/article_a3749.pdf

Ce sont des dossiers faits par des gens a priori compétents. Je n’ai jamais approché le travail du Stay Behindj, ni participé à aucun Comité de l’O.T.A.N.. Sur quelle base donnerais-je donc un avis fondé ? Je ne suis pas davantage en mesure de vérifier les sources de l’auteur.

Les liens extrême-droite (et même nazisme) / islamisme apparaissent dans l'intéressant ouvrage de Ian Johnson "Une mosquée à Berlin" ... des commentaires à ce sujet ? L'idéologie nazie est-elle encore concrètement active au sein de certaines entreprises, comme Volkswagen (voir le témoignage de Libert du WNP), Mercedes, Allianz ? Que penser du "triangle" de l'extrême-droite : Milan - Munich - Anvers (et Liège ?) ... la Suisse étant au milieu ...

Je n’ai pas lu cet ouvrage. Cependant, dans mon travail, j’ai constaté des contacts (85-90) assez fréquents entre des éléments d’extrême droite et l’Iran des Ayatollahs, peu après la révolution islamique. Je ne trouve qu’une explication à ce paradoxe : le refus d’intégrer les gens issus de l’immigration dans nos démocraties occidentales. Sinon il y en a eu aussi quelques-uns avec la Libye du Colonel, mais là, c’est plus simple : tout ce qui pouvait emm… l’Europe était bon à prendre.

Pour l’idéologie nazie en entreprise, il serait plus efficace de poser la question à un permanent syndical F.G.T.B.  de VW ; il devrait le savoir et pouvoir vous répondre en toute liberté.

Quelque réactionnaire que soit le Suisse moyen, je ne crois pas qu’on puisse lui imputer l’émergence de mouvements nationalistes et xénophobes en Lombardie et en Flandre. Pour ce qui est de Liège j’ai toujours cru cette cité plus rouge que noire !

- Le SACEUR (SHAPE) est apparemment la personne à la tête des réseaux Stay-behind. Etait-ce le cas pour les deux branches belges du Stay-behind ? (vu que la Sûreté et les renseignements militaires avaient chacun développé leur propre organisation).

Organisations propres, façon de parler… le Gouvernement a confié des tâches distinctes aux deux services en fonction de leurs compétences  : la Sûreté, service civil et défensif, n’a jamais eu de branche action, ce qui peut parfaitement exister au sein des forces armées. Une fois encore, référez-vous au rapport de la Commission parlementaire d’enquête sur ce sujet. Je ne l’ai pas lu et n’en ai pas l’intention, ayant choisi d’occuper autrement mes loisirs de retraités.



- Le secret autour des membres de ces réseaux a-t-il encore une raison d'être ?

Voir ci-dessous


Que pensez-vous de Elio Ciolini et de son parcours inquiétant, notamment en Belgique (mais aussi au SAC) ?   SAC = Stay-behind français ? La possibilité qu'un ressortissant français proche du SAC ait participé à l'assassinat du président JF Kennedy a-t-elle été évoquée à la Sûreté ? (on peut rappeler l'affaire Northwoods et, ici aussi, Lyman Lemnitzer)

C’est la 1e fois de ma vie que je lis ce nom, cependant je vois mal le lien entre les SAC, barbouzes luttant contre l’O.A.S. et la prévention d’une invasion des troupes du Pacte de Varsovie ??? Pour moi S.A.C. et O.A.S. cela m’évoque plutôt un truc franco-français entre fachos.

La Sûreté, service intérieur défensif, ne s’est pas plus intéressée à l’assassinat de Kennedy qu’à celui d’Abraham Lincoln. Il y a aux U.S.A. un machin assez connu pour s’occuper de cela : il s’appelle F.B.I.

 

- Que pensez-vous du DIA (créé sous/par Lyman Lemnitzer) ? Paul Latinus a affirmé qu'il travaillait pour le DIA. Quelqu'un comme Jacques Monsieur devait aussi être en contact avec le DIA (et bien entendu les renseignements militaires belges). Quelles auraient pu être les relations entre la CIA et le DIA ? Que faisait la Sûreté dans tout cela ?

Si vous voulez parler de la D.E.A. (Drugs Enforcment Administration), voyez plutôt la police ou la gendarmerie. La Sûreté de s’occupait pas vraiment de drogues… et quoi encore ? Elle n’y faisait donc absolument rien du tout. Je sais que Latinus l’a affirmé mais il disait tant de choses. Est-ce vrai ???

-  Dans les dossiers, il y a plusieurs liens entre "la nébuleuse" responsable des Tueries du Brabant et les protagonistes du dossier Dutroux (via Simon Genevois, Steppe, etc mais aussi à partir de l'entourage de Michel Nihoul). La sûreté de l'Etat a-t-elle travaillé là-dessus ?

Qu’est-ce que je serais heureux de connaître ces liens, pour peu qu’ils existent vraiment. La Sûreté n’ayant aucune compétence de police ne travaille jamais sur une enquête criminelle, si ce n’est à la requête du magistrat en charge de l’affaire et alors sur des points précis. Ce n’est pas le cas ici.

- A-t-il existé une loge P2 chez nous?

 Au lieu de m’énerver,  je vais paraphraser la chanson « Bruxelles n’est pâââââs en Italie » et vous dire que j’ai parfois vu des péteux dans des loges, mais c’était au théâtre.

- Que pense M. Christian Smets des écrits du commissaire Massart de la Sûreté de l'Etat ?

Il y avait quatre différences fondamentales entre cet excellent Victor et moi :

J’ai toujours été un bon petit soldat discipliné, lui méprisait tous ses supérieurs hiérarchiques. Deux conceptions du service de l’Etat.

Il était sous-officier à la M.P. dans l’armée de terre, moi officier d’aviation. Deux univers incompatibles.

Il venait de l’administration des Postes, moi de l’U.C.L. Deux univers.

Il avait de grandes ambitions personnelles .Je me bornais à préparer mes concours et à les réussir. Deux conceptions distinctes.

Nous n’étions donc guère faits pour nous entendre. Quand j’ai été promu commissaire sous ses ordres, il m’a à ce point pourri la vie, qu’après quelques mois, j’ai demandé ma mutation, que j’ai obtenu sans difficulté, à son grand mécontentement. Bien des années plus tard il a commis un pensum titré « Les Pipes étaient à Dédé » ou un truc du genre. C’est à ce point bâclé qu’il y a même de contradictions internes. L’ouvrage n’a pas vraiment fait un tabac, mais en démocratie chacun exprime ses frustrations comme il le souhaite.

- Il est souvent question de vous dans la dernière édition (2011) du très intéressant livre "Rogue Agents" disponible sur :

http://www.cryptome.org/2012/01/cercle-pinay-6i.pdf

Ce qui est écrit correspond-il à ce qui s'est passé ?

Mon ordi refuse obstinément d’ouvrir ce lien, mais je suis à ce point narcissique que j’aimerais tant savoir ce qu’on dit de moi. Du mal certainement, mais j’y suis si habitué que…

- Pourquoi  le SDRA et la Sûreté de l'Etat ont refusé de dévoiler les noms de leurs réseaux Stay-behind ...Quel était le niveau de méfiance entre ces deux services ?

Parce qu’une des premières règles qu’on enseigne à un stagiaire dans tous les services de renseignement d’Europe est de taire l’identité des gens qui vous informent. Question élémentaire de déontologie. Voir, une fois de plus, le rapport de la Commission parlementaire d’enquête sur ce sujet.

- Avez-vous eu l'occasion de s'intéresser à la Milice de Jésus-Christ ? Certains membres présentent beaucoup d'intérêt. Peut-être la maison-mère des Dominicains belges est-elle trop proche de l'Ecole Royale Militaire ... ?

Oui en effet en 1981, quand j’étais Commissaire à Charleroi, j’ai appris que ce « machin » tenait des réunions à l’abbaye d’Aulne, dans mon secteur géographique. J’ai rédigé, in illo tempore, l’une ou l’autre note sur le sujet. Je me souviens qu’il existait des liens indirects avec Bougerol et que mes écrits d’alors n’ont pas fait plaisir à tous.

- Il est probable que la Sûreté de l'Etat a de nombreux dossiers sur André Moyen. Selon vous, quel rôle André Moyen a-t-il joué ? Il est encore retenu actuellement parmi les suspects pour l'assassinat de Julien Lahaut mais son nom apparaît souvent, notamment en ce qui concerne les "faux du KGB". N'a-t-il pas été inquiété par la justice ?

Je me souviens que Moyen, alias « Capitaine Freddy » était en contact avec M. Massart. Pour le reste, lors de l’assassinat de Lahaut, j’avais 4 ans et ai eu assez de travail que pour ne pas me plonger dans les dossiers des années ’40. En outre, je ne perçois pas le lien avec ce Dossier.

- Guy Weber at-il été un suspect aux yeux de la Sûreté de l'Etat ou d'autres enquêteurs ?

Voir ci-dessus. Guy Weber ???

 

- Le nom de Robert Rothschild apparait-il dans les dossiers de la SE?

Je m’abstiendrai de jeu de mots faciles, mais à ma connaissance, NON

- Pensez-vous que les tueurs du Brabant seront identifiés un jour?

Simplement par respect pour les familles des victimes, j’ose encore l’espérer. Je le souhaite à titre plus égoïste, parce qu’on saurait ENFIN que je ne suis en rien impliqué dans ce dossier. Mais d’un point de vue personnel actuel, je reste très dubitatif.


Je remercie Monsieur Smets d'avoir répondu si aimablement à cette interview.


Comments