A) Chronologie‎ > ‎

Chronologie 1930-1939

 

1930 (vérifier les éphémérides 1930-1931)

• Le 19 août, on bénit la pierre angulaire du couvent des Dominicaines du Rosaire, boulevard du Carmel. Il sera béni en septembre 1931. Inauguré en 1931, l’orphelinat Saint-Dominique sera renommé Ville-Joie Saint-Dominique en 1948. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 15 septembre, l’école Saint-François-d’Assise, dirigée par les Filles de Jésus, ouvre ses portes. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 8 novembre, on ouvre, rue Saint-Maurice, la salle de théâtre Palace consacré au cinéma et au spectacle. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 29 décembre, on inaugure la salle académique du Séminaire de Trois-Rivières; elle compte 700 sièges. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 
Le couvent des Dominicaines de Trois-Rivières, 2004

Photo : Conseil du patrimoine religieux du Québec

 
L’école Saint-François-d’Assise, 1930

Photo : Collection Patrimoine Trois-Rivières

 
Le Palace, rue Saint-Maurice, en 1935

Photo : Collection de la Ville de Trois-Rivières, Service de l’urbanisme

 

1931

• Trois-Rivières compte 35 450 habitants. Le territoire actuel de la grande ville en compte autour de 48 500 dont 8 748 à Cap-de-la-Madeleine. On en dénombre 1 320 à Pointe-du-Lac, 784 à Sainte-Marthe-du-Cap, 610 à Saint-Louis-de-France. La ville de Trois-Rivières compte déjà six paroisses : Immaculée-Conception (Cathédrale), Saint-Philippe (1909), Notre-Dame-des-Sept-Allégresses (1911), Sainte-Cécile (1912), Très-Saint-Sacrement (1926) et la nouvelle paroisse Saint-François-d’Assise (1927). Malgré ce développement, le tissu urbain est encore concentré sur une mince bande de terre, entre le fleuve et le pied du coteau Saint-Louis. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• En janvier, le théâtre Gaieté, rue des Forges, devient le Rialto. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 20 mai, le service de transport en commun par autobus démarre ses activités; il remplacera complètement les tramways en 1933. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 17 juin, un incendie ravage la grande estrade de courses du parc de l’Exposition. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 7 juillet, on bénit la chapelle des Frères de l’Instruction chrétienne à Pointe-du-Lac; encore inachevée, la chapelle de style Renaissance est construite selon les plans de M. Lévesque, architecte de Québec. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 30 août, on bénit la nouvelle chapelle (la quatrième) de la mission des Forges du Saint-Maurice. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 25 octobre, on ouvre la mission de Notre-Dame-de-la-Paix dans le secteur de La Pierre. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 9 décembre, au séminaire Saint-Joseph, se tient la première assemblée des membres de la Société d’histoire régionale de Trois-Rivières, fondée en 1926. La société est à l’origine de plusieurs publications historiques, dont deux séries de monographies : Les Cahiers d’histoire régionale et Pages trifluviennes; parmi les membres actifs de la Société, outre Arthur Béliveau, on compte Raymond Douville, Mgr Albert Tessier, le journaliste-éditeur Jean-Baptiste Meilleur-Barthe et le docteur Conrad Godin qui en sera le secrétaire (1936), le trésorier (1950), puis le président durant 21 ans (1966-1987). (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 
Le village de La Pierre (mission Notre-Dame-de-la-Paix) vers 1968

Photo : Le Nouvelliste

« La Pierre » était le nom donné communément au petit village de squatters érigé aux limites de la ville de Trois-Rivières, tout près du dépotoir municipal, derrière le champ de tir de l’armée. Les maisons – en fait, de simples cabanes de tôle, sans fondation ni plancher, sans eau courante ni électricité – étaient totalement dépourvues des services publics. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 

1932

• Le 3 janvier, un incendie détruit l’hôtel Dufresne, rue des Forges, bâti au lendemain du grand feu de 1908. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 15 mars, on inaugure le cimetière Saint-Michel, boulevard des Forges, ouvert depuis 1923. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 8 avril, la mission Sainte-Marguerite, fondée en 1926, est érigée en paroisse sous le patronyme de Sainte-Marguerite-de-Cortone; son territoire est détaché de ceux des paroisses Saint-Philippe et Immaculée-Conception; le desservant, l’abbé Louis-Joseph Chamberland, en devient le premier curé; il le demeurera jusqu’en mai 1972. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• L’abbé Albert Tessier tourne le film Trois-Rivières. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le théâtre Palace est vendu à la société France-Films et devient le Cinéma de Paris; on n’y présentera durant plusieurs décennies que des films produits en France. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 
L’hôtel Dufresne, rue des Forges, vers 1925

Photo : A. Héroux, Éditeur, Collection privée Jean Prince

 
Le Cinéma de Paris, rue Saint-Maurice, en 1941

Photo : Archives photographiques Le Nouvelliste / Flageol Photo

 

1933

• Le 27 janvier, le Collège séraphique des pères Franciscains s’affilie à l’Université Laval et devient le séminaire Saint-Antoine. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Les Filles de Jésus entreprennent la construction de la chapelle Saint-Joseph de Kermaria à leur couvent du boulevard Saint-Louis. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 30 novembre, l’Association du IIIe Centenaire de Trois-Rivières, présidée par l’avocat Louis Delavoie Durand, se propose d’ériger quelques monuments historiques, lesquels seront dévoilés en 1934. Ils sont les œuvres du sculpteur Jean-Jacques Cuvelier et de l’architecte Ernest L.-Denoncourt. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 
L’intérieur de la chapelle Kermaria, 1990

Photo : Collection de la SCAP de Trois-Rivières

De style gothique, la chapelle est bâtie d’après des plans de la firme d’architectes Gascon et Parant de Trois-Rivières. Elle sera inaugurée le 25 novembre 1934. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 

1934

•Les fêtes du tricentenaire de Trois-Rivières proposent plusieurs manifestations culturelles. L’une d’elle consiste en la présentation d’une vingtaine de tableaux vivants sur l’histoire de la ville, dans la cour du séminaire Saint-Joseph, du 20 juillet au 16 août; elle mobilisera 1000 figurants et 700 choristes. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 8 mars, la Société des arts, sciences et lettres Le Flambeau annonce l’organisation d’un concours à l’École des beaux-arts de Montréal pour préparer les plans et devis d’un monument qui sera érigé par la jeunesse trifluvienne sur la place Pierre-Boucher : le monument aux « Héros de la petite patrie », communément appelé « Le Flambeau ». La campagne de souscription débutera le 15 mars suivant et la première pierre sera posée le 4 juillet 1934, jour anniversaire de Trois-Rivières. Érigé selon les plans du vainqueur du concours, Georges-Étienne Paulay, le monument sera inauguré le 12 août suivant. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 14 mai, le Conseil de ville désigne les emplacements où doivent s’élever trois des monuments proposés par l’Association du IIIe Centenaire de Trois-Rivières. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• L’abbé Albert Tessier tourne le film Trois-Rivières 1934. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 14 juillet, on inaugure la «Porte du Souvenir», un monument temporaire érigé sur le boulevard Royal. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 15 juillet, on inaugure sur le Platon le nouveau monument de Laviolette, avec bas-relief (le monument actuel); il est l’œuvre du sculpteur Jean-Jacques Cuvelier. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 17 juillet, on inaugure le musée Pierre-Boucher du séminaire Saint-Joseph et on y dévoile un buste du gouverneur Pierre Boucher, œuvre du sculpteur Alfred Laliberté. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 22 juillet, on inaugure un monument des Découvreurs de Trois-Rivières dit « monument De La Vérendrye ». Œuvre du sculpteur Jean-Jacques Cuvelier, il est situé derrière l’église Saint-James, à l’angle de la terrasse Turcotte et de la rue Saint-François-Xavier. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

Le 29 juillet, on inaugure un monument aux Écrivains, journalistes, historiens et autres hommes de lettres dit « monument de Benjamin Sulte ». Œuvre du sculpteur Jean-Jacques Cuvelier, il est érigé dans le parc Champlain. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Les Sœurs Oblates de Béthanie font construire leur couvent à Pointe-du-Lac (actuellement occupé par le centre Domrémy). (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Les frères Lebrun ouvrent une fonderie : La P’tite Forge de Trois-Rivières. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• L’hôtel Beaver, à l’angle des rues Bonaventure et Saint-Prosper, devient l’hôtel Caumartin. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 25 novembre, on inaugure la chapelle Saint-Joseph de Kermaria des Filles de Jésus, boulevard Saint-Louis. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 
Le Flambeau, c. 1934

Photo : Collection privée Claude Bruneau

 
La Porte
du Souvenir, 1934

Photo : Collection privée Claude Bruneau

 
Le monument de Laviolette, près du bureau de poste, c. 1934

Photo : Collection privée Claude Bruneau

 
Le monument De La Vérendrye, c. 1934

Photo : Collection privée Claude Bruneau

 
Le monument aux Écrivains et autres hommes de lettres, 2005

Photo : Daniel Robert

 

1935

• On installe les premiers vitraux de la cathédrale, réalisés par l’artiste Guido Nincheri. Ils lui avaient été commandés en 1923, pour compléter la décoration de la cathédrale et mettre en relief la très grande dévotion mariale. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 15 novembre, le collège Marie-De L’Incarnation s’affilie à l’Université Laval. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 

1936

• Le 17 juillet, la nouvelle Caisse populaire Saint-Sacrement s’établit rue Mercier. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 

1937

• L’abbé Albert Tessier tourne le film Trois-Rivières sous la neige. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 17 octobre, la station de radio C.H.L.N., propriété du journal Le Nouvelliste, entre en onde. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 29 novembre, la Ville demande une aide pour la transformation complète du parc de l’Exposition, dans le cadre du programme de travaux publics destiné aux municipalités mis sur pied par le gouvernement de Maurice L. Duplessis pour contrer les effets de la crise économique. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 

1938

• Le 3 février, avec l’aide de l’État, on entreprend les travaux d’aménagement du parc de l’Exposition. Le chantier est considérable : il consiste essentiellement à raser presque tous les bâtiments en bois érigés en 1896 et 1916, et à les remplacer par des édifices en béton, la plupart conservés jusqu’à ce jour : bâtisse industrielle, colisée, vacherie, stade de baseball, hippodrome, piscine, etc. D’une saison à l’autre, de 1 300 à 1 700 hommes y travaillent. Les travaux seront achevés à la fin de 1939. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 7 août, on dévoile le monument du père Frédéric Janssoone, œuvre de G. Maretto de Milan, devant le couvent des Franciscains, rue Saint-Maurice. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

À Paris, chez Flammarion, le médecin trifluvien Philippe Panneton, connu sous le nom de plume « Ringuet », publie son premier roman et le plus important de sa carrière, Trente arpents. Réédité plusieurs fois et traduit en anglais et en allemand, il marque l’apogée du régionalisme canadien-français. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 14 décembre, la Caisse populaire Saint-Philippe s’établit rue Royale. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 
Le parc de l’Exposition, c. 1946

Photo : Collection privée Éric Gagnon

En décembre 1939, tous les bâtiments du parc de l’Exposition de Trois-Rivières sont achevés : bâtisse industrielle, colisée, vacherie, stade de baseball, hippodrome, piscine, porte Pacifique-Duplessis; la plupart de ces équipements structurent encore aujourd’hui le terrain de l’Exposition, mais quelques-uns ont été démolis, tels le poste de police et les maisonnettes. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 
Le monument du père Frédéric, c. 1978

Photo tirée du volume de Rodolphe Fournier. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

 

1939

• Le 18 janvier, on fonde la Société d’histoire du Cap-de-la-Madeleine. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• Le 9 juillet, on inaugure le stade de baseball dans le parc de l’Exposition. Il a été érigé d’après les plans de l’architecte Ernest Denoncourt. Jusqu’à la défaite électorale de l’Union nationale, le 25 octobre 1939, le stade sera appelé « stade Duplessis ». (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

• L’International Foils Co. s’implante à Cap-de-la-Madeleine (l’usine sera reprise en 1944 par la Dominion Foils (Canada) Ltd). En 1956, l’établissement entrera dans le giron de la Reynolds Aluminium Company of Canada Limited. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)

Le 4 décembre, on bénit le nouveau monastère du Christ-Roi des Ursulines (noviciat et École normale), boulevard du Carmel. Les plans du bâtiment ont été dressés par l’architecte Ernest L. Denoncourt. (Source: Daniel Robert, 7 octobre 2010)
 
Comments