trésors de poésie‎ > ‎Brièvetés‎ > ‎L'écho‎ > ‎

Les hommes ne vous font pas de cadeaux

Les vents n'ont pas de couleur, d'âme, d'émotions, de langages,
mais ils peuvent tout emporter
jusqu'aux bords de la sphére !
Et, ce sera là-bas
comme dans un rêve éveillé !
 
Tous les ennuis, chagrins, doutes
se sont amenuisés
après les grandes traversées
de la terre ...
La beauté d'une nature lointaine
a défroissé les vagues
des océans et des mers.
Tout est platitudes, quiétudes, oublis !
Toutes les étoiles
ont décuplé leurs lumières
sous d'autres cieux ...
La vitesse enivrante
nous a délivré
du poids de nos corps ...
 
Loin des villes,
nous nous sommes ressourcés
près des paysages montagnards !
Les espaces marins
nous ont convaincu
du gigantisme de ce monde !
 
O ! Lointains bleutés de monts
qui êtes l'enfant que j'ai aimé et qui
ne reviendra plus !
Sous-pages (1) : L'exilé
Comments