Bonheurs

Danc ce parc Monceau admirable qui sépare deux arrondissements, le 17ème et le 8ème ! Je l'ai traversé, jeune fille, quand j'allais prendre ma leçon de piano chez Mme D ... La rotonde est érigée entre les deux portails de l'entrée en fer forgé noir et or. Elle est entourée de colonnes en ciment un peu jaune et gris ... Ses pierres sont usées par les passages multipliés des jeux des gamins du quartier ! Et, des tas de sable dans les allées sont piquetés de petits-enfants accroupis qui refont déjà le monde ! Je me rappelle de cette brave chaisière qui passait avec son paquet de tickets et sa sacoche en bandoulière. Elle me raccroche comme un wagon détaché du train à la société de consommation des années 1950 ! Jardin-oasis de mes tendres années quand je marchais au début du chemin de mes jours dont je ne savais rien ! Coin-balançoires et, c'était ça le bonheur, se sentir s'envoler dans les airs comme si on n'avait plus de corps ... Et, près d'elles, des rochers pareils à ceux des montagnes où l'eau de l'étang s'infiltrait et retombait en chutes légères ! Toutes les colonnades de style grec qui entouraient le petit lac semblaient monter la garde pour des poissons invisibles ! Cet endroit romantique est situé à gauche de la grande allée centrale. Mais, les souvenances ne nivellent-elles pas tout, même le temps ? J'aime les miroirs aux reflets chatoyants du Paris de mes dix-huit printemps. Je l'ai quitté pour venir habiter Chambéry et Grenoble en 1970 avec ma famille.
 
Sous-pages (1) : Marche
Comments