Mini Transat - Etape 2 (allez Matt!)

Retourner à l'accueil

Site de la course : http://www.transat650.org
Les images/vidéos de la première étape tournées par Matthieu : c'est ici (et c'est à voir)
Pour écrire au rédacteur de cette page :
cliquez ici (je peux mettre vos commentaires en ligne si vous voulez, d'ailleurs)
1 noeud = 1 mille nautique à l'heure = 1,85 km/h
Heure française = Temps Universel (T.U. ou U.T.C.) + 2h (en été)
Fichiers vent : 1 grande barre = 10 noeuds, une petite = 5 noeuds, et la direction est indiquée par le bout pointu 
Liens : Site de Pierrot Galland (
site de Pierrot) :plein d'images de l'escale à Madère, et des explications pointues sur la météo de la deuxième étape.

Distance à Bahia pour Matthieu : 0 milles (sur 3 100 au départ), samedi 24/10 soir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pont de l'ile de Ré, avec un bateau devant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zoom sur trajectoires : lundi 19/10 à 9h00 TU

 

 Matthieu (en mauve) dépasse Hugo Ramon (en rose) à la faveur d'une trajectoire plus directe

 

 

 

 

 

 

 

  

 

  

 Vue d'ensemble, carto du jeudi 15/10 à 17h00 TU

 

 Zoom sur les concurrents, vendredi matin 5h00 TU (de gauche à droite : Lobato (1) - Ramon (4e) - Matthieu et  Mathis (11 et 12) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Carto des positions, mardi 13 à 1700 TU

 Mardi 13 à 2100 TU (croix rouge sur Matt') 

 

Mercredi 14 à 1800 TU (croix rouge sur Matt')  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Vendredi soir à 17h00 TU 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous êtes au large de la Mauritanie samedi 10 à 3h00 TU, restez sous la couette

Photo prise par Manu/vera au départ

Vous auriez pas vu un dénommé Charlie dans le coin ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Positions du 6/10 à 17h00 TU

Fichier vent mardi 6/10 à 21h00 TU

Fichier vent mercredi 7/10 à 12h00 TU

Lanzarote aux Canaries

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Positions le 4/10 à 17h00 TU : Matthieu en trajectoire bleue au milieu ; à gauche, F. Lobato (leader) ; à droite J Miro (voir texte) 

VENDREDI 30/10

Un petit mot rapide après avoir eu Matthieu au téléphone hier : la course a été visiblement très dure, avec une chaleur accablante notamment, qui l'a obligé à passer un maximum de temps dehors...et des problèmes de pilote qui l'ont forcé à passer énormément de temps à la barre.
Dont les 36 dernières heures sans interruption...!

Autant dire qu'il profite bien de la terre ferme depuis son arrivée...

Il va bientôt mettre les vidéos qu'il a tournées sur son site,

à bientôt pour son récit de la course !

Fred

 

SAMEDI 24/10, soir (J+21) : 

Matt' est arrivé à Bahia !

Matthieu (en jaune avec sa sous-barbe explosée) et Mathis Prochasson (6è de l'étape) à Bahia samedi soir

Beaucoup d'émotions ce week-end pour l'arrivée de Matthieu à Bahia samedi soir (après un final supersonique!), en 11ème position de la deuxième étape Funchal (Madère) - Salvador de Bahia (Brésil), et.....en 9ème position au classement général (et 1er Lyonnais) ! ça, c'est quand même une belle cerise sur le gateau : je ne pense pas que ça faisait partie des plans de Matthieu, même en rêve et même après cette belle première étape (où il avait terminé 16ème, pour mémoire), c'est sans doute l'une des plus grandes surprises du classement des bateaux de série pour cette édition 2009, et on ne va pas s'en plaindre.
La nalyse (à deux francs six sous) : Matthieu termine finalement à 1h45 de Pierre Rolland  (le 10è) et à 28h du vainqueur de l'étape (Charlie Dalin), donc avec moins d'écart au premier sur cette étape de 20 jours que pour la première étape de 7 jours.
Au passage, les 12 premiers au général en série (et sans doute 95% des suivants aussi) ont tous le même bateau : un Pogo 2 (deuxième génération)....sauf Matthieu - qui a également la moins grande "distance maximale parcourue en 24h". Bref, moins rapide que les autres, le Matt', donc comment expliquer un aussi bon classement général ? Pas de mystère : sur un bateau plus lent au portant que les Minis de dernière génération, Matthieu est, des 20 premiers, celui qui a couvert le moins de distance (mis à part Charlie Dalin qui a tiré un grand "tout droit" au départ de Funchal, ce qu'il a été le seul à faire - et qui a bien payé, d'ailleurs.) Matt' s'est donc battu avec ses armes ; il parcourt au total plus de 200 milles de moins que le vainqueur, Francisco Lobato !
Et maintenant : repos bien mérité au Brésil,  avec sa famille qui est à Bahia depuis vendredi soir, accueil de son frère P.A. sur le bateau accompagnateur "Céleste", attendu mardi, préparation du bateau pour le retour (que tous les bateaux font en containers), et certainement partage de quelques vidéos sur ce site (+ le récit des cinq jours passés bord à bord avec Mathis dans le pot au noir, la traversée des divers archipels, etc...)! Vous pouvez en tout cas lui écrire directement pour le féliciter de cette belle performance...
C'est aussi la fin du suivi de la course sur ce blog, merci pour vos messages, merci à Paul Girard pour ses mails "au plus près de l'action", à Camille pour ses analyses avisées de spécialiste (copropriétaire du bateau, qu'ils vont pouvoir revendre une fortune maintenant!), à J. pour sa patience.

Et surtout, un grand merci à Matthieu de nous avoir fait vivre cette aventure, d'autant plus belle qu'on était fier de sa belle performance (même si l'essentiel n'est pas là, hein, ne boudons pas notre plaisir de le voir aussi bien classé !).

La question qui met les pieds dans le plat : ça tient toujours cette histoire de 8 000 m dans l'Himalaya ? parce qu'il paraît qu'il y a une autre transat' dans deux ans...

Les titres auxquels vous n'échapperez pas : "Transat 650 : Super Dalin contre Super Calin" - "Bahia Bahia la bamba"

PS : avec une pensée pour ceux qui sont sont encore en mer, dont certains n'arriveront peut-être qu'en fin de semaine, voire après...courage les petits gars. 

 

VENDREDI 23/10, soir (J+20) : bientôt la quille (2) !
 Arrivée entre demain soir (samedi) et dimanche matin...
Matthieu est à 210 milles de la "baie de tous les Saints" de Bahia ce soir ; il est actuellement 11ème bien qu'annoncé 10è sur le site (Ricardo Apolloni qui n'est plus positionné est certainement 2è ou 3è, ce qui décale tous les suivants d'une place) au coude à coude avec Pierre Rolland (un architecte naval), qu'il devance de peu ce soir. Sauf imprévu, il sera donc certainement, soit 11è soit 12è à l'arrivée ! Quoi qu'il en soit, c'est donc une performance assis brillante qu'inattendue (voir la dépêche "Super Calin, Super Galland" sur le site officiel de la course, datée du 21/10 : "il ne faudrait pas oublier la superbe course qu’est en train de réaliser Matthieu Galland (Groupe Setec) sur son Magnan Super-calin qui a fêté cette année ses onze ans d’existence. Ils étaient trois super-calin au départ de La Rochelle avec, outre celui de Galland, ceux de Simon Lemaître (Buffalo) de 2001 et d’Emmanuel Laurent (Domaine des Thômeaux) 2002. Le Lyonnais est incontestablement celui qui s’en sort le mieux. Dix septième à Funchal, il flirte aujourd’hui avec la 10e à moins de 500 milles de Bahia. Lui qui disait avant de s’élancer de La Rochelle « si ça se passe bien jusqu’à l’arrivée, je pourrai envisager, moi le montagnard, de grimper un 8000 mètre » va pouvoir commencer à se pencher sur quel sommet jeter son dévolu."

Bon, depuis le temps qu'on le dit (rebaptisé lyonnais pour le coup, le Matthieu)!

La météo de la fin de course : un régal : du vent de Nord-est, en veux-tu en voilà, fort juste comme il faut, jusqu'à l'arrivée.

Quoi d'autre : quelques liens intéressants, au moment où la fin de course attire les projecteurs (un article sur le monde.fr hier + un encart dans l'Equipe, jeudi) :

  • toujours sur www.sailingnews.tv , cette fois-ci, non pas une austère analyse météo, mais un petit reportage sur l'arrivée de Thomas Ruyant, avec ce timbre de voix que vous reconnaissez maintenant entre tous
  • un site vraiment super : la mer en solidaire : c'est un bateau accompagnateur, avec des médecins, la kiné de la course, des jeunes handicapés (d'où le titre), des étudiants en cinéma (là, je m'aventure peut-être un peu, mais toujours est-il qu'ils font un petit film qui fait office de journal de bord, c'est simple et bien fait, la musique du générique est très belle...). Bref, allez y faire un tour. Des images de Matthieu et Pierrot Galland à Madère sur la vidéo du 5/10/2009...
  • les "sons" sur la médiathèque du site officiel de la course : là c'est vraiment pour les aficionados...mais n'en êtes-vous pas ;-)

Les titres auxquels vous avez échappé : "Au tapis, Delesne" - "Bahia con dios"...Ouh la la, il est temps que ça s'arrête tout ça.

 

 

MARDI 20/10,soir (J+17) : 
Arrivée ce week-end ?
Matt' se maintient à une bonne 10ème place lors de ces 24 dernières heures : un peu comme annoncé hier, Sébastien Rogues qui avait déjà montré lors de la première étape qu'il était rapide (surtout quand il partait avec 24 heures de retard...) lui a repris du terrain. Ceci dit, il reste 740 milles jusqu'à Bahia (pointage de ce mardi 20 octobre à 17h00). A raison de, mettons, une vitesse moyenne de 6 noeuds, cela fait encore environ 5 jours de course pour Matthieu : on peut raisonnablement l'attendre à Bahia entre samedi et lundi ! D'autant que les vents s'annoncent fort favorables jusque là : voir l'analyse de Christina Dumard sur son site (vidéo "Transat 6.50 09 : Point météo du 19 Oct. 4:01")
A part ça : le site de la course dit, dans son message d'aujourd'hui, celui qui est titré "Thomas Ruyant attendu jeudi matin": "Coup de chapeau tout de même à Matthieu Galland (Groupe Setec) qui est 10e et reste au contact des meilleurs avec son Super Calin. Il fallait le dire…" Ah ! enfin les mérites de notre champion sont remarqués ! Bon, la suite demain : a priori, il ne devrait pas y avoir moult bouleversements d'ici là, ni même d'ici la fin de semaine : les 30 milles d'avance qu'il possède sur le 13ème, Oliver Bond, constituent un matelas bien plus confortable que celui sur lequel il dort !

Les titres auxquels vous avez échappé : "Il est honni, T.Ruyant !"

(hum)

 

LUNDI 19/10,soir (J+16) :
Dans l'hémisphère Sud !
Matthieu vient de passer l'Equateur : il avait amené une demi-bouteille de champagne pour l'occasion, espérons qu'il l'a bien savourée (même si il avait peur qu'elle lui tourne un peu la tête dans l'état de fatigue dans lequel il se trouve après 15 jours de course).
Pour le reste : l'analyse faite ce midi se confirme : Charlie Dalin a repris la tête, alors que Lobato ne s'est pas encore complètement replacé sur la route directe...
Quant à Matthieu, il est bien dans le tempo, bien dans l'axe, bref bien placé tout court. Il n'y a plus qu'à : dorénavant, et pendant quelques jours, il n'y a plus de question à se poser, c'est tout droit et au plus vite ! Il sera intéressant de voir demain midi comment il se situe ; pour l'heure, il est 9ème, avec 2.5 milles d'avance sur Sébastien Rogues (lui, il est à la barre d'un "avion", donc ça va être difficile de le contenir), 7 milles d'avance sur Hugo Ramon le 11ème, et 8 milles de retard sur Giancarlo Pedote...tout en étant un peu plus proche de la route directe que ces trois-là mais guère plus. Bonne chance Matthieu ! va nous chercher cette Croix du Sud !

 

 

LUNDI 19/10, midi (J+16) :
Droit au but
Une rapide analyse des trajectoires de la tête de course chez les voiliers de série (voir image à droite) : en pointillés larges, c'est la route directe qui mène à Bahia, en contournant par l'est l'archipel de  Fernando Do Noronha, archipel brésilien (26 km², 3000 habitants...).
Tout à gauche, c'est Fran Lobato, leader de la course depuis quelques jours : il s'est écarté vers l'Ouest après les îles du Cap Vert, ce qui lui a plutôt profité maintenant, seulement voilà : il lui faut maintenant se replacer pour passer du bon côté de Fernando, et cela va l'obliger à rester au près (vent de face à 30-40° du bateau), et il va certainement perdre un peu de vitesse par rapport à ceux qui le suivent. Il ne serait pas étonnant qu'il y perde sa place de leader, d'ailleurs. Ceci dit, sur ce qu'il a montré sur la première étape, on n'est pas inquiet pour lui...
A son Est, une cohorte de poursuivants, Matthieu (en mauve) étant le plus à l'Est, dans une position qui devrait lui profiter dans les prochaines heures, puisqu'il va pouvoir filer sur l'archipel sur un bord un peu plus "abattu" que les autres. En résumé, il va faire moins de route d'une part, et peut-être même pouvoir aller un peu plus vite d'autre part. C'est pour cette raison, d'ailleurs, qu'il a déjà repris une place au classement (il est 9ème, c'est assez dingue) en dépassant Hugo Ramon : voir la seconde image ci-contre. La position d'Hugo Ramon le conduit (si je puis dire) à suivre une route un peu plus longue et sur un cap où son bateau est moins rapide. Et hop là.
Les prochaines heures : un petit coup d'oeil aux bateaux proto qui sont devant la flotte des "séries" donne un aperçu de ce qui les attend : une brutale accélération (13 noeuds de vitesse instantanée pour Thomas Ruyant ce matin !), qui va étirer la flotte. Comme sur le télésiège : il ne faut pas rater la perche ! à suivre ce soir...
PS : la ligne qui est juste en dessous d'eux, c'est l'Equateur.
PS 2 : ce sont les derniers 1000 milles pour Matthieu. Forza !

 

 

DIMANCHE 18/10, soir (J+15)
Dans le top 10!!!
Plus que 1070 milles, soit l'équivalent de la première étape la Rochelle-Madère, et une belle 10ème place pour Matthieu, qui s'est bien débrouillé dans cette longue traversée du Pot au noir (6 à 7 places de gagnées).
Pot au noir qui est maintenant derrière les concurrents du groupe de tête : la vitesse moyenne de Matthieu sur les dernières 24h est de quasiment 6 noeuds v/s 4 noeuds pour les jours précédents. Il est maintenant au près (vent de face, légèrement de travers) et au fur et à mesure des prochaines heures, le vent devrait passer de plus en plus au travers, des allures plus rapides et plus confortables pour le bateau et le pilote, et rester dans cette direction jusqu'à l'approche de Bahia (où ça va un peu se compliquer, mais on aura le temps d'en reparler) : ce sont donc les alizés de l'hémisphère sud qui vont porter les bateaux jusqu'à l'arrivée. Le plus dur est donc passé ! Chapeau pour cette belle course, cette dixième place est largement au delà des objectifs de Matthieu qui espérait finir entre 30è et 40è au départ de la course, et peut-être 25è après la première étape...c'est une petite sensation de le voir aussi bien placé (toutes proportions gardées) pour une première transat' à la barre d'un bateau déjà relativement ancien : à titre de comparaison, Sandrine Bertho sur son Pogo 1 et Simon Lemaitre sur un super Calin (comme Matt) sont 31è et 32è à plus de 120 milles (donc bien 36 heures derrière), ce qui souligne mieux la performance de Matthieu sur Groupe Setec !
Il faut maintenant s'attendre à le voir perdre un peu de terrain sur des bateaux plus récents et plus rapides dans les conditions de vent des prochains jours...mais quoi qu'il en soit, le résultat à l'arrivée devrait être excellent!
Les titres auxquels vous avez échappé : "Problème de sous-barbe sur Groupe Setec : Matthieu Galland sur le fil du rasoir" / "Suivez Charlie" 
Sur ce, à demain lundi pour la nalyse météo 

 

VENDREDI 16/10, matin tôt (J+13)
ça bouge !
Il s'est passé beaucoup de choses depuis mardi soir, ma foi.
Il reste maintenant moins de la moitié de la distance entre Madère et Bahia à couvrir ! La prochaine étape symbolique : la sortie de ce "%@*!/% de pot au noir, puis l'équateur dans 400 milles (soit 3 jours à cette vitesse).
Et Matthieu est toujours au contact.
La nalyse des trajectoires :
Sur la première carte ci-contre, la position globale de la flotte, et les trajectoires de Lobato (en gris) maintenant 1er, de Charlie "Cherchez" Dalin (trajectoire bleu turquoise (*) et de Matthieu en violet.

Trois stratégies très différentes : Charlie Damin a mené pendant presque 10 jours après s'être décalé vers l'Ouest dès le départ, puis avoir fait route directe sur le Cap Vert, très belle option qui lui permis de compter jusqu'à 40 milles d'avance sur tout le monde.
Qu'a fait Lobato (le grand gagnant de la 1ère étape, et très probablement le vainqueur de la Transat s'il n'a pas de casse jusqu'à l'arrivée) : c'est certainement celui qui a fait le plus de distance depuis le début de la course : d'abord très décalé vers l'est et la côte mauritanienne, il a traversé ensuite toute la flotte (avec beaucoup de vitesse grâce à son meilleur angle au vent), et s'est repositionné à l'ouest de toute la flotte ces derniers jours, ce qui s'est avéré payant puisqu'il a pris la tête hier, alors que par exemple Zozzo (c'est son vrai nom, je n'y peux rien), qui était à ses côtés quand il était à l'est de la flotte, était 11ème hier (bon, il est 23ème maintenant, donc il doit avoir un autre souci).
Et Matthieu, au milieu de tout ça, dont on ne soulignera jamais assez la performance qu'il est train de réussir pour sa première transat, sur le plus vieux des bateaux en course : pas d'option extrême, mais une course hyper régulière pour l'instant, pas de temps perdu et de distance perdue.
Ce vendredi matin, Matthieu et son ami Mathis Prochasson sur le n°504, dont les trajectoires se confondent depuis deux jours, sont en 11è-12è position, à moins de 50 milles de Lobato. A ce tarif, là, ils vont bientôt jouer la gagne, les deux compères ! Ne nous emballons pas non plus, car quand les concurrents vont attrapper les alizés du Sud-Est, à la sortie du pot au noir, les "Pogo 2" des premiers devraient reprendre un peu plus de vitesse...à gauche, Lobato mais aussi Ramon, qui vient de gagner 10 places, montrent que ça passait mieux à l'ouest....
La météo justement : et bien nous fêterons les Dominique, le soleil se lèvera à l'Est, et la connexion Internet ne marche plus très bien, en plus il va falloir s'y mettre, n'est-ce pas, donc pour l'heure je ne peux pas vous dire plus que ça (mais c'est déjà ça).

 (*) : comme ses yeux, dit-on dans la caravane des suiveuses

 

   

MARDI 13/10, soir (J+10)
Navigation de groupe

Dix jours déjà...à ce rythme, l'arrivée sera dans 12-13 jours...finalement, les concurrents n'ont pas mis autant de temps qu'ils ne le craignaient (et Matt' en particulier) à dépasser le Cap Vert. En tout cas, c'est maintenant le grand bleu jusqu'à Bahia.
Matthieu est 16è ce soir, mais ils sont cinq à se tenir dans un mouchoir de 5 milles, du 13è au 17è :  Simon Mc Goldrik (bonjour les discussions à la radio en anglais, nous disait Matthieu après la première étape passée à naviguer pas loin de Simon et d'un autre britannique, Conrad I think) - Grégory BURTE - son pote Mathis PROCHASSON - Antoine DEBLED et Matthieu donc. Intéressant à observer, on fera le point dans quelques jours sur ces 5 là ! (voir carte ci-contre).
La météo :  sur leur position actuelle (voir fichier de vent ci-contre, croix rouge sur la position approximative de Matthieu à 21h00 TU ce jour), ça va légèrement faiblir et glisser du Nord-est à l'Est-nord-est (toujours de bons vents pour la direction suivie par les cooncurrents). Demain à 18h00 : (seconde image, position rouge = position prévue pour Matthieu) : déjà, il pleut beaucoup, ou plus exactement, il pleut par "grains" (gros nuages passagers). Le vent est à peu près identique (en moyenne) à celui d'aujourd'hui, mais comme on l'a dit, les conditions sont changeantes, irrégulières, imprévisibles donc usantes... Allez, bonne chance !

 Voilà pour aujourd'hui !

 

 

 

LUNDI 12/10, soir (J+9)

Pas beaucoup d'inspiration, ce soir...dommage, car Matthieu fait une superbe journée, avec un passage par la douzième place, avant d'être à nouveau 14è ce soir...
Du coup, après vous avoir conseillé à nouveau d'aller voir la vidéo de météo (voir le post de lundi 12 au matin), la suggestion du jour, c'est de regarder la cartographie du site officiel en mode animation (les petites flèches en bas à gauche, et à droite pour régler la vitesse).  
Demain, c'est le début du pot au noir (les premiers y sont déjà entrés et ont déjà nettement ralenti, si vous regardez les vitesses instantanées sur la carte) : zone de vents changeants, irréguliers, difficilement prévisibles...donc LE passage stressant de la Transat, et pourquoi pas celui qui peut redistribuer les cartes. Alors il n'est pas interdit de rêver, pas vrai ?

 

LUNDI 12/10 : Etape 2, J+9
Un petit mot rapide pour dire que Matthieu remonte tranquillement au classement : désormais 14ème, toujours à moins de 100 milles du leader, avec 20 milles d'avance sur le 17ème et 40 milles sur le 20è, ce qui commence à être assez confortable. Il confirme donc sa super forme du moment, le Matt'.  
Si vous avez le temps, allez donc voir la vidéo (7 minutes) d'analyse météo de Christian sur http://www.sailingnews.tv/, vidéo "Transat 6.50 09 : point au 7 octobre". Même si ça date un peu, c'est extrêmement intéressant.

 

 

DIMANCHE 11/10 : Etape 2, J+8
Désolé, finalement la rétrospective ce sera plutôt pour demain... Ce soir Matt' est 15me, a repris du terrain sur le 1er (20 milles), bref : il continue sa belle course. En même temps, il a apparemment effectivement un petit problème matériel (voir les dépêches du 10/10 à 13h30, sur le site officiel) : Le super calin de Matthieu Galland (Groupe Setec) a un problème à l'étrave : la sous-barbe a explosée ! Du coup, Matthieu attend d'avoir un peu de pétole pour essayer de réparer... toujours le même problème de rasoir donc pour notre marin...(pouf, pouf) ; c'est la sous-barbe est la corde (le "bout") qui retient le tangon de spi, c'est elle qui a cassé (explosé paraît un peu exagéré tout de même). Rien de très grave, donc.
plus d'infos demain soir donc! 

 

SAMEDI 10/10 : Etape 2, J+7
Déjà une semaine de course pour les minis, et Matt' toujours au contact du groupe de tête, bien calé en 16ème position dans la descente vers le Cap Vert qu'il a fait en empannant 3 ou 4 fois dans la journée d'hier (vendredi).
Tous les bateaux se recentrent dans l'entonnoir de l'archipel du Cap Vert ; certains ont brillamment remonté en allant faire un petit tour à l'Est (Lobato et Zozzo), mais dans l'instant tout le monde se tient chaud.
Matt' a une vitesse moyenne un peu inférieure à celle de ses voisins ces dernières heures... il faut espérer qu'il n'y a pas de casse sur le bateau (un grand spi déchiré par exemple). On en saura certainement plus d'ici quelques heures.
La nalyse des trajectoires (voir la carte ci-contre) : à gauche, cherchez Charlie : un seul bord depuis 3 jours, un peu moins de vitesse, mais une route toute droite. A droite, Zozzo qui signe son nom à la pointe de son bateau : un grand déport à l'Est il y a deux jours, et un bord à toute vitesse pour se recentrer, qui a lui a permis de gagner une dizaine de places en une nuit (de jeudi à vendredi), tout comme Lobato. Au milieu, Matt' et quasiment tous les autres du paquet de tête : 3 ou 4 empannages bien placés, pour se recentrer sur un bord qui pourrait les amener jusqu'au Cap vert sans ré-empanner.
La météo : la même qu'il y a deux jours...du nord-est bien établi, donc pas trop de question à se poser d'ici les îles. 
La suite : Traverser le Cap Vert, en se méfiant des zones déventées car les reliefs des îles sont hauts : il y a plein de théories sur le bon endroit où passer sur le site de la course. Et après, c'est le grand bleu pour notre grand brun.
Dernière heure : à l'heure où nous mettons sous presse, le classement à 5h du mat ce samedi vient de tomber ; il confirme que Matt' est bien, peut-être un peu moins rapide que les gars de devant, il a perdu une vingtaine de milles sur les précédents dans la nuit...sans doute un souci relativement bénin de matériel, effectivement. Ceci dit, ceux qui sont un peu plus à l'ouest (Charlie, Fabien Sellier) ont nettement ralenti, donc tout ça devrait encore un peu plus se regrouper d'ici ce soir. Grr...quel suspense ;-).

 

 

 

 Jeudi 8/10 : Etape 2, J+5
Et 300 milles de plus qui vous font 700.
Et avec ça ma p'tite dame ? vous reprendrez bien un peu de vent au portant ? nous venons d'en recevoir...
Bon. Il s'est passé 48 heures depuis le dernier message sur ce site...Matthieu a perdu quelques places (14ème ce soir) et un peu de distance sur le 1er, puisqu'il est désormais à 70 milles de Charlie Dalin (toujours premier, mais toujours sans sponsor, c'est à vous décourager de vous décarcasser) alors qu'il était à 55 milles il y a deux jours Trois fois rien, ceci dit... Derrière Charlie, ça s'étale, ça s'étale : 70 milles entre le second et le vingtième, v/s 20 milles il y a deux jours.
Pas évident à expliquer, tout ça; ce qui est certain, c'est que le vent est un peu plus fort près des côtes (19 Nds pour Lobato et Zozzo, à l'Est v.s plutôt 14-15 noeuds pour "chercher Charlie") (*). Donc globalement, ceux qui ont trouvé le bon équilibre entre aller chercher le vent près de la côte - mais sans trop rallonger la route - sont passé un peu devant Matt', qui a dû "toucher du vent" un peu plus tard ; peut-être un peu de fatigue aussi, car il ne faut pas oublier que pour être aussi bien classé aujourd'hui, sur sa "cagette" comme dit le directeur de course, il a certainement dû payer de sa personne. Les potins de la course confirment qu'ils en ont bien bavé depuis le départ de Madère.
LA suite : la suite, c'est d'abord un passage obligé au Cap Vert, et pas pour un concert de Cesaria Evora  : les concurrents doivent passer "à travers" l'archipel, n'importe où à travers mais pas à côté. Les vents sont globablement orientés droit sur l'archipel; comme un bateau à voile n'aime pas aller droit dans l'axe du vent (ça va moins vite, et le risque est de faire un empannage non désiré), les concurrents vont y aller par de grands bords de 3/4 largue (vent arrière mais légèrement obliques), et empanner assez régulièrement pour rester dans l'axe (et se contrôler mutuellement). Un peu de stress en perspective pour caler le moment de ces empannages, a priori, même si ce sera certainement plus simple tactiquement que les dernières 48 heures, où se posaient des choix cornéliens. A priori, pas de gros écart dûs à la tactique, ce qui n'empêche qu'il puisse y en avoir dûs à la fatigue, à la casse de matériel, etc... 
La météo des prochaines heures : un coup de vent au petit matin de samedi près des côtes (voir le fichier modèle de samedi 3h00 TU), et dans l'ensemble du 15-20 noeuds dirigés vers le Capo Verde, ce qui confirme ce qui est dit plus haut.  
La suite sur le site : un post vendredi soir ou samedi matin, et un dimanche soir, avec la rétrospective de la semaine, l'analyse de la première étape par Paul G, les titres auxquels vous avez échappé, bref votre rendez-vous dominical du dimanche, comme on dit.

un dernier mot : si ce n'est pas fait, allez voir les vidéos prises par Matt' pendant la première étape en cliquant sur ce lien : c'est ici. Ca en dit beaucoup plus long que tout ce qui peut être écrit ici ou ailleurs. A vrai dire, c'est assez impressionnant, surtout ce que ça traduit de la difficulté de courir en solitaire, et du moral qui fait le yo-yo...

Un petit goût de Cap-vert à Paris : ici

(*) en même temps, les directions de vent sur le site officiel ont l'air légèrement fausses, car il serait étonnant qu'ils soient tous en plein vent arrière, comme l'indique pourtant le site. il est probable que le vent soit un peu plus nord-est que celui indiqué. 

 

Mardi 6/10 : Etape 2, J+3 : le passage des Canaries
Vous avez du tous remarquer que les classements étaient très changeants depuis le départ de cette deuxième étape, du moins pour les 20 premiers concurrents ; ainsi Matthieu a oscillé entre la 3è place et la 11è ou 12è depuis 24 heures. Ceci dit, cela devrait s'éparpiller dans les prochaines heures...Un peu...Un peu seulement, car finalement la flotte est restée assez regroupée dans ce passage des Canaries, et au final il ne devrait pas y avoir d'écart important à la sortie, même si les premiers à monter sur le "tapis roulant" des alizés (vents de nord-est soutenus et réguliers) prendront de l'avance sur les autres.
Pour l'instant, la trajectoire "Ouest" s'avère payante : on voit sur la carte ci-contre, en allant de l'ouest (c'est à gauche...) à l'est, les trajectoires du 1er (Charlie Dalin), du 2nd (X. Macaire) et celle de Matthieu (7è mardi soir), qui illustrent qu'au classement, ceux qui ont choisi de passer à l'ouest sont pour l'heure en tête. Charlie Dalin fait pour l'instant la bonne opération, puisqu'il aurait 50 milles d'avance sur le second, alors que les vingt suivants se tiennent en 20 milles, soit 3 à 4 heures de navigation à leurs allures actuelles. Et ceux qui ont choisi d'aller tout droit à la cote, sur une route Est (voir l'exemple de Joel Miro, aujourd'hui bon dernier) s'en mordent les doigts...MAIS...cela pourrait changer drastiquement demain... on peut regarder les deux fichiers de vent à côté pour s'en convaincre : le premier montre la situation à l'heure où j'écris, et le second demain à 12h00 (14h en France) ; les deux indiquent que les vents les plus forts se situent le long des côtes mauritaniennes, et décroissent en s'en éloignant. Si ce phénomène est trop marqué, cela désavantagera ceux qui ont pris les options les plus à l'ouest comme l'ami Matt'. Rien de catastrophique a priori, mais quelques heures à galérer en sachant que d'autres ont passé la vitesse supérieure. A ce sujet, vous pouvez voir sur le site officiel de la course (dépêche de ce matin 9h) que les concurrents bluffent un peu dans leurs conversations radio, signe que personne ne néglige l'importance de cette phase de course.
Que dire d'autre ? ayez une petite pensée ce soir pour les concurrents, qui n'ont probablement rien pu faire sécher depuis le départ, et qui se sont fait apparemment sacrément fait secouer depuis Madère (ça tourne au vinaigre), d'après ce qu'en disent les bateaux accompagnateurs. Brrrrrr... Haut les coeurs, moussaillons. Et Allez Galland (on ne l'a pas redit, mais c'est quand même fort ce qu'est en train de faire cet homme-là).


"Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir, coeurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s'écartent,
Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons ! "

 

 

 

Dimanche 4/10 : Etape 2, J+1
Bonjour à tous, reprenons le flambeau pour la deuxième étape; les joyeux concurrents de la Mini 2009 sont en effet partis depuis hier samedi 3 octobre à 14h02 locales soit 15h02 en France.
Avant de plonger dans la course, dans le commentaire des options prises par Matt', c'est le moment de tirer son chapeau devant le cran de tous ces gars qui partent pour un mois en solitaire sur une coque de noix...et de souhaiter le meilleur à Matthieu pour les 3 à 4 semaines à venir, après la superbe première étape qu'il a réalisée (on y reviendra avec une petite analyse dans quelques jours)!
La course : C'était assez jouissif de voir Matthieu pointer en 2ème position hier soir, en tout cas (depuis, il est repassé aux alentours de la 10è place). Il faut préciser que les écarts sont très faibles pour l'instant (27 milles entre le premier et le dernier); de plus, il est trop tôt pour apprécier le résultat des différentes stratégies de course des concurrents. Stratégie, pourquoi stratégie : en fait, le départ s'est donné dans des conditions assez inattendues à Madère à cette période : une dépression centrée sur les Açores a pas mal chamboulé les schémas classiques d'alizés de nord-est, et ce pour quelques jours encore. Pour l'heure, les bateaux sont donc partis au près (=contre le vent), en attendant de choper les alizés au niveau des Canaries ou peu après. et c'est là que se situe la grande question : faut-il passer à l'ouest des Canaries, ou au contraire passer à l'est se rapprocher des cotes mauritaniennes en espérant que les alizés se rétabliront d'abord dans ces parages. Pour l'heure, Matt' n'a pas pris d'option très marquée, tout comme la quasi totalité de la flotte, sauf peut-être Charlie Dalin parti sur une option Ouest, et Joel Miro - en même temps avec un nom pareil, bon bref - qui après avoir du faire un retour à terre pour réparer  a du décider de jouer le tout pour le toout en traçant au plus tôt vers la côte; les prochaines heures vont en tout cas être cruciales pour la suite de la course, en particulier pour ceux qui jouent la victoire, parce qu'il ne faudra pas rater le départ du "train". Pour l'heure, on voit que Matt' s'est conformé à ce qu'il prévoyait de faire la veille du départ (on 'sest parlé au tél.) : partir vers l'ouest, et virer de bord dès que le vent "refusait", c'est-à-dire le repousser un peu plus vers le Nord, ce qu'on voit bien sur sa trajectoire (voir à droite).
Les news de Madère : on peut en lire un certain nombre sur le site de Pierrot Galland (site de Pierrot). L'essentiel, c'est que Matthieu est reparti sur un bateau en bon état, après avoir effectué quelques réparations (il a bossé sur une pièce métallique qui sert à tenir le spi jusqu'à lundi dernier, puis a pu se balader pendant deux jours en montage avant de se remettre à fond dans la préparation de course).
La suite des opérations sur ce site :
Dans les prochains jours, on va se rattraper un peu du silence des deux dernières semaines, avec quelques news de la première étape en direct de Madère, des analyses plus techniques les unes que les autres, des petits topos historiques sur la découverte des Amériques (non, je rigole).
Au passage, n'hésitez pas à m'envoyer vos propositions de titres, à défaut de photos, cette fois-ci.