01.13 - LE 11ème LÉGER. 1811 - 1815

LE 11ème RÉGIMENT d'INFANTERIE LÉGÈRE


LA GENÈSE
 
Par Décret du 11 
août 1811, Napoléon remet sur pied le 11ème Régiment d'Infanterie Légère dont le numéro est vacant depuis 1803.
Ce n'est pas un hasard, si le bataillon de Tirailleurs Corses est versé dans le 1er bataillon, et si l'Aigle va reprendre les faits d'armes des Corses. C'est qu'en 1796, ce numéro avait été distribué à la 3ème demi-brigade d'Infanterie légère ex Bataillon des Chasseurs Royaux Corses. L'Empereur respectait la tradition.
Le Décret de création stipule que le Bataillon de Tirailleurs Corses formerait le 1° bataillon, les Tirailleurs du Pô le 2° bataillon. Quant aux 3°, 4° & 5° bataillons, ils seraient formés avec la Légion du Midi. Or, cette dernière se trouve en Espagne. Elle sera versée dans le 31° Léger. Le Décret stipule que le régiment devra posséder une compagnie d'artillerie.
Le 16 septembre 1811, le régiment reçoit pour former son 3° bataillon, les soldats Suisses du Bataillon Valaisan, soit 16 officiers & 674 hommes.
L'Empereur prescrit alors d'y envoyer 900 réfractaires, mais il reviendra sur cette décision. Le 1 novembre 1811, il passe en revue à Wesel le 11° Léger qui compte dans ses rangs 2 400 hommes. Il décide de porter ses effectifs à 4 000 hommes, par l'incorporation de 1 800 conscrits Corses & Italiens.
Le 1 novembre 1811, le régiment forme sa compagnie d'artillerie. Il doit recevoir 4 pièces d'artillerie et ses caissons.

Le 4 novembre le Régiment est loin d'être formé. Il ne sera prêt à entrer en campagne que le 15 février 1812, date à laquelle un rapport du Général LEMOINE indique au Prince de Neuchâtel la physionomie du 11° Léger.

"Wesel le 15 février 1812.
Mon Prince, j'ai immédiatement, après la réception de la lettre dont Votre Altesse Sérénissime m'a honoré sous la date du 10 courant, passé une revue du 11° régiment d’infanterie légère, et il en résulte que je me suis assuré que les quatre premiers bataillons étaient au complet, que l’habillement, l'équipement et l'armement sont en bon état et que chaque soldat est porteur de trois bonnes paires de souliers ; une quatrième paire doit être placée dans les caissons. Voici la situation du personnel de ce régiment :

ÉTAT-MAJOR :      Officiers : 20                Sous-officiers & Soldats :    32                Aux Hôpitaux :  2
ARTILLERIE :                          2                                                           91                                        3
1° Bataillon :                       14                                                         771                                       48
2° Bataillon :                       12                                                         790                                       39
3° Bataillon :                       12                                                         769                                       57
4° Bataillon :                       14                                                         733                                       87

Totaux :                                74                                                      3 186                                      236
5° Bataillon (dépôt) :            11                                                         320                                     188

Totaux :                                 85                                                      3 506                                     424

Il existe dans ce régiment huit emplois de capitaine et neuf emplois de lieutenant vacants ; les mémoires de proposition ont été adressés à S. E. le Ministre de la Guerre par le colonel, en faveur des militaires les plus susceptibles de l'avancement le 30 janvier.
Les quatre premiers bataillons sont à l'école de bataillon et manœuvrent fort bien, excepté 90 conscrits qui ne sont encore qu'à l'école de peloton. Ces conscrits n'étant arrivés au Corps que depuis le 27 décembre au 3 février, présent mois.
L'artillerie a reçu deux pièces de canon de 3 et caissons nécessaires avec les chevaux et harnachement. Le régiment a reçu des fourgons pour 4 bataillons.
Mon Prince, ce régiment, d'après sa situation satisfaisante, est prêt à partir pour l'Armée lorsque Votre Altesse Sérénissime jugera convenable de lui donner des ordres.
Le Général Commandant d'Armes, Général LEMOINE".

Au commencement de l'année 1812, le 11° Léger est formé comme suit :
Les six compagnies du Bataillon de Tirailleurs Corses forment le 1er bataillon.
Les six compagnies du Bataillon des Tirailleurs du Pô forment le 2ème bataillon.
Les six compagnies du Bataillon Valaisan forment le 3ème bataillon. 
Des conscrits Corses et Piémontais forment le 4ème bataillon.
Le 5ème Bataillon constitue le dépôt, qui est fixé à Trêves. Il forme les conscrits provenant de Corse, de l’île d'Elbe, et du Royaume d'Italie.
Le régiment n'est formé que de sujets Français, le Piémont et le Valais font partie intégrante de l'Empire Français.

Le déficit en officiers est comblé par des sujets provenant des Vélites de la Garde ou de l’École Militaire de Saint-Cyr, choisis parmi les Corses, les Piémontais, les Génois ou les Romains.

Bouton du 11° Léger

LE CHEF DE CORPS

Le commandement du 11° Régiment d’Infanterie Légère est confié à : 
CASABIANCA, Pierre François Vincent de. Né le 30 avril 1784 à Vescovato - Décédé à Polotsk le 14 août 1812, des suites d'un coup de feu à la tête reçu le 11 août au combat de Swolna. Fils de Raphaël, Général de division & senateur, & Marie Ursule Biguglia.
Élève à Polytechnique le 23 septembre 1801 - Elève Sous-lieutenant à l'Ecole d'application de l'Artillerie & du Génie de Metz le 24 septembre 1804 - Lieutenant en 2nd au 7° Régt d'Artillerie à pied le 21 avril 1805 - Lieutenant en 1er le 14 novembre 1806 - Aide de Camp du général LEFEBVRE-DESNOUETTES le 3 mai 1807 - Capitaine maintenu dans ses fonctions le 17 mai 1807 - Capitaine aux Chasseurs à cheval de la Garde Impériale le 28 octobre 1808 - Aide de Camp du Maréchal MASSENA le 6 mars 1809 - Chef de bataillon, Cdt le Bataillon des Tirailleurs Corses le 9 mai 1809 - Reprend ses fonctions d'Aide de Camp du Maréchal MASSENA le 7 septembre 1809 - Major le 3 octobre 1810 - Colonel le 31 mars 1811 au 31° Léger - Colonel au 11° Léger le 7 septembre 1811.
Campagnes : 1805, 1806, 1807, 1808 & 1809 à la Grande Armée - 1810 & 1811 à l'Armée du Portugal - 1812 à la Grande Armée.
 
MARBOT écrit à son sujet : " Le chef d'escadron Casabianca était d'origine corse, et parent de la mère de l'Empereur. Instruit, capable, d'une bravoure excessive, se sentait fait pour aller vite et bien. Cet officier, qui ne manquait pas d'ambition, avait été mis dans l'Etat-Major de Masséna par Napoléon lui-même ; aussi Masséna le comblait de prévenances, tout en le tenant écarté de l'armée sous des prétextes honorables. Ainsi dès le début de la campagne (d'Espagne), il le chargea d'aller porter à l'Empereur le nouvelle de la capitulation de Ciudad Rodrigo. A son retour, qui n'eut lieu qu'un mois après, le maréchal le réexpédia à Paris pour y annoncer la prise d'Almeida.Casabianca nous ayant rejoint au moment où l'armée entrait en Portugal, Masséna lui donna mission d'aller rendre-compte au ministre de la position de l'Armée. Arrêté à son retour par l'insurrection du Portugal, il nous rejoignit enfin sur le Tage ; mais il dut repartir encore, traverser le Portugal à la tête de deux bataillons, et ne put enfin nous retrouver qu'à la fin de la campagne. Attaqué souvent dans ses longs et fréquents voyages, il en fut grandement récompensé par sa nomination aux grades de lieutenant-colonel et de colonel".

Quant au Chef de bataillon MORANDINI, il a été promu Commandant de place pour raison d'infirmités suite à ses nombreuses blessures.

Le 1er Bataillon formé par les Corses du Bataillon de Tirailleurs, est commandé par le Chef de Bataillon Emmanuel Joseph Pierre DELPONTE, un Piémontais, né le 18 janvier 1778 à Turin. 
Entré au service comme Cadet dans les Sapeurs Piémontais le 15 août 1795 - Lieutenant dans la Légion Cisalpine le 25 pluviôse An 5 - Capitaine dans la Légion Italique le 12 germinal An 8 - Passé en cette qualité à la 1° 1/2 Brigade Piémontaise devenue la 31° d'Infanterie Légère le 11 brumaire An 9 - Capitaine chargé du recrutement pour le bataillon de Tirailleurs du Pô le 3 ventôse An 11 - Chef de bataillon au 11° Régiment d'Infanterie Légère par Décret Impérial du 1 novembre 1811 - Major au même régiment par Décret du 11 juillet 1813 - Nommé Major au 37° de Ligne par Décret du 19 novembre 1813 - Passe en cette qualité au 93° de Ligne le 16 juillet 1814.
Campagnes : 1795 au service du roi de Sardaigne - Ans 5 à 8 à l'Armée d'Italie - Ans 12 & 13 Camp de Boulogne - An 14, 1806, 1807 & 1808 à la Grande Armée - 1809 à la Grande Armée d'Allemagne - 1812 en Russie - 1813 en Saxe - 1814 en France, au blocus de Besançon.
Blessures : Blessé d'un coup de feu à la jambe gauche à la bataille d'Austerlitz - Reçu un coup de sabre à la tête et à la figure à la bataille d'Eylau - Blessé d'un coup de feu au poignet droit à Allesberg le 10 juin 1807 - Reçu deux coups de feu, dont l'un au bras gauche et l'autre à la main droite à la bataille d'Ebersberg le 3 mai 1809 - Reçu un coup de feu à l'avant-bras droit au passage de la Bérézina - Blessé d'un coup de feu au coup à la bataille de Leipzig le 16 octobre 1814 (sic).
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 14 mars 1806 - Officier le 19 novembre 1812.

LES OFFICIERS CORSES DU 11° LÉGER

CAPITAINES

LANDINELLI Roch François. Né à Bastia le 25 octobre 1770. 
Carabinier au 15°Léger le 15 avril 1793 - Capitaine commandant une compagnie franche le 2 juin 1793 - A la suite de la 104° 1/2 Brigade de bataille - Aide de camp du Général CASABIANCA en Italie de l'An IV à VI (1796 à 1798) - Réformé en l'An VI - Capitaine Quartier-maître du Bataillon des Tirailleurs Corses le 23 ventôse An XI (14 mars 1803) - Occupe les mêmes fonction au 11° Léger.
Campagnes : Sert en Corse en 1793 - En Italie en 1794 à 1798 - A la Grande Armée.

MORELLI Antoine François. Né le 18 janvier 1783 à Lama
Entré au service dans le Bataillon Corse le 10 Germinal An 11 - Fourrier le 24 Prairial An 11 - Sergent-major le 9 Fructidor An 11- (Passé au Bataillon de Tirailleur Corse, Xavier POLI indique un MORELLI A M fourrier) - Sous-lieutenant le 23 novembre 1806 - Lieutenant le 26 juin 1807 - Adjudant-major le 20 mars 1809 - Capitaine Adjudant-major le 9 mai 1809 - Chef de Bataillon a 11° Léger le 9 avril 1813 - Passé avec son grade au 7° Léger le 20 octobre 1813 - 
Blessures : Un coup de feu à Austerlitz en an 14 - Un coup de bayonnette à Ebersberg le 3 mai 1809 - Un coup de feu à la bataille de Wagram - Un coup de feu à la tête à la Bérézina, en Russie en 1812.
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 14 mars 1806 - Officier de la Légion d'Honneur le 31 mai 1809.

OLLAGNIER Jean Baptiste. Né le 17 octobre 1782 à Bastia - Décédé le 7 août 1841 - de Claude & Jeanne SEVRASCHI
Entré au service dans le Bataillon des Tirailleurs Corses le 26 Germinal An 11 - Sergent le 6 Floréal An 11 - Sergent-major le 16 Prairial An 11 - Sous-lieutenant le 4 Fructidor An 13 - Lieutenant le 29 janvier 1807 - Capitaine le 3 septembre 1808 - Incorporé dans le 11° Rgt d'Infanterie Légère le 8 septembre 1811 - Chef de bataillon par Décret du 9 avril 1813 - Major par nomination du Gouverneur Général de Magdebourg Comte LEMARROIS le 15 mars 1814.
Campagnes : Ans 12 & 13 sur les Côtes de l'Océan, Vendémiaire An 14, 1806, 1807 & 1808 à la Grande Armée - 1809 en Autriche - 1810 & 1811 sur les Côtes de l'Océan - 1812 à la Grande Armée de Russie - 1813 & 1814 en Prusse.
A commandé en 1813 & 1814, la 9° 1/2 Brigade du Gouvernement de Magdebourg, composé du 3° Bataillon du 11° Léger & du 3° Bataillon du 2° de Ligne.
Blessures : Blessé d'un coup de feu au bras gauche à Eylau - Blessé d'un coup de feu sous le genou droit le 1 août 1812 devant Polotsk - Blessé d'un coup de biscayen au bras droit le 16 octobre 1812 en Russie.
Action d'éclat : La manière dont le Major OLLAGNIER a servi pendant le blocus de Magdebourg est digne des plus grands éloges dans l'affaire du 1° Avril 1814. L'arrière-garde a su son salut à la vigueur avec laquelle le Bataillon du 11° Léger ont chassé à la bayonnette l'ennemi du défilé de Klein-Ottersleben dont il était déjà maître.
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 9 novembre 1812 - Chevalier de la Légion d'Honneur le 20 octobre 1820.

SPOTURNO François. Né le 20 mai 1788 à Ajaccio - Tué en Russie en 1812*.
Élève de l'Ecole Militaire en 1806 - Sous-Lieutenant au Bataillon des Tirailleurs Corses le 23 janvier 1807 - Lieutenant le 22 mars 1809 - Capitaine au 11° Léger le 8 février 1812.
Blessures : Blessé et fait prisonnier à Ebersberg 3 mai 1809 - Tué en Russie* (28 novembre 1812 à la Bérézina (Martinien) - 29 septembre 1812 (Buresi).

PERETTI Giabicorsu Flaminio. Né le 15 août 1778 à Levie - Décédé le 9 février 1832 - Fils d'Antonio & Brigida.
Entré au service comme Chasseur dans la Garde Impériale le 23 Vendémiaire An 12 - Nommé Sous-lieutenant au Bataillon de Tirailleurs Corses le 16 février 1807 - Lieutenant le 20 mars 1809 - Incorporé dans le 11° Rgt d'Infanterie Légère le 8 septembre 1811 - Nommé Capitaine le 18 septembre 1811 - Proposé pour la solde de retraite à Wesel en janvier 1813.
Campagnes : Celles de l'an 12 & 13 sur les Côtes de l'Océan - Vendémiaire an 14, 1806, 1807 & 1808 à la Grande Armée & 1809 à l'Armée d'Allemagne - Celle de 1812 à la Grande Armée de Russie.
Blessures : Blessé à la lèvre supérieure par un coup de feu reçu à la Bataille d'Ebersberg le 3 mai 1809 - Blessé d'un coup de feu à la poitrine à l'affaire de Poltotzk le 1 août 1812.
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 9 août 1812 - Chevalier de la Légion d'Honneur le 27 mars 1818.

Miniature représentant le Lt Flaminio Peretty signé Reinhard & daté 1810.
dédicace au dos "En gage d'amitié. Portrait dudit Lt Flaminio Peretty des Tirailleurs Corses".
Collection privée de François Vinot-Préfontaine. 

RISTORI Louis. Né le 6 janvier 1775.
Soldat à la 11° 1/2 Brigade Légère le 1 pluviôse an VI (20 janvier 1798) - Caporal - Passé à la 33° 1/2 Brigade de Ligne - Sergent à la 33° 1/2 Brigade de Ligne le 23 brumaire An XI (14 novembre 1802) - Passé au Bataillon de Tirailleurs Corses en 1803 - Sergent-Major en 1803 - Sous-lieutenant le 26 mai 1807 - Lieutenant le 31 mai 1809 - Capitaine au 11° Léger le 1 septembre 1811 - Retraité le 4 août 1814.
Blessures : Blessé à Vérone, en Prusse, à Essling & Wagram, en Russie.

ROCCASERRA Pierre Paul. Né en 1787 à Porto-Vecchio. Officier de la Légion d'Honneur.
Chasseur de la Garde le 23 vendémiaire An XII (16 octobre 1803), vélite - Sous-lieutenant au Bataillon de Tirailleurs Corses le 12 février 1807 - Lieutenant le 22 mars 1809 - Capitaine au 11° Léger le 1 septembre 1811.
Blessures : Ebersberg, Essling & Bérézina.

PIANELLI Pierre Paul Luc Ferra. Né le 16 mars 1781 à Olmeto - Décédé le 5 août 1843 - Marié à Marie Thérésine ISTRIA dont Claire Marie Antoinette & Marie Estelle
Entré au service en qualité de Soldat au Bataillon de Tirailleurs Corses le 16 mai 1803 - Caporal le 21 mai 1803 - Fourrier le 5 juin 1803 - Sergent le 2 mars 1804 - Sous-lieutenant le 4 juillet 1809 - Incorporé au nouveau 11° Léger le 4 août 1811 - Capitaine au 11° Léger le 8 février 1812 - Cesse de servir le 7 septembre 1815.
Campagnes : 1803 & 1804 sur les Côtes de l'Océan - Septembre 1805 - 1806, 1807 & 1808 à la Grande Armée - 1809 en Allemagne - Campagne de Russie en 1812 & 1813 - 1814 en France - 1815 en Belgique.
Blessures : Blessé d'un coup de sabre à Elisberg (sic) (Heilsberg) le 10 juin 1807 - Blessé d'un coup de feu au pied gauche à l'affaire de Polotsk le 1 août 1812 - Blessé d'un coup de lance à la cuisse droite à l'affaire de Polotsk le 18 octobre 1812 - A eu les mains gelées au passage de la Bérésina en 1812 - Blessé à la cuisse gauche d'un coup de feu à la bataille devant Leipzick (sic) le 16 octobre 1813 - Blessé d'un coup de feu au bras droit le 11 février 1814 à Nogent. 
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 9 mai 1809.

MORONI Mathieu. Né le 5 mai 1783.
Engagé au Bataillon de Tirailleurs Corses en 1803 - Sous-lieutenant le 9 mai 1809 - Lieutenant au 11° Léger le 15 septembre 1811 - Capitaine au 11° Léger le 3 août 1812 - Fait prisonnier en Russie.
Blessures : à Vienne en 1809 & Polotsk en 1812.

CASALTA Jacques-François. Né le 10 octobre 1783 à Muro - Décédé le 29 mai 1862
Entré au service dans les Vélittes (sic) de la Garde Impériale le 26 frimaire an 13 - Sous-lieutenant au Bataillon des Tirailleurs Corses le 11 mai 1809 - Incorporé au 11° Léger le 1er Septembre 1811 - Lieutenant le 18 septembre 1811 - Lieutenant adjudant-major le 28 avril 1812 - Capitaine le 1er mars 1813 - Incorporé au nouveau 11° Léger le 4 août 1814.
Campagnes : An 13 à Boulogne sur Mer - An 14 en Autriche - 1806 et 1807 en Prusse - 1808 en Espagne - 1809 en Autriche - 1810 sur les côtes de Boulogne - 1813 en Allemagne - 1814 en France - 1815 en Belgique.
Blessures : Blessé d'un coup de feu dans le cou à la Bataille de Wagram le 5 juillet 1809.
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 13 juillet 1813.

CHAMBON Barthélémy. Né 30 octobre 1788 à Bastia. Légion d'Honneur.
Engagé au Bataillon de Tirailleurs Corses le 29 germinal An XI (19 avril 1803) - Sergent le 24 mars 1808 - Sous-lieutenant le 11 août 1809 - Lieutenant le 1 septembre 1811 au 11° Léger - Capitaine au 11° Léger le 13 mars 1813.

FRANCESCHI Charles. Né le 21 mars 1774.
Commence sa carrière aux Volontaires Nationaux en 1793 durant la campagne de Sardaigne - Caporal, puis Sergent à la 16° Légère en Italie de l'An II à l'An IX - Affecté au Bataillon de tirailleurs Corses en 1803 - Sous-lieutenant en juin 1807 - Lieutenant au Bataillon de Tirailleurs du Pô en 1810 - Passé au 11° Léger en 1811 - Prisonnier en Russie et rayé des contrôles le 16 décembre 1812.
Blessures : Blessé à Mantoue - Blessé en Russie le 4 août 1812.

CAGNAZZOLI Simon. Né le 6 novembre 1782 à Loreto
Entre au service comme Sergent à la Compagnie Franche du Golo le 12 floréal An 11 - Incorporé au Bataillon de Tirailleurs Corses le 1er Pluviôse An 12 - Sergent-major le 19 avril 1807 - Adjudant sous-officier le 19 mai 1809 - Sous-lieutenant le 31 mai 1809 - Incorporé au 11° Léger le 8 septembre 1811 - Lieutenant adjudant-major le 18 juin 1812 - Capitaine adjudant-major le 19 novembre 1812 - Incorporé dans le nouveau 11° Léger le 4 août 1814.
Campagnes : An 13 sur les Côtes de l'Océan - An 14, 1805 à 1808 à la Grande Armée - 1809 en Autriche - 1810 & 1811 Sur les Côtes de l'Océan - 1812 en Russie - 1813 & 1814 à la Grande Armée - 1815 dans l'intérieur.
Blessures : Un coup de feu à 3 pouces en dessous du téton droit qui a traversé le corps et plusieurs coups de bayonnette le 8 février 1807 à l'affaire d'Eylau en Prusse (sic) - Blessé d'un éclat d'obus à la tête le 10 juin 1807 à Elsberg (Heilsberg) - Un coup de feu au bras droit le 3 mai 1809 au pont d'Ebelsberg - Une forte contusion à l'épaule droite le 18 octobre 1812 à Polozk.
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 1er novembre 1807.

Hausse-col ayant appartenu à Pierre Dufour, Officier au Bataillon Valaisan, devenu 3° Bataillon du 11° Léger - Collection du Château de Valère à Sion.

ANDREI Dominique Siméon. Né le 8 octobre 1778 à Moïta – Décédé le 6 mai 1855
Entré au service le 9 thermidor an 10, comme chasseur à la 4° ½ Brigade d'Infanterie Légère – Caporal le 10 frimaire an 11 – Passé au 3° bataillon de la 3° ½ Brigade d'Infanterie Légère par décision ministérielle du 29 nivôse an 11 – Devient Tirailleurs Corses le 14 pluviôse an 11 – Sergent le 6 floréal an 11 – Sous-lieutenant le 26 mars 1807 – Lieutenant le 20 mars 1809 – Incorporé dans le 11° Léger le 6 novembre 1811 – Capitaine le 9 avril 1813.
Campagnes : Ans 12 & 13 sur les côtes de l'Océan – Vendémiaire an 14 en Autriche – 1806, 1807 et 1808 en Prusse et en Pologne – 1809 en Autriche – 1810 & 1811 campé sur les côtes de l'Océan – 1812 & 1813 à la Grande Armée en Russie – 1814 en Hollande.
Blessures : blessé d'un coup de feu à la cuisse gauche à Eylau.
Récompense : Chevalier de la Légion d'Honneur
Il est le neveu du chef de bataillon Antoine François MORANDINI. 

ROCCASERRA Don Joseph. Né le 30 novembre 1781 à Sorbollano - Décédé le 21 février 1829 - Fils d'Angelo Maria & Anna Maria BONASERRA
Entré au service comme Soldat au Bataillon de Tirailleurs Corse le 18 Prairial An 11 - Caporal Fourrier le 1° Messidor An 11 - Sergent le 29 juin 1807 - Sergent-major le 16 février 1810 - Incorporé au 11° Léger le 6 novembre 1811 - Adjudant Sous-officier le 18 novembre 1811 - Sous-lieutenant le 3 octobre 1812 - Lieutenant le 17 avril 1813 - Adjudant-major le 1 octobre 1813 - Capitaine le 15 décembre 1813 - Passé au nouveau 11° Léger à l'organisation le 4 août 1814 - Confirmé Capitaine à la Légion Corse par Ordonnance du Roi du 20 novembre 1816, y ayant été placé par M. le Marquis de RIVIÈRE, Commissaire du Roi le 1 janvier 1816. 
Campagnes : A fait les campagnes des années 12, 13 & 14 & Vendémiaire 14 - 1806, 1807 & 1808 à la Grande Armée - 1809 en Autriche - Celles de 1810 & 1811 sur les Côtes de l'Océan - Celle de 1812 en Russie - Celle de 1813 en Saxe - 1814 à la Grande Armée.
Blessures : Blessé d'un coup de lance au visage le 2 décembre 1805 à Austerlitz - A été blessé & foulé aux pieds par la cavalerie ennemie à l'affaire d'Ebersberg le 10 juin 1807 (lire Heilsberg) - Blessé d'un coup de feu au genou gauche dont il lui traverse l'articulation d'une part à l'autre le 18 août 1812 à Polotsk - Blessé idem à la malléole du pied gauche le 27 août 1813 à Dresde.
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 19 novembre 1813 - Chevalier de la Légion d'Honneur le 26 novembre 1818.

COTI Louis. Né le 15 novembre 1776 à Zevaco
Soldat dans une compagnie franche du 1er Fructidor An 4 au 20 Ventôse An 5 - Incorporé dans une autre compagnie franche du 1er Germinal An 5 au 27 Messidor An 6 - Passé à la 29ème 1/2 Brigade Légère du 28 Messidor an 6 au 11 Prairial An 11 - Passé comme caporal au Bataillon des Tirailleurs Corses du 12 Prairial An 11 au 15 Prairial An 13 - Sergent le 16 Prairial An 13 - Sergent-major le 8 Messidor An 13 - Adjudant sous-officier le 1er juin 1809 - Sous-lieutenant le 18 septembre 1811 - Lieutenant au 11ème Léger le 18 juin 1812 - Capitaine le 9 avril 1813.
Campagnes : Ans 6 à 9 en Italie & Batavie - Ans 13 & 14 sur les Côtes de l'Océan sous SOULT - Ans 4 à 1808 à la Grande Armée sous SOULT - 1809 en Autriche sous MASSENA - 1812 en Russie sous ST CYR & OUDINOT - 1813 & 1814 en Prusse.
Récompense : Chevalier de la Légion d'Honneur le 14 avril 1807.
Se distingue lors d'une sortie faite lors de la défense de Magdebourg à la tête d'une cinquantaine d'hommes de sa compagnie contre une force ennemie forte d'un escadron et de 500 hommes d'infanterie

BUTTAFOCO Laurent. Né à Vescovato le 15 mai 1792 - Tué le 27 novembre 1812 à la Bérézina.
Entré au service Lieutenant au Bataillon de Tirailleurs Corses en 1809 - Passé au Royal-Corse Napolitain, fait campagne en Calabre de 1810 à 1812 - Repasse au service français en 1812 - Affecté au 11° Léger en février 1812 - Capitaine le 19 novembre.

FOLACCI Laurent Marie. Né le 28 avril 1776 à Eccica.
Entré au service comme Lieutenant dans le Bataillon des Chasseurs du Liamone le 1er Vendémiaire An 14 - Passé avec son grade au 11° Léger le 8 avril 1812 - Capitaine le 9 avril 1813 - Renvoyé dans ses foyers pour y jouir de la demi-solde le 30 août 1814 - A fait partie de la 3° Colonne active en Corse en 1816 - Nommé Capitaine commandant la 3° Compagnie Franche du Département de la Corse, par le Général, Comte VILLOT, gouverneur de la Corse le 1° avril 1817 - Désigné par le Lieutenant-général VILLOT pour la rentrée des jeunes soldats des différents cantons de la corse pour les années 1819 à 1821 - Placé en commission de réforme le 21 mars 1828, avant d'être nommé Commandant de la place de Calvi le 23 décembre 1831 - admis à la retraite le 23 mai 1837
Campagnes : 1805 à 1810 en Corse - 1812 en Russie sous OUDINOT & MAISON - 1813 à l'armée d'Allemagne sous DUBRETON - 1814 au blocus de Magdebourg
Action d'éclat : Le 7 juin 1813 se trouvant avec une compagnie de marche à Leipzick la ville étant cernée par l'ennemi, le Commandant de son bataillon l'envoya pour faire face à l'ennemi, effectivement ce brave officier parvint à débousquer (sic) d'un village auquel les cosaques s'étaient emparés. Il a eu dans cette journée son lieutenant de tuer et lui même fut blessé à la jambe gauche par un coup de mitraille.
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 17 mai 1843

CECCALDI Joseph. Né le 13 mai 1777 à Evisa - Décédé le 4 octobre 1860 à Calvi. Fils de Xavier et de Linette ? CASANOVA
Entré au service dans la colonne mobile en qualité de Sergent-major du 1er Frimaire an 5 au 6 Prairial an 6 - Au bataillon des Tirailleurs Corses le 18 prairial an 11 - Passé au 11° Léger le 8 septembre 1811 - Lieutenant le 19 novembre 1812 - Capitaine le 14 juin 1813 - Retraité le 4 janvier 1815.
Campagnes : Ans 12 & 13 sur les Côtes de l'Océan - An 14 à 1807 à la Grande Armée - 1809 en Allemagne - 1812 Russie - 1813 Prusse & Saxe. 
Blessures : Coup de feu au pied droit le 18 octobre 1813 à Leipsick.

MARIANI Pierre. Né à Pruno le 13 juillet 1774.
Engagé à 14 ans au Royal-Corse - Caporal à la 29° Légère le 1 germinal an VI (21 mars 1798) - Passé au Bataillon de Tirailleurs Corses en l'An XI comme Sergent - Sergent-major en 1807 - Nommé Sous-lieutenant lors de son passage au 11° Léger - Lieutenant en 1812 - Capitaine en 1813 - Renvoyé dans ses foyers en 1814.

SALICETTI Victor. Né le     à Salicetto.
Entré au service comme Gendarme à la 26°Légion - Chasseur au Bataillon de Tirailleurs Corses le en germinal an XI - Caporal, puis Sergent la même année - Passé au 11° Léger, il est nommé Sous-lieutenant en 1811, Lieutenant en 1812, Lieutenant Adjudant-major en 1813 (fait fonction de capitaine).

LIEUTENANTS & SOUS-LIEUTENANTS CORSES DU 11° LÉGER

BONIFACI François. Né le 3 décembre 1779 à Pietricaggio 
Entré au service dans le Bataillon des Tirailleurs Corses, venant de la Compagnie Franche des Volontaires du Golo le 26 germinal an 11 - Caporal le 12 juin 1803 - Sergent le 29 novembre 1804 - Sergent-major le 20 septembre 1807 - Incorporé au 11° Régiment d'Infanterie Légère le 8 septembre 1811 - Sous-lieutenant le 18 juin 1812 - Lieutenant le 17 avril 1813 - Passé au nouveau 11° Léger à sa formation
Campagnes : Ans 12 & 13 sur les côtes de l'Océan - An 14, 1806, 1807, 1808 à la Grande Armée - 1809 en Allemagne - 1810 et 1811 sur les côtes de l'Océan - 1812 en Russie - 1813 & 1814 à la Grande Armée - 1815 en Belgique
Blessures : Blessé d'un coup de feu à la verge le 6 février 1807 au combat de l'Anzberg - Blessé d'un coup de feu à la cuisse gauche le 26 avril 1809 au passage de la Passeau (sic) - Blessé d'un éclat d'obus à la jambe droite le 22 mai 1809 à la bataille d'Eslingen (sic) - Blessé d'un coup de feu à la partie supérieure de la jambe gauche le 6 juillet 1809 à la bataille de Wagram - Blessé d'un coup de feu au bras gauche le 18 octobre 1812 à la bataille de Polosk en Russie - Blessé le 16 juin 1815 d'un coup de feu au jenoux (sic) droit à la bataille de Fleurus
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 11 juillet 1813

AGOSTINI Pierre. Né à Favalello le 15 août 1784.
Entré au service en 1804 - Sergent en 1805 - Passé au 11° Léger en 1811 - Officier en octobre 1812 en Russie - Campagne de Saxe en 1813 et de France en 1814.
Légionnaire en 1811.

CHAMBON Jean Louis.  le 9 janvier 1791 à Bastia.
Entré au service soldat au Bataillon des Tirailleurs Corses le 26 germinal an 11 - Fourrier au même bataillon le 17 mai 1809 - Incorporé au 11° Léger le 8 septembre 1811 - Sergent-major le 6 novembre 1811 - Sous-lieutenant le 1er juin 1812 - Lieutenant le 1er mars 1813 - Fait prisonnier par les Alliés le 12 septembre 1813 - Rentré en France le 26 juillet 1814 - Passe au nouveau 11° léger le 8 août 1814 - Licencié le 20 octobre 1814 - Passé à la Légion de l'Indre le 20 novembre 1816.
Campagnes : Ans 12 & 13 sur les Côtes de l'Océan - An 14, 1806, 1807, 1808 & 1809 à la Grande Armée - 1810 & 1811 sur les Côtes de l'Océan - 1812 en Russie - 1813 en Saxe - 1815 dans l'intérieur.
Blessures : Blessé d'un coup de feu qui lui a traversé la cuisse gauche le 27 août 1813 à la bataille de Dresde.
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 19 novembre 1813.

ORSATELLI Paul. Né le 11 novembre 1780 à Casabianca - de Paul Pierre & Madeleine GIROLAMI
Entré au service comme Conscrit au Bataillon de Tirailleurs Corses le 30 juin 1802 - Caporal le 30 septembre 1802 - Sergent le 24 octobre 1803 - Sergent-major le 27 juin 1805 - Adjudant sous-officier le 25 août 1807 - Sous-lieutenant par décret le 18 septembre 1811 - Incorporé au 11° Léger le s novembre 1811 - Lieutenant le 18 juin 1812 - Adjudant-major le 1° février 1813 - Capitaine Adjudant-major le 1° août 1814 - Incorporé à la Légion Corse par S. Exc. le Marquis de RIVIÈRE le 1 janvier 1816 - Confirmé par décision du 20 novembre 1816 - Passé aux Voltigeurs du 1° Bataillon le 1 juin 1817 - Passé au 10° Léger -  En congé illimité le 10 décembre 1820 -
Campagnes : Ans 12 & 13 sur les côtes de l'Océan - Vendémiaire An 14, 1806, 1807, 1808 à l'Armée d'Allemagne - 1809 en Autriche - 1812 & 1813 en Russie - Celle de 1815 en France - 1815 en Belgique.
Blessures : Blessé d'un coup de feu à la cuisse gauche à Ebersberg le 2 mai 1809 (en réalité le 3 mai) - Blessé d'un coup de feu au bras droit à la bataille de Fleurus le 16 juin 1815.
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 25 mars 1815 - Chevalier de la Légion d'Honneur le 28 novembre 1831

FRANCHI Paul Jean. Né le 23 décembre 1783 à Pietralba.
Entré au service dans le Bataillon des Tirailleurs Corses le 19 août 1802 - Caporal le 11 août 1804 - Sergent le 14 juillet 1807 - Sergent-major au 11° Rgt d'Infanterie Légère le 1° novembre 1811 - Sous-lieutenant le 23 novembre 1812 - Lieutenant le 14 août 1813 - En non activité le 1° octobre 1814 - Passé provisoirement au 3° Bataillon Colonial le 1° août 1816 - Confirmé dans le bataillon par Ordre du Roi le 29 janvier 1817 - A la suite du 2° Bataillon Colonial le 1° juin 1819 - Licencié le 1° octobre 1819 - Lieutenant à la Légion de Maine & Loire le 18 novembre 1819.
Campagnes : Ans 12 & 13 sur les Côtes de l'Océan - Vendémiaire An 14, 1806, 1807, 1808 en Autriche & Prusse - 1809 en Autriche - 1810 Côtes de l'Océan - 1812 en Russie - 1813 en Saxe & en Prusse - 1814 en France.
Blessures : Un coup de feu au pied droit à l'affaire d'Eylau - Un coup de feu à la jambe droite à Polosk (sic) - Un coup d feu au pied gauche à Leipsick - Un coup de bayonnette à la main gauche à Brienne.
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 25 avril 1821

CALENDINI Ange-Toussaint. Né le 11 mai 1779 à Campi.
Volontaire à la 4° Légère en 1801 - Caporal au Bataillon de Tirailleurs Corses en 1803 - Sergent, fait prisonnier à Eylau - Rendu, nommé officier au 11° Léger à sa formation en 1811 - Prisonnier en Russie en 1812. Plus d'indication après cette date.

SIMONI François. Né le 12 septembre 1782 à Loreto.
Tirailleur en 1803 - Sergent la même année - Officier au 11° Léger en 1812 - Prisonnier en Russie.

FILIPPI dit PHILIPPI Jean Paul. Né le 18 septembre 1791 à Corté.
Élève de l'Ecole Saint-Cyr - Entre au service en août 1809 - Lieutenant en Russie au 11° Léger en 1812 - Blessé en août 1812 - Fait prisonnier par les Russes le 24 octobre 1812 aux avant-postes en avant de Polotsk.

MACCARI Joseph. Né le 
Sous-lieutenant fait prisonnier en Russie.

PIANELLI Joseph. Né le 4 avril 1772 à Strasbourg.
Volontaire National en 1792 - Expédition de Sardaigne en 1793 - Sert en Italie aux chasseurs révolutionnaires, puis à la 3° Légère en 1798 - Hussard au 2° Régiment - Fait prisonnier devant Mannheim en 1799 - Chasseur à cheval de la Garde Consulaire en 1801 - Chasseur à cheval de la Garde en 1805 - Prend un drapeau à l'ennemi - 
Passé au Bataillon de Tirailleurs Corses en 1809 - Lieutenant au 11° Léger en 1812 - Passe au 29° de Ligne en 1813.

MORETTI Charles. Né le 17 janvier 1787 à Pianello.
Entré au service en 1809 - Caporal-tambour en 1810 - Sergent en 1812 au 11° Léger - Sous-lieutenant au 11° Léger en 1813 - Fait prisonnier à Leipzig en 1813 - 

PERI Pierre Paul. Né le 15 février 1783 à Ajaccio - Décédé le 6 avril 1866 - Fils d'André & Marie.
Entré au service dans le Bataillon de Tirailleurs Corses le 16 avril 1803 - Caporal le 6 octobre 1809 - Passé en cette qualité au 11° Rgt d'Infanterie Légère le 8 septembre 1811 - Sergent le 6 novembre 1811 - Sous-lieutenant par Décret du 21 avril 1813 - Licencié le 4 août 1814 - Nommé provisoirement à un emploi de Sous-lieutenant au Bataillon de Chasseurs Corses par Décision Ministérielle du 24 janvier 1831 - Confirmé dans l'emploi par Ordonnance Royale du 31 mai 1831 - Lieutenant par Ordonnance Royale du 20 avril 1839 - Rayé des contrôles le 11 mai 1839.
Campagnes : Des Ans 12 & 13 sur les Côtes de l'Océan - Vendémiaire An 14, 1806, 1807 & 1808 à la Grande Armée - 1809 en Autriche - 1812 en Russie - 1813 & 1814 au blocus de Custrin - Fait prisonnier de guerre le 20 mars 1814, rentré le 26 juillet de la même année.
Blessures : Blessé à la tête à la Bataille d'Eylau le 7 février 1807 - Blessé au bras le 18 octobre 1812 en Russie.
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur par Ordonnance Royale du 30 avril 1836.

FERRANI Jean Toussaint. Né le 30 août 1784 à Linguizetta.
Tirailleur en 1803 - Caporal-fourrier la même année - Sergent-major en 1809 - Officier au 11° Léger en 1812.
Blessures : Blessé à Essling en 1809 - Blessé et fait prisonnier en Russie le 13 octobre 1812.

CARANCIONI Pierre. Né le 3 mai 1784 à Corté - Tué le 18 octobre 1813 à Leipzig.
Engagé en 1803 - Sergent en 1811 - Sous-lieutenant au 11° Léger en 1812 - 

BARAZZOLI Mathieu. Né le 16 avril 1788 à Omessa - Tué à Dresde le 27 août 1813.
Tambour au Bataillon de Tirailleurs Corses en 1803 - Sergent en 1811 - Sous-lieutenant en 1812.

COSTA Antoine. Né le 16 octobre 1785 à Omessa - Tué le 16 octobre 1813 à Leipzig
Tirailleur en 1803 - Sergent en 1809 - Sous-lieutenant au 11° Léger en 1813.

PANZANI François. Né à Ajaccio.
Sous-lieutenant au 2° Bataillon du Golo en 1806 - Démissionnaire en 1807 - Reprend du service au 11° Léger en 1812 - Rentré en 1814. 

CAGNAZZOLI Michel. né en 1784 à Loreto.
Tirailleur en 1805 - Caporal en 1806 - Sergent en 1809 - Officier au 11° Léger en 1811 - Incorporé dans le nouveau 11°Léger en août 1814.
Campagnes : Russie 1812, Allemagne 1813, France 1814

STEPHANOPOLI Demetrius. Né le 19 janvier 1783 à Ajaccio.
Gendarme à la 26° Légion en 1798 - Sergent-major à la Compagnie Franche du Liamone en 1803 - Cette compagnie est intégrée au Bataillon de Tirailleurs Corses en 1804 - Officier au 11° Léger en 1811 - Rentré dans ses foyers.
Campagnes : Russie 1812, Allemagne 1813, France 1814.
Blessures : Blessé d'un coup de lance le 30 mars 1814 devant Paris. 

MORETTI Ambroise. Né le 28 août 1784 à Pianello.
Tirailleur en 1803 - Sergent en 1807 - Officier au 11° Léger en 1813 - Rentré dans ses foyers.
Campagnes : Russie en 1812, Allemagne 1813, France 1814.
Blessures : Blessé à Ebersberg le 3 mai 1809.

VINCENTI Dominique. Né le 8 décembre 1782 à Vescovato.
Engagé au Bataillon de Tirailleurs Corses en 1807 - Sergent en 1809 - Officier au 11° Léger en 1813 - Réformé à Maëstricht en octobre 1813.
Blessures : Blessé à Ebersberg & Wagram en 1809.

CHINI Joseph. Né le 4 mai 1782 à Corté.
Tirailleur en 1803 - Caporal en 1807 - Sergent au 11° Léger en 1811 - Sous-lieutenant en 1813 - Rentré dans ses foyers. 
Campagnes : Russie 1812, Allemagne 1813, France 1814.

MARCAGGI Antoine. Né le 4 mai 1782 à Tavaco.
Tirailleur en 1803 - Caporal en 1807 - Sergent au 11° Léger en 1811 - Sous-lieutenant au 11° Léger.
Campagnes : Russie en 1812, Allemagne en 1813, France 1814.
Blessures : Blessé le 1 août 1815 au combat de Sivotschina.

PIANELLI Ange FrançoisNé le 26 février 1785 à Olmeto - Décédé le 19 juillet 1850 - de Vincent Geronimo & Maria Francesca
Entré au service en qualité de soldat au Bataillon de Tirailleurs Corses le 22 août 1803 - Caporal le 1 juin 1807 - Sergent le 18 juin 1810 - Passé Sergent-major au 11° Régiment d'Infanterie Légère le 6 novembre 1811 - Adjudant sous-officier le 28 octobre 1812 - Sous-lieutenant le 21 avril 1813 - Passé Lieutenant au 33° de Ligne le 23 octobre 1813 - Passé en cette qualité à la Légion de la Vienne le 23 octobre 1816 - Passé au 59° de Ligne le 3 décembre 1820 - Capitaine le 26 juin 1830.
Campagnes : Ans 12, 13, 14, 1806, 1807 & 1809 à la Grande Armée - 1810 au Camp de Boulogne - 1812 & 1813 en Russie - 1814 au blocus de Luxembourg.
Récompenses : Chevalier de la Légion d'Honneur le 29 mars 1831.

BARTOLI Noël. Né le 17 mars 1785 à Palneca.
Tirailleur en 1803 - Caporal en 1807 - Sergent au 11° Léger en 1811 - Sous-lieutenant en 1813.
Campagnes : Russie 1812, Allemagne 1813, France 1814. 

FRATICELLI Hyacinthe. Né le 18 août 1778 à Moïta.
Soldat à la 4° Légère en 1802 - Passé au Bataillon de Tirailleurs Corses en 1803 - Caporal la même année - Sergent en 1808 - Passé au 11° Léger - Sous-lieutenant en 1813.
Campagnes : Russie 1812, Allemagne 1813, France 1814.

L'UNIFORME

Au premier temps, le régiment a du connaitre une certaine bigarrure dans la tenue. D'après le rapport du Général LEMOINE, le régiment est vêtu uniformément en février 1812. C'est l'uniforme de l'infanterie légère en drap bleu impérial, liseré de blanc, avec collet et pattes de parements écarlates.
Les compagnies d'élite se différencient des chasseurs, par le port d’épaulettes à franges écarlates pour les carabiniers, et d'un collet chamois et d'épaulettes à franges vertes ou chamois pour les voltigeurs.

LE DRAPEAU

Le 11° Léger eut l'insigne honneur d'inscrire dans ses soies les batailles où le Bataillon de Tirailleurs Corses s'était illustré :  ULM, AUSTERLITZ, JENA, EYLAU, ESSLING, WAGRAM. Le drapeau est porté par le 1° bataillon. Il est déposé dans le bureau du Chef de corps.
Les autres Bataillons se distinguent par des fanions confectionnés en étoffe de couleur : blanc pour le 2°, rouge pour le 3°, bleu pour le 4° & vert pour le 5°. Les fanions sont conservés par les sous-officiers qui les portent.


Plaque de shako du 11° Léger - Cliché JN POIRON

A L'ARMÉE

Le régiment est tout d'abord affecté à la 6° Division du Corps d’Observation de l’Elbe aux ordres du Maréchal OUDINOT. 
Il est fort de 3 200 hommes, le 1° Bataillon est formé des Corses, il est commandé par DELPONTE.
Il est ensuite affecté à la 8° Division du même Corps, sous les ordres du Général VERDIER. Il forme la 1ère Brigade aux ordres du Général VIVIEZ, avec le 2ème de Ligne.
La 2° Brigade est formée avec les 37° & 123° de Ligne sous POUGET. La 3° Brigade sous VALENTIN.

Le 2° Corps d'OUDINOT, compte environ 40 000 hommes, sous LEGRAND, VERDIER & MERLE.

Le 18 février 1812, le régiment quitte Wesel, se dirigeant sur Brunswick où il séjourne du 5 au 11 mars 1812. La 8° division cantonne entre Brunswick et l'Elbe, à Helmstadt. Elle se dirige ensuite par Magdebourg sur Brandenbourg, où elle est réunie à la fin du mois de mars.

Le 1° mars, la 8° Division se rend à Stettin par Templin et Prentzlow. Elle arrive à Marienburg le 14 mai.

Le 1° juin 1812, le 11° Léger compte 82 officiers, 3 118 hommes, 28 chevaux d'officiers, 94 chevaux. 
Les équipages du régiment comptent 4 caissons de vivres, une voiture d'ambulance, et un caisson de comptabilité.

Le 3 juin 1812, elle franchit la Vistule à Marienwerder.

Le 18 juin, sous une pluie battante, le Corps d'OUDINOT est passé en revue par l’Empereur à Gumbinnen, petite localité sur le Pregel. Le mauvais temps ne semble pas influer sur la bonne humeur de la troupe.

"En sortant de Taplucken, on passe le Pregel. Là nos chasseurs ont brouté auprès d'un bivouac du 11° d’infanterie légère, composé des Tirailleurs Corses et de ceux du Pô, de conscrits romains etc ; Ils étaient de brigade avec le 124° de ligne, régiment hollandais. La gaieté de notre soldat m'étonne toujours. Il était minuit et demi ; ceux-là escortant des voitures de farine arrivaient et avaient pour tout potage du pain ; les pieds mouillés, au milieu d'un brouillard à couper au couteau ; ils n'en étaient pas plus tristes. Ils avaient construit un abri avec une charrette cassée et des branches d'arbres. Les vieux soldats corses et piémontais se moquaient d'un jeune conscrit, lui reprochant de n'avoir pas la peau dure, parce qu'il se plaignait du froid de ce bivouac". Journal du Maréchal de Castellane - Tome 1°, P. 103.  

MARBOT écrit : "En raison du mauvais temps, il se fit peu de manœuvres et l'Empereur s'arrêtant devant devant chaque division donna des ordres aux généraux de distribuer des décorations. La revue fut rapidement passée ; il fut fait une distribution d'une double ration d'eau-de-vie par homme, pour huit jours de biscuit de mer, et en sus, dix de farines, avec ordre de ne s'en défaire qu'à la dernière extrémité".

Le 24 juin 1812, au lever du soleil, la grande Armée concentrée sur la rive gauche franchit le Niemen.

Le 29 juin, la division VERDIER est arrêtée devant Vilkomir par le Corps russe de WITTGENSTEIN qui lui envoie quelques volées de canon, auxquelles l’artillerie française répond. L'ennemi se retire sur Dunabourg, bourgade arrosée par la Dwina. Les Russes avaient élevé des retranchements d'une grande étendue sur la rive droite. L'armée esquive en remontant le fleuve jusqu'à Polock.

Le 30 juillet, LEGRAND prend position à Jacobouwo avec sa division. Il est attaqué par des forces considérables. il résiste avec énergie, laissant le temps à la division VERDIER d'accourir et de contenir l'ennemi.
Le lendemain, à la pointe du jour, WITTGENSTEIN revient avec 15 000 hommes de renfort et renouvelle son attaque de la veille, avec une grande vigueur.
"L'obstination de l'ennemi, le désavantage de nos positions, décidèrent le Maréchal OUDINOT à rompre le combat et à venir reprendre sa position du 29". Rapport du Maréchal OUDINOT.

Le 1 août, la division LEGRAND est attaquée au matin par les Russes. Le 11° Léger & le 2° de ligne sont détachés de la division VERDIER pour renforcer LEGRAND. Après une vive fusillade, OUDINOT ordonne la charge.
"Les Russes ont fait d'abord une résistance assez vive, mais inutile. Ils ont été culbutés en un clin d’œil et obligés de repasser la Dwina à tous les gués, laissant entre nos mains14 pièces de canon, 13 caissons, et plus de 2 000 prisonniers ; pendant 3/4 de lieue qu'on les a menés battant en retraite jusqu'à la rivière, la terre est couverte de leurs morts. J'ai vu peu de champs de bataille qui offrissent l’image d'un aussi grand carnage". MARBOT. III

Ci-contre Sergent de Chasseurs du 11° Léger par Henri Boisselier.

OUDINOT veut une victoire complète. Il lance la division VERDIER à la poursuite de l'arrière-garde Russes à travers une zone marécageuse au milieu duquel passe la grand-route de Polosk à Saint-Petersbourg. Cette route s'élève sur une digue formée de grands sapins couchés. La division VERDIER essuie le feu de quelques pelotons attardés.
Quand elle débouche dans la plaine, l'armée russe est déployée. L'artillerie fait feu de toutes ses pièces, mais leur feu n'arrête pas l'avance des fantassins. Ils sont suivis par les 23° & 24° Chasseurs. La division LEGRAND arrive à son tour. WITTGENSTEIN jette ses forces sur le 2° Corps qui est contraint de battre en retraite. La division LEGRAND assure l'arrière-garde.
Le général VERDIER est grièvement blessé. Le 11° Léger est fortement éprouvé. Les capitaines ANSELMI & BERTRAND ont été tués. Le Capitaine Adjudant-major OLLAGNIER, les Capitaines PERETTI, PIANELLI, le lieutenant VENTURINI & le Sous-lieutenant MARCAGGI sont blessés.

Il s'ensuit une série de marches et de contre marches qui n'amènent aucun résultat, sinon à causer de grandes fatigues aux soldats.

Du 17 juin au 4 juillet, la Grande Armée s'enfonce en Russie sous des pluies battantes. A la pluie succéda la chaleur.
"Toutes les personnes qui avaient fait la campagne d’Égypte assuraient que le soleil de cette contrée n'était pas plus brûlant que ne l'était alors celui de la Russie. Les troupes, dont les bivouacs étaient éloignés des rivières souffraient cruellement. Les soldats pour avoir de l'eau, creusaient la terre avec leurs baïonnettes, et s'ils étaient assez heureux pour en trouver, elle était si bourbeuse, qu'ils ne pouvaient la boire qu'après l'avoir tamisée avec leurs mouchoirs". LABAUME - Campagne de 1812.
Peu ou pas de distributions de vivres. Des marches interminables sans souliers.

Shako du 11° Léger type 1812. Photo & Collection Bertrand MALVAUX. www.bertrand-malvaux.com

Le 4 août 1812, le 11ème Léger est engagé sur la Duna. Le capitaine FRANCESCHI et le Lieutenant BERRA sont blessés.
A cette date, le Régiment compte : 65 officiers et 1 025 hommes sous les armes, 3 officiers et 165 soldats sont détachés aux convois du Corps d'Armée, 17 hommes sont au dépôt de l'armée, et 112 hommes sont restés en arrière. Les pertes s'élèvent à 14 officiers & 1 964 hommes.

Le 11 août, un violent combat s'engage sur la Svolna, petite rivière aux berges fangeuses, séparant les deux armées qui se font face.
C'est au cours de ce combat, que le 11ème Léger qui est très éprouvé, perd son Colonel. CASABIANCA y est tué. Le major CACHERANO, les lieutenants BURCKHOLTZ, BLAMBEC, VENTURINI, MEYER, ODDONE & CORBATELLO sont blessés. OUDINOT évacue sa position en laissant une partie de ces blessés au pouvoir de l'ennemi.

"Parmi ceux que nous parvînmes à emporter se trouvait M. Casabianca qui avait été mon camarade lorsque nous servions l'un et l'autre Masséna. M. Casabianca était un officier de grand mérite, dont l'avancement eut été fort rapide ; mais frappé à la tête au moment où il visitait les tirailleurs de son régiment placé sur les bords de la Svolna, il vit sa carrière arrêtée. Il était mourant lorsque je l'aperçus sur un brancard porté par des sapeurs ! Il me reconnut et en me serrant la main, il me dit combien il regrettait de voir notre Corps d'armée si médiocrement dirigé."
"Le soir même, ce malheureux colonel expirait. Les dernières paroles n'étaient que trop fondées, car notre chef semblait agir sans méthode, ni plan."
"Après un mois, il poursuivait Wittgenstein sans se préoccuper d'aucun obstacle, et ne parlait rien de moins que de le pousser jusqu'à St-Petersbourg ; mais au moindre revers il battait en retraite, et voyait des ennemis partout. Ce fut sous cette dernière influence qu'il ramena sous les murs de Polosk ses troupes, très affectées qu'on les fît arrêter aussi devant les Russes qu'elles venaient de vaincre dans presque toutes les rencontres. Le 15 août, jour de la fête de l'Empereur, le 2° Corps d'Armée arriva fort tristement à Polosk, où nous trouvâmes le 6° Corps, formé des deux belles divisions bavaroises du général Wrède, dont un général français, Gouvion Saint-Cyr avait le commandement supérieur". MARBOT III.

Le Maréchal OUDINOT amène ses troupes à Polotsk où il trouve le VI° Corps (Bavarois) commandé par GOUVION ST CYR. Celui-ci prend le commandement du corps d’armée après le rude combat de Polotsk.
Du 1° au 16 août 1812, le régiment compte 33 officiers blessés et cependant 19 d'entre eux vont participer à la bataille de Polotsk malgré leurs blessures.
Un furieux combat s'engage le 16 août sous les murs de Polotsk que défend la 8° Division du 2° Corps d'Armée. Le général VERDIER est blessé. Il est remplacé par VALENTIN.
Le 17, la division LEGRAND, et le 6° Corps tiennent tête aux Russes. OUDINOT blessé, est remplacé par GOUVION SAINT-CYR.
Le 18 août, les débris du bataillon Corse soutiennent un combat acharné. Le Lieutenant GIOCANTI, les Sous-lieutenant DANESI, CECCALDI & FILIPPI sont blessés.  

Shako du 11° Léger type 1812. Photo & Collection Bertrand MALVAUX
 www.bertrand-malvaux.com

Le régiment n’ira pas jusqu’à Moscou, et restera deux mois en cantonnement, où il recevra quelques renforts. Les sortie des hôpitaux permettent la remise sur pied de l'unité.

Le 18 octobre, au deuxième combat devant Polotsk, il se couvre à nouveau de gloire. Les pertes sont sévères. Les Capitaines GIOCANTI, MORONI, OLLAGNIER, PIANELLI, sont blessés, de même que les lieutenants VENTURINI & GARBIGLIA, et les Sous-lieutenants MARIANI, SALVETTI & SIMONI.

Le 28 novembre 1812, le 11ème Léger est au passage de la Berezina. Les voltigeurs franchissent les premiers la rivière portés en croupe par des cavaliers du 8° Chevau-léger et du 7° Chasseurs à cheval, pour former la tête de pont. A peine l'infanterie prend pied sur la rive, qu'elle est attaquée par un détachement de cosaques. les voltigeurs se forment et ouvrent le feu sur les cosaques qui se retirent. 
Au cours des combats sur la Bérézina, les Capitaines BUTTAFUOCO & SPOTURNO sont tués, les Capitaines PIANELLI, ROCCA-SERRA & MORELLI, ainsi que le Lieutenant PANZANI sont blessés.

LA CAMPAGNE DE SAXE

Le régiment est sous les ordres du colonel POINSOT. Il participe à la campagne de Saxe en 1813, à la 1ère Brigade (VALORY) de la 6° division d'infanterie sous VIAL, au II° Corps d'Armée sous VICTOR. 
Il prend part aux batailles de Dresde (26-27 août 1813), Leipzig (16-17-18 octobre 1813) et Hanau (30 octobre 1813). 
Il est toujours embrigadé avec le 2° de Ligne.
 
LA CAMPAGNE DE FRANCE

Au début de l'an 1814, l'Empereur chausse ses bottes de la campagne d'Italie pour la Campagne de France. 
Le 11° Léger est au Corps d'Armée du Centre A, sous VICTOR à la 3ème division commandée par DUFOUR. Cette division sera pour un temps dépêchée pour la défense de Paris, puis rejoindra à nouveau l'armée.
Le 21 janvier 1814 ses effectifs s'élèvent à 496 hommes. Le régiment participe aux batailles de Brienne, La Rothière, Nogent, Ligny Auray, Montereau, Troyes, Paris.
Le 11 février 1814, Nogent est attaqué par les Bavarois de De WREDE et les Russes de PALHEN, qui vont lancer assaut sur assaut pour s'emparer de la cité et du pont, défendus par 1 200 hommes provenant des 11° et 22° Légers et 11° et 18° de Ligne. Tous les assauts sont repoussés avec de lourdes pertes pour les assaillants (plus de 1 500 hommes mis hors de combat). 
Le pont de Nogent sautera après avoir été défendu vaillamment pendant 12 heures
 
Le régiment reçoit en mai 1814, les Corses au service napolitain du Real Corso (4 bataillons) qui ont refusé de suivre MURAT, et de porter les armes contre Napoléon. 
Quand Louis XVIII accède au trône, le 11° Léger tient garnison à Rennes. Il est étoffé avec des éléments provenant du 29ème Léger dissout.

Shako du 11° Léger, type 1812. Photo & Collection Bertrand MALVAUX - www.bertrand-Malvaux.com

LA CAMPAGNE DE BELGIQUE

En février 1815, L'Empereur quitte l'île d'Elbe et remonte sur son trône sans tirer un coup de feu. Malgré ses intentions pacifiques, son retour cimente la haine des monarchies européennes. Napoléon doit frapper fort. Il décide d'attaquer les Anglais et les Prussiens qui stationnent à la frontière du nord, avant que les Russes et les Autrichiens n'interviennent.

Le Régiment fournit quelques hommes dans les formations de la Garde Impériale qui se reconstitue, à partir des Régiments d'Infanterie de l'ex-Garde Royale, que l'on renforce avec des conscrits, des prisonniers rentrés, des soldats en congé de réforme ou illimité. Comme d'autres unités de la ligne, le 11ème Léger fournit plusieurs individus dont les 8 éléments insulaires suivants :

 Nom & Prénom - SignalementEtat des services Affectations Divers
4012        Piereschy
Prénom              Jean
de    Jean Baptiste & Catherine Grimaldi
né le 
à        Bergagie
Département      île de Corse
Taille d'un mètre           centimètres
visage  rond          front ordinaire
les yeux  bruns      nez    petit
bouche  moyenne   menton  fourchu
Cheveux & sourcils    châtains
marques particulières        /
Profession         /
Entré au service le 
14 Juillet 1804 dans le 11° Régt d'Infanterie Légère.

Campagnes :
1805, 1806, 1807, 1808, 1809, 1810,1811, 1812, 1813, 1814 aux diverses armées.

1815 Belgique

Admis dans la garde
Chasseur le 30 avril 1815 à la 1° Cie du 2° Bataillon du 3° Régt de Chasseurs de la Garde.

Admis le 30 avril 1815 sortant du 11° Léger.


Passé à la Légion de la Haute Saône le 1er octobre 1815 
4013                Poly
Prénom    Jean Baptiste
d'    Antoine     &     Marie Felix
né le    21  7bre  1790
à        Olmeto
Département     Île de Corse
Taille d'un mètre   70    centimètres
visage rond           front rond
les yeux bruns       nez petit
bouche moyenne    menton rond
Cheveux & sourcils        noirs
marques particulières        /
Profession
         /
Entré au service le  
23 mai 1811 dans le 11° Régt d'Infanterie Légère.


Campagnes :
1811, 1812, 1813 & 1814 à la Grande Armée

1815 Belgique
Admis dans la garde 
Chasseur le 30 avril 1815 à la 1° Cie du 2° Bataillon du 3° Régt de Chasseurs de la Garde.


Admis le 30 avril 1815 sortant du 11° Léger.

Présumé prisonnier le 18 juin 1815 
4266            Franceschetti
Prénom                    Pierre
de    Pierre     &     Savary
né le    1790
à    Pietro                          Ardt de Verde
Département     Ile de Corse
Taille d'un mètre 68    centimètres
visage   ovale         front couvert
les yeux gris           nez moyen
bouche ordinaire    menton rond
Cheveux & sourcils    châtains
marques particulières        /
Profession
         /
Entré au service le
12 avril 1804 dans le 11° Régt d'Infanterie Légère.


Campagnes :
1804 Naples & Calabre. 1805 à 1814 Sicile.

1815 Belgique






Admis dans la garde  
Chasseur le 30 avril 1815 à la 2° Cie du 2° Bataillon du 3° Régt de Chasseurs de la Garde



Admis le 30 avril 1815 sortant du 11° Léger.
 
Présumé prisonnier le 18 juin 1815
4267        Colombani
Prénom            Sylvestre
de    Vincent     &    Marie Françoise
né le    9  mai  1789
à    Speloncato
Département        Corse
Taille d'un mètre  71     centimètres
visage  ovale          front couvert
les yeux gris          nez gros
bouche  moyen      menton rond
Cheveux & sourcils    chatains
marques particulières        /
Profession
          /
Entré au service le 
6 mai 1807 dans le 11° Régt d'Infanterie Légère.


Campagnes :
1809 Autriche, 1812 Russie, 1813 Saxe, 1814 France.

1815 en Belgique.

Coup de feu au bras gauche le 8 novembre 1812
Admis dans la garde 
Chasseur le 30 avril 1815 à la 2° Cie du 2° Bataillon du 3° Régt de Chasseurs de la Garde.


Admis le 30 avril 1815 sortant du 11° Léger.

 
Licencié le 24 septembre 1815
(Corse)
4268                Bonnetti
Prénom                Pierre
de    Pierre     &    Nicolle
né le    15   février  1787
à    Sta Lucia  Ardt de Marcone
Département    Corse
Taille d'un mètre   65    centimètres
visage  ovale         front couvert
les yeux roux         nez aquilin
bouche moyenne     menton rond
Cheveux & sourcils    noirs
marques particulières        /
Profession
          /
Entré au service le 
27  7bre  1807 dans le 27° Régt.


Campagnes :
1809 Autriche, 1812 Russie, 1813 Saxe, 1814 France.

1815 en Belgique.

Coup de sabre (Russie)
coup de feu (Autriche)
Admis dans la garde 
Chasseur le 30 avril 1815 à la 2° Cie du 2° Bataillon du 3° Régt de Chasseurs de la Garde.


Admis le 30 avril 1815 sortant du 11° Léger.
 
Licencié le 24 septembre 1815
(Corse)
4532                    Ariesi
Prénom      Antoine Dominique
de    Jean Baptiste     &    Rose
né le    3  Juin  1790
à    Cabro    Ardt de Pierre 
Département    Ile de Corse
Taille d'un mètre  65     centimètres
visage ovale          front ordinaire
les yeux châtains   nez bien fait
bouche grande       menton rond
Cheveux & sourcils    châtains
marques particulières
Profession
  
Entré au service le
le 6 août 1804 dans le 11° Régt d'Infanterie Légère .

Campagnes :
1804 Italie, 1806 à 1814 à Naples & Calabre.
1815 en Belgique.
Admis dans la garde 
Chasseur le 1° mai 1815 à la 3° Cie du 2° Bataillon du 3° Régt de Chasseurs de la Garde.



Admis le 1 mai 1815 sortant du 11° Léger.

 
Présumé prisonnier le 18 juin 1815
4533                Peretti
Prénom            Joseph
d'    Antoine     &     Marie Felice
né le        11 août 1790
à  St Alexis    Ardt de     Talla
Département    Corse
Taille d'un mètre  68   centimètres
visage  ovale         front haut
les yeux  bleus      nez aquilin
bouche  moyenne   menton    rond
Cheveux & sourcils    châtains
marques particulières        /
Profession
          /
Entré au service le
16 août 1807 dans le 11° Régt d'Infanterie Légère.


Campagnes :
1809 Autriche, 1812 Russie.
1815 en Belgique.

prisonnier le............1812
rentré le          janvier 1815
Admis dans la garde 
Chasseur le 1° mai 1815 à la 3° Cie du 2° Bataillon du 3° Régt de Chasseurs de la Garde.




Admis le 1 mai 1815 sortant du 11° Léger.

 Présumé prisonnier le 18 juin 1815
4534            Massiani
Prénom                Ange
d'    Antoine    &    Françoise
né le    4  mai  1785
à        Caccia
Département     Corse
Taille d'un mètre   67    centimètres
visage ovale          front haut
les yeux gris          nez moyen
bouche moyenne    menton   rond
Cheveux & sourcils    châtains
marques particulières        /
Profession
           /
Entré au service le
le 2 mai 1804 dans le 11 
Régt d'Infanterie Légère.



Campagnes :
1805, 1806, 1807, 1808, 1809, 1812 aux grandes armées. 1814 France.

1815 en Belgique.
Admis dans la garde
Chasseur le 1° mai 1815 à la 3° Cie du 2° Bataillon du 3° Régt de Chasseurs de la Garde.


Admis le 1 mai 1815 sortant du 11° Léger.

 
 
Licencié le 24 septembre 1815
(Corse)
 
Pendant la période des Cent-Jours, le 11ème Léger, est à l’Armée du Nord, Lille, Valenciennes, Mézières, Thionville. Affecté au 2éme Corps sous REILLE, 7ème Division d'Infanterie, sous GIRARD, 1ère Brigade DEVILLIERS. Le régiment est commandé par le colonel Jean André Tiburce SEBASTIANI, et  compte deux bataillons, fort de 955 officiers et soldats. Il forme brigade avec le 82ème de Ligne
 
Pendant la Campagne de Belgique, à la bataille des Quatre-Bras le 16 juin 1815, les troupes du  Maréchal NEY engagées trop tardivement ne peuvent enlever la position. Celle-ci sans cesse consolidée par l’arrivée continuelle de nouveaux renforts, reste aux mains de WELLINGTON, après un âpre combat.
Le 11° Léger, exsangue après les durs combats de Ligny, y stationne pour assurer la ligne de communication, tandis que le restant du II° Corps de REILLE bivouaque autour de Genappe, où il passe comme le reste de l'armée, la nuit sous une pluie battante et sans abri. Le ventre creux et sans moyen de faire du feu.

Au matin du 18 juin 1815, le II° Corps est placé à l'aile droite, déployé à gauche de la route qui relie Bruxelles à Charleroi, en avant du chemin de terre qui relie Braine-l'Alleud à Plancenoit. Le II° Corps participe aux durs combats pour la prise de la ferme d'Hougoumont.
 
Au retour du Bourbon, le 11ème Léger ne résistera pas au trait de plume rageur de Louis XVIII qui le raye pour avoir payé de sa fidélité à l'Usurpateur.

L
e chef de bataillon Louis Pie Marie PARMEGIANI du 11° Léger. 
Il est né le 11 juillet 1780 à Palestrina en Italie.
Blessé grièvement à la bataille de Waterloo.
Naturalisé français le 3 décembre 1817, il achève sa carrière au grade de Lieutenant colonel,
Commandant de la Place de Bastia.
Il décède le 11 janvier 1839 à l'hôpital militaire de Bastia des suites de fièvre.
 
HISTORIQUE

1788: Création des Chasseurs des Ardennes
1791: Devient 11ème Bataillon de Chasseurs
1794: 11ème Demi-brigade d'Infanterie Légère (de 1ère formation, à partir de 11ème Bataillon de Chasseurs, 5ème Bataillon de Volontaires du Doubs, 6ème Bataillon de Volontaires de la Drôme.
1796: 11ème Demi-brigade d'Infanterie Légère (de 2ème formation, à partir de 3ème Demi-brigade d'Infanterie Légère ( de 1ère formation ex-Chasseurs Royaux Corses), Bataillon de Chasseurs des Haute-Alpes.
1799: 11ème Demi-brigade d'Infanterie Légère (3ème formation, à partir de Détachements des 9ème & 24ème Demi-brigades d'Infanterie Légère, et détachements de Conscrits.
1803: Dissolution du 11ème et vacance du numéro jusqu’en 1811.
1811: Création du 11ème Régiment d'Infanterie Légère (formé à partir de Bataillon des Tirailleurs Corses, Bataillon des Tirailleurs du Pô, Bataillon de Tirailleurs de la Légion de Midi, Bataillon Valaisan. Par la présence des Corses, il existe bien une continuité entre le 11ème Léger de 2ème formation à partir de l’ex-bataillon des Chasseurs Royaux Corses et le nouveau 11ème dont le 1er Bataillon et le commandement sera donné aux Tirailleurs Corses.

CHEFS DE CORPS

1791: BECDELIEVRE Gabriel-François-Louis de – Lieutenant-Colonel.

1792: FONTENILLE François du Contant de la Molette de – Lieutenant-Colonel.

1792: GARNIER Pierre - Dominique – Lieutenant-Colonel (Marseille, 19 décembre 1756 - Nantes, 11 mai 1827).

1793: MARNAS Paul - Dominique CHABANNACY de – Lieutenant-Colonel.

1794: GAZAN Honoré Théodore Maxime - Chef-de-Brigade de la 11° Légère le 11 juillet 1794. (Grasse, 29 octobre 1765 - Grasse, 9 avril 1845).

1796: GIUSEPPI (?) - Chef-de-Brigade

1796: RECCO Étienne Antoine - Chef-de-Brigade à la 11° Légère de 2° formation le 21 décembre 1796. (Ajaccio, 28 janvier 1751, Grenoble, 17 octobre 1810)

1797: FIORELLA Pascal ?- Chef de Brigade (Ajaccio, 7 février 1752 - Ajaccio 3 mars 1818). Il était Général de brigade depuis 1794.

1799: SIMON (Dominique) - Chef-de-Brigade

1802: DUBRETON (Jean-Louis) - Chef-de-Brigade à titre provisoire de la 11° Légère le 17 mars 1803(Ploërmel, 18 janvier 1773 - Versailles 27 mai 1855)

1811: CASABIANCA Pierre-François-Vincent-Antoine de - Colonel du 11° Léger le 7 septembre 1811. (Vescovato, 30 avril 1784 - Polotsk 14 août 1812)

1813: POINSOT Charles - Colonel du 11° Léger le 1° avril 1813. (Courzieu, 5 octobre 1770 - Strasbourg, 22 décembre 1813)

1814: SEBASTIANI (Jean - André - Tiburce) - Colonel du 11° Léger le 28 juillet 1813. (La Porta, 31 mars 1786 - Ajaccio, 18 septembre 1871)

Quatre ont été nommés Général sous l'Empire :

GARNIER, Pierre Dominique. Né le 19 Décembre 1756 -
Décédé le 11 Mai 1827
Lieutenant-Colonel: 8 Octobre 1792 - Général de brigade: 12 Septembre 1793 - Général de division: 20 Décembre 1793

GAZAN, Honoré Théodore Maxime
. Né le 29 Octobre 1765 - Décédé le 9 Avril 1845 Chef de brigade: 11 juillet 1794 - Général de brigade: 4 Avril 1799 - Général de division: 25 Septembre 1799
Commandant de la Légion d'Honneur: 14 Juin 1804 - Comte d’Empire: 27 Novembre 1808

Ci-contre Le Général GAZAN

DUBRETON, Jean-Louis. Né le 18 janvier 1773 -
Décédé le 27 Mai 1855.
Chef de brigade: 17 Mars 1803 - Général de brigade: 6 Août 1811 - Général de division: 23 Décembre 1812






FIORELLA, Pascal. Né le 7 février 1752 à Ajaccio - Décédé le 3 mars 1818 à Ajaccio.
Chef de brigade le 27 février 1794 -Général de brigade le 17 septembre 1794, confirmé le 24 décembre 1795 -Général de division au service italien le 14 novembre 1797 - Général de brigade au service français le 27 mars 1801 - Général de division au service italien le 30 avril 1804, passé au service français le 16 février 1817.


CHEFS DE CORPS TUES & BLESSES A LA TÊTE DU 11° LÉGER

Chef de brigade DUBRETON Jean-Louis : blessé le 18 Novembre 1803.
Colonel CASABIANCA Pierre François : mort des suites de blessures le 11 Août 1812.

Officiers tués et blessés en service au 11ème Régiment d'Infanterie Légère de 1811 à 1815
Officiers tués : 19 
Officiers morts des suites de blessures : 9
Officiers blessés : 113

Batailles & Combats
1794: Schanzel, Kaiserlautern, Mayence, Mombach
1795: Loano
1796: La Bochetta-di-Campione, La Corona, Lonato, Saint-Georges, Tyrol, Lavis, Brixen
1797: Rivoli, Mantoue, Valvasonne
1798: Malte
1799: Offenbourg, Stockach, Rivière Trebbia
1800: Fischbach
1802: Gros-Morne, Crête-a-Pierrot, La Cap, Vertieres
1812: Sivotschina, Soolna, Polotsk, Passage de la Beresina
1813: Dresde, Leipzig, Hanau
1814: Brienne, La Rothiere, Valjouan, Monterau, Troyes
1815: Ligny.

INSCRIPTIONS AU DRAPEAU :
ULM, AUSTERLITZ, JENA, EYLAU, ESSLING, WAGRAM

SES CHEFS DE CORPS


CASABIANCA Pierre François Vincent Antoine de, né le 30 avril 1784 à Vescovato - décède le 14 août 1812 à Polotsk des suites de blessures reçues au combat de Swolna le 11 août 1812. 
Il est inhumé à Polotsk où ses soldats ont élevé un mausolée avec l'épitaphe "Dulce et decorum est pro patria mori". (Souvenirs militaires du Général BERTHEZENE)
Fils du Général Raphaël CASABIANCA & Marie Ursule BIGUGLIA.
Élève à l’École Polytechnique le 23 septembre 1801 - Élève Sous-lieutenant à l’École d'Application de l'Artillerie & du Génie de Metz le 24 septembre 1804 - Lieutenant en 2nd au 7° régiment d'artillerie à pied le 21 avril 1805 - Y est nommé Lieutenant en 1er le 14 novembre 1806 - Aide de camp du Général LEFEBVRE-DESNOUETTES le 3 mai 1807 - Maintenu dans ses fonctions à sa nomination de Capitaine le 17 mai 1807 - Capitaine au Régiment des Chasseurs à Cheval de la Garde Impériale le 28 octobre 1808 - Aide de camp du Maréchal MASSENA le 6 mars 1809 - Chef de bataillon, Commandant le Bataillon des Tirailleurs Corses à titre provisoire le 9 mai 1809 (le Chef de Bataillon Antoine MORANDINI blessé & fait prisonnier au combat d'Ebersberg le 3 mai 1809) à l'Armée d'Allemagne - Reprend ses fonctions d'Aide de Camp du Maréchal MASSENA le 7 septembre 1809 - Major le 3 octobre 1810 - Colonel le 31 mars 1811 à l'age de 26 ans - Nommé Colonel du 31° Léger le 30 juillet 1811 puis du 11° Léger le 7 septembre 1811. 
Campagnes : A la Grande Armée en 1805 & 1806 - Autriche 1809 - Armée du Portugal 1809 & 1810 - Russie 1812.
Distinctions : Chevalier de la Légion d'Honneur le 26 juin 1808 - Officier de la Légion d'Honneur le 31 mai 1809


POINSOT Claude, Chevalier, né le 5 octobre 1770 à Courzieu (69) - Décédé le 22 décembre 1813 à Strasbourg
Fils d'Antoine, bourgeois & Thérèse PIN.
Entré au service Soldat au 1° Bataillon de Volontaires de Rhône & Loire le 11 août 1791 - Fourrier le 11 septembre 1793 - Adjudant avec rang de Sous-lieutenant le 29 janvier 1794 - Incorporé avec son grade à la 181° 1/2 Brigade de bataille au premier amalgame le 31 mars 1794 - A la 78° 1/2 Brigade d'Infanterie de Ligne au second amalgame le 23 février 1796 - Lieutenant le 19 janvier 1799 - Adjudant-major le 8 mai 1800, avec rang de Capitaine le 9 novembre 1801 - Versé avec son régiment au 2° Régiment d'Infanterie de Ligne le 24 septembre 1803 - Embarqué sur le vaisseau "L'Uranie" du 4 janvier 1804 au 6 février 1805 - Employé à la suite de l’État-major de la Garde Impériale le 2 novembre 1806 & à la division  des Grenadiers & Voltigeurs Réunis comme Adjudant-major le 24 février 1807 - Chef de Bataillon au 3°de Ligne le 24 juin 1807 - Major du 28° Léger le 20 juillet 1811 - Passe au 1° Léger le 10 mars 1813 - Colonel en 2nd le 24 mars 1813 - Colonel du 11° Léger le 1 avril 1813, à l'âge de 42 ans après 21 ans de service.
Campagnes : Armées du Nord & de Sambre & Meuse de 1792 à 1797 - Armée d'Italie 1799-1800 - Pologne 1807 - Allemagne & Tyrol en 1809 - Espagne en 1811 - Saxe en 1813.
Blessures : Un coup de sabre au cou le 1 décembre 1794 - Blessé d'un coup de feu à la jambe gauche à la bataille de Novi le 15 août 1799 - Blessé d'un coup de feu au bras gauche au Fort de Chiessi près de Gènes le 30 avril 1800.
Distinctions : Chevalier de la Légion d'Honneur le 1 octobre 1807 - Officier le 21 avril 1813 - 
Chevalier d'Empire par lettres patentes du 29 août 1810.

"De gueules, chargé du signe des chevaliers légionnaires, chaussé d'or à deux épées hautes en pal de sable, soutenues chacune d'une grenade du même, allumées de gueules".
 

SEBASTIANI Jean André Tiburce - Né le 31 mars 1786 à La Porta - décédé le 16 septembre 1871 à Ajaccio.
Photo

Ci-contre Tiburce SEBASTIANI in LA CORSE MILITAIRE de P L ALBERTINI & G RIVOLLET.

Fils de Joseph & de Marie-Pierre FRANCESCHI. Frère cadet d’Horace François Bastien. Il entre à l’école du Prytanée militaire de Paris, puis le 7 mars 1805 à l’école militaire de Fontainebleau. Nommé sous-lieutenant le 12 octobre 1806 au 1er régiment de Dragons. Sert à la Grande Armée jusqu’en 1808, avant de passer à l’Armée du Portugal sous JUNOT, où il sert à la division commandée par son frère. 
Se distingue à la bataille de Vimeiro le 21 août 1808, où il a deux chevaux tués sous lui. Après la convention de Cintra, il sert en Espagne, au 4° Corps. Au passage de la Sierra Morena il est blessé d’un coup de feu lors d’une charge contre l’infanterie espagnole le 26 avril 1809.
Le 20 décembre suivant, suite à une charge de cavalerie, il fait prisonnier le colonel espagnol CASTIGON après un combat singulier. Cet exploit lui vaut sa nomination au grade de lieutenant le 28 décembre suivant.
 Au début de l’année 1810, lors de la campagne d’Andalousie, il entre parmi les premiers dans Malaga, ce qui lui vaut l’honneur d’être cité dans le Bulletin. Son régiment rentré en France, il est nommé capitaine au 17ème Dragons le 13 février 1812. Il est nommé aide de camp du général NARBONNE, et commence à ce poste la campagne de Russie. C’est dans les rangs du 11ème Hussards qu’il est à la bataille de la Moskova. Il est blessé d’un coup de sabre au cou devant Moscou le 4 octobre 1812.
De retour en Saxe, le général NARBONNE le redemande comme aide de camp le 26 février 1813. Le 4 juin 1813, est nommé chef de bataillon au 11ème Léger, dans lequel ont été amalgamés le Bataillon de Tirailleurs Corses, les Tirailleurs du Pô et le bataillon Valaisan. Dans cette campagne, se distingue à la prise de Reickenberg, et à Leipzig (17 au 19 octobre). Le maréchal VICTOR au soir du deuxième jour de la bataille le propose au grade de colonel. Se distingue encore à la bataille de Hanau. Le 6 novembre 1813, l’Empereur confirme la proposition faite sur le champ de bataille de Leipzig, et le nomme à la tête du 29ème Léger. Durant la campagne de France, s’illustre à Montereau le 18 février 1814, où il est grièvement blessé. Au retour des Bourbons, il est placé à la tête du 11ème Léger par une Ordonnance Royale du 28 juin 1814. 
Rallié au retour de l’Aigle, il sert à l’Armée du Nord. Présent à la bataille de Ligny le 16 juin, dans l’après-midi, au prix de lourdes pertes, le 11ème Léger se trouve parmi les troupes d’assaut qui enlèvent les hauteurs et le village de Saint-Amand et s’y maintient jusqu’au soir. Après Waterloo sa division retraite sous les ordres de GROUCHY, marchant sur Paris en livrant les 22 et 24 juin des combats retardateurs avec l’avant-garde alliée.  
Le 1
er juillet, il livre son dernier combat à la Patte d’Oie avant de se retirer derrière la Loire.
 Licencié, il se retire en Corse, et se met au service du nouveau pouvoir royal qui s’installe. En 1816, aidés des généraux MORONI et OTTAVY, il réprime une révolte bonapartiste menée par le commandant POLI. Appelé à commander la légion de Saône et Loire le 22 avril 1818, il commande la légion Corse, l’année suivante. Nommé maréchal de camp à l’ancienneté en 1823, il est placé en non activité peu de temps après. 
Retiré en Corse, il est élu député de son département. Il exerce cette charge de 1828 à 1837. Ce qui lui permet d’obtenir un commandement dans l’expédition de Morée. A la tête de la 1
ère brigade du corps expéditionnaire, il enlève Coron à la fin de l’année.
 
La monarchie de Juillet lui rend justice, il est nommé Lieutenant-général en 1831 et 
Commandeur de la Légion d’Honneur l’année suivante. Il sert à la tête d’une division à l’armée du Nord, sous les ordres du général GÉRARD. En décembre 1832, il est au siège et à la prise de la citadelle d’Anvers. 
Grand Officier de la Légion d’Honneur en 1833, il est élevé à la pairie en 1837. Commandant de la division de Marseille, il reçoit le 30 octobre 1842 celui de la 1
ère division de Paris.
 
Grand-Croix de la légion d’Honneur le 7 janvier 1845.
Marié à Marie-Laetitia PARAVICINI

ÉTATS DE SERVICE

7 mars 1805 : Élève au prytanée militaire de Paris. 
12 oct. 1806 : Sous-lieutenant au 1er Dragons 
28 déc. 1809 : Lieutenant suite à la capture du général espagnol CASTIGON. 
13 fév. 1812 : Capitaine au 17ème Dragons. Aide de camp du général NARBONNE à l’ouverture de la campagne, avant de servir au 11ème Hussards. 
26 fév. 1813 : Aide de camp du général NARBONNE. 
4 juin 1813 : Chef de bataillon au 11ème Léger. 
6 nov. 1813 : Colonel au 29ème Léger. 
18 juin 1814 : Colonel au 11ème Léger. 
22 avr. 1818 : Commandant de la Légion de Saône et Loire. 
1819 : Commandant de la Légion Corse. 
1823 : Maréchal de camp. 
1831 : Lieutenant-général. 
1832 : Commande une division à l’armée du Nord. 

CAMPAGNES : A la grande Armée 1806 – 1807 – 1808 - Portugal et Espagne : 1809 à 1812 – Russie : 1812 – Saxe : 1813 – France : 1814 – Belgique 1815 – Morée 1828 – Belgique 1832
BLESSURES : Blessé d’un coup de feu le 26 avril 1809 au passage de la Sierra Morena - Blessé d’un coup de sabre au coup devant Moscou le 4 octobre 1812 - Blessé grièvement à la bataille de Montereau le 18 février 1814. 
HONNEURS & TITRES : Chevalier de la Légion d’Honneur en 1811 - Officier de la Légion d’Honneur sur le champ de bataille de Montereau le 18 février 1814 - Commandeur en 1832 - Grand-croix en 1845.



Je remercie chaleureusement M. Hugues de POUQUEVILLE pour m'avoir autorisé à reproduire le portrait de son ancêtre, Louis Pie PARMEGIANI, chef de bataillon au 11° Léger, blessé gravement à Waterloo et de m'avoir communiqué ses états de service.

Je remercie de la même manière, M. Bertrand MALVAUX pour m'avoir autorisé à reproduire sur cette page les clichés d'un shako du type 1812 avec plaque du 11° Léger.
Ce magnifique objet provient de l'ancienne collection Hippolyte BOIVIN (1857-1912).
Fût en feutre de 21 cm de haut, recouvert par une calotte en cuir de vache, ciré, très fort, d'un diamètre de 25 cm rabattu sur le feutre sur une hauteur de 4 cm. Au bas du feutre est cousu un bourdalou en cuir de vache uni de 2,5 cm de large ayant à l'arrière une boucle en fer à ardillon ; sous cette boucle un gousset en veau simple est cousu pour faciliter le jeu du bourdalou. Visière en cuir fort de vache verni cousus à l'avant du shako. Plaque en fer blanc (H 11,8 cm, largeur 10,9 cm), type 1812, à l’aigle non couronnée avec l'écusson inférieur frappé d’un cor de chasse au centre duquel est découpé le chiffre « 11 ». Cocarde en cuir bouilli peint tricolore assujettie au feutre au moyen de fils d'acier, diamètre 6,7 cm ; le cercle blanc est en dehors, puis le rouge et le bleu au centre. Sous la cocarde est cousu un gousset destiné à la houppette. Jugulaires composées chacune d'une lanière en basane double sur laquelle sont montées 14 écailles en fer découpées alternativement en deux ou trois festons, plus une quinzième de forme circulaire à l'extrémité, la première écaille fait 3,3 cm de large, la seconde un peu moins et ainsi en diminuant jusqu'à la dernière qui a 1,8 cm de large. Toutes ces écailles sont arrêtées chacune par un fil de fer plat et terminées par un lacet. 
Jugulaires assujetties par une rosace, nommée dans le règlement de 1812 " gros bouton " de même métal que la jugulaire, ayant 4,1 cm de diamètre. Au milieu de cette rosace est estampé en relief un cor de chasse, bordée d'une moulure saillante.
Pompon lenticulaire en laine écarlate, de forme ronde (diamètre 7,3 cm, épaisseur 2,5 cm), brodé du chiffre « 14 » en cannetille d'argent. Coiffe intérieure composée d'une basane de 3,5 cm de haut et d'une toile écrue de 8 cm de haut avec coulisse qui ferme par une ficelle.

SOURCES

- LA CORSE MILITAIRE - ses Généraux – Monarchie – Révolution – 1er Empire – Paul-Louis ALBERTINI & Georges RIVOLLET – Editions J. PEYRONNET – 8 rue de Fürstenberg Paris 6° - 1959.
- Les Tirailleurs Corses 1803-1812 - Xavier POLI - Bulletin de la Société des Sciences Historiques & Naturelles de la Corse - LXIII° Année N° 518-521 Année 1935 - Imprimerie Moderne - BASTIA 1936 - 
- Les Corses au combat sous 3 drapeaux - Dominique BURESI - Editions DCL - 2003.
- Jean PIERI, le Costume militaire des troupes Corses - Cahiers CORSICA - Bastia 1979
- CARMIGNIANI & TRANIE - La Campagne de France.

- BASE LEONORE.
- http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/
- Napoleons Series.org 
- Gloire & Empire n° 1 - Waterloo 18 juin 1815 la Garde recule
- Gloire & Empire n° 2 - 1814 La campagne de France - Les dernières victoires - LCV PARIS
- Gloire & Empire n° 20 - 1815 Hougoumont - La bataille de Waterloo - LCV PARIS
- Hanau et Montmirail - La garde donne et vainc - Jean-Pierre MIR - Histoire & Collections
- Napoléon en Saxe 1813 - la bataille de Dresde - Gloire & Empire n° 41 - mars/avril 2012. LCV - Éditions Coprur.
- La Bérézina 1812 - Gloire & Empire n° 53 - mars-avril 2014 - LCV - Editions du Quotidien.
- Histoire illustrée de la Corse : contenant environ 300 dessins représentant divers sujets de géographie et d'histoire naturelle, les costumes anciens et modernes, les usages, les superstitions, les vues des paysages... - Jean-Ange GALLETTI - Imprimerie PILLET - 1863
- http://www.bertrand-malvaux.com/fr/p/17920/shako-de-la-14eme-compagnie-du-11eme-regiment-de-voltigeur-d-infanterie-legere-type-1812-premier-empire.html

JN POIRON - Mise à jour du 10/10/2016