01.04 - LÉGION CORSE ou d'ARCAMBAL. 1769 - 1775

Sapeurs de la Légion d'ARCAMBAL ou Légion Corse
par JOB - Coll. de l'auteur
 
Noël de JOURDA, comte de VAUX, commandant des troupes royales stationnées sur l’île de Corse, adresse le 10 août 1769 un mémoire au roi, dans lequel il demande la levée en Corse d'une légion :

"Le seul métier des Corses et leur unique ressource est le port des armes. Leur oisiveté pouvant devenir dangereuse au bon ordre et à la santé publique, il semble qu'il est convenable de les attacher au service du Roy.
On propose en conséquence à Sa Majesté :
1° de former dans l'île une Légion sous la dénomination de légion corse, dont le commandement seroit confié à M. le marquis d'Arcambal ;
2° de composer ce corps de troupes légères de 676 hommes d'infanterie et de 232 dragons dont 120 montés, faisant en tout 908 hommes.
3° d'accorder à ces troupes les mêmes appointements, solde et traitement des autres corps des troupes légères.
4° enfin de régler au colonel 1.200 livres d’appointements dont jouit le colonel du régiment corse."

A l'époque le terme de Légion désigne la création d'un corps mixte de fantassins légers et de cavaliers. Cette légion Corse du nom de son colonel ARCAMBAL, va remplir les missions indues aux troupes légères et soldées comme telles.

Formée à 17 compagnies dont 8 de dragons, soit 676 hommes d'infanterie tous Corses, et 232 dragons dont 120 montés tous Français, pour un effectif total de 908 officiers et soldats, répartis comme suit :
1 compagnie de grenadiers à 52 hommes, 8 Compagnies de fusiliers à 78 hommes, et 8 Compagnies de dragons à 29 hommes. La légion est  formée à Tarascon. 
Les officiers et les soldats proviennent des deux compagnies Corses de la Légion de Conflans (issues des Chasseurs de  Fischer), et des compagnies de Volontaires Corses levées par le comte de VAUX. 

Les engagés signent un contrat de 4 ans. Ils perçoivent à l'engagement une prime de 15 livres.

Un décret du 15 septembre 1770, établit un dépôt de recrues dans l'en-deçà et l'en-delà des monts pour assurer le recrutement. Fort de deux compagnies avec 1 capitaine et 1 lieutenant surnuméraires chacune.
Contestée par le Marquis de LUC, qui estime que la Corse n'est pas suffisamment peuplée pour entretenir deux régiments. La Légion Corse est dissoute en 1775, alors qu'elle tient garnison à Libourne.

Le 26 avril 1775, les fantassins sont versés au 2ème bataillon du Royal-Corse.
Les dragons sont versés à la Légion du Dauphiné, composée pour l'infanterie des soldats du régiment de Walsh et des dragons français de la Légion Corse. 
La Légion du Dauphiné comprend 1 compagnie de 52 grenadiers, 8 de 54 fusiliers et 8 de 29 dragons.
La Légion Corse n'a jamais combattu. Elle n'eut ni drapeau (Xavier POLI & Jean PIERI écrivent le contraire), ni guidon, ni timbales.
La Légion tient garnison sur le continent, à Tarascon à sa formation, Libourne en 1771, Strasbourg en 1772, puis revient à Libourne. Elle est aussi connue sous le nom de 7° Légion.

Frontispice de l'Ordonnance portant création de la Légion d'Arcambal - BNF GALLICA.



Antoine Joseph d'ESLACS du BOUQUET, marquis d'ARCAMBAL, naît à Cahors le 19 mai 1727. 
Il sert sous le nom de Chevalier du BOUQUET, ce n'est qu'en 1763, qu'il prend le titre de Marquis d'ARCAMBAL. Sous-lieutenant au régiment Royal-Vaisseaux en 1741, il est blessé d'un coup de feu en Bohême en 1742. Sert à Fontenoy en 1745, puis est nommé Aide-major en 1746, sert à Bruxelles, à Lawfeld et Berg-op-Zoom en 1747. Capitaine, il passe aux Grenadiers de France en 1754, mais repasse au Royal-Vaisseaux le 6 octobre 1757 avec le grade de Major. 
Colonel au Régiment de Rouergue en 1763. Blessé en 1768 à la bataille de Borgo. Brigadier le 27 janvier 1769, il devient colonel-propriétaire de la Légion-Corse à sa création, puis sera colonel de la Légion du Dauphiné en 1775.
Mestre de camp du 6° Régiment de Chasseurs en 1779. Maréchal de camp en 1780. Il meurt en novembre 1789.
 
 
Le Marquis d'ESLACS d'ARCAMBAL, Mestre de camp de la Légion Corse 1772
Peinture sur bois In La Sabretache n° 20
avec l'aimable autorisation de LA SABRETACHE

son uniforme est décrit comme suit : Casque de cuir noir à cimier et plaque à tête de lion dorés. Habit & collet bleu de ciel, revers et parements en pointe noirs passepoilés de blanc. Patte de collet noire - Boutons argentés - Épaulettes et aiguillette en argent ornées d'une étoile d'or de brigadier - Veste et culotte chamois - Gants chamois - Ceinture bleu clair galonné de blanc - Sabre à garde de cuivre, dragonne argent, et fourreau de cuir noir. Shabraque panthère festonnée et galonnée de bleu, séparée par un galon argenté. Surfaix en cuir de Russie (rouge). Bride noire ornée de clous d'argent, étriers argentés.
 
Le commandement effectif de la Légion Corse est exercé par Jacques Antoine Hippolyte, Comte de GUIBERT, qui eut fort à faire pour éviter les querelles entre les soldats de sa Légion et ceux des autres régiments.

ÉTAT-MAJOR

Colonel propriétaire : Marquis d'ARCAMBAL
- Antoine Joseph François des LACS, Marquis d'ARCAMBAL du BOUSQUET. Colonel propriétaire, Brigadier des armées du roi en 1769. Chevalier de Saint-Louis.
Né le 19 mai 1727 à Cahors -
Sert depuis 1741, Sous-lieutenant et Lieutenant dans Royal des Vaisseaux - 1744 : Dans les Volontaires de l'armée - 1745 : Aide Major - 1747 : Capitaine - 1749 : Capitaine aide Major dans Royal des Vaisseaux - 1754 : dans le corps des Grenadiers de France - 1757 : Major dans Royal des Vaisseaux - 1759 : Employé comme Major Général de l'armée - 1761 & 1762 : seul major général des troupes aux ordres du Prince de Beauveau - 1763 : Colonel de Rouergue-Infanterie, passé en Corse avec son régiment en 1764 - 1769 : 27 janvier, Brigadier - 1769 : 1 septembre, Colonel propriétaire de la Légion Corse qu'il a levée.
Un rapport d'inspection de 1765 mentionne : "Officier de la plus haute distinction. Fait pour aller à tout".


Colonel-commandant : 
- Jacques Antoine Hippolyte, comte de GUIBERT, parfois appelé 
François Apolline, Comte de GUIBERT.
Né le 12 novembre 1743 à Montauban - Décédé le 6 mai 1790 à Paris.
Lieutenant en 1753 - Capitaine en 1758 - Aide-major général de l'armée en Corse en 1769 - Colonel le 11 mars 1769 - Colonel Commandant la légion le 10 août 1769 -
Sur sa notation : "A de l'esprit, fait pour être avancé, sera propre à tout".

Le Général, Comte de GUIBERT 
Gravure de G. Engelmann - Source wikipedia.




















Légion Corse vers 1769
par Henri BOISSELIER



Lieutenant-colonel
- César Mathieu de PETRICONI (1769 à 1773)
Enseigne au Royal-Corse le 10 août 1743 - Capitaine le 1° janvier 1760 - Major le 16 mars 1769 - Lieutenant-colonel de la Légion Corse le 1° juillet 1769.
PETRICONI avait déclaré à ses soldats, qu'il punirait quiconque se rallierait aux Français. Il provoqua en duel le Chevalier de LEUCHERES, capitaine au régiment de Flandres-Infanterie, lequel avait tenu des propos désobligeants sur Pascal PAOLI et les Corses. LEUCHERES fut grièvement blessé. PETRICONI fut renvoyé suite à des propos subversifs, pour atténuer sa disgrâce, il reçut un brevet de colonel d'infanterie.


- Antoine de ROSSI
(1773 à 1775).
29 May 1745 : Enseigne au Rég. Royal Corse - 16 novembre 1747 : Lieutenant idem - 19 septembre 1759 : Capitaine idem - 17 février 1763 : Chevalier de Saint Louis -
15 novembre 1765 : Capitaine aide Major idem - 31 décembre 1769 : Major même régiment - 14 juin 1772 : Lieutenant-colonel à la Légion Corse - 24 mars 1773 : Commission de Colonel.
Cet officier après avoir servi pendant 27 ans dans le Rég. Royal corse où il était major fut choisi par distinction il y a cinq ans pour être Lieutenant Colonel de la Légion Corse; il a parfaitement justifié cette préférence par le bon exemple et l'utilité réelle dont il a été à ce corps. Il désireroit d'être attaché comme Colonel en conservant ses appointemens à la suite du Rég. Royal Corse jusqu'à ce qu'il puisse y être remplacé comme Colonel en second, ce qui paroit convenir à M le Marquis de Lucosi, M. le Comte de Saint Germain et M le Prince de Montbarrey ne veullent pas lui accorder il suivra le sort qui lui a été réglé par l'Ordonnance du 25 mars dernier. Je supplie le Ministre de lui accorder en relief des appointemens qui lui sont dus en sa qualité de Lieutenant-Colonel depuis le 1 octobre 1775, jusqu'au 23 novembre 1776, qu'il a été absent par semestre ou par congé avec appointemens. Il s'est retiré à Ajaccio en Corse. 

Antoine-François de ROSSI, dit ROSSI Jeune - in La Corse Militaire - ses Généraux.










Major d'infanterie : 
- de BELLOT (1769 à 1775).

Major de dragons : 
François de GAFFORY ou GIAFFORIO (1773 à 1775)
Né le 14 août 1744 à Corté - décédé à Corté en février 1796 à l'age de 52 ans.
Colonel du Régt Provincial-Corse en le 23 août 1772 - Maréchal de Camp le 9 mars 1788. Chevalier de Saint-Louis. Député suppléant de la noblesse de Corse aux Etats-Généraux de 1789. Émigre sous la Révolution.

François-Antoine de GAFFORI ou GAFFORY - in La Corse Militaire - ses Généraux.

Aide-major de l'infanterie
Capitaine Gaspard de SCHONEN, aide-major d'infanterie, né en pays messin en 1736 - Lieutenant au Royal-Lorraine en 1757 - Réformé en 1762 - Capitaine aide-major au régiment des recrues de Paris en 1763, puis au bataillon des recrues des colonies - Réformé en 1767, passé capitaine à la Légion Corse en 1769.

Aide-major de dragons
Capitaine de SCHEGLINSKI ou SCHEDELINSKI,

Sous-aide-major
Capitaine de VALOUR.

Officier chargé des détails
Capitaine COURTOIS.








CAPITAINES DE DRAGONS

Chev. Louis de JEAN de SAINT MARCEL
Henry de CARRIÈRE
Pierre Léon de RODAYS
Marquis de PELAGRUE François
Joseph Marie de CASABIANCA avec rang de Lieut.-colonelComte François de GAFFORY
de LAROQUE-BOULLAC
Pierre de FERRANT
Jean Louis Gaspard d'AIGUILLAC de SOULAGES
Jean François Marie HARVOIN ou ARVOUIN
Jacques Pierre ABBATUCCI avec rang de Lieutenant-colonel


Dragon et fantassin de la Légion Corse. Manuscrit de Valenciennes. 
https://patrimoine-numerique.ville-valenciennes.fr/

CAPITAINES D'INFANTERIE

Giuseppe Maria de FABIANI
Mathieu de BOCCHECIAMPE
Jean DESCHAMPS de ROMEFORT
Dom Giacomo de PERETTI LEVIE
Carlo Pasquale de GIOVANNI LIMPERANI
Jean Baptiste de SAINT-SAUVEUR
Quilico de CASANOVA
 de VARESE
Félix Antoine de FERRANDI ou FERANDY
Cosimu Maria de CASALTA
 ARRIGHIde MATRA (grenadiers)

LIEUTENANTS DE DRAGONS

Pierre François de la MONTANIERE
TROTREL
de LAMOTHE
NIEL
COURBON
de MOTTET
DESFOSSES
François de VEZIEN avec rang de capitaine
 

LIEUTENANTS D'INFANTERIE

de VALLOUR
CASA-SARTORde CRENIS
MOUTALET
COLONNA
POGGI
de MATRA
Jean Baptiste Joseph TADDEÏ
Chevalier de BARTHES

Les officiers sont d'origines variées, de vieux soldats côtoient des jeunes gens issus de familles de notables ou des chefs de combattants Corses. Le Lieutenant-Colonel Antoine de ROSSI vient du Royal-Corse. La compagnie de Grenadiers est commandée par GRIMALDI qui commandait dans les rangs nationaux à Ponte Novu. 
FABIANI appartient à une famille très influente de Balagne. Jacques PERETTI a commandé des Volontaires Corses sous les ordres de NARBONNE pendant la campagne de 1768-1769.
UNIFORME
 
A sa création, la Légion Corse se voit attribuer un uniforme qui ne semble pas avoir été porté. L'infanterie devait recevoir une veste de drap brun fermée par derrière et munie d'un capuchon. Les basques étaient relevées sur le devant et agrafées à la poche; un petit parement fermé en botte et collet de drap vert. Doublure en cadis ou serge de même couleur (verte ?); gilet de tricot bleu sans poche; ceinture à la Corse (laine écarlate ?); Culotte verte avec canons allongés de trois doigts sans boutonnières, ni boucles, guêtres de peau jaune à la mode du pays, bonnet coupé à la Corse. Les boutons sont noirs, boutonnières façonnées en cordonnet ou trèfles vertes.

L'uniforme des  dragons est indiqué comme suit : L'uniforme porté par les Dragons, ne diffère de celui de l'infanterie, que par la culotte et le gilet qui seront de peaux en forme de buffle, et par le casque en guise de coiffure.
 
Jean PIERI indique que l'uniforme est composé d'un habit et de culottes bleu céleste avec collet et parements noirs, veste et doublures blanches pour les fantassins, gilet et culottes chamois pour les cavaliers, pour tous un casque de cuirs à visières et crinières noirs, cimier à tête de lion et jugulaires en cuivre, bandeau fauve, ces derniers liserés d'écarlate, plumet blanc à sommet bleu (d'après BRUN pris sur les dessins de PETZINGER au cabinet des Estampes et à la bibliothèque de Darmstadt).
 
En 1772, dans son calendrier manuscrit, Louis IX de Hesse, évoquant la garnison de Strasbourg où la Légion Corse tient garnison, écrit :  
La Légion de Corse : "Ceux-là doivent avoir un aspect singulier. Ils ont des habits très courts, avec revers et parements noirs, boutons blancs avec tête de maure sans numéro, une sabretache dessus un maure noir brodé, des guêtres de cuir brun, un manteau blanc, de fort jolis casques fabriqués d'une manière particulières et différents des autres casques. Les officiers en portent aussi, par devant une tête de lion, les sous-officiers un presque semblable la troupe encore d'autres à crinière de cheveux rouges, bleus, jaunes, verts suivant les compagnies. Les fusils sont tout noirs, les garnitures laiton. On commande en italien. La cavalerie a le même équipement, les sabres à monture de fer, pointus devant avec un crochet, la garde aussi en fer et couverte comme les sabres de la cavalerie prussienne." 

Ci-contre Grenadier de la Légion Corse par Henri Boisselier (Planche La Sabretache n° 214)

Le recueil de 1767 dit du Cabinet des Estampes montre une illustration légendée Légion Corse reprise par Boisselier. Notre homme est coiffé d'un bonnet à poils orné d'une plaque de cuivre et d'un petit plumet blanc. Il porte une cravate rose foncé, un habit de drap bleu céleste foncé, distingué de noir, au collet, revers et parements. Les retroussis sont blancs. Tout comme la veste, la culotte et les guêtres.
Il est armé d'un fusil, d'un sabre à poignée de cuivre, et d'un pistolet à garniture de cuivre.
Les buffleteries sont blanches et la giberne noire portée à la Corse.

S'agit-il d'un grenadier du Royal-Corse lorsque le régiment est recréé en 1765 et alors la légende serait fausse, où correspond-t-il à un grenadier de la Légion Corse d'ARCAMBAL.
Cette tenue est donnée pour 1770 à la Légion Corse, et sera reprise en 1772 par le régiment de Buttafoco.
 
Quant aux illustrations de JOB et de Charles BRUN, elles sont inspirées des documents tirés du Cabinet de Darmstadt, et pourraient se situer vers 1773.

La Légion Corse est coiffé d'un casque alors très en vogue dans les troupes légères, et chez les dragons. Bombe de cuir bouilli à visière de cuir cerclée d'un jonc de cuivre. Le devant de la bombe est ornée d'une plaque de cuivre aux armes de France et d'une gourmette en cuivre sur du drap rouge. La bombe est surmontée d'un cimier de cuivre agrémenté d'une courte crinière. Le bandeau est en peau brune. Un plumet est fiché sur le côté gauche. 

Les fusiliers sont vêtus d'un habit bleu céleste foncé, à collet et parements en pointe noirs; revers, retroussis et pattes d'épaule blancs. Boutons blancs. Poches en long simulées par un liseré blanc à 3 boutons. Le bas du revers de l'habit est orné d'une tête de Maure de drap noir. Gilet et culotte blancs. Bottines noires. Casque à crinière courte noire, orné sur le devant d'une plaque au monogramme royal. Plumet blanc.
 
Les Grenadiers portent un habit identique, avec des pattes d'épaules de velours noir passepoilées de blanc, pattes de collet de velours noir, passepoils blancs. Boutons blancs. Veste et culotte blanches. Le casque se distingue par une crinière rouge. Baudrier blanc à boucle de cuivre, sabretache couverte en drap rouge, galon et bordures blancs ayant au centre une tête de Maure noire à bandeau et collier blancs. Cartouchière de cuir rouge avec plaque et grenades de cuivre porté sur le devant.
 
Les Sapeurs portent un uniforme identique à parements et revers de velours noir passepoilés de blanc ; sur le collet en drap du fond petits écussons noirs avec bouton rouge sans doute en drap ; pattes d'épaule bleu céleste passepoilées de blanc.
Sur la manche gauche, deux haches croisées en drap rouge entourées d'un ovale en galon du roi. Doublure blanche. Veste blanche. Le casque porte une crinière tricolore (rouge, bleue et blanche) et un plumet blanc à sommet bleu.
 
Les Tambours portent le même uniforme à collet en drap du fond, revers et parements noirs, distingué du galon de livrée du roi sur les bords de l'habit, sur les manches et le bordé des retroussis, et la poche en long, des nids d'hirondelle noirs de chaque côté. Patte d'épaule noire passepoilée de blanc.
Culotte collante blanche. Guêtres.

Légion Corse ou d'ARCAMBAL - Planche de la Sabretache - Coll de l'auteur.
1) Sapeur - 2) Grenadier - 3) Tambour de chasseurs - 4) Dragon
 
Les tambours de Chasseurs portent un habit bleu céleste foncé, garni du galon de la livrée du roi, collet et parement de velours noir. Collet passepoilé de blanc; parements bordé du galon de la livrée du roi. Revers et nids d'hirondelle blancs. Boutons blancs. Veste et culotte à la hongroise blancs. bottines noires. Baudrier et ceinturon blancs à boucles de cuivre. Tambour de cuivre, cercles bleu céleste, tirants blancs. Fourreau de sabre de cuir marron, dard en cuivre. Le casque plus simple est orné d'une crinière bleue et rouge.

Les Dragons, porte un habit identique à celui du sapeur, sauf le collet qui est blanc. Passepoils de revers et des parements jaunes. Casque à crinière noire. Veste et culotte en peau de couleur chamois. Manchette de bottes blanches à boutons d'os. Bottes à l'écuyère noires. Éperons de fer noirs. Baudrier et ceinturon blancs; giberne de cuir noire ; bouclerie de cuivre.
Xavier POLI donne un équipage de cheval de drap rouge bordé d'un galon blanc. L'iconographie montre une shabraque en mouton blanc à feston jaune; porte manteau bleu céleste; étrivières en cuir de Hongrie blanc verdâtre.


Ci-contre Tambour de la Légion Corse - Pierre BENIGNI
Remerciements à Jean-Louis COUTURIER
 
Les Hautbois portent un uniforme identique à celui des tambours de grenadiers avec galons à la livrée du roi; doublure chamois. 
Culotte et veste en peau chamois. Le casque est identique à celui des dragons.










Ci-contre Hautbois et cavalier de la Légion d'Arcambal Collection particulière
 












ARMEMENT

L'armement comprend :
- Un fusil avec sa baïonnette pour l'infanterie, un couteau de chasse et un pistolet pour l'infanterie.
- Un mousqueton, une paire de pistolets et un sabre pour les dragons. 

On dénombre pas moins de 4 types de sabre au sein de la Légion, 1 modèle pour les dragons, et 3 pour l'infanterie.

Pour la cavalerie : 
- Un sabre arco à monture de fer, la petite branche rivetée aux deux branches principales. 
Fourreau de cuir avec chapes, bracelets et dards en fer. Les dragons portent une sabretache à fond écarlate avec deux "L"  blancs entrelacés entourant une tête maure, surmontés d'une couronne. 

Pour l'infanterie :
Sabre des fusiliers à lame évidée à dos carré, légèrement cambrée; monture de laiton avec garde à une seule branche qui relie une croisière à petites oreilles; pommeau à tête de lion, et poignée recouverte de cuir. Fourreau de cuir à garniture de cuivre. Illustration n°6.

Sabre des grenadiers, inspiré d'un modèle allemand. Garde de laiton à une branche principale et deux branches en S reliant une coquille en palmette. Poignée en cuir à calotte se prolongeant jusqu'à la croisière. Fourreau de cuir à garnitures de cuivre. le sabre se portait en bandoulière suspendu à un baudrier. Illustration n° 7

Sabre des tambours à monture de laiton à une branche à poignée à cordons. Fourreau de cuir. Illustration n° 5
 
Armement & Equipement des troupes à pied de la Légion Corse ou d'Arcambal.
JOB - Coll. Part.







ÉTAT DES OFFICIERS CORSES DE LA LÉGION

ÉTAT-MAJOR

César Mathieu Simon de PETRICONI, né le 1° juin 1727 à Sorio, Lieutenant-colonel, Chevalier de Saint-Louis.
Enseigne au Royal-Corse le 10 août 1743 - Capitaine le 1° janvier 1760 - Major le 16 mars 1769 - Lieutenant-colonel de la Légion Corse le 1° juillet 1769.

Francesco Antonio de ROSSI, né le 25 septembre 1725 à Ajaccio.
Enseigne au Royal-Corse le 29 mars 1745 - Lieutenant le 16 juillet 1747 - Capitaine le 19 juillet 1759 - Major du Royal-Corse le 30 octobre 1769 - Muté à la Légion, passé Lieutenant-colonel le 24 mars 1772. Passé aux Dragons de Noailles à la dissolution de la Légion - Nommé Lieutenant-colonel au Royal-Corse le 8 avril 1779.
Il est noté :"Excellent sujet".

GRIMALDI, né en 1719 - décédé le 27 mars 1772.
Capitaine de Grenadiers de la Légion le 1° juillet 1769 - Sous-Aide-Major. Il commande le régiment d'Ajaccio au service de Gênes, pendant la Guerre de Succession d'Autriche en Lombardie.

PASQUALINI, capitaine au Royal-Corse en 1758 - Capitaine au Régiment de Buttafuoco le 1° janvier 1770 - Lieutenant-colonel attaché à la Légion le 9 septembre 1772.

Philippe COSTA, Volontaire au Royal-Corse en 1754 - Lieutenant le 1° mars 1759 - Capitaine au Régiment de Buttafoco en janvier 1770 - Major à la Légion Corse le 9 septembre 1772.

François FARINOLE, abbé. Aumônier.

Grenadier & Tambour de la Légion d'Arcambal par JOB. Coll. part.
A noter que la giberne se porte sur le ventre "à la Corse".

DÉPÔT DE RECRUES

- Giovan' Andrea de FABIANI, né le 20 mars 1736 Piedicroce d'Oreza - décédé avant 1818 à Palmento de Santa Reparata - Capitaine de Dragons le 1° juillet 1769 - Commandant le dépôt de recrues à Calvi le 13 juillet 1771 - Passé au Royal-Corse en 1775 - Chevalier de Saint-Louis en 1792.

- Antoine BOCCHECIAMPE, né le 25 juin 1744, Lieutenant au dépôt à compter du 1 janvier 1773.

- Paul STEFANOPOLI, Lieutenant au dépôt à compter du 1 mars 1772 - Passé au Royal-Corse en 1775.

- Simon PIANELLI, Capitaine au dépôt en 1774.

CAPITAINES

Giuseppe Maria FABIANI, né le 7 avril 1722 à Palmento de Santa Reparata de Balagne - Décédé à l’Île Rousse en 1811. Fils de Simon FABIANI, Héros de l'Indépendance Corse & de Maria RAFFALLI.
A servi en qualité de Capitaine à Naples pendant 10 ans - Capitaine de Dragons dans la Légion Corse le 1 septembre 1769 - Capitaine de Grenadiers le 13 juillet 1771 - Rang de Lieutenant-colonel le 9 décembre 1771 - Capitaine des Grenadiers au Régiment Provincial de l'isle de Corse le 23 août 1772 - Commandant des Grenadiers Royaux du régiment - Capitaine réformé à la suite la suite du-dit Régiment le 25 juillet 1777 - Retiré Lieutenant-colonel d'infanterie avec une pension du roi de 960 £. Chevalier de Saint-Louis. Prend part aux assemblées de l'Ordre de la Noblesse des Provinces de Calvi et de Balagne en vue de la convocation des Etats Généraux de 1789.
Marié à Teresa, dont Simon Bonaventure, né le 11 novembre 1752 - décédé le 18 juillet 1820 à Santa Reparata. Lieutenant-colonel des Chasseurs du Roussillon. Sous-préfet de Calvi (1815-1816) - Chevalier de Saint-Louis.

Francesco GAFFORIO ou GAFFORY, né à Corté en 1744.
Capitaine de Dragons à la Légion Corse le 1 juillet 1769 - Major le 4 avril 1771 - Nommé Colonel du Provincial Corse le 23 août 1772.

Officier de la Légion Corse - portrait d'près miniature.
Louis XV's army (4) Light troop and specialists - MAA 308

Antonio MATRA, Capitaine de Grenadiers au Régiment de BUTTAFUOCO le 1 janvier 1770 - Capitaine de Grenadiers à la Légion Corse le 25 août 1773 - Démissionnaire en 1774. Il est noté : "Témoigne de beaucoup de zèle et de bonne volonté, a de l'intelligence, fera un excellent officier".

Charles Pascal GIOVANNI-LIMPERANI, né en 1734 à Bastia.
Capitaine au régiment Corse-Cavalerie le 9 avril 1755 - Réformé en 1760, et replacé dans une compagnie d'infanterie de la Légion Corse le 1 juillet 1769 - Muté au Royal-Corse en 1775. Il est noté : "Très honnête homme, fort sage et zélé, a une famille nombreuse et a besoin d'être aidé".

Guillaume CASANOVA, né en 1727 à Sartène.
Engagé comme soldat au Royal-Corse en 1749 - Maréchal des Logis au régiment Corse-Cavalerie - Lieutenant au Corps des Chasseurs de FISCHER le 1 avril 1763 - Capitaine de la Légion Corse le 1 juillet 1769. Il est noté : "Très bon, très bon officier, connaît très bien son métier".

Marco Giuseppe CASABLANCA, né le 1 juin 1742 à Venzolasca.
Enseigne au Royal-Italien le 29 avril 1761 - Sous-lieutenant en 1763 - Démissionnaire le 22 février 1765 - Nommé Capitaine de Dragons à la Légion Corse le 1 juillet 1769 - Lieutenant-colonel le 9 septembre 1772 - En disponibilité à Bastia le 28 février 1778. Il est noté : " A montré du courage et de l'intelligence pendant la guerre de Corse, a bien servi le gouvernement français ".

Mathieu BOCCHECIAMPE, né le 6 août 1747 à Oletta.
Sous-lieutenant au Royal-Corse le 21 mars 1766 - Lieutenant le 14 avril 1769 - Capitaine à la Légion Corse le 1 juillet 1769 - Versé au Royal Corse en 1775. Il est noté : " Bon officier, très intelligent, fort occupé de son devoir, fort utile pour le service ".

Côme Marie CASALTA, né le 23 juillet 1727 à Ampugnani. Baptisé le 26 octobre 1727.
Nommé à la tête d'une compagnie de la Légion Corse le 1 juillet 1769 - Démissionnaire en 1771. Bénéficiaire de l'acte de reconnaissance de noblesse de 1774.

Jacques PERETTI, né le 18 juillet 1748 à Bastelica.
Fils d'une famille influente, il a commandé une compagnie de volontaires ajacciens sous les ordres du Comte de NARBONNE - Capitaine à la Légion Corse le 1 juillet 1769 - Passe au Royal-Corse en 1775 - A été blessé en Corse. Il est noté : "Fort zélé, sa famille est une des meilleures et des plu considérées de l'Au-delà des monts". 

Antoine Marie ARRIGHI, né en 1745 à Bastia - décédé en 1774.
Volontaire au Royal-Corse en 1766 - Sous-Lieutenant au Royal-Corse le 3 avril 1768 - Capitaine à la Légion Corse le 1 juillet 1769.

Pierre SUSSONI ou SUZZONI
Lieutenant à Corse-Cavalerie le 9 avril 1758 - Réformé le 13 avril 1760 - Capitaine de Dragons à la Légion Corse le 21 mai 1771 - Capitaine au Royal-Corse en 1775.

Félix Antoine FERRANDI, né en 1744 à Pietra.
Capitaine à la Légion Corse le 13 juillet 1771, où il sert de puis sa création en 1769 - Passe au Royal-Corse en 1775.

Gaétan VARESE, né en 1752 à Bastia.
Lieutenant à la Légion Corse le 1 juillet 1769 - Capitaine en 1772 - Passe au Royal-Corse en 1775.

François SPINOLLA,
Lieutenant dans le régiment de BUTTAFUOCO le 1 janvier 1770 - Capitaine de Dragons dans la Légion Corse le 31 janvier 1774.

Simon François PIANELLI, né en 1738 à Olmeto.
Volontaire au régiment Corse-Cavalerie de 1752 à 1760 - Il a commandé une compagnie de volontaires Corses sous les ordres du Comte de NARBONNE - Lieutenant à la Légion Corse le 1 juillet 1769 - Capitaine d'une compagnie de recrues le 26 mars 1774 - Passe au Royal-Corse en 1775.

Private, Corsican Legion, about 1770
Gravure anglaise
https://www.royalcollection.org.uk/collection/search#/1/collection/916304/private-corsican-legion-about-1770
Il s'agit certainement d'un fantassin du Royal-Corse dans les années 1760.
Habit-veste de drap bleu orné de boutonnières blanches. Collet rabattu, parements de manches et culotte
de drap rouge. Chapeau de feutre noir garni d'un galon blanc. Guêtre blanches.
La giberne de cuir noir est porté sur le ventre à l'aide d'un ceinturon qui semble en cuir blanchi.

CONTRÔLE DE LA LÉGION CORSE
1er SEPTEMBRE 1769

- Colonel :
le Marquis d'ARCAMBAL.

- Colonel
Commandant
: le Sieur de GUIBERT.

- Lieutenant-colonel : le sieur PETRICONI

- Major : le Sieur de BELOT, cy-devant Capitaine au Régiment de ROUERGUE.

- Aide-Major de Dragons : Le Sieur SCHEDELINSKI, cy-devant Lieutenant dans la Légion de Lorraine où il a commencé à servir en 1759 - On demande la commission de capitaine pour lui.

-
Aide-Major d'Infanterie : le Sieur de CHONEN, cy-devant Capitaine aide-major du Régiment de Paris ; On demande que sa pension de 600 £ soit conservée.

- Sous Aide Major : le Sieur OLIVIER François, Capitaine, cy-devant Capitaine des Guides, cy-devant Capitaine d'Infanterie. Il demande que la Cour veuille bien lui accorder la pension ordinaire des Capitaines des Guides.

INFANTERIE
Capitaine des Grenadiers :
- MM GRIMALDI, Âgé à peu près de 50 ans. Il jouit de la plus grande considération parmi les Corses ; il étoit le principal chef de guerre de la nation et fut un des premiers à mener à l'obéissance les pieve de Caccia, Petralba et Juvellia qu'il commandait ; il a servi comme capitaine de Grenadiers pendant le Guerre d'Italie et commandoit le Rég. Corse d'Ajaccio pendant la Campagne de Lombardie. Demande le brevet de Lieutenant-Colonel.
 

- CASALTA de TAVAGNA (Cosme Marie). L'un des plus considérables chefs Corses. Il n'a point servi hors de l'isle, mais il a toujours commandé une partie de sa nation; il désireroit obtenir un grade, mais sans les multiplier on pourra le satisfaire en le lui faisant espérer.

- CAZANOVA Guillaume de Vivario. Cy-devant Lieutenant dans Conflans.
N'est pas d'une famille considérable, mais c'est un homme de guerre qu'il a paru avantageux d'attacher à la Légion. Il a commencé à servir en 1758, Maréchal des Logis dans le Rég. Corse de VALIERE, a fait toute la guerre avec FISCHER & M. de CONFLANS ; Ce dernier en fait le plus grand éloge. Il s'est donné des soins infinis pour les recrues. Il est fort pauvre ; On demande une gratification pour lui.

- GIOVANNI LIMPERANI (Charles Pascal de).
Etoit Capitaine dans le Rég. Corse de VALIERE, il a présenté un mémoire au Ministre pour être remplacé dans la Légion. Sa famille est une des principales de Cazinca et d'Ampugnani.

- BOCCHECIAMPE de NEBIO.
Son oncle et son père sont assez connus et se sont distingués par leur attachement pour la France. Celui-ci étoit Lieutenant dans le Royal-Corse ; Il a été envoyé à Livourne pour ramener des fugitifs ainsi qu'il en a été rendu compte on sait qu'il les dangers qu'il a courus. Il s'est conduit à merveille et a fait de la dépense. On demande une gratification pour lui.

- MARTINETTI de FIUMMORBO
L'une des principales familles du Fiummorbo, âgé de 35 ans, a été major d'un régiment Corse à ( ? ).

- PERETTI (Jacques) de Bastilicia.
N'a point servi, âgé de 30 ans à peu près ; il est l'une des plus nobles et des plus anciennes familles de l'au-delà des Monts.

- Giuseppe Maria FABIANI, né en 1723 à Santa Reparata.
Capitaine de dragons à la Légion le 1° juillet 1769 - Capitaine de Grenadiers le 132 juillet 1771 - Lieutenant-colonel le 9 octobre suivant  - Passé au régiment Provincial-Corse le 23 août 1772, commandant les Grenadiers Royaux du régiment.

- Jean André FABIANI, Cadet de Balagna.
Âgé de 25 ans, jeune homme de la plus grande espérance qui s'est bien montré à la guerre. Sa famille est la plus considérable de la province de Balagna ; On sait tout ce qu'elle a souffert pour avoir pris le parti français.

- VALENTINI, de Rostino.
Âgé de 25 ans, Capitaine renommé de PAOLI, sa famille est la principale de Rostino.

- de JOUAN François Xavier Gaspard : Cy-devant Lieutenant dans Beauce.
A quitté le Rég. de Beauce pour venir dans la Légion, il avait déjà servi avec M. d' ARCAMBAL qui lui a reconnu des talents pour la guerre, il lève le plan et dessine à merveille, connaît la partie du génie et de l'artillerie. Il est très utile pour une Légion d'avoir un officier de cette espèce.

- ROMEFORT (Jean DESCHAMPS de). Cy-devant Lieutenant de Grenadiers dans Rouergue.
Il a commandé des volontaires en Corse pendant toute la guerre et s'est distingué en plusieurs occasions ; il a obtenu la Commiss. de capitaine pendant l'hiver d'Oletta où il était avec M. d'ARCAMBAL.

DRAGONS
- MM CARRIÈRE Henry.
Etoit un des premiers Lieutenants de la Légion de Soubise, il a commandé pendant la guerre de Corse un détachement de Dragons aux ordres de M. d'ARCAMBAL et s'est conduit avec la plus grande distinction.

- ABBATUCCI, de l'au-delà des Monts.
Son nom est assez connu ainsi que la considération dont il jouissait dans son parti. Si M. le Duc pense qu'il soit intéressant de l'attacher au Service il sera nécessaire de lui accorder un Brevet de Colonel.

- CAZABIANCA (Marco Giuseppe), de Cazinca.
A déjà servi dans Royal-Corse, on lui a confié deux détachements pendant toute la guerre, il s'est conduit à merveille. Sa famille est une des plus nombreuses de l'Isle et des plus considérables de la Cazinca ; il a été en Sardaigne pour ramener des chevaux de remonte et a fait beaucoup de recrues. On demande une gratification pour lui.

- GIAFFORIO (François
), de Corté.
Fils unique du fameux chef GIAFFORIO, famille le plus riche et la plus considérée de toute l'Isle, il désireroit fort avoir un brevet de Colonel. Il a 25 ans, de l'esprit, une jolie figure. Il faudrait au moins lui donner espérance d'obtenir bientôt cette grâce.

- Chevalier du BARRI (Jean Baptiste Guillaume Nicolas).
Etoit sous aide major au Reg. de Beauce.

- PELAGRUE (François)
Etoit sous aide major dans le Reg. de Rouergue ; Il s'est distingué en plusieurs occasions pendant la guerre de Corse.

- ARVOUIN (Jean François Marie)
Sous-lieutenant dans le Reg. de la Reine Dragons ; il a été aide de camp de M. le CHAUVELIN en Corse.

- FABIANI
On lui a proposé une Compagnie qu'il avoit d'abord acceptée mais la destruction totale des biens de sa famille par Paoli l'obligeant à s'occuper de les réparer afin de laisser quelque chose à ses enfants, il supplie la Cour de lui accorder quelque traitement ou quelque emploi en Corse pour pouvoir subsister en attendant que ses biens soient rétablis.

- Chevalier de SOULAGES (d'AIGUILLAC de SOULAGES, Jean Louis Gaspard)

On propose à la place de FABIANI, le Chevalier de SOULAGES du Régiment de Navarre, neveu de M. le Comte de VAUX. Quant aux rangs des Capitaines, tant dans l'Infanterie que dans la Cavalerie, M. le Duc n'approuveroit-il pas que ceux qui ont déjà la commission prennent rang de la date de leur commission et les autres eu égard à l'âge et à la considération personnelle.

1er septembre 1769
DRAGONS
LIEUTENANTS

- Chevalier de LESCURE Jean Pierre. Lieutenant dans le Rég. d'Auvergne.

- LA MONTANIERE. A servi dans la gendarmerie et dans les gardes du corps du Roi de Pologne, a été employé à l'équitation et a du talent.

- Chevalier d'AGOULT François Auguste. A servi dans les Carabiniers où il étoit Sous Lieutenant, très joli sujet et du talent.

- de VEZIEN Michel Dominique. Sort du Rég. d'Angoumois où il étoit Lieutenant.

- BUSECH Baptiste Hospice. Etoit Lieutenant dans la Légion de Soubise.

- LA ROQUE BOULLIAC. Sort des Mousquetaires.

- MONTALET. A servi aux idem (Mousquetaires ?), a été breveté Enseigne de Vaisseau.

- ARIGUI (ARRIGHI). Cy-devant Lieutenant dans Royal-Corse.

SOUS-LIEUTENANTS - MM.
- NIEL
- TROTZEL DE CROISMAR
- CŒUR DE ROI François
- Chevalier de la GARDE
- LE VAILLANT, cy-devant Sous Lieuten. dans ROUERGUE.
- de GERAN
INFANTERIE

LIEUTENANTS - MM.
- GRENY, Lieut. d'infanterie.
- FERANDI, Lieut. d'infanterie.
- PIANELLI, Lieut. d'infanterie
- POLI.
- TATEI (Jean Baptiste Giuseppe TADDEÏ), Sous Lieut. inf. attaché.
- MATZA (Jules François), extrait de baptême n'est pas règle.
- COLONNA, Sous Lieut. d'infant.
- DESLACS (Honoré), cyd. Sous Lieutenant dans Rouergue.
- COURTOIS (Marcelin), cyd. Sous Lieutenant dans Rouergue.
- LAFAZA (Jean Joseph).
- Geor. STEPHANOPOLI, Sous Lieutenant d'inf. attaché.

SOUS-LIEUTENANTS - MM.
LOISEL ; RIGO, cadet, Sous lieut. Inf. att.
FARNIOLE (Paul Valentin) ; CORLA Francisco Muratti.
ASTIMA (Jean Antoine) ; PERRICONY.
MORATTI (Pierre Paul) ; FABIANI.
VARESC ; ALEXANDRINI
RENUCCI ; VINCEGUERRA.
POGGI , ROCA CESARI.
du BELOT SAINT SAUVEUR, cyd. Lieutenant dans ROUERGUE ; MICO.
SIONVILLE (Jean Prosper de ) ; CESARI.
COSTA ; TOME.
BALOURI, Lieut. d'Inf. ; MARIANI, cadet.

Tableau de l'Ancienneté de MM les Capitaines et du rang qu'ils doivent tenir entre eux, Sçavoir MM :

GIOVANNI (Carlo de),
Capitaine d'Infanterie.
Né à Bastia en 1734, a commencé à servir en 1758 en qualité de Capitaine dans le Rég. Corse Cavalerie, réformé en 1760, rappelé en 1769 à une comp. de la Légion Corse, a été prisonnier 8 mois dans les campagnes de Corse, servant officier volontaire sous les ordres de M. d' Arcambal.
Observations : Le Comte de Melfort, ayant vu l'état des services du S. Giovanni jugea à Strasbourg qu'il devoit être le 1er Capitaine.

Chevalier de JEAN,
Capitaine de Dragons.

Louis de JEAN de SAINT MARCEL, né à Saint André de Valborgne, a commencé de servir en 1744 en qualité de Lieutenant réformé en 1748. Sous-Lieutenant en 1752. Lieutenant en 1755. Capitaine le 30 septembre 1760. Réformé en avril 1763, remplacé dans le même rég. le 29 février 1768. a quitté le Rég. de Beauce le 1 septembre 1769 pour passer Cap. d'inf. à la Légion Corse, Capit. de Dragons le 21 May 1771 dans le même corps.
Observations : Le Chevalier de JEAN prétend être avant le S. de GIOVANNI à cause de son interruption de service.

de SCHONEN,
Capitaine aide Major d'Infanterie.

Gaspard de SCHONEN, né à Sierk pays messin en 1736 a commencé à servir en 1757 en qualité de Lieut. dans Royal Lorraine, réformé en 1762 ; remplacé sous aide major dans Rég. de Recrues de Paris en 1763. Capitaine aide major dans le bat. de Recrues des Colonies le 1 May 1765, retourné dans celui de Paris dans le même grade en 1766. Réformé en 1767 avec 300 £ d'appoint. a obtenu ensuite 200 £ de pension de plus ; passé capitaine aide Major à la Légion Corse en 1769.
Observations : Le capitaine de SCHONEN prétend également avoir rang sur le S. GIOVANNI.

ROMEFORT,
Capitaine d'Infanterie

Jean DUCHAMP de ROMEFORT, né à Romefort en Angoumois en 1733, est entré au service en 1750 comme sergent au rég. du Roy, passé Lieut. au rég. de Rouergue en 1759, a eu la commis. de capitaine le 16 mars 1769 ; passé à une comp. de la Légion Corse le 1 sept. 1769, a fait toute les campagnes d'Hanovre et de Corse, a été blessé à Burgo. (Borgo)
Observations : Le S. ROMEFORT prétend aussi être avant le S. GIOVANNI.

RODAYS
Capitaine de Dragons
Pierre Léon de RODAYS, né à Nantes en 1737, entré au régi. de Rouergue en 1756. Lieut. en Janv. 1757 a fait les campagnes d’Allemagne et celles de Corse où il a eu la comm. de Capitaine. Entré cap. de Dragons à la Légion Corse le 1° septembre 1769.
Observations : Sans difficulté.

de CARRIÈRE
Capitaine de Dragons
Henry de CARRIERE, né à Toulouse en 1727, entré Sous Lieut. au rég. Royal Comtois avant la dernière campagne d'Italie, réformé à la Paix, passé dans les chevaux legers de la garde du Roy jusqu'en 1757, entré la Légion de Soubise en 1762. Passe capitaine à la Légion corse le 1 septembre 1769.
Observations : Idem.

CAZANOVA
Capitaine d'Infanterie
Jugliano CAZANOVA, né à Sartène en Corse en 1727, a commencé à servir en 1749 soldat dans Royal corse cavalerie en 1758 jusqu'en 1760, passé Lieut. dans FISCHER en 1760. Blessé à la redoute de Flenkemberg en 1761, passé Cap. à la Légion Corse en 1769.
Observations : Idem.

LE MARQUIS de PELAGRUE
Capitaine de Dragons
François de PELAGRUE, né à Montegudes en Quercy en 1750. Entré Sous Lieut. au rég. de Rouergue en 1764. Sous aide Major en 1766. Capit. de Dragons à la Légion Corse le 1 septembre 1769.
Observations : Idem.

de SOULAGES
Capitaine de Dragons
Jean Louis Gaspard d'AIGUILLAC de SOULAGES, né à Soulages en Gévaudan en 1748. Entré page du Roy en 1761. Passé sous-Lieut. au rég. de Navarre en 17.., a fait la dernière campagne de Corse en qualité d'aide de camp de M. le Comte de VAUX. Capit. de Dragons à la Légion Corse le 1 septembre 1769.
Observations : Sans difficulté.

CAZABIANCA
Joseph Marie de CAZABIANCA, né à la Venzolasca en Corse, en 1742, entré sous-Lieut. dans Royal Corse en 1761. Capitaine de Dragons à la Légion Corse le 1 septembre 1769. Rang de Lieut.-Colonel le 9 novembre 1772.
Observations : Idem.

BOCCHECIAMPE
Capitaine d'Infanterie
Mathieu BOCCHECIAMPE, né à Olleta, en Corse, en 1748, a commencé à servir en 1766 sous Lieut. dans Royal Corse, Lieut. en 1769. Capitaine à la Légion Corse le 1 septembre 1769.
Observations : Idem.

PERETTI LEVIE
Capitaine d'Infanterie
Dom Giacomo PERETTI LEVIE, né à Levie en Corse, en 1748, a servi pendant un an Capitaine command. les Volontaires d'Ajaccio sous les ordres de M. de NARBONNE, entré Capitaine à la Légion le 1 septembre 1769.
Observations : Idem.

SAINT-SAUVEUR
Capitaine d'Infanterie
Jean Baptiste de SAINT-SAUVEUR, né à Belestat en Languedoc, en 1740, a commencé à servir en qualité de volontaire au régiment de Berri, en 1760 ; fait sous-Lieut. au rég. de Rouergue en 1762. Lieut. en 1766. Capitaine à la Légion Corse, 21 May 1771.
Observations : Sans difficulté.

FERANDY
Capitaine d'Infanterie
Felice Antonio FERANDY, né à Pietra, en Corse en 1744.
Observations : Sans difficulté.

SCHEGLINSKI
Capitaine de Dragons
François Charles de SCHEGLINSKI, né en Pologne en 17.., entré volontaire dans les Volontaires de Hainaut, en 1759. Cornette dans ledit corps en 1760. Sous-Lieut. à la formation de la Légion du Hainaut.
Observations : Idem.

Comte de la ROQUE BOUILLAC
Capitaine de Dragons
Jean Charles FLOTTARD de la ROQUE BOUILLAC, né à Bouillac en Quercy, en 1742. Entré dans les Mousquetaires en 1756, a fait les campagnes de 1761 en Allemagne, entré Lieut. de Dragons à la Légion Corse le 1 septembre 1769. Capitaine le 9 novembre 1772.
Observations : Idem.


LAMONTANIERE
Lieutenant de Dragons
Pierre François LAMONTANIERE, né à Paris en 1738. Entré dans la gendarmerie en 1756 jusqu'en 1760, qu'il a passé dans les gardes du feu Roy de Pologne en 1766, ils furent réformés à la mort du Roy, il a obtenu une Lieutenance dans le Bataillon de Paris où il a resté jusqu'au 1 septembre 1769, qu'il a passé Lieut. de Dragons dans la Légion Corse.
Observ. : Faire décider si les gardes du roy de Pologne avoient rang d'officier.

VEZIEN
Lieutenant de Dragons
François de VEZIEN, né à Saint Domingue en 1747. Entré au service en qualité de Lieutenant dans les Troupes de Saint Domingue en 1762, incorporé dans le Rég. de Quercy d'où il est passé lieutenant de Dragons à la Légion Corse le 1 septembre 1769, a obtenu la commission de Capitaine le 9 novembre 1772.

FERRANT
Capitaine aide Major de Dragons.
Pierre de FERRANT a commencé à servir en qualité de Lieutenant au Rég. de Lyonnois le 20 octobre 1757 et a fait toutes les campagnes jusqu'à la paix ; il a quitté ce régiment en 1763 pour passer à une compagnie du rég. de recrues de Lisle, il est rentré au rég. de Lyonnois en qualité de Lieutenant le 24 mars 1769; il a obtenu la commission de Capitaine de Dragons à la suite de la Légion Corse le 1 septembre 1769 et a été nommé aide major de ce corps en août 1773.

Le Comte de MELFORT a l'honneur de représenter à M. le Duc d'AIGUILLON que le bien du service et la tranquillité du corps d'officiers de la Légion Corse exige qu'il ait la bonté de prononcer le rang des officiers nommés cy-dessus.

Signé : MELFORT

DISSOLUTION

Le Marquis du LUC fait valoir que la Corse ne peut entretenir plusieurs unités : Royal-Corse, Buttafoco et la Légion Corse. Il demande la dissolution de la Légion, afin qu'elle soit versée dans le Royal-Corse. Il est entendu, le 26 avril 1775, une Ordonnance fait passer l'infanterie de la Légion Corse au Royal Corse dont elle forme le 2ème bataillon. 
A la même date, le Régiment de Walsh est incorporé à la Légion Corse pour remplacer l'infanterie versée au Royal-Corse. Cette Légion prend alors le nom de Légion du Dauphiné. Le 14 mai 1776, le Régiment de Walsh ayant été rétabli, la Légion du Dauphiné est dissoute le le 19 septembre 1776.
Quant à la cavalerie, elle forme 4 escadrons de chasseurs à cheval qui sont distribués dans les régiments de dragons de Ségur ou de Béthune, de Languedoc, de Noailles & de Schomberg. Ils en seront retirés en 1777 pour former le 6° Régiment de Chasseurs à cheval, connus sous le nom de "Chasseurs du Languedoc".
La Légion Corse est dissoute, sans jamais avoir combattu, après avoir tenu garnison à Libourne, Strasbourg, Toulon et la Corse en 1773.

BIOGRAPHIE

Jean-Quilicus Casabianca, Maréchal de Camp en 1782.
né en 1723 à Casabianca - décédé en 1793 à Vescovato. Fils de Quilico & Maria Teresa Giudicelli.
Descendant de la famille des caporali de la Casabianca. Il entre dans la carrière des armes sous le règne de Théodore 1er en 1736. Il soutient en 1737 & 1738 les deux tentatives de ce dernier pour reprendre pied en Corse. Il s'oppose aux insurgés bastiais et aux troupes du Comte de Rivarola à la tête d'un corps expéditionnaire soutenu par la maison royale de Savoie. Après l'assassinat de Jean-Pierre Gaffori en janvier 1753, le capitaine Casabianca, passe au service de Gênes. Il tient garnison à Bastia. En 1762, il rejoint Pasquale Paoli, et le seconde contre Matra, resté au service de Gênes. En 1764, Casabianca est nommé membre du Conseil Suprême de la Nation.
En 1768, il reste aux côtés de Paoli. Il se soumet après Ponte-Novu. Il est nommé Capitaine à la Légion Corse. En 1773, il est nommé Lieutenant-colonel du Régiment Provincial-Corse. Il est nommé Maréchal de camp en 1782. Retraité, il décède en 1793 à Vescovato.
Il est le père du Capitaine de vaisseau Casabianca, qui périt sur l'Orient à la bataille navale d'Aboukir le 1° août 1798. Le fils de ce dernier Giocante, âgé de 12 ans, périt également dans l'explosion du navire.


Jean Quilicus Casabianca, in La Corse Militaire, ses généraux - P-L Albertini & G Rivollet.













SOURCES

Remerciements à Jean Christophe Orticoni de Massa, pour ses précieuses contributions généalogiques sur la famille Fabiani.

Illustrations de l'auteur
- Les Corses au combat sous trois drapeaux - Dominique Buresi - Editions DCL.
- LA SABRETACHE - HS n° 20 -Les Troupes Corses - 1973
- La Sabretache - Planche n° 214
- Le Costume Militaire des Corses - Jean PIERI - FAGEC - Cahiers CORSICA 71 - 72 - Bastia 1977
- Histoire Militaire des CORSES - Xavier POLI - Capitaine au 45° R.I. - Tome 2 - Ajaccio Librairie de PERETTI - Bastia Librairie OLLAGNIER - 1900
- La Corse Militaire sous l'Ancien Régime de la Renaissance à la révolution - du mercenaire au soldat - Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l'université François Rabelais soutenue le 27 novembre 2009 - Tome second - par Dominique BURESI.
- La vie militaire et les exploits de J. C. FISCHER, Brigadier des Armées du Roi, Fondateur et Commandant le Corps des Chasseurs (1743 - 1761), Chef du service des Renseignements - E. de RIBEAUCOURT - Librairie Universelle - Paris.
- Nouvel Armorial Corse - Jean-Christophe ORTICONI - Editions Jeanne LAFFITTE - 1992.
- Louis XV's army (4) - Light troops and specialists - René CHARTRAND Eugène LELIEPVRE - Men At Arms 308 - Osprey Military

- https://www.royalcollection.org.uk/collection/search#/1/collection/916304/private-corsican-legion-about-1770

JN POIRON - St Gély du Fesc le 05/10/2011
Mise à Jour le 05/01/2018