L'enquête

OBJECTIFS :

Cartographier les morsures sur le territoire français et clarifier les symptômes, avec la participation de la population
champs-libres /Tekentiques France


Les maladies à tiques sont en augmentation en France et dans toute l'Europe. Le manque de surveillance et d'information rend difficile l'évaluation de l'ampleur du phénomène. 

Une enquête publique a été lancée en septembre 2014 par un groupe de chercheurs bénévoles. 
Malade ou pas, avec le souvenir d'une morsure ou non, vous avez la possibilité de les aider en répondant entre autres aux questions: 
  • Dans quelles localités constatez-vous des morsures ? 
  • Avez-vous repéré des lieux de grande abondance ?
  • Notez-vous une augmentation du nombre de tiques ? Depuis quand et dans quelles localités ? 
  • Où se situent les cas de maladies ? 
  • Quels sont les symptômes le plus souvent associés ?
https://docs.google.com/forms/d/1mL7Nnq-bOoYG-5Ubku1o8_A5bBKJsbXZPa61HMZG2qM/viewform?c=0&w=1Vous pouvez remplir ici le formulaire principal
et signaler également sur un deuxième formulaire les morsures supplémentaires
Préparez toutes les informations utiles et vos coordonnées longitude-latitude en vous référant à notre petit guide.

Carte interactive 

Une carte interactive des premiers résultats comportant des informations par département a été élaborée.

Cette carte interactive permet de visualiser les données de localisations précises qui s'affichent dans une info-bulle en cliquant sur les départements.
Champs Libres
Elle est réalisée grâce à la collaboration de Champs-Libres, une société coopérative à finalité sociale créatrice de logiciels libres et géographiques, et hébergée par eux.
Pour l'instant cette carte est lacunaire. C'est à vous maintenant de l'actualiser.
Ses premiers résultats ont été collectés dans le cadre de l'enquête belge Tekentiques.
Lors de cette enquête, dès fin août 2014, environ 150 personnes avaient déjà fourni des informations sur les tiques et maladies associées en France (38 belges, 1 irlandais, 117 français). Ce chiffre est bien sûr insuffisant pour caractériser correctement la distribution géographique du risque de morsures mais il permet déjà de donner une tendance et d’encourager le public à fournir d’avantage de données en complétant l’enquête. C'est notre but.

Morsures

Toujours lors de l'enquête belge tekentiques, les participants français signalent des morsures dans la plupart des départements. Toutes les régions sont touchées. Cependant nous n’avons pas encore, à l'été 2014, de données dans les départements suivants : Corse du sud, Hautes-Alpes, Bouches-du-Rhône, Charente-Maritime, Finistère, Gard, Gers, Loire-Atlantique, Marne, Pas-de-Calais, Rhône, Haute-Saône, Vendée. 

Les régions les plus touchées semblent être l’Alsace, la Lorraine, l’Ile-de-France, la Basse-Normandie, l’Aquitaine, Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées (carte 1). En dehors de ces régions, les départements de l’Allier, de la Sarthe et de la Creuse semblent également particulièrement concernés (carte 2). 

Abondance

88 personnes signalent des lieux d’abondance en France.

En ce qui concerne les populations de tiques quelques constats d’augmentation sont notés.

  • En Dordogne: en 1980 les tiques sont quasi absentes. Apparition en 1988 et abondance à partir de 1995;
  • Dans la Manche : en 1980 les tiques sont rares. En 1990 elles commencent à être nombreuses. En 2014, elles sont très abondantes;
  • Orne, Basse Normandie : les tiques sont très abondantes sur les buissons de myrtilles déjà en 2000;
  • Franche-Comté (Doubs, territoire de Belfort) : en 1994 les tiques sont quasi absentes ( les participants signalent avoir campé, fait les foins et pique-niqué à plusieurs reprises sans soucis).  Les premières morsures sont notées en 2012 en secteur de loisirs. En 2014 les tiques sont présentes en grand nombre et plusieurs personnes déclarent être en cours de traitement de la Maladie de Lyme.
Cartes des "risques" de morsures

Au vu des premières remontées d’informations, les cartes de répartition des morsures indiquent plusieurs zones à risques. 

Maladies

La borréliose (Maladie de Lyme) est présente dans toutes les régions (carte 3) et dans plus de 70% des départements (carte 4). 

Les autres maladies vectorielles à tiques sont aussi signalées partout : babésiose et bartonnellose sont très présentes; mais également les rickettsiose, anaplasmose, fièvre Q. Une plus grande variété de déclarations de pathologies se concentre sur les régions Pays-de-Loire, Poitou-Charentes, Alsace.

La présence d’encéphalites à tiques en Alsace est connue de longue date mais la présence suspectée de cas d’encéphalites dans les Pays-de-Loire, en Basse-Normandie et en Bourgogne est surprenante et mérite investigation.







La participation du plus grand nombre de personnes est souhaitable 
afin d'établir une cartographie la plus précise possible.
Nous vous remercions de votre collaboration.



NOTA BENE : PRÉCAUTIONS À PRENDRE POUR LA LECTURE DES DONNÉES 

Imprécision des données due à la méthodologie d'une enquête »publique » - α) Une personne peut remplir deux fois l’enquête – les données récoltées sont analysées et toute donnée présentant des similitudes trop importantes est repérée comme doublon (deux personnes du même âge, résidant dans la même commune et avec précisément les mêmes symptômes). β) Il n’y a pas moyen de vérifier la qualité des données – toute personne peut entrer des informations erronées – c’est un problème inhérent à ce type d’enquête. Et ce, notamment en ce qui concerne le diagnostic de maladies qui devraient être normalement signalées par un médecin. Ces données permettent néanmoins de proposer une indication de probabilité de risque qui a tout son intérêt en l’absence d’autres sources d’informations.

Imprécision due au caractère discret des morsures - Il est parfois difficile pour une personne d’identifier la localisation précise de l’événement « morsure ». Toutefois les données sont ici compilées par "lieu de morsure" et non "lieu de résidence". Il reste néanmoins toujours une incertitude.

Imprécision due à l’impossibilité de certifier quelle morsure est infectante - Les maladies identifiées chez les personnes mordues sont reliées au lieu de morsure signalé (pas au lieu de résidence). Pour de nombreuses personnes mordues régulièrement il est donc impossible d’identifier parfois la morsure infectante et sa localisation. Mais si le nombre de réponses à l’enquête est important, alors, la fiabilité qu’une zone plusieurs fois citée soit une zone à risque augmente. A noter que  la période de dormance de ces "infections froides" est parfois de plusieurs dizaines d'années.

Imprécision due au faible échantillon actuel - L’échantillon actuel est trop faible pour donner une idée juste de la situation. Malgré tout, ces résultats préliminaires permettent déjà de voir la distribution généralisée de la borréliose en France et montrent l’intérêt de promouvoir cette enquête pour obtenir des informations de qualité.