Les édifices religieux de Tilly

    La chapelle Notre Dame du Val.

 

   Cachée dans un creux, entre la route de Balleroy et le bourg, une chapelle émerge de la verdure des conifères et de la pelouse. Cette chapelle, entièrement reconstruite après la dernière guerre, répond au nom de Notre Dame du Val. Selon les architectes des monuments historiques, elle date de la seconde moitié du XII ème siècle. On ne connaît pas de source sûre , ni la date ni les instigateurs de son édification.

Elle est construite en pierres du pays, taillées et sculptées. Elle avait même dit-on une petite tour.

Pendant la guerre de Cent-ans, certains la place au sein de la forteresse de Tilly et comme chapelle paroissiale du village.

Rappelons qu’à cette époque, l’église Saint -Pierre ne dépendait pas de la paroisse de Tilly. Il est fort peu probable que la fortification englobait la chapelle mais le doute subsiste encore.

En 1375, la chapelle est en pleine activité puisque cinq chapelains sont nommés pour y célébrer les offices religieux et l’un d’entre eux occupe le siège de trésorier de l’édifice.

On apprend par l’ordonnance du 17 décembre 1712, que l’évêque de Bayeux, Monseigneur de Nesmond, et le châtelain de Tilly, Jacques Lefournier, font supprimer trois des chapelains

pour n’en laisser que deux en activité. Ceux-ci doivent par ailleurs résider dans le village et assurer alternativement la messe chaque jour à l’église Saint-Pierre ainsi qu’assister à l’office du dimanche et des jours de fêtes en l’église paroissiale.

 

L’antique chapelle est assez pauvrement garnie et décorée à ce moment. Ce ne fut plus le cas lorsque le Baron de Fontette pris possession du domaine de Tilly, dans la seconde moitié du XVIII ème.

Le marquis D’Orceau, dans ses nombreux bienfaits, fait orner et meubler la chapelle et la rebaptise du nom d’église Saint-François. Il la fait également élever au rang d’église paroissiale de Tilly.

Afin d’y héberger les deux derniers chapelains, il fait construire un presbytère, en haut de la colline, en face de la nouvelle église, et un cimetière attenant à celui-ci.

Le nom d’église Saint-François sera le dernier qu’elle portera. Vers la fin du XIX ème siècle, les deux chapelains sont supprimés et l’édifice est désaffecté.

 

De cet instant jusqu’au milieu de XX ème siècle elle sert tour à tour de grenier, de cave, d’étable et enfin d’abattoirs. Peu de vestiges ne laissent supposer que le bâtiment est un édifice religieux si ce n’est que les fenêtres en ogive et ce qui reste des vitraux anciens.

La chapelle telle qu'elle était au début du XXème siècle


En 1944, la chapelle connaît le triste sort commun au reste du bourg. Elle est en grande partie détruite.


La chapelle après 1944


Ce n’est qu’en 1974 qu’elle est rebâtie entièrement avec le soutien financier et technique du comité de Débarquement présider par Raymond Triboulet, ancien ministre d’Etat.

Depuis, l’antique chapelle Notre Dame du Val est un site classé monument historique par les beaux-arts et appartient désormais à la commune. Elle héberge maintenant un magnifique musée édifié en l’hommage des victimes civiles tombées en 1944, à Tilly sur Seulles.


 La chapelle aujourd'hui qui héberge le musée communal


            L’église Saint-Pierre de Tilly.

 

 

                Quoi de plus beau pour une ville que son clocher qui surplombe les habitations ? L’église Saint-Pierre de Tilly, située le long de la Seulles à Saint-Pierre, est un magnifique monument.

Selon les architectes, elle date du XI ème siècle pour une grande partie de l’œuvre. Elle est de style roman mais sa construction a dû se faire en plusieurs époques.

La plus ancienne partie est la nef. Il y avait, avant 1920, une très belle voûte construite en pierres uniformes séparées par des briques ou du ciment coloré et épais. Vers 1920, elle est remplacée par une voûte en bois.

Le chœur est moins ancien que la nef. Il remonte à la fin du XII ème voir même au début du XIII ème siècle. Les meurtrières ont été bouchées pour laisser la place à de larges vitraux.

L'église Saint-Pierre



L'intérieur de l'église au début du XXème siècle


On remarque également le clocher du XIV ème qui est inachevé et terminé en bâtière. Il manque la longue flèche des églises du Bessin.

La partie la plus récente est le porche d’entrée de la nef qui remonte au XV ème siècle.

 

A l’intérieur de l’église, on remarque deux plaques . L’une, sous l’autel, est en marbre, et en l’honneur de l’Abbé Lepetit, ancien curé de Tilly et secrétaire général de la société française d’archéologie. L’autre, en ardoise, se trouve sur le chemin de procession.




C’est à cet endroit qu’est inhumé Jacques Lefournier deuxième du nom, chevalier et seigneur de Tilly, mort le 25 juin 1750 en la paroisse de Tilly/Vérolles. Son père, Jacques Lefournier et sa mère Suzanne Blondel on fait don des lambris, du maître autel

du sanctuaire, des balustrades du chœur et de l’autel de la chapelle de la Vierge où ils font peindre deux de leurs filles par des moines dominicains. Aujourd’hui on ne voit plus guère de ces magnifiques ornements dont l’église était vêtue.


En 1944, l’édifice a été abîmé par les combats. Le toit et un pan de mur sont éventrés par des obus.


L'église après 1944


L'église aujourd'hui


Comments