Thomas Fort
Docteur en écologie des communautés et du paysage
 

INRA - Université de Bordeaux
UMR BioGeCo (Biodiversité, Gènes et Communautés)
Équipe Génétique et Écologie des Maladies de la Forêt (GEMFor)


Contact :
Thomas Fort
UMR BioGeCo - Equipe GEMFor
69 route d'Arcachon
33612 Cestas
France

Courriel : thomaslc.fort@gmail.com

TwitterLinkedIn


Sujet de thèse :

Effet de la structure du paysage sur les communautés fongiques foliaires.
Encadré par Cécile Robin et Corinne Vacher.
Cette thèse est intégrée au projet Flux.Com : flux de communautés d'arthropodes et de micro-organismes entre écosystèmes forestier et viticole.


Résumé :

Les feuilles hébergent une grande diversité de micro-organismes. Parmi les facteurs responsables de la structuration des communautés microbiennes foliaires, l’effet du processus de dispersion reste peu étudié. Les structures paysagères telles que les lisières ou l’hétérogénéité du paysage influencent la migration et la dispersion de nombreuses espèces de macro-organismes, mais l’effet de tels facteurs sur la composition des communautés microbiennes foliaires n’a jamais été testé.
Nous faisons l’hypothèse que les parcelles forestières sont une source de champignons foliaires pour les vignes adjacentes. Nous avons comparé les communautés fongique foliaires et aériennes de la vigne et des forêts adjacentes au cours d’une saison de végétation, testé l’effet d’une lisière forestière sur ces communautés et évalué l’effet de la composition du paysage sur ces communautés. Les communautés fongiques ont été caractérisées par métabarcoding.
Les communautés fongiques foliaires viticoles et forestières divergent au cours de la saison. Ni la distance à la lisière, ni la proportion de forêt dans le paysage n’affectent les communautés foliaires de la vigne, mais les communautés aériennes diffèrent en fonction de la distance à la lisière forestière. Ces résultats suggèrent que la dispersion ne joue qu’un rôle mineur dans la structure des communautés fongiques foliaires. De nombreuses pressions de sélection telles que les pratiques agricoles semblent en revanche avoir un effet fort sur ces communautés. Des études supplémentaires sont nécessaires pour vérifier la contribution relative de ces pressions de sélection, ainsi que le potentiel service de régulation fourni aux cultures par la forêt.


Formation :


2013 : Master 2 recherche - Modélisation des Systèmes Écologiques - Université Toulouse 3
2012 : Master 2 recherche - Biodiversité, Écologie, Évolution - Université Montpellier 2
2011 : Master 1 Écologie - Université Toulouse 3
2010 : Licence Biologie des Organismes, des Populations et des Écosystèmes - Spécialité Biologie Végétale - Université Toulouse 3


Thématiques d'intérêt :

  • Écologie et évolution des communautés végétales et microbiennes
  • Écologie du Paysage
  • Écologie évolutive des interactions :
    • Plantes - pollinisateurs
    • Plantes - microorganismes
  • Écologie chimique