Le management libérateur

      A partir des études réalisées par le professeur Getz dans une quinzaine d'entreprises internationales, des articles universitaires de Gary Hamel et des analyses que j'ai menées sur le terrain, j'accompagne les entreprises dans la mise en place d'un "management libérateur".
 
      Un management libérateur repose sur la volonté d'un dirigeant de "jouer la carte de la grandeur de l'homme plutôt que de rechercher d'incessantes garanties contre sa perversité" (Romain Gary), la conviction que des adultes responsables sont capables de s'auto-diriger, et le constat chiffré que les entreprises tablant sur une telle autonomie réelle de leurs salariés se révèlent économiquement performantes.
 
      A partir du moment où il est avéré que la liberté - bien conçue - est profitable, tant humainement que financièrement, et que l'homme n'est ni bon ni mauvais mais également capable de l'un comme de l'autre, selon ce que l'on cultive en lui, le type d'organisation et de management à l'oeuvre dans une entreprise dépend d'un choix philosophique fondateur de la part de ses dirigeants.
Des esprits méfiants, pessimistes – « réalistes ! », protesteront-ils – quant à la nature humaine, produiront des organisations fondées sur la méfiance (le contrôle permanent), qui elles-mêmes produiront le type humain conforme à leur soupçon initial. À l’inverse, des esprits confiants en la capacité de tout homme à être son propre chef, ou à le devenir, bâtissent des organisations tablant sur une réelle responsabilité individuelle et forment des salariés à la hauteur des espérances mises en eux. Des études croisées, menées dans différents secteurs et dans des entreprises de tailles différentes, en attestent.
 
      Au final, je définirais ainsi les entreprises libérées : elles libèrent politiquement leurs salariés afin de libérer leur capacité d'innovation, et ce en vue de délivrer un maximum de "valeur" pour l'ensemble des parties prenantes.
 
     La question récurrente est alors : comment faire ? La partie la plus difficile, et la plus intéressante. C'est ici que j'interviens.
 
 
 
Citations clé :

     ▪  " Si vous mettez des barrières autour des gens, vous en ferez des moutons " (William L. Mc Knight, patron de 3M). La nature de l'environnement professionnel culture d'entreprise et organisation du travail  influence profondément le comportement des hommes qui y passent 80% de leur temps éveillé. Ainsi, les entreprises fondées sur la méfiance envers les capacités d'auto-direction de leurs membres finissent par former des salariés confirmant ce soupçon initial. Et inversement.

      ▪  " Traitez les gens comme s'ils étaient ce qu'ils pourraient être, et vous les aiderez à devenir ce qu'ils sont capables d'être " (Goethe). Les hommes ne se réduisent jamais à ce qu'ils font, ni à ce qu'ils se trouvent être à un instant donné. C'est en les traitant avec humanité que l'on développe en eux l'humanité, comme c'est en les traitant comme des animaux au bâton et à la carotte  que l'on en fait des bêtes brutes. Un management éclairé table sur le meilleur pour éveiller le meilleur.

      ▪  " Le plus grand danger pour la plupart d'entre nous n'est pas que notre but soit trop élevé et que nous ne l'atteignions pas, mais qu'il soit trop bas et que nous l'atteignions " (Michel-Ange). Un management libérateur tend à libérer les hommes des limites qu'ils se posent et les incite à se dépasser, notamment grâce à une émulation collective.

      ▪  " Si l'on veut que telle manière, telle habitude de vie s'établisse, la dernière chose à faire est d'ordonner que l'on s'y conforme. Voulez-vous être obéi ? Il ne faut pas vouloir qu'on fasse, il faut faire qu'on veuille " (Jean-Baptiste Say). 

 
 

Un article sur la situation de la liberté en entreprise :





 
Comments