Le bien-être

"Celui qui ne s'améliore pas n'est pas bon."
(Oliver Cromwell)
 
 
 
     Le bien-être au travail ne peut être atteint qu'à condition de savoir ce qu'être veut dire et ce que bien signifie.
 
     Un peu de réflexion sur sa propre expérience montre qu'il n'est pas de bien-être durable qui ne soit que confortable. La recherche du bien-être ne peut se limiter à la seule satisfaction des sens (massages, salles de repos, stages de relaxation...). Le véritable bien-être ne résulte pas d'un confort mais d'un effort de dépassement de soi, d'amélioration personnelle. D'une part.
 
     D'autre part, pour un homme, il n'est pas de bien-être possible sans être bien. Et cela signifie qu'il ne peut se satisfaire d'un bien-être solitaire : pour nous, le bien-être est relationnel, un être ensemble. D'où l'importance de la notion d'équipe de travail. Mais cela signifie aussi qu'il n'est pas de bien-être possible, en tout cas dans la durée, sans cohérence avec le bien : lorsque les conditions de travail se trouvent objectivement dégradées, en éprouver un mal-être est un signe de bonne santé morale ! Comment s'étonner, par exemple, que des environnements dans lesquels l'aspiration naturelle à l'autonomie ne trouve pas à s'épanouir, soient structurellement générateurs de souffrance au travail ? 
 
     Intervenir sur le bien-être en entreprise est l'occasion de chasser des idées reçues, de donner à réfléchir sur le "développement personnel" et d'aborder des thèmes connexes comme la place faite à la recherche du bien (un travail bien fait est-il encore possible, quand semble suffire ce qui est vendable ?) dans le milieu professionnel.
 
 
 
Comments