Dire les choses

avec l'art et la manière

 

 

 

     La difficulté à (se) dire les choses simplement, franchement, dans une équipe, est mère de tous les maux. La multiplication des non-dits génère d’innombrables tensions ; la langue de bois managériale mine la confiance dans la hiérarchie ; le manque d’authenticité dans les relations nourrit tous les fantasmes. Comment améliorer le fonctionnement des équipes et réduire le mal-être diffus au travail, dû à ce que les relations inter-personnelles n’y parviennent pas à être vraies ?

 

     A partir d’une analyse de la notion philosophique de parrêsia (parler vrai), la première partie de cette intervention montre la diversité de ce que « dire les choses » signifie, en entreprise :

       Briser des non-dits.

       Aller au fond des choses, en cessant d’esquiver les sujets qui fâchent.

       Les nommer avec précision. Comme le disait Albert Camus, « mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde »…et au mal-être des collaborateurs : « un langage impropre n’est pas seulement une faute envers les choses, il fait aussi du mal aux âmes » (Platon).

       Les penser avec justesse, car « la franchise ne consiste pas à dire ce qu’on pense, mais à penser ce qu’on dit » (Hypolite de Livry).

       Avoir quelque chose à dire, tant il est vrai que, d’ordinaire, on communique beaucoup pour en dire assez peu.

 

     La deuxième partie de l’intervention se concentre, elle, sur comment dire les choses.

  Il y a en effet manière et manière de dire les choses. La nécessaire impertinence ne devant pas virer en insolence et le parler vrai n'impliquant pas de parler cru.   

 

     C'est en définitive à la possibilité même d’un parler vrai en entreprise, et à ses multiples implications pratiques, que cette intervention se confronte. La difficulté de l'exercice étant bien illustrée par la formule de Clémenceau, que pourrait faire sienne tout dirigeant : « Je ne veux pas être entouré de béni-oui-oui. Je veux que les gens me disent la vérité –même si ça leur coûte leur job. »

 

 

Comments