Newsletter‎ > ‎

15-01 Maslow

publié le 23 janv. 2015 à 10:15 par Marc Polizzi   [ mis à jour : 23 janv. 2015 à 10:32 ]

RECONTEXTUALISONS MASLOW 

La pyramide de Maslow :
Et si elle était conjoncturelle, mais pas universelle?

Depuis les années 1970, les approches humanistes, ainsi que certaines méthodes de coaching, ont pris l'habitude de s'appuyer sur la pyramide de la hiérarchie des besoins issus des travaux d' Abraham Maslow. Or ce modèle a été proposé alors que le contexte économique était dans un passage de son histoire très spécifique. Notamment par exemple à partir des années 1950 où le mot abondance est devenu présent à tous les niveaux. Il s'agissait donc d'un contexte économique très différent de celui que nous connaissons aujourd'hui. C'est pourquoi, dans cet article, nous vous proposons de revenir sur le contexte  qui a accompagné les découvertes et observations de Maslow. Ensuite nous nous poserons la question de savoir si son modèle ne recèle pas quelques pièges pour ceux qui le croient adapté à 100% à la réalité d’aujourd’hui.

Présentation d’Abraham Maslow

Né en 1908 et décédé en 1970, Abraham Maslow est un psychologue américain reconnu dans le monde  du travail pour ses recherches déterminant les besoins qui motivent les êtres humains. Il est également reconnu comme l'un des fondateurs de l'approche humaniste, celle-ci considérant l'être humain dans ses quatre dimensions physique, émotionnelle, mentale et spirituelle.

Évolution du contexte économique américain en parallèle aux études de Maslow

Maslow a 21 ans quand se produit le krach boursier  de 1929 qui conduira à ce qu'on a appelé la Grande Dépression. Cette crise entraînera la chute des salaires et des faillites de nombreuses banques. Jointe à des périodes de grandes sécheresses, elle verra, la ruine de nombreux fermiers avec dans le monde ouvrier plus de 12 millions de chômeurs, et plus de deux millions de sans-abri. À partir de 1940, quand il décide de se pencher sur ce qui détermine les comportements humains, c'est tout naturellement vers les sentiments de peurs, de privations, et d'insécurité qu'il s'oriente. Nous sommes au seuil de la 2e guerre mondiale et pour les États-Unis le service militaire obligatoire vient d'être rétabli.
1945, les États-Unis sortent grand vainqueur de la guerre. Seule puissance alliée n'ayant subi aucune destruction sur son territoire, sa supériorité économique est écrasante : elle assure les 2/3 de la production mondiale, elle possède les 3/4 des stocks d'or et a une maîtrise et une avance technologique incontestable. C'est à cette période que Maslow se tourne vers l'étude des sentiments positifs que sont la motivation et la satisfaction.
Au début des années 1950, ses études sur la motivation évoluent et il s'interroge sur l'accomplissement de soi. C'est le plein essor du rêve américain l"american way of live" : un mode de vie basé sur l'abondance et la facilité. Ce modèle de société illustre une société où chacun peut réussir et où être riche est symbole de réussite sociale. Sur le plan économique, c'est l'apologie d'une société d'abondance avec une consommation de masse. En parallèle c'est une période de plein emploi avec un niveau de salaires moyens élevé, la facilité des crédits, l'accès à la civilisation de loisirs. La suprématie d'Hollywood, l'influence de la télévision, le "star-system" et l'apparition des premiers parcs d'attractions en sont des illustrations.
1960, soit dix ans plus tard ce sont les expériences mystiques et les états modifiés de conscience qu'il va choisir d'observer et d'analyser. Suite à ses observations, il va établir une théorie qui va être reprise dans le monde du management et qu'on va appeler la pyramide des besoins de Maslow.

Présentation de la pyramide des besoins

Cette représentation pratique en tant que modèle a par contre fait oublier un élément essentiel : si Maslow a parlé de hiérarchie des besoins, il en avait une vision dynamique un élément qui est souvent oublié dans l'utilisation qui en est faite.
Autre fait important à signaler il n'a étudié qu'une population instruite et occidentale pour l'établir et il semble même qu'il se soit exclusivement appuyé sur l'observation de ses collègues de travail. Il en fera d’ ailleurs mention dans sa publication "Il est vrai que la plupart des gens avec lesquels nous avons travaillé ont eu l'air d'avoir ces besoins de base dans l'ordre indiqué".

Qu'en est-il aujourd'hui?

Le piège le plus courant, si on estime que cette pyramide est toujours valable à 100%, est représenté par le dernier étage : le besoin de se réaliser dans son travail. Pourquoi ?
- Sur le plan managérial, c'est un très bon argument pour manipuler les cadres en  leur faisant miroiter que le travail peut être épanouissant ou que, s'ils s'investissent vraiment, ils vont vers de la réalisation personnelle. En parallèle, si je ne réussis pas à être heureux au travail, c'est signe que je ne suis pas assez adapté, que je ne fais pas ce qu'il faut puisque par ailleurs tout le monde affiche un grand bonheur d'être là.
- Sur le plan individuel, le besoin de se réaliser dans le travail va prêter à une autre confusion pour les personnes ayant entrepris un chemin de développent personnel. En effet, elles vont fusionner réalisation personnelle et activité professionnelle ce qui est une confusion très pénalisante en 2010-2015. Elles vont croire que c'est une équation qui est à la portée de tous alors qu'il n'y a pas de travail et que la société traverse une véritable crise dans ce domaine. D'où de nombreuses erreurs commises. Cela peut pousser à prendre des décisions inadaptées parce que l'on s'imagine qu'on va pouvoir trouver mieux ailleurs et qu'il existe une activité où l'on va pouvoir s'épanouir.
D'ailleurs Maslow lui-même nous met en garde dans l'un de ses écrits datant de 1962 :
<< Depuis que ce cahier a été écrit en 1923, l'entreprise Non-Linear Systems a dû subir une réduction de la demande pour ses produits ainsi qu'une concurrence croissante pour ce marché en contraction. Puisque ce cahier n'était pas une description de cette seule entreprise, je n'ai pas besoin de changer d'avis sur les principes qui y sont exposés. Mais il est important de répéter ici ce qui est souligné dans le cahier encore et encore, que ces principes sont valides essentiellement dans de bonnes conditions, plutôt que lorsque le temps menace. On peut faire un parallèle dans la motivation de vie d'un individu avec le contraste qui existe entre sa motivation de croissance et sa motivation défensive (homéostasie, désir de sécurité, réduction de la douleur et des pertes, etc.).
On peut s'attendre à ce que l'individu sain soit flexible et réaliste; c.-à-d. capable de passer de la croissance à la défense selon que les circonstances l'exigent. L'extrapolation théorique intéressante pour une organisation serait de s'attendre à ce qu'elle aussi soit capable de  flexibilité, de passer de l'efficacité "par beau temps" à l'efficacité "par mauvais temps" si les circonstances l'exigent. Il me semble que c'est précisément ce qui s'est produit et se produit aujourd'hui chez Non-Linear, bien que ceci doive bien sûr être démontré par la recherche. >> (voir nota 1)
Rappelons-nous : quelle est la motivation ou l'objectif primordial d'avoir d'une activité professionnelle ? C'est bien sûr celui de nous assurer un revenu afin d'être en sécurité sur le plan matériel. L'espace où je peux me réaliser sera celui de la sphère privée, et là je fais ce que je veux comme je veux.

Conclusion

Un dicton dit "Si tu ne peux pas faire ce que tu aimes apprends à aimer ce que tu fais". Si dans le contexte d'aujourd'hui ce que je propose ne correspond pas aux besoins de la population, de mes clients ou de mes patients, il est sage de réorienter ma stratégie. Cela ne signifie pas que nous sommes incompétents. Cela ne veut pas dire non plus que ce que nous proposons n'est pas intéressant, mais plus simplement que le contexte n'est pas demandeur de ce type de services ou de produits en ce moment. Ce n'est pas leur priorité.
En période de guerre, et nous sommes dans le cadre d'une troisième guerre mondiale économique, le mot d'ordre est survivre. Qu'est ce que cela signifie concrètement ? Faire ce que l'on peut avec les opportunités du moment. Il est nécessaire de s'adapter. D'où l'extrême importance de savoir gérer son stress, d'avoir une hygiène de vie et des pratiques régulières afin de rendre la situation et le contexte professionnel au moins neutres et traverser cette période qui risque de durer le moins mal possible.
Et bien sûr : "L'espace où je peux me réaliser sera celui de la sphère privée, et là je fais ce que je veux comme je veux !"

Nota 1 :
Au cours de l'été 1962, Maslow a tenu un cahier alors qu'il se trouvait dans une usine en Californie du Sud. Le cahier, à l'origine ronéotypé, était intitulé "Summer Notes" (Notes d'Été). Le cahier a d'abord été publié sous le titre "Eupsychian Management" et n’était pratiquement connu que des universitaires et des théoriciens du Business. Il a été réédité en 1998 sous le titre : "Maslow on Management".

Comments