la langue Vietnamienne et les Vietnamiens à Bordeaux

Nguồn link:http://127.0.0.1:4664/cache?event_id=97839&schema_id=2&q=%22Les+Vietnamiens+et+%2E%2E%2E%22&s=ujTuSRPiElbVBrhuOU4HGXW3wpI                                                                                                                Home


 


Nguyên Quang Thân
Viêtnam

romancier accueilli en résidence d'auteur
en Gironde

du 7 au 30 novembre 2004

Sélectionné pour le prix RFI-Témoin du Monde en 1997 avec "Au large de la terre promise", Nguyên Quang Thân est un des premiers écrivains à avoir apporté un souffle nouveau à la littérature vietnamienne au début des années 90. Né en 1936 à Son Lê, engagé dans la résistance anticoloniale en 1950, il a commencé sa carrière d’écrivain et de journaliste en 1956. Ses écrits comprennent des centaines d’articles, des nouvelles et romans, des scénarios de films et de nombreuses traductions d’œuvres étrangères. Il vit aujourd’hui à Hanoï.
Egalement auteur pour l’enfance, Nguyên Quang Thân est membre de l’Association des Ecrivains vietnamiens et travaille comme journaliste dans plusieurs journaux, dont Famille et Société. En août 2004, il terminera un projet de scénario de film,
"Histoire de Thang Long"
, destiné à la grande cérémonie d’anniversaire des 1000 ans de Hanoï en 2010.

"La langue vietnamienne
et les Vietnamiens à Bordeaux"
Cet article a été publié dans le magazine VAN NGHE (Janvier 2005), l'organe de l'Union des Ecrivains du Viet Nam, traduit en francais par l'auteur.

"J'ai fait la connaisance de Bordeaux non par son vin que je n'ai pas eu beaucoup d'occasion d'apprécier au Viet Nam. Bordeaux n'était pour moi qu'un simple passé. Il y a bien longtemps, dans mon village l'oncle Chat Ngoan était emmené en France comme ONS (ouvrier non-spécialisé) offrir sa sueur et son sang à la "Patrie-Mère". Pour participer à cette grande Guerre mondiale déclenchée en Europe, un paysan "annamite", une fois débarqué à Marseille comme un grain de poussière attiré par la comète, n'avait peu l'espoir de retour. On attendait en vain ses nouvelles. Mais, comme pour miracle, cependant, après quelques années de silence, l'oncle Chat Ngoan a envoyé une lettre au village. Cette lettre était postée de Bordeaux le 24 Aout 1942.
Où est Bordeaux? Dans mon village il y a eu seulement un instituteur qui savait quelques mots francais. De temps à autre il marchait sur le chemin principal du village en chantonnant J'ai deux amours mon pays et Paris... et la France pour lui c'était Paris. Mais où était Paris? Il ne le savait pas plus que Bordeaux. Donc, après l' unique lettre de Chat Ngoan, tout mon village entend pour la première fois le nom de Bordeaux. Dans des soirées en acceuillant le vent des champs pour calmer leur ventres vides, les villageois se parlent entre eux: "Chat Ngoan est à Bordeaux. Est-il vivant ou mort maintenant?" Bordeaux, Bordeaux, Bordeaux...était devenu l'écho d'une vie disparue sans traces. Offrir sa vie pour faire connaitre le nom de Bordeaux au village, est-ce ça vaut le coup, mon pauvre Chat Ngoan?
Et voilà que je suis venu à Bordeaux. La troisième ville de la France m'offre immédiatement une impression inoubliable. L'avion atterrit à Mérignac la nuit, accueilli chaleureusement par les amis de Bordeaux, après les saluts abondants et cordiaux, une question me serre aussitôt le coeur : mon Chat Ngoan est-il encore vivant? Est-t-il toujours à Bordeaux ou est-il emporté par le vent dans l'immensité de l'ailleurs? Mon séjour à Bordeaux dure seulemant un mois, non pas toute une vie comme celle de l'oncle Chat Ngoan.
L'Institut départemental de développement artistique et culturel de Gironde (l'IDDAC) invite tous les ans un écrivain étranger dont l'oeuvre est traduite en francais et qui parle francais. On m'invite. L'oncle Chat Ngoan, lui, est venu à Bordeaux il y a un demi siècle comme un ONS, alors que moi, son villageois, je viens au titre de "l'échange culturel". Je ne représente effectivement que moi-même. Ma position est ainsi différente de celle de l'oncle Chat Ngoan du fait de ma qualité d'écrivain d'un pays indépendant.
Le vin coule comme l'eau d'un ruisseau, ce vin qui coûte plus cher que celui commercialisé dans notre pays tout simplement parce que c'est un vrai bordeaux. De belles bordelaises mignonnes, grâcieuses et chaleureuses comme ce vin, ces belles aux joues roses, aux peaux brunes ou blanches, aux yeux brillants du feu qu'Appolinaire a décrit comme un verre de vin rouge dans ses poèmes, des amis de Bordeaux affectueux et cordiaux dont les yeux, les poignées de main ont bien du feu, des champs de vigne d'hiver immenses, propres et déserts ou l'on ne voit ni chien, ni vache ou l'ombre d'un homme sur la route en la parcourrant tout le demi jour, des châteaux en pierre avec des caves en sous-sol immenses comme un réseau de métro, des tonneaux en bois de chêne des années d'antan, des bouteilles de vin valant de 4 à 200.000 euros (Je le sais uniquemant par oui-dire) des rues pierreuses agées des siècles, les gâteaux Macarons, l'église de Saint Michel ornée de tableaux du seizième siècle, des statues de bronze, des monuments de pierre, le réseau de tramway qui vient d'être inauguré...
Et voilà, la Garonne coule entre ses deux rives de vignobles, de villes et de célèbres châteaux...La ville de Bordeaux (je pense qu'elle a un visage d'une belle femme) telle un Paris en miniature, la Bordeaux de Bacchus, tout qui est si étrange et séduisant à la fois pour moi, ne peut pas effacer de ma tête l'image du pauvre oncle Chat Ngoan, ce paysan de mon village autrefois embarqué pour devenir ONS en France. Et les destins des vietnamiens de Bordeaux, tout cela envahi mon âme.
Où sont-ils donc? Où est l'oncle Chat Ngoan maintenant?

Le premier vietnamien venu à Bordeaux pour faire du commerce a été enregistré dans les archives. Mars 1817, Balguerie-Stuttenberg, un négociant connu de Gironde a envoyé le trimât nommé La Paix à l'Orient. Ce bateau flottait en dérive dans les océans pendant six mois et jetait l'ancre un jour à Da Nang, la plus grande ville portuaire d'Annam à la recherche de relations commerciales. Son équipage a été bien accueilli par l'Empereur Gia Long et ses conseillers francais. Des commercants bordelais à cette époque espéraient se procurer des cannes à sucre en Indochine, leurs trente entreprises ayant été en manque de cette première matière à cause de la révolte de Saint Domingue.
Mais cet espoir n'a pas été suivi d'effet, à cause de la politique de l'Empereur Minh Mang. Seule la sociéte "Les Frères Denis" a eu quelque succès dans son entreprise : le père et les quatre enfants de cette société ont tenu le rôle d'exportateur de riz, de poivre et de caoutchoucs cochinchinois pendant un siècle. Mais nul ne sait qui était le premier immigrant vietnamien à Bordeaux.
L'oncle Chat Ngoan et les autres sont venus à Bordeaux à contre-coeur à cause des bouleversements du temps, du fait de la domination française et des deux guerres d'Indochine, de la résistance contre les francais et les américains.
Pendant la première guerre mondiale, il y a eu environ cent mille ONS a embarquer de gré ou de force pour la France, c'est la génération des pères de l'oncle Chat Ngoan et, me semble-t-il, la première grande émigration des Vietnamiens en France. Combien d'entre eux étaient-ils arrivés, avaient-ils laissé leurs cendres sur le sol de Bordeaux ? Et la guerre terminée, des intellectuels sur la trace de Nguyen Ai Quoc, débarquaient au pays de Victor Hugo, de Jean-Jacques Rousseaux pour y faire leurs études et chercher la voie pour sauver leur patrie. Combien d'entre eux restaient-ils à Bordeaux ? La crise économique des années trente, la terreur blanche imposée par les francais faisant suite à la révolte des paysans des provinces de Nghe Tinh "soviétique" ont chassé nombre de réfugiés en France. Ils savaient qu'il y a toujours deux Frances, l'une de Liberté, d'Egalité et de Fraternité de la Révolution de 1789 et l'autre, des colonialistes. Certains d'entre eux s'établissaient à Bordeaux.
Au déclenchement de la deuxième guerre mondiale, des dizaines de mille d'ONS ont été embarqués de force, sont allé au front ou ont travaillé dans les entreprises des armes à Saint Médart, Vias, Bergerac etc... Seule une minorité s'installait à Bordeaux. A la fin de la guerre de l'Indochine, on a emmené au village de Sainte-Livrade des milliers de familles mixtes, de veuves et d'orphelins rejetés de toute part, ces laissés pour compte du corps expéditionnaire considérés comme traitres dans leur pays et indésirables en France. On les a expédié au camp de Sainte-Livrade, une caserne désaffectée pour leur nouvelle vie en Lot-et-Garonne. On leur a donné un bol pour chacun, un lit en fer des stocks de l'armée, une paillasse pour une famille, pour tout compte ! Ce camp était presque oublié jusqu'à hier là où des veuves meurrent où atteignent l'âge de quatre-vingts et où leurs enfants ont grandi.
Ce camp oublié est devenu un sujet d'actualité des journalistes francais à l'heure présente lorsque France 3 a diffusé un film documentaire franco-vietnamien de Marie-Christine et Nguyen My Linh, "Le camp des oubliés". Ces oubliés sont ainsi parvenus à la connaissance du public francais. Et enfin, la dernière émigration des Vietnamiens après l'année 1975 composée des "boat people" et des "regroupés". La structure de la communauté vietnamienne a été ainsi modifiée en quantité et en qualité.
Bordeaux c'est une ville francaise qui a eu une longue relation de deux cents ans avec les Vietnamiens peut-être seulement après Paris. L'oncle Chat Ngoan de mon village certainement a rejoint le ciel et se repose à un certain cimetière au milieu des vignobles et des collines, des plages du pays qu'il a appelé Bordeaux dans sa lettre. J'y suis venu, je n'ai pu pas le rencontrer mais j'ai rencontré beaucoup de personnes dans cette communauté vietnamienne.
Sous les yeux des citoyens métropolitains et des autorités francaises d'ici, ils étaient et sont des "francais d'origine vietnamienne" qui ont des apports dans plusieurs domaines de la vie bordelaise. 90 ans après la première émigration pendant la Grande Guerre, 30 ans après l' "évacuation" des boat people, le temps est venu d'oublier les différences, les haines, et également de s'intégrer pour ces Vietnamiens en "Francais d'origine vietnamienne". Le docteur Doan Thu Phong, un chercheur sur la communauté vietnamienne a écrit : " Pour comprendre les degrés d'intégration, la facilité d'adaptation, il faut examiner avant tout les caractères des Vietnamiens : humour, ironie, sensibilité, intelligence des choses, tristesse, mélancolie."
Oui, la tristesse. J'ai touché cette tritesse spécifique quand je les ai rencontré à Bordeaux. Tout un chacun de nous ressent cette nostalgie loin du pays. Mais la nostalgie des Vietnamiens est différente. Ils sont partis à l'étranger dans des situations critiques, de danger. L'oncle Chat Ngoan de Nghe Tinh fut embarqué de force pour servir "la Patrie Mère", les femmes de soldats avec leurs enfants au camp Sainte-Livrade partis comme des "traitres", ont été mal accueillis, oubliés, la plupart de ces Vietnamiens ne sont pas venus à Bordeaux par leur propre volonté, ils sont comme des feuilles jaunes tombées pour se donner au vent dans deux tempêtes de guerre, ils ont laissé derrière eux une Patrie qu'ils n'ont pas cessé et ne cesseront pas d'aimer.
Caroline Vion qui a 25 pour cent de sang vietnamien, une belle fille avec sa souplesse bordelaise, doctorante d'histoire, connaissant par coeur des monuments de Bordeaux m'a servi de guide sur des rues pierrées, elle m'a dit qu'elle était trois fois de suite retounée au Vietnam pour retrouver son cousin à Hai phong. Son grand-père était Vietnamien, sa grande-mère Française, tout deux sont venus à Bordeaux il y a bien longtemps. Par testament iIls exprimaient leur envie de retrouver des parents vietnamiens. L'amour du pays vietnamien du grand-père coule sans répit dans le sang de sa petite-fille, future docteur d'histoire.
Ceux des Vietnamiens qui sont venus s'établir récemment à Bordeaux de leur propre gré ne ressentent pas cette nostalgie. Il sont venus pour y faire des études, pour y trouver une autre vie. Pham To Uyen, mignonne, grâcieuse et intelligente avec son allure très hanoienne, partie de l'Université d'Hanoi pour être ensuite diplômée en Suisse, a trouvé l'amour, mariée à un bordelais. C'est l'amour qui a emmené Uyen à Bordeaux. Maintenant elle y est professeur des Cours de vietnamien depuis plusieurs années sans pour autant trouver un travail stable. J'ai l'occasion de lui demander la raison de cette vague mélancolie dans ses yeux, est-ce dû à la nostalgie comparable à celle des autres émigrés? Uyen m'a répondu: "Triste, moi ? Mais, pas du tout ! J'ai eu beaucoup de chance. De l'amour, des défits qui fortifient le caractère, me permettant de réussir dans une société moderne. Ma famille et mon pays me manquent mais ce n'est pas une raison pour être triste !" Effectivement Uyen représente ce nouveau trait dans la mentalité des jeunes vietnamiens à l'étranger, pas seulement à Bordeaux.
En fait, certains Vietnamiens "bordelais" y réussissent admirablement. Des "poilus" de la Grande Guerre inhumés au milieu de leurs compatriotes dans les cimetières... Aux veuves, femmes de soldats oubliées du camp de Sainte-Livrade qui ont élevé leurs enfants se sacrifiant aux travaux dans les vignobles pour les permettre de continuer à faire des études. La deuxième génération gagnent normalement leur vie, la plupart d'entre eux ont bien réussi. Je suis venu visiter ce camp, j'ai rencontré quelques unes de ces mères encore vivantes. Elles continuent à chiquer le bétel, me donnent le riz gluant cuit à la vietnamienne avec le "soup sucré" vietnamien (che do), brulent d'encens devant l'autel de Tran Hung Dao, le commandant le plus célèbre canonisé par des générations vietnamiennes, organisent de temps en temps des séances de Ba Dong et me parlent vietnamien très bien, quelles émotions pour moi.
Cette petite communauté vietnamienne dans le "camp oublié" qui était si triste après la guerre de l'Indochine auparavant est entrain de reprendre de la vitalité avec l'aide des amis francais, cordiaux et chaleureux. La guerre est si loin, la haine est effacée, il ne reste que l'amour entre les hommes. Récemment l'Union Générale des Vietnamiens de France vient de célébrer l'anniversaire d'une centenaire qui a passé 65 ans à Bordeaux. Des noms vietnamiens si connus comme M. Le Van Tha, un des président de l'Association des Vietnamiens avant 1954 à Bordeaux, arrêté et renvoyé au Sud du VN, puis déporté à Poulo Condor, comme le docteur Duong Quang Trung diplômé en médecine à Bordeaux, dirigeant du cas d'opération de séparation deux petit Viet-Duc à la ville de HCM et maintenant chef du département de la Santé de cette ville, comme le professeur Le Van Thoi, l'un des amis de sénateur J. Valade, le "tuteur" des étudiants vietnamiens à Bordeaux, comme l'homme d'affaires Nguyen Quoc Cuong, fils de l'écrivain Nguyen Tien Lang, président d'une grande Société à Bordeaux... Je ne peux oublier M. André Le Vagueresse, expert informatique, gendre d'une famille vietnamienne, l'"amoureux du Viet Nam"- il me l'a dit - comme d'autres Francais à Bordeaux. Je me rappelle encore l'instituteur J.P. Chavanat qui était venu au VN trois fois et a envie de revenir à Ha Noi pour enseigner le francais dans une école secondaire. Bien des "amoureux du Viet Nam" comme ces deux amis ont travaillé l'enseignement de la langue vietnamienne dans une ville éloignée de milliers de kilomètres du Viet Nam.

Le vietnamien, cette langue sonore comme la voix des rossignols est en train de revivre à Bordeaux. Depuis douze ans, les "Cours de vietnamien" sont ouverts sans interruption pour des Vietnamiens, des sangs mêlés, y compris des francais, "amoureux du Viet Nam". Ces classes ont toujours une cinquantaine d'élèves malgré les difficultés rencontrées. A travers des études de la langue vietnamienne, l'Association des Vietnamiens en Bordeaux a présenté et développé la culture vietnamienne, renforcé l'amitié franco-vietnamienne. J'ai assité à une de ces classes et j'ai interrogé quelques uns de ces élèves. Ils parlent tous francais. Répondant à ma question pourquoi apprenez-vous le vietnamien ?, Mme Reinold Denise, infirmière m'a dit : "Ma mère est vietnamienne et je veux comprendre son pays et sa langue" Mme Géradine Carré, archiviste : "Je voudrais aller au Viet Nam un jour parce que je suis passionnée de la culture asiatique." M. Puy Francis, conducteur d'autobus : " Ma femme est métisse, je veux étudier le vietnamien pour voir le Viet Nam en famille un jour" M. Henry Dinan: " Mon père était francais, ma mère vietnamienne de Nam Dinh, je veux savoir parler la langue de ma mère". Mme Jacqueline Pharamond, inspectrice des travaux : "Ma mère était vietnamienne, mon père francais. Je suis né à Saigon et je suis venue en France à l'âge de 4 ans. Je veux parler la langue que ma mère avait utilisé avec mon père". M. Barron Roger est né à Ha Noi, ses parents sont des ingénieurs et métis: " J'ai encore des proches parents à Ha Noi et à Sai Gon, je veux parler avec eux sans interprète". Bien que les parents de Mademoiselle Thu Thao, artiste, soient tous deux Vietnamiens elle ne parle pas un seul mot vietnamien. Elle veut apprendre le vietnamien pour ouvrir une salle d'exposition de ses tableaux en colloboration avec deux artistes vietnamiens à Saigon. M. Patrick Nguyen, dont les parents sont vietnamiens de souche et décédés maintenant m'a dit : "Je dois comprendre le vietnamien pour savoir comment ma mère a parlé et chanté. On m'a dit que ma mère chantait bien".
On apprend ainsi le vietnamien pour l'amour du pays toujours proche dans leur coeur. Je suis venu à Paris et y suis resté plusieurs jours. J'ai eu l'occation de visiter Tours, Angoulême et quelques autres endroits en France. Mais c'est à Bordeaux que j'ai vu cette tendresse des vietnamiens à l'égard de leur pays natal, que j'ai vu des francais amoureux du Viet Nam de cette façon. L'oncle Chat Ngoan a disparu mais il a laissé un peu d'âme Viêt dans l'air, dans le sol, dans l'arbre aux feuilles vertes bordelais. Malgré les méfaits du colonialisme, malgré les années de querelle de guerre, l'amour et l'amour de la langue maternelle est toujours là. C'est cela qui permet à la civilisation de persister et de progresser."

Nguyên Quang Thân

***Les trois auteurs vietnamiens en Gironde

***L'association franco-vietnamienne à BX

haut de page