Accueil‎ > ‎

Joost van den Vondel

Beaucoup savoir n'est pas toujours un bien et parfois c'est un mal
(Des connaissances profondes ne profitent pas toujours et nuisent souvent –

Veel weten kan altijt niet vordren, zomtijts schaden)

 
 
Joost van den Vondel
(1587 -1679)
 
 
 
(source : wikimedia)
 
 
Lucifer
Tragédie en cinq actes
 
Lucifer (toneelstuk)
 
 
Traducteur non précisé
 
Editeur : Ladvocat - 1822 – Paris
 
 
Acte II 
 
Scène II (extrait)
 
 
Gabriel, Lucifer
Gabriël, Lucifer
 

 

GABRIËL.
Heer Stedehouder, hoe? Waer heene leit de reis?

 

GABRIEL.

Seigneur lieutenant, que vois-je ? où se dirigent vos pas ?

 

 

LUCIFER.

Naer u, Herout en tolck van ’t hemelsch palais.

 

LUCIFER.

Je me rendais auprès de vous, héraut et interprète du palais céleste.

 

GABRIËL.

My dunckt, ick zoude uw wit aen ’t voorhooft kunnen gissen.

 

GABRIEL.

Il me semble lire sur votre front le but qui vous amène.

 

LUCIFER.

Ghy, die den duistren gront van Godts geheimnissen
Door ’t licht van uw vernuft ontdeckt en openbaert,
Verlichte met uw komst.

 

LUCIFER.

Ô vous qui savez découvrir et dévoiler par l'éclat de votre génie les plus profonds mystères de la divinité, éclairez-moi.

 

 

GABRIËL.

 

Wat is ’t, dat u bezwaert?                                     

 

GABRIEL.

Quel est le sujet qui vous trouble ?

 

LUCIFER.

Het raetslot en besluit der Godtheit, die de waerde
Des hemels laeger schat dan ’t element der aerde,
Den hemel onderdruckt, het aertrijck uit een’ poel
Door alle starren voert, het menschdom op den stoel
Der Englen zet, berooft hun ’t recht der eerste gaven,
Gebietze om ’s menschen nut te zweeten en te slaven.
Het Geestendom, gewijt tot amptenaers van ’t hof
Des hemels, zal voortaen een’ aertworm, uit het stof
Gekroopen en gegroeit, ten dienst staen, op hem passen,
En, in getal en staet, ons over ’t hooft zien wassen?
Waer toe vernedert ons d’ oneindige Gena
Zoo vroegh? Wat Engel paste op zijnen dienst te spa?
En hoe waer’t mooghlijck, dat de Godtheidt zich zou menghelen
Met menschen? de natuur der uitgekorene Engelen
Voorbyslaen, en zijn’ aert en wezen storten in
Een lichaem? d’ eeuwigheit verknoopen aen het begin?
Het hooghste aen ’t allerlaeghst? den Schepper aen ’t geschapen?
Wie kan uit dit besluit den zin te zamen rapen?
Zal ’t eeuwighschijnend licht nu schuil gaen in den nacht
Der weerelt? Zullen wy, Stadthouders van Godts maght,
Voor dit geleent gezagh, een wulpsch vermogen, knielen?
Ontelbre lichaemlooze en godtgelijcke zielen
Zien buigen voor een grof en zakkende element,
Daet Godt zijn majesteit en wezen inneprent?
Wy Geesten zijn te grof om dit geheim te vatten.
Ghy, die het slot bewaert van Godts geheimnisschatten,
Ontvou ons, magh het zijn, dit donckere geschil,
Uit uw gezegelt boeck: ontvou ons ’s hemels wil.

 

LUCIFER.

C'est la résolution que la Divinité vient de prendre; résolution par laquelle elle semble mettre moins de prix au ciel qu'à la terre : elle opprime le ciel, tandis que d'un amas de boue elle élève la terre au-dessus de tous les astres ; elle place les hommes sur le trône des anges; elle enlève à ceux-ci le droit des premiers dons, et leur ordonne désormais de ne travailler qu'au seul bonheur des hommes. Le peuple des purs esprits consacré jusqu'à présent au service de la cour céleste, devra désormais veiller sur un reptile né de la poussière , lui obéir et le voir augmenter jusqu'à ce qu'il nous surpasse en grandeur et en nombre. Pourquoi l'inépuisable bonté nous abaisse-t-elle à ce point ? quelqu'un d'entre nous a-t-il négligé ses devoirs ? Et comment la Divinité pourrait-elle se mêler aux hommes, négliger la nature des anges élus, et verser son essence et sa nature dans un corps ? Comment pourrait-elle lier l'éternité à un commencement ? ce qu'il y a de plus grand à ce qu'il y a de plus petit ? le créateur à la créature ? Qui peut comprendre et expliquer une semblable résolution ? La lumière éternelle se cachera-t-elle à l'avenir dans les ombres de la terre ? Faudra-t-il que nous, lieutenans du pouvoir de Dieu, nous fléchissions les genoux devant cette autorité empruntée, cette puissance sensuelle ? Les innombrables êtres spirituels et semblables à Dieu s'abaisseront-ils devant cet élément grossier auquel il a plu à Dieu d'imprimer sa majesté et sa nature ? Nos esprits sont trop lourds pour concevoir ces mystères ; mais vous qui possédez la clef des impénétrables trésors de Dieu, ouvrez le livre scellé, et, si cela vous est permis, dévoilez-nous cette obscure difficulté. Faites-nous connaître la volonté du ciel.

 

 

 
GABRIËL.
 
Zoo veel ’t geoorloft zy te melden uit Godts bladen.
Veel weten kan altijt niet vordren, zomtijts schaden.
De Hooghste ontdeckt ons slechts wat hy geraden vint.
Het al te stercke licht schijnt Serafijnen blint.
De zuivre Wijsheit wou ten deel’ haer’ wil bezegelen,
Ten deele ontsluiten. Zich te schicken en te regelen
Naer heur gestelde wet, dat voeght den onderzaet,
Dien aen zijn meesters last en wil gebonden staet.
De reden en het wit, waerom wy namaeks wachten,
Na ’et overleven van een tafel erfgeslachten,
Den Heer, die , Godt en mensch geworden in der tijt,
Den scepter voeren zal, en breet en overwijt
De starren, aerde, en zee, en al wat leeft regeeren,
Verberght de hemel u: de tijt wil d’ oirzaeck leeren.
Gehoorzaemt Godts bazuin: ghy hebt zijn’ wil gehoort.

 

 

GABRIEL.
 
Vous saurez tout ce qu'il est permis de découvrir des livres célestes. Des connaissances profondes ne profitent pas toujours et nuisent souvent. L'Être Suprême ne nous dit que ce qu'il juge convenable. Une lumière trop éclatante aveugle même les séraphins. La pure sagesse a voulu cacher en partie ses décrets et les faire en partie connaître. Le sujet, soumis aux ordres et à la volonté de son souverain, est tenu de se conduire d'après les lois qui lui sont imposées. La raison et le but pour lesquels, après une longue suite de générations, nous attendons dans l'avenir le seigneur qui, devenu dieu et homme dans le siècle, portera le sceptre et gouvernera au loin les astres, la terre, les eaux, et tout ce qui existe ; c'est là ce que le ciel veut qui vous reste caché. Le temps en découvrira la cause ; en attendant, obéissez à la trompette de Dieu. Vous savez sa volonté.

 

 

LUCIFER.
 
Zoo zal een vreemdeling, een worm, het hooghste woort
Hier boven voeren, en een ingeboren zwichten
Voor vreemde heerschappy? de mensch een’ zetel stichten,
Zoo verre boven Godt?

 

 
LUCIFER.
 
Un étranger, un ver, donnerait donc des lois en ces lieux, et nous qu'ils ont vus naître, nous céderions à son empire ! nous élèverions pour l’homme un trône au-dessus même de Dieu.

 

 

GABRIËL.

 

Genoegh u met uw lot

En staet en waerdigheit, u toegeleit van Godt.
Hy hief u in den top van alle Hierarchijen:
Doch niet om iemants glans en opgang te benijen.
De wederspanningheit verplet haer hooft en kroon,
Indienze wederstreef des Oppersten geboôn.
Uw aenzien schept zijn licht alleen uit Godts vermogen.

 

 

GABRIEL.
 
Contentez-vous de votre sort, et du rang que Dieu vous a destiné. Il vous a élevé au sommet de toutes les hiérarchies ; mais il n'a pas voulu que vous portassiez envie à l'éclat et à l'élévation des autres. La rébellion se perdra elle-même, si elle ose s'opposer aux ordres du Très-Haut. Vous ne tirez votre éclat que de la puissance de Dieu.

 

 

LUCIFER.
 
Ick heb tot noch mijn kroon voor Godt alleen gebogen.

 

 
LUCIFER.
 
Jusqu'ici je ne me suis abaissé que devant Dieu seul.

 

 
GABRIËL.
  
Zoo buighze oock voor ’t besluit der Godtheit, die het al,
Wat wezen heeft uit niet, of namaels wezen zal,
Bestiert tot zeker eindt, hoewel wy ’t niet beseffen.

 

 
GABRIEL.
 
Abaissez-vous donc maintenant aussi devant les décrets de la Divinité, qui, après avoir tiré du néant tout ce qui existe, le régit avec tout ce qui doit exister dans un but que nous ne comprenons point.

 

LUCIFER.  
 
Den mensch in ’t heiligh licht der Godtheit te verheffen,
Den mensch, zoo hoogh met Godt vergodlijckt in zijn troon,
Te zien het wieroockvat toezwaeien, op den toon
Van duizentduizenden eenstemmige kooraelen,
Verdooft de majesteit en diamante straelen
Van onze morgenstar, die straelt nu langer niet;
En ’s hemels blijschap slaet aen ’t quijnen van verdriet.

 

 
LUCIFER.
 
Voir l'homme élevé au saint éclat de la Divinité, et assis sur le trône de Dieu; voir fumer devant lui l’encens, aux chants unanimes de mille et mille chœurs, c'est là ce qui obscurcit la majesté et les rayons brillans de notre astre du matin : il ne jette plus de feux et les joies célestes languissent dans la douleur.

 

 

 
GABRIËL.
 
De zaligheit bestaet in een gerust genoegen,
In ’t stemmen met Godts wil, en zicht naer Hem te voegen.

 

 
GABRIEL.
 
Le salut consiste à goûter une satisfaction tranquille, et, d'accord avec la volonté de Dieu, à s'y soumettre en toutes choses.

 

 

 
LUCIFER.
 
De majesteit van Godt en Godtheit wort verkleent,
Indienze haer natuur met ’s menschen bloet vereent,
Vereenight, en verbint. Wy Geesten grenzen nader
Aen Godt en zijn natuur, als zoons van eenen Vader
Geteelt, en hem gelijck, indien ’t geoorloft is
Te stellen tegens een deze ongelijckenis
Van een oneindigheit en ’t eindigh, de bepaelde
By d’ onbepaelde maght. Indien de zon verdwaelde
Uit haere streecke, en zich bekleede met een’ smoock,
Om al den aerdtkloot toe te lichten, uit een roock
En zwarten damp, hoe zou de vreught der weerelt sterven!
Wat zou het aertsch geslacht al glans en leven derven!
De zon al majesteits ontbeeren in haer’ loop!
Ick zaegh den hemel blint, de starren overhoop,
Wanorden orden en geschicktheit overrompelen,
Indien de bron van ’t licht haer klaerheit quam te dompelen
In ’t graf van een moerasch. Verschoonme, ô Gabriël,
Indien ick uw bazuin, de wet van ’t hoogh bevel,
Een luttel wederstreve, of schijn te wederstreven.
Wy yvren voor Godts eere: om Godt zijn Recht te geven,
Verstout ick my, en dwael dus verre buiten ’t spoor
Van mijn gehoorzaemheit.
 
../...

 

 

 

LUCIFER.

 
La majesté de Dieu et sa divinité s'avilissent en unissant leur nature au sang des hommes. Nous qui sommes des esprits, nous avons plus de rapports avec Dieu et sa nature , comme fils d'un même père et semblables à lui, s'il est permis de comparer deux choses incomparables, l'infini avec le fini ; une puissance bornée avec celle qui ne connaît point de limites. Si le soleil s'égarait dans sa course et, se couvrant d'un nuage, n'éclairait plus la terre qu'à travers une vapeur épaisse et noire, toute joie ne cesserait-elle pas parmi les hommes ? La race terrestre ne se verrait-elle pas soudain privée d'éclat et de vie ? Combien le soleil perdrait de sa majesté ! Il me semble que le ciel deviendrait aveugle, que les astres se confondraient, et que le désordre remplacerait l'ordre et la règle, si la source de la lumière venait à plonger ses rayons dans un tombeau marécageux. Pardonnez-moi, ô Gabriel, si je contredis ou parais contredire la loi suprême que vous avez proclamée. Nous sommes pleins de zèle pour l'honneur de Dieu ; c'est pour rendre à Dieu ce qui lui est dû que je m'enhardis à ce point, et que je sors ainsi de la route de l'obéissance.
 
../...
 
 
 

 
 
                                                       (Source : Google Livres)
 
Lucifer
 

 
Vaincu, il entraîne dans sa chute,
par esprit de vengeance, le premier homme
et tous ses descendans,
tandis que lui-même et ses partisans rebelles,
précipités dans l'enfer,
sont condamnés à une réprobation éternelle
 
Tiré de « Lucifer – Argument » sur Google Livres 

 

 
 
 
                                                                               (Source : Wikimedia)
 
 
Beeld Joost van den Vondel
in het Vondelpark in Amsterdam
 
Statue de Vondel dans le « Vondelpark » à Amsterdam
 
 

 
 
Tout comme on parle de la « langue de Molière »
et de « langue de Shakespeare » pour évoquer le français et l'anglais,
on parle généralement de la « langue de Vondel » pour désigner le néerlandais.
 
Tiré de « Joost van den Vondel » sur Wikipedia
  

  
  
 
 
 
 
Comments