Accueil‎ > ‎

Eugène Scribe

C'est dans le malheur qu'on(que l'on) reconnaît ses amis !

(Amicus certus in re incerta cernitur

A sure friend is seen in an unsure matter)


 

Eugène Scribe

(1791 – 1861) 

 
(source : wikimedia)
 

 

La Frileuse

 

par M. Augustin Deberscy (*)

  


Acte III

  

Scène III (extrait)


Les Mêmes, LE PRINCE MAX (Thécla, Max, Marguerite)



THÉCLA.

     Que c'est bien à vous, prince, de visiter une pauvre prisonnière !... C'est dans le malheur qu'on reconnaît ses amis !

 

Max.

     N'est-ce pas ? ceux qui sont malheureux... ceux qui souffrent se doivent entre eux consolation ! et je venais...

(voyant Marguerite, il s'arrête, puis reprend gravement) Je venais, de la part de la grande-duchesse, mon auguste tante, pour une grave et importante communication.

 

THÉCLA.

     Bien grave, sans doute, si j'en crois l'air seul qu'elle vous a forcé de prendre !

 

MAXému.

     Une communication que je ne dois faire qu'à vous !

(Marguerite veut sortir, Thécla la retient.)

 

THÉCLA.

     Permettez, prince... (Elle passe devant Max pour aller près de Marguerite.) J'ai trop peu d'amis dans ce moment, pour en perdre ainsi la moitié, et ne pas jouir de leur présence aussi longtemps qu'elle me sera permise... Parlez donc, prince, j'écouterai devant elle, ou je n'entendrai rien !

 

MAXému, et allant poser ses gants et son chapeau à gauche.

     Ce que j'avais à vous dire, princesse, devait être adressé à un cœur franc et loyal, à un cœur qui ne se fait pas un jeu de ses serments, à un cœur enfin qui ne trompe personne !

 

MARGUERITEavec colère.

     Prince !...

 

MAX.

     Je ne m'adresse pas à vous, mademoiselle, (à Thécla.) Je cherchais vérité, et je venais vous la dire, princesse.

 

THÉCLA.

     A moi ?...

 

MAX.

     A la suite de divers incidents que vous ne connaissez point, et que je voudrais ignorer, j'étais, plus que jamais, décidé à vous aimer.

 

THÉCLA.

     Moi !

 

MAXavec force.

     Et j'avais pris la ferme résolution... (Regardant Marguerite.) de vous épouser.

 

THÉCLA.

     Je vous en remercie.

 

MAX.

     Et, ce matin même, tout à l'heure, j'ai déclaré franchement à la grande-duchesse mes nouvelles intentions ; elle m'a arrêté net, en m'apprenant le mariage secret que vous lui avez avoué.

 

THÉCLA.

     Mariage qui vous a irrité ?...

 

MAX.

     Dites désolé. Mais la grande-duchesse est contre vous d'une colère, ou plutôt d'une injustice... que je ne pouvais, que je ne devais pas souffrir... et, malgré le respect ou plutôt la crainte innée que m'inspire mon auguste tante, pour la première fois, j'ai été d'un avis contraire au sien, et j'ai pris votre défense.

 

THÉCLA.

     Ah ! merci ! merci !

 

MAX.

     J'ai prétendu que vous étiez libre de votre choix, libre de votre main, de votre cœur...

 

THÉCLA.

     Prétention inadmissible à la cour.

 

MAX.

     Je me suis élevé surtout avec indignation contre la captivité qu'on vous faisait subir depuis hier, et que l'on comptait prolonger indéfiniment ; il parait qu'à défaut de talent, l'amitié m'a donné quelque éloquence... car Son Altesse, touchée ou étonnée de ce trait de caractère inusité, s'est adoucie et m'a dit : « Eh bien, rendez-vous près de ma pupille, je vous permets de la voir, et si elle consent à vous faire connaître, ce qu'elle m'a refusé, à moi, le nom de son mari... à l'instant même, elle est libre... Êtes-vous content, mon neveu ?... » Oui, me suis-je écrié, et me voici.

 

THÉCLA ET MARGUERITEà part.

Ah ! mon Dieu !

 

MAX.

     Je n'ai pas besoin de vous dire que je prends ce mari, quel qu'il soit, sous ma protection... et, dans deux ans, quand le pouvoir me sera remis, je m'engage à faire reconnaître cette union... Parlez donc ! contiez-moi le nom de ce mari.

 

THÉCLA.

     C'est là, mon prince, ce qui m'est très-difficile.

 

MAX.

     Et pourquoi ? Serait-ce un choix indigne de vous ?

 

THÉCLA, vivement.

     Oh ! non : il n'y a rien à dire sur lui.

 

MAX.

     C'est donc, alors, manque de confiance en moi ?

 

THÉCLA.

     Vous, mon appui, mon protecteur ? Non, prince ; mais, pour des raisons... que j'aurais peine à vous expliquer... je ne dois... ni ne peux le nommer... en ce moment, du moins.

 

MAX.

     Et jusque-là, vous resterez prisonnière ?

 

THÉCLA.

     Il le faut bien.

 

MAX.

     Me refuser même le pouvoir de vous rendre service ! (Avec douleur.) Ah ! je n'ai pas de bonheur aujourd'hui, (il va reprendre ses gants et son chapeau.)

 

MARGUERITEvite et bas à Thécla.

     Pourquoi ne pas tout lui dire ? pourquoi ne pas lui avouer franchement que vous n'êtes pas mariée ?

 

THÉCLA, bas à Marguerite.

     Parce qu'alors, il me faudrait l'épouser !







 

 



(*) Si la critique est devenue depuis longtemps sévère pour ce genre,

le public, d'un autre côté, plus fidèle à ses souvenirs,

a fait accueil aux pièces les moins louées de M. Scribe,

soit par curiosité, soit par reconnaissance

pour les cinquante ans de plaisir qu'il lui devait.

Aussi, croyons-nous que l'on a eu tort

de ne pas lui présenter la Frileuse

sous le véritable nom de son auteur.

Le voile d'un anagramme n'a trompé personne.

Il est douteux que cet innocent subterfuge

ait désarmé un seul des ennemis littéraires

qui ont tant troublé les dernières années de M. Scribe ;

mais il a tenu à l'écart peut-être un grand nombre

de ces amis inconnus qu'il comptait dans la foule,

et qui, attirés par son nom, seraient venus demander

à cette dernière œuvre une réminiscence de leur jeunesse,

et payer à leur auteur favori un dernier tribut.


 

Tiré de « L'Année littéraire et dramatique » - Volume 4  - par Gustave Vapereau

 



  


  



A true friend is known in adverse circumstances

 Amicus certus in re incerta cernitur

C'est dans le malheur que l'on reconnaît ses amis 

 

 

Phrase du poète latin Ennius,

rapportée par Cicéron

dans « Laelius de Amicitia »



  


 
 


Always faithful
Semper fidelis
 Toujours fidèle
 


Où trouver celui qui préfère

l'élévation de son ami à la sienne propre ?

Mais quoi ! sans parler de ces rivalités,

combien peu sont capables de partager

avec un ami le poids de ses malheurs !

 

Ennius a dit cependant avec raison :

« Quand la fortune change, on voit l'ami fidèle ».


 

Tiré de « Lélius, ou De L'amitié » - traduction de Gallon-la-Bastide

 


- - - - - - - - - - - 


Il faut regarder comme un homme d'une espèce rare,
l'ami solide qui ne varie point avec la fortune.

 
 



 

            

 
 
 

Comments