30 Septembre 2010


New York again

De retour à New York, nous retrouvons nos amis, Bertrand et sa femme Stéphanie, le presbytère et  le père Perry, le gospel du dimanche matin, le Met, le Guggenheim, la Statue de la Liberté, Manhattan, ses lumières et son charme inoubliable, et surtout un bon lit ! New York quel plaisir d’y passer et repasser, pourtant si stricte, cette ville aux milles étages ne demande qu’à être possédée. Le mythe de New York est donc vrai. La ville la plus branchée du monde, où il fait classe d’y être, cette ville, où les minets français sont en masse, cette ville, où les gens dans le move vont courir à Central Park, cette ville d’extérieur si sévère est en fait aussi fascinante qu’exigeante, aussi attirante qu’étourdissante.
 


4 Ocotobre 2010

Los Angeles,

Los Angeles, ville singulière coincée entre le pacifique et les montagnes désertiques du farwest américain, regorge de bizarreries et de fastes. Sunset boulevard en est  l’exemple parfait, le parcourir en entier du numéro 1 au numéro 17400 est traverser en une heure, le quartier le plus glauque et le plus huppé de l’agglomération. Sunset serpente entre les restaurants et motels miteux tenus par des mexicains et les villas démesurément kitch de Beverly Hills. Tout un monde de rêves, d’étoiles, d’écrans, de stars détaché de la réalité pittoresque du matériel et de l’illusoire. Terminant sa course sublime dans l’océan, Sunset Boulevard fait place à la Pacific cost road 1. Loin de Hollyhood et de ses stars, loin de Sunset Strip, de ses Nightclubs et de ses putes, loin de Bel Air et de son Prince, jouxtant Mulholland Drive, naissent les plages paisibles de Malibu. Nous filons vers l’ouest à mesure que le soleil décroît. L’océan aux couleurs pastelles chatouille les collines ocres de Malibu Creek State Park, la savane à l’orée du Pacifique. Quelques photos clichées imitant les lifeguards sur Zuma Beach où la célèbre et pathétique série a été tournée, un pied dans l’océan, une sieste sur le sable blanc, un dauphin montrant sa nageoire, un surfeur prenant une vague, nous quittons Malibu. Direction Nord Est, Yosemite Park. Ours et nuits froides nous attendent. Nous quittons L.A., sa foule, ses lumières et projecteurs où chaque rue est un film, solitaires, élancés sur la route droite, infinie, désertique.