24 Octobre 2010

Ascension du Grand canyon

Quand on visite le Grand Canyon, on le visite d’en haut. A 2430 mètres autant vous dire qu’il ne fait pas chaud. Nous n’avions nulle part où dormir ce soir là, alors nous demandâmes aux Rangers s’il n’y avait pas un camping dans le fond du Canyon, a 506 mètres, où il fait nettement plus chaud. Il y avait un camping, mais le seul moyen d’y parvenir était à pied par un petit sentier… Il nous fallut donc descendre un dénivelé d’un kilomètre trois cent pour atteindre le camping, munis de notre tente, sac de couchage, pitance. La descente est assez facile, même avec dix kilo sur le dos (enfin pour certain, pour d’autre c’était plutôt dans les dix-huit), il suffit de se laisser porter par la pente. Evidement comme nous n’avions rien préparé, nous dûmes partir dans la demi-heure sans déjeuner, alors arriver en bas à 17h nous dévorâmes férocement notre bouffe. Le plus amusant est de cacher toutes formes de nourritures, objets sucrés (dentifrice), ordures, dans des boites en fer et de suspendre son sac à dos pour que les animaux sauvages ne les visitent pas. La remontée est une toute autre histoire, et là les dix kilo prennent toute leur importance, le chemin est sans fin, il fait de plus en plus froid mais nous ne nous en rendons même pas compte. Le seul indice de l’arrivée est le monde grossissant sur la route. Les gens ne descendent en générale qu’à une petite heure de l’arrivée. Bref, après cinq heures de torture nous gravîmes l’ultime marche. Jérémie en oublia ses chaussures sur le parking. Mais les américains sont trop civils pour ne pas vous le faire remarquer.