15 Octobre 2010


Les manchots.

Chacun se dandine, le poil humide, remontant la plage de galet de Punta Tombo. Il fait une chaleur écrasante et toute la colonie folâtre joyeusement dans l’eau. La plage est bondée, il ne reste pas une place de libre pour se sécher les plumes tranquillement. Je rentre chez moi. Il me faut parcourir bien cinq kilomètres à pattes palmées. Je ne suis pas assez fort pour me payer le luxe d’avoir un nid les pieds dans l’eau. Mais le gros qui vit dans les HLM à cinq cent mètres de l’eau est mal en point. Je guette le moment opportun pour m’installer dans son nid. Sur la route, les énormes manchots sans plumes de la race humaine on installé des promontoires pour qu’on puisse se mettre dessous et être un peu au frais avant de ne reprendre la route. Je ne sais pas pourquoi ils se mettent toujours dessus et font des petites lumières en poussant de petits cris. C’est étrange de rester comme ça statique en plein soleil sous cette chaleur ! C’est peut être leurs poils qui leurs permettent ça ! ah une place se libère. Je suis près des escaliers, mais comme je suis petit ça ira, je vais m’y glisser.