23 Mai 2011


Hoian

Vieille cité impériale chinoise aux maisons de bois noir. Son petit pont japonais, ses échoppes, ses ruelles, sa rivière. Un plongeon dans le passé des riches mandarins venus faire fortune sur les bords de la mer de Chine.

Au levé du soleil, la ville déjà s’anime. Les lourdes portes de bois richement sculptées s’ouvrent une à une dévoilant de petites boutiques prêtes à accueillir le chaland. Alors, les dragons figés sur le bois, disparaissent face contre mur emportant avec eux leurs secrètes histoires magiques. Ils ne  réapparaitront qu’à la nuit tombée sortis des portes closes sous la lumière rouge des lampions pour susurrer à l’œil des promeneurs noctambules des rêves fabuleux d’empereurs et de Chine.