http://sites.google.com/site/taoteking11/

Nietzsche Héraclite Lao-tseu

 

TAO TE  KING



Introduction

Pour un Chinois avisé, assimiler entièrement le Tao-te-king, c'est l'œuvre d'une vie. Un traducteur recherche en général une gratification plus rapide: les compilations se multiplient et, avec le temps, un confortable consensus s'établit. Ce sont les missionnaires jésuites qui, au dix-septième siècle, ont tenté les premières traductions, et on n'a pas beaucoup progressé depuis.

Il résulte de tout ceci que de nombreux Occidentaux estiment que le Tao-te-king est un ouvrage collectif, ce qui est manifestement une erreur. Lao-tseu (Vieil-Enfant) est un nom d'emprunt, mais c'est bien la pensée d'un grand philosophe qui s'exprime dans ce texte, qui nous semble étrange car il contient des allusions à des pratiques corporelles souvent peu connues en Occident. C'est ce mélange de philosophie, de techniques physiques et d'humour qui désarçonne le lecteur moderne.

N'oublions pas de mentionner le fait que l'ordre des chapitres est une reconstitution tardive. Tout ces éléments ne facilitent pas la tâche du lecteur, mais le français permet de conserver en grande partie l'ambivalence et la richesse du texte chinois ancien.

La meilleure introduction au Tao-te-king, c'est Tchouang-tseu, beaucoup plus explicite:

Philosophes taoïstes, tome 1 : Lao-Tseu, Tchouang-Tseu, Lie-Tseu

 

Olivier Nyssen

Partie 1: La Voie Éternelle

Partie 2: La Solitude

Partie 3: La Constance

Partie 4: La Mesure