English version will follow



 WI-FI, RELAIS GSM DANS LE BERLAYMONT ET LES AUTRES IMMEUBLES DE LA COMMISSION.

Y A-T-IL DANGER POUR NOTRE SANTE?

 
 
Au Berlaymont et dans les autres immeubles de la Commission à Bruxelles, on constate une augmentation importante de pose d'antennes Wi-Fi et de relais GSM.
Les ondes -ou radiofréquences- électromagnétiques sont «peut-être cancérigènes» pour l’être humain, ainsi révélé par des études du centre international de recherche sur le cancer. [1] Comme d'habitude, tout est au conditionnel dans ce genre d'études.

Rappelons au passage, que selon la plupart des scientifiques, [2] chaque bande de fréquence comporte une toxicité qui agresse notre organisme et qui se manifeste principalement par:

         la perte d’étanchéité de la barrière sang-cerveau

         la perturbation de production de la mélatonine

         la déstabilisation des régulations membranaires

         les dommages génétiques

En outre, certaines personnes ressentent de nombreux symptômes dits plutôt "subjectifs", mais pas moins réels, en présence d'appareils émetteurs d'ondes électromagnétiques. Ces personnes "électro-sensibles" peuvent, par exemple, ressentir de nombreux symptômes (nausée, perte de concentration, maux de tête, sentiment d'affaiblissement général, palpitations etc…) alors que d'autres ne ressentent rien.

Même si certains d'entre nous ressentent plus les effets de ces ondes que d'autres, nous sommes tous exposés de la même façon aux possibles risques pour la santé humaine.

Il faut également signaler que le business de la téléphonie mobile représente un chiffre d'affaires considérable et que la majorité des études sont financées par les opérateurs qui représentent un lobby puissant.

Si dans quelques années, les études épidémiologiques devaient révéler de réels risques pour la santé, comme cela fut le cas pour  le tabac ou l'amiante, nous devons entre-temps au minimum appliquer le principe de précaution.

Selon ce principe, en cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l'absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l'adoption de mesures de prévention.

Le TAO-AFI demande à la Commission une application beaucoup plus stricte de ce principe, enraciné dans les traités mêmes, pour éviter les possibles effets toxiques des ondes électromagnétiques sur la santé de ses employés.

  • Est-il vraiment nécessaire de placer ces appareils en si grand nombre dans les salles de réunions, cafétérias, couloirs, etc. ?
  • Est-ce que les normes de la région Bruxelloise (exposition de 3V/m au total) sont toujours respectées ?
  • Est-ce que les services de la Commission maîtrisent totalement la société privée qui procède à la mise en place de ces installations ?
  •  Peuvent-ils porter une attention toute particulière aux personnes «électro-sensibles», atteintes du syndrome d'intolérance des champs électromagnétiques et prendre des mesures spéciales pour les protéger, en créant par exemple des «zones blanches» non couvertes par les réseaux sans fil ?

Au Berlaymont, le problème est aggravé dû aux grandes surfaces métalliques et aux fenêtres fermées de cet immeuble. Le phénomène dit de "la cage de Faraday" se produit, faisant en sorte que la puissance des champs magnétiques internes soit encore  plus élevée parce que les ondes se reflètent continuellement contre les surfaces métalliques, n'ayant pas de possibilité de  "ventilation électromagnétique". Nos corps sont ainsi forcés d'absorber une bonne fraction de ces ondes au quotidien pendant les heures de travail.


Certains collègues sont touchés par ce phénomène et nous ont d'ailleurs déjà contactés.

La TAO-AFI invite toute personne qui ressent des problèmes qui pourraient être causés par l'installation d'antennes relais ou Wi-Fi à prendre contact par courriel avec son secrétariat : OSP-TAO-AFI@ec.europa.eu

 



(1) http://www.iarc.fr/en/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_E.pdf

(2) Voir parmi d'autres: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23678539, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23781985,  http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23440607